42% des Français ont déjà voté écologiste

terra-economica.info, NC, le 4 mars 2010

42% des Français ont déjà voté écologiste

A quelques jours des élections régionales, Terra eco et OpinionWay ont sondé les Français pour mieux cerner leur perception politique de l’écologie. Nous leur avons posé 4 grandes questions, et les résultats sont parfois surprenants.

 L’écologie est-elle un enjeu des régionales ?

Oui pour 70% des Français, l’écologie va peser beaucoup (26%) ou assez (44%) sur le scrutin des 14 et 21 mars prochains. Et qu’ils aient l’intention de voter UMP ou PS, ils sont une majorité – près des deux tiers – à le penser. D’ailleurs, si l’on en juge les politiques menées à l’échelle régionale (voir notre dossier) depuis 10 ans, les élus ne s’y trompent pas : le développement durable touche aujourd’hui tous les étages de la fusée région et les plans climat ont germé un peu partout.

 L’écologie plutôt à droite ou à gauche ?

Ou ni l’un, ni l’autre, ni même au centre ? Vaste question, sur laquelle débattent d’ailleurs Daniel Cohn-Bendit et Luc Ferry ce mois-ci à l’invitation de Terra eco. Nos sondés placent plutôt l’écologie à gauche (37%), mais pas trop (7% pour la gauche de la gauche). Ils sont 34% à la considérer hors du clivage droite-gauche et encore 17% à la situer au centre. En revanche, bien peu nombreux sont ceux sont qui la place à droite (4%), à peine plus parmi les sympathisants de l’UMP (10%). A force d’ouverture, on finirait presque par en douter : mais Jean-Louis Borloo, notre ministre de l’écologie (et plus), il est bien à l’UMP, non ? Certains se souviennent peut-être qu’il avait cofondé Génération Écologie en 1991 avec Brice Lalonde et Noël Mamère. Pas étonnant que les Français aient parfois du mal à s’y retrouver.

 Les personnalités qui incarnent le mieux la pensée écologiste

Sans surprise, en n’en déplaise à Claude Allègre, ce sont les personnalités issues des médias, Nicolas Hulot et Yann Arthus-Bertrand, qui arrivent en tête. Pour respectivement 41% et 33% des Français, ce sont ces deux hommes d’image qui incarnent le mieux l’écologie. Parmi les personnalités politiques, Daniel Cohn-Bendit explose les scores avec 21%, loin devant José Bové (13%), Jean-Louis Borloo (9%) ou Ségolène Royal (2%), qui s’était pourtant demandée, en septembre dernier et au micro de RTL, si elle ne serait pas la « meilleure candidate écologiste » pour la prochaine élection présidentielle.

 42% des Français ont déjà voté écolo

C’est peut être le résultat le plus surprenant de notre sondage. 42% des sondés déclarent avoir déjà voté – au minimum une fois – pour une liste ou un candidat écologiste dans leur vie. Ce qui démontre l’extrême volatilité Lire la suite

Publicités

Education au développement durable : « Réinterroger la nature de nos rapports à l’environnement »

vousnousils.fr, Laura Houeix, le 24 février 2010

EDD : « Réinterroger la nature de nos rapports à l’environnement »

Ré-orienter la sensibilisation au développement durable vers une éducation à l’environnement, telle est la proposition d’Yves Girault, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle. Rencontre avec ce chercheur qui prône un retour à la nature.

Alors que les initiatives fleurissent pour éduquer les plus jeunes au développement durable, quel est votre avis, en tant que chercheur, sur la manière dont est abordé ce sujet ?

Je pense tout d’abord que nous avons beaucoup perdu en passant d’une éducation à l’environnement, à une éducation au développement durable. En effet l’éducation au développement durable s’inscrit exclusivement dans le cadre d’une éthique anthropocentrée pour laquelle la seule valeur attribuée aux entités naturelles est une valeur instrumentale. La nature devient un moyen pour parvenir aux fins fixées par les êtres humains. L’éducation relative à l’environnement était plus riche puisque cette approche anthopocentrée était complétée par trois autres : une approche biocentrée, permettant d’appréhender la faune et la flore ; écocentrée pour aborder le fonctionnement des écosystèmes et enfin sociocentrée pour inscrire la problématique de l’environnement dans un contexte social, économique et politique. Aujourd’hui, même si beaucoup d’initiatives prises dans le milieu scolaire et associatif sont tout à fait louables, il est difficile de nier le fait que de très nombreux projets éducatifs privilégient une approche comportementaliste (tris des déchets, économie d’énergie) parfois même moralisatrice au détriment d’un enseignement pluridisciplinaire, qui permettrait aux élèves de réinterroger la nature de nos rapports à l’environnement, tant sur des aspects éthiques que sociologiques, économiques…

Y a-t-il une ou des approches plus adaptées ?

Suite à la recommandation de l’ONU de promouvoir le développement durable, nous pouvons observer des positionnements entre deux pôles : l’un adoptant, comme en France, une stratégie autoritaire de généralisation et, à l’autre extrémité, des propositions nationales plus distantes de la prescription onusienne, au sein desquelles le rapport à l’environnement est envisagé dans une perspective socioécologique, plus ample que la seule utilisation rationnelle des ressources. Bien entendu, entre ces deux pôles, on trouve divers positionnements comme en Norvège où cohabitent une éducation à l’environnement et une éducation au développement durable. Les enseignants sont alors libres de s’inscrire dans l’une ou l’autre de ces approches. Quel que soit son propre positionnement par rapport à l’EDD, il semble bien difficile, et certainement prématuré, de proposer cet enseignement très complexe aux jeunes élèves des cycles 1 et 2 du primaire pour qui la notion de temps est déjà un obstacle. Il serait certainement plus pertinent à leur égard de revenir sur une éducation à l’environnement, par le biais des classes vertes, par l’apprentissage du cycle des saisons, par exemple, qui reposent sur le contact direct et l’interaction entre l’apprenant et son environnement pour acquérir des connaissances et surtout permettre de s’imprégner physiquement et affectivement de cet environnement.

Les enseignants ont-ils les ressources et les moyens suffisants pour mettre en œuvre ce projet de sensibilisation au développement durable ?

Il existe à ce jour de très nombreuses ressources sur l’EDD pour aider les enseignants. Cependant, au vu de la complexité de la tâche, la question est de savoir si celles-ci sont suffisantes. Le premier obstacle, Lire la suite

Les solutions alternatives et locales d’encouragement de la consommation responsable se multiplient

mescoursespourlaplanete.com, NC, le 22 février 2010

Les solutions alternatives et locales d’encouragement de la consommation responsable se multiplient (1/2)

Après les cartes de fidélité locales et communautaires, les communes européennes redoublent d’initiatives pour encourager la consommation responsable. Ainsi, les monnaies alternatives et parallèles à la monnaie officielles visant à encourager les achats locaux et à stimuler la vie de la communauté se développent depuis quelques années.

Premier exemple : la petite ville de Langenegg (1 100 habitants), dans la région autrichienne du Vorarlberg, a inclus depuis quelques années, dans son programme pour stopper le déclin de son économie rurale, le soutien au commerce de proximité à travers un système d’économie locale appelé « billets-talents », accompagné du slogan « Vivre et acheter à Langenegg ! Utilisez vos talents ».

Les Talents d’une valeur d’un, cinq, dix, cinquante ou cent euros peuvent être acquis à la Raiffeisen Bank ou au bureau de poste : ils sont acceptés, par exemple, à l’épicerie, au salon de coiffure, à la fromagerie ou chez le menuisier (une réduction de 5% est même consentie la première année sur les achats pour ceux qui ont pris un abonnement mensuel aux « billets-talents »). Il est même possible de payer les loyers et les charges en Talents, ou de faire des dons aux associations !

Mais cette monnaie interne à la collectivité n’est ensuite échangée en euros qu’à la banque locale, avec une taxe de 10% qui est versée à un projet municipal.  Avantage constaté par les initiateurs du programme : les cycles économiques courts réduisent le transport motorisé, consolident la production locale et augmentent les contacts sociaux.

Dans le même genre, la ville anglaise de Brixton, dans le cadre de son engagement dans le mouvement dit de la  « transition » (qui vise à faire évoluer les villes vers l’indépendance énergétique et un mode de vie bas-carbone) a lancé en septembre dernier sa monnaie locale, le Brixton Pound.  Là encore, il s’agit d’une monnaie complémentaire à la Livre Sterling (la première lancée en Angleterre en zone urbaine), doublée d’un système de Lire la suite

Enquête sur la BIOmania

lefigaro.fr, Sophie Roquelle, le 19 février 2010

Enquête sur la biomania

Alimentation, cosméto, mode, techno… la vague bio déferle sur la France, avec ses codes, ses tribus et ses rites. Enquête sur un phénomène de société devenu un vrai business.

Peut-être avez-vous échappé, mesdames, au cadeau écolo chic de cette Saint-Valentin 2010 : un ensemble lingerie en copeaux de pin recyclés. Ras surez-vous, ce n’est que partie remise car tout porte à croire que ces dessous «sexy et responsables» ont de beaux jours devant eux. Depuis octobre, la petite société qui les fabrique à partir de déchets d’élagage voit ses ventes plus que doubler. Un engouement que sa fondatrice, Sophie Young (1), explique notamment par «le désir de bio».

Plus rien n’arrête la biomania qui déferle sur la France ! Du panier bio au savon au lait de jument en passant par le tee-shirt en chanvre et les ordinateurs en bambou, tout le monde veut consommer bio. C’est d’ailleurs le seul secteur à avoir échappé à la crise l’an dernier. Selon le baromètre 2009 de l’Agence Bio, nous sommes 46 % à avoir mangé au moins une fois par mois un produit issu de l’agriculture biologique, contre 44 % en 2008 et 42 % en 2007. La tendance va se poursuivre puisqu’un quart des consommateurs de bio déclarent vouloir en faire encore plus cette année, tandis que 71 % envisagent de maintenir leurs achats. Autrement dit, les adeptes du bio ne se détournent pas, même s’ils sont encore une petite minorité (2,5 % des achats alimentaires).

Il a fallu attendre 2008 pour que le bio quitte le marché ultraconfidentiel des néo-babas cool, rurbains et autres bobos pour devenir un vrai business. Cette année-là, les ventes de l’alimentation bio explosent (+ 25 %), atteignant 2,6 milliards d’euros. Et selon les premières estimations, elles auraient à nouveau connu une croissance à deux chiffres l’an dernier. Incroyable quand on sait qu’un panier de produits bio est en moyenne 22 % plus cher qu’un panier équivalent de produits « conventionnels » ! Selon l’UFC-Que Choisir (2), qui a passé au scanner 120 000 prix alimentaires dans près de 1 800 magasins, l’écart est encore plus important (57 %) si l’on compare notre panier bio avec un panier de marques distributeur.

L’autre grande nouveauté est que le bio sort de la table et envahit tout le champ de la consommation : déco, textile, high-tech… En témoigne le développement de l’enseigne Ekyog et de son «univers du doux-être» – vêtements et cosmétiques bio – créés par un couple de jeunes Rennais.

Les experts mettent en garde contre tout emballement. Le bio reste un marché de «niche» : à terme, il ne devrait guère dépasser les 10 à 15 % de la consommation alimentaire. Mais c’est un marché rentable, très rentable même. Les bio-consommateurs sont souvent issus «des classes moyennes supérieures», explique la sociologue Michelle Dobré (3), qui précise : «C’est bien plus une question de ressources culturelles que financières : le pratiquant intellectualise, il est critique sur sa consommation

Tout le monde veut aujourd’hui sa part du gâteau bio. A commencer par la grande distribution qui, selon l’UFC-Que Choisir, «a intégré ce Lire la suite

Sondage LH2 pour le Comite 21 : Pour vivre mieux et être plus heureux il faudrait …

comité21.org, Sondage LH2, le 21 février 2010

Sondage LH2 pour le Comite 21

Dans un contexte général anxiogène ou se mêlent incertitudes sociales, craintes environnementales et défiance vis-à-vis des institutions économiques, politiques ou scientifiques, les Français manifestent massivement a travers le sondage LH2 pour le Comite 21 leurs besoins d’authenticité et de repères.

Pour vivre mieux  et être plus heureux il faudrait …

· réinstaurer des règles de politesses et de savoir vivre pour 95% des Français et 64% qui sont tout à fait d’accord avec cette idée,

· avoir un projet clair pour la France pour les 20 prochaines années pour 82% des Français et 50% qui agréent tout a fait cette pensée,

· disposer d’un mode de vie plus en lien avec la nature pour 91% des Français et 42% qui sont tout a fait d’accord avec cette assertion,

· passer moins de temps a consommer  pour 65% des Français dont 28% qui se retrouvent tout a fait dans cette affirmation

Télécharger le sondage Lire la suite

Jean-Marie Pelt : Faire coïncider écologie et économie

lalibre.be, Charles Delhez, le 17 février 2010

Entretien avec Jean-Marie Pelt, président de l’Institut européen d’écologie.

Faire coïncider écologie et économie

Dossier « Notre planète »

Fils et petit-fils d’horticulteur, botaniste, Jean-Marie Pelt est un amoureux de la nature. Fondateur de l’Institut européen d’écologie à Metz, voici déjà quarante ans, il est de plus en plus préoccupé de l’avenir de notre la petite Planète bleue, riche jusqu’à présent, d’une étonnante biodiversité, véritable assurance-vie de l’humanité. Elle met en effet des ressources à notre disposition, que nous prélevons directement pour nous nourrir, nous vêtir Elle nous fait également bénéficier de sols fertiles, de forêts prospères, d’eau pure, d’insectes pollinisateurs Et, s’exclame Jean-Marie Pelt, ces services-là sont gratuits ! Rencontre à Metz, dans les bureaux de l’Institut, abrités dans le cloître des Récollets du XIVe siècle.

Jean-Marie Pelt, quel est donc votre vocabulaire actuel ? Parleriez-vous de développement durable, de modération joyeuse, de décroissance ?

Je ne parlerais pas de décroissance, car on reste alors dans le vocabulaire usuel. Or, il faut aujourd’hui percevoir les choses autrement. Je préfère donc parler d’économie durable, d’économie verte, d’économie en équilibre. L’économie doit devenir le mode ordinaire de production et de consommation des biens et services, et le lieu ordinaire où les gens trouvent un emploi. La croissance, elle, fait la part grande à la production de richesses, expression que je n’aime pas. En effet, en créant des richesses, on épuise les ressources qui serviraient aux suivants pour en produire eux-mêmes. Il faut repenser les axiomes de l’économie. Cette science s’est installée uniquement dans la société humaine et n’a pas du tout tenu compte des ressources de leurs limites. Economie et écologie doivent finir par coïncider, sinon l’économie sera une sorte de cancer se développant sur le monde des vivants, qui va finir par s’épuiser et tomber gravement malade.

Dans notre évaluation de la croissance des entreprises, par exemple, n’oublie-t-on pas la variable écologique et la variable humaine ? Sous cet angle, n’est-on pas en décroissance ?

Tout à fait ! Je vois que des gens souffrent au travail, à cause de la non-lisibilité des buts de l’entreprise, à cause de l’encadrement, de la pression au travail. Le bonheur intérieur brut n’y est pas. Il faut changer le fonctionnement de l’économie. Cette science récente repose sur des axiomes et des postulats qui n’ont jamais été démontrés, ainsi celui que plus on a de biens et de richesses, plus on est heureux. Côté écologie, rappelons-nous le procès Erika : on a évalué le prix des oiseaux mazoutés et la compagnie a dû payer. On a donné un prix à la nature pour qu’elle puisse entrer dans la mécanique économique. Mais en fait, c’est à la mécanique économique d’entrer dans la nature. L’économie est un sous-système de l’écologie et pas l’inverse.

Michel Serres reproche d’avoir pensé toujours les choses à deux termes, maîtres et esclaves, riches et pauvres, Nord et Sud… Il nous faudrait aujourd’hui les penser à trois termes, en donnant la parole à ce qu’il appelle la “Biogée”, la sphère des vivants. Serait-ce cela l’économie verte ?

Oui. Il s’agit de voir les choses en cohérence, de manière transversale (pluridisciplinaire aurait-on dit jadis). La vie, en effet, fonctionne en réseau. Les choses les plus lointaines peuvent avoir des rapports entre elles sans que le lien ne soit perceptible par nous. Au Canada, par exemple, les orques, qui sont carnivores, finissent par dévorer les loutres, parce qu’ils n’ont plus de poissons à manger. Du coup, les oursins – nourriture des loutres – se sont mis à proliférer, et le matelas d’algues, à diminuer. Mais c’est là que se logent les coquillages et les alvins. La population de poissons est donc menacée. Nous revoilà à la case départ : les orques dévorent désormais les loutres. C’est en interrelation subtile, avec des effets qui sont parfois éloignés de la cause première par un jeu de causes secondes, comme aux dominos.

L’écologie ne serait-elle pas aussi vieille que l’humanité, datant du jour où l’homme s’est distancé de la nature, tout en disant : et pourtant j’en fais partie ?

Justement, depuis quelques siècles, nous ne parlons plus ainsi en Occident. Les peuples premiers, eux, les Indiens, par exemple, ont un rapport fusionnel avec la nature. A la Renaissance, nous nous en sommes séparés. Cette dernière, devenue inerte, a perdu son sens. On en a fait un objet des sciences et de l’exploitation. C’est à tel point que Descartes Lire la suite