L’abandon de la taxe carbone, une triple erreur

energie.lexpansion.com, Alain Grandjean, le mardi 30 mars 2010

L’abandon de la taxe carbone, une triple erreur

L’annonce de la taxe carbone au lendemain des régionales ne laisse pas de doute à l’interprétation : il s‘agit bien d’une décision politique qui vise à tenter de rassembler la majorité en supprimant un foyer de discorde.

Une erreur politique

Pour autant, c’est une erreur au plan politique : notre pays n’a jamais eu autant besoin de direction et de sens. Cet volte-face de plus est l’aveu d’un manque de vision. D’autant qu’il  a été annoncé par le premier ministre puis par le président de la République dans des  discours ne faisant pas la moindre allusion  à la nécessité de tenir compte des enjeux écologiques et énergétiques ni du développement durable, alors que le numéro 2 du gouvernement, Jean Louis Borloo également ministre d’Etat,  est toujours le ministre de l’Ecologie. Il est évident que le repli annoncé sur des valeurs traditionalistes ne constitue pas un cadre politique suffisant dans un monde aux incertitudes croissantes et confronté à des risques nouveaux qu’ils soient géopolitiques, sanitaires, énergétiques ou écologiques. Or il est difficile de croire que ces enjeux ne seront pas présents aux élections présidentielles de 2012. Il est encore plus difficile de croire à l’efficacité d’une politique qui ne serait pas fondée sur des processus d’écoute et de concertation permettant de tenir compte sérieusement de l’ensemble des informations disponibles.

Le gouvernement était divisé sur la manière de piloter le passage à une économie durable, avec des missions contradictoires (la relance de la croissance confiée à la commission Attali, la remise en cause du concept et de sa mesure confiée à la commission Stiglitz-Sen-Fitoussi), avec des difficultés de communication et de coopération bien connues entre le MEEDM (Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer) et Bercy. Il était sans doute préférable de procéder un remaniement ministériel d’envergure, par exemple en réunissant  l’économie et le développement durable, pour impulser un nouveau souffle et un nouveau mode de travail, seul à même de redonner cette direction et  ce sens.

Une erreur économique et sociale

Au plan économique, le refus manifeste d’envoyer un « signal carbone », même limité et cantonné (du fait des exemptions du projet de loi),  est une grave erreur. Sans ce signal,  comment orienter les acteurs économiques vers une économie moins dépendante d’énergies fossiles dont le prix va augmenter inévitablement dans les très prochaines années ? Comment  inciter les entreprises à investir dans des produits et des services « bas carbone », dont les ménages et les entreprises auront le plus grand besoin ? Comment préparer les esprits à la grave menace, celle d’une hausse du prix des énergies,  qui pèse sur tous ? Rappelons qu’un « signal prix » est entendu par tous les agents économiques contrairement à des discours, et surtout dans une période de perte de confiance dans les autorités, notamment politiques. Ne rien faire sur ce plan c’est laisser les forces de marché décider de ce prix et de ces aléas. C’est laisser les plus précaires dans des difficultés croissantes. C’est ne pas se préparer à un prochain choc pétrolier (annoncé à horizon de 2 ou 3 ans par les entreprises du secteur et  par les économistes), dont les effets économiques et sociaux seront insupportables à beaucoup d’entreprises et de ménages.

Une erreur écologique

Inutile de dire qu’au plan écologique, c’est aussi une erreur. A supposer que l’Europe retrouve le chemin de la croissance, sans taxation progressivement plus forte du carbone dans les secteurs diffus, ce qui était l’objet de la taxe, cette expansion s’accompagnera Lire la suite

Publicités

Saint Médart-en-Jalles : Conférence sur « L’irradiation des aliments » vendredi 2 avril à 20h30

CRIIRAD et ASCO, communiqué, le 31 mars 2010

Conférence

L’irradiation des aliments

Le vendredi 2 avril 2010 à 20h30

Par Cyril Giraud, administrateur de la CRIIRAD

Organisé par la CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) et l’ASCO (Association socio culturelle de l’ouest)

Salle Georges Brassens

Près de l’espace aquatique

144 avenue Anatole France

Saint Médart-en-Jalles

Entrée libre et gratuite

Plus d’infos Lire la suite

Dans le cadre de l’Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux en Aquitaine, la LPO recrute des observateurs de la migration postnuptiale et un animateur et lance un appel au bénévolat/volontariat

LPO Aquitaine, communiqué, le 1er avril 2010

Dans le cadre de l’Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux en Aquitaine, programme d’étude de la migration des oiseaux, la LPO Aquitaine recrute des observateurs de la migration postnuptiale et un animateur et lance un appel au bénévolat/volontariat

Offres d’emploi

Missions 

Recherche, identification et comptage des oiseaux migrateurs (Rapaces, cigognes, grues, pigeons, limicoles, laridés, passereaux)

Caractérisation du contexte météorologique

Saisie des données

Accueil du public 

Profil  

Coordinateur et observateurs 

Très bonne connaissance dans l’identification en vol des oiseaux migrateurs (jizz, cris)

Capacité à décrire un contexte météorologique

Capacité à appliquer un protocole strict

Connaissance de l’outil informatique

Bonne résistance physique (soleil, vent, pluie, froid, chaud)

Aptitude à la vie en groupe

Autonomie dans le travail

Connaissance théorique du phénomène migratoire  

Animateur 

Sens du contact

Bonne résistance physique (soleil, vent, pluie, froid, chaud)

Aptitude à la vie en groupe

Autonomie dans le travail

Connaissance théorique du phénomène migratoire

Titulaire d’un diplôme dans le domaine de l’Education à l’Environnement 

Postes à pourvoir 

Col d’Organbidexka, Larrau, Pyrénées-Atlantiques 

un coordinateur de sites du 15 juillet au 15 novembre 2010

un observateur du 15 juillet au 15 novembre 2010

un animateur du 1er août au 30 septembre 2010 

Redoute de Lindux, Banca, Pyrénées-Atlantiques 

Un observateur du 15 juillet au 15 novembre 2010

Un observateur du 15 septembre au 15 novembre 2010-03-30 

Col de Lizarrieta, Sare, Pyrénées-Atlantiques 

Deux observateurs du 15 septembre au 15 novembre 2010

Un animateur du 1er octobre au 31 octobre 2010 

Cap Ferret, Lège-Cap-Ferret, Gironde 

Deux observateurs du 1er septembre au 15 novembre 

Conditions financières 

Contrats saisonniers.  

Coordinateur : 1630 euros brut/mois

Observateur : 1530 euros brut/mois

Animateur : 1530 euros brut/mois 

Les frais de déplacements entre le lieu d’hébergement fourni et les sites d’étude sont pris en charge dans la mesure des budgets impartis 

Conditions particulières 

Hébergement fourni

Pour le poste de quatre mois à Lindux, pratique orale de l’espagnol ou de l’euskara indispensable

Pour le poste d’animateur, priorité sera donnée à une personne disponible sur la période de trois mois (deux mois à Organbidexka, un à Lizarrieta)

Date limite de réception des offres : 23 avril 2010

Sélection à partir du 15 mai 2010

Permis B et véhicule personnel appréciés

Les embauches seront soumises à un entretien préalable au siège de la LPO Aquitaine à Bègles, courant juin.

Envoyer CV et lettre de motivation de préférence par courriel à 

Jean-Paul URCUN

Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux

LPO Aquitaine

Erdoia
64120 LUXE-SUMBERRAUTE

05 59 65 97 13

Offre de bénévolat 

Mission 

Soutien aux postes décrits ci-dessus

Saisie de données

Participation aux tâches collectives  

Profil 

Aucune connaissance ornithologique exigée

Bonne résistance physique (soleil, vent, pluie, froid, chaud)

Aptitude à la vie en groupe

Majeur 

Conditions 

Hébergement fourni

Formation initiale au phénomène migratoire et à l’étude de la migration par les Observateurs salariés

Aide à la reconnaissance des oiseaux migrateurs par les observateurs salariés

Nourriture et entretien à la charge des participants

Durée au choix de participants

Pas de date limite d’inscription 

Conditions particulières 

Sur la Redoute de Lindux, dans le cadre du Camp International d’Etude de la Migration des places d’écovolontaires sont proposées incluant l’hébergement, la nourriture et l’encadrement. Fonctionnement par période de dix jours à compter du 3 août et jusqu’au 27 septembre 2010.  

Le Camp International de Lindux reste ouvert aux bénévoles dans le cadre des conditions générales en dehors et pendant la période où l’écovolontariat est possible. 

Le camp d’étude de la migration de la Pointe de Grave au Verdon/Mer, Gironde est ouvert jusqu’au 31 mai 2010 aux conditions générales du programme ORMO 

Pour toute correspondance, joindre le coordinateur du programme ORMO, Jean-Paul URCUN, de préférence par courriel à

Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux

LPO Aquitaine 

Erdoia
64120 LUXE-SUMBERRAUTE

05 59 65 97 13 

http://www.migraction.net/pdffiles/news/dossier_participation_ORMO-6698.pdf jeanpaulurcun.lpo@neuf.fr ou à défaut par courrier à : Jean-Paul URCUNjeanpaulurcun.lpo@neuf.fr

Climat : Les créationnistes entrent dans la danse

vert.courrierinternational.com, The New York Times, Leslie Kaufman, le 18 mars 2010

Les créationnistes entrent dans la danse

Aux Etats-Unis, les opposants à la théorie de l’évolution gagnent du terrain en liant ce débat à celui du réchauffement climatique.

Dans le Kentucky, un projet de loi présenté récemment veut inciter les professeurs des écoles à discuter “des points forts et des points faibles de théories scientifiques [comme] l’évolution, les origines de la vie, le réchauffement climatique et le clonage humain”. Ce texte, actuellement en cours d’examen, s’inspire d’initiatives encore plus radicales cherchant à fusionner ces questions.

L’an dernier, le Texas Board of Education a officiellement demandé aux enseignants de présenter tous les aspects du débat sur la théorie de l’évolution et le réchauffement climatique. En 2009, l’Oklahoma a présenté un projet de loi similaire, mais le texte n’est pas entré en vigueur. Dans le Dakota du Sud, une résolution appelant à un “enseignement impartial sur le réchauffement climatique dans les écoles publiques” a été adoptée au début du mois de mars. “Le dioxyde de carbone n’est pas un agent polluant mais une substance hautement profitable à toute la vie végétale”, affirment les auteurs de cette résolution.

Cette volonté de rattacher le débat sur la théorie de l’évolution à celui du réchauffement climatique fait partie d’une stratégie juridique. Les tribunaux américains ont en effet jugé que, en ne ciblant que la théorie de l’évolution, ses opposants violaient le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat. En incluant le réchauffement climatique comme objet de débat en classe, les opposants à la théorie de l’évolution peuvent donc arguer qu’ils ne font que militer pour la liberté d’enseignement. Ces groupes profitent aussi du scepticisme croissant de l’opinion publique à l’égard du réchauffement climatique, notamment parmi les responsables politiques conservateurs qui s’opposent à la limitation des émissions de gaz à effet de serre.

Les chrétiens évangéliques ne nient pas tous la réalité du réchauffement. Il existe même un mouvement écologique évangélique affirmant que, Dieu ayant créé la Terre, les hommes ont le devoir de la protéger. Il ne fait toutefois guère de doute que les discours des climatosceptiques ont plus de succès chez les conservateurs, notamment chrétiens. Une étude publiée en oc­tobre par le Pew Research Center for the People and the Press, un think tank américain, a révélé que les protestants évangéliques blancs constituaient le groupe le plus méfiant vis-à-vis des “preuves concrètes” liant le réchauffement climatique aux activités hu­maines. Parmi eux, seuls 23 % reconnaissaient la réalité de cette corrélation, tandis qu’ils sont 36 % dans l’ensemble de la population américaine.

Le révérend Jim Ball, directeur des programmes sur le climat de l’Evangelical Environmental Network, réseau de chrétiens acceptant l’interprétation scientifique du réchauffement climatique, explique que, Lire la suite

Fondation Nicolas Hulot, Lettre ouverte aux citoyens signataires du pacte écologique

Fondation Nicolas Hulot, Cécile Ostria Directrice générale de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, lettre ouverte, le 30 mars 2010

Lettre ouverte aux citoyens signataires du pacte écologique

Cher-e-s ami-e-s,

En 2007, vous avez signé, comme 750 000 Français le Pacte écologique porté par la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme. Votre mobilisation sans précédent a permis d’obtenir l’engagement de Nicolas Sarkozy, de 9 autres candidats à la présidentielle, et de plus de 400 députés et sénateurs de faire de l’environnement une priorité de l’action publique. Des avancées concrètes ont été obtenues : création d’un n°2 du gouvernement en charge du développement durable, les conclusions du Grenelle de l’Environnement et le vote à l’unanimité de la loi Grenelle I… qui ont suscité beaucoup d’espoir.

Le Pacte Ecologique n’est plus respecté

Avec le Grenelle de l’Environnement, nous pensions le constat partagé, nous pensions pouvoir nous concentrer sur la recherche de solution, il n’en est rien. Les mots clefs des années à venir sont désormais exclusivement la compétitivité, l’emploi, la santé comme si toutes ces problématiques ne dépendaient pas profondément de l’état de notre environnement. Le développement durable n’est décidément pas l’axe structurant de l’ensemble des politiques publiques. C’est au mieux un axe parmi d’autres : l’économie, le social, l’agriculture, la culture. Au pire, un axe opposé aux autres. Le discours dominant redevient celui d’il y a plusieurs années : la réponse aux défis écologiques est de nouveau systématiquement opposée à la compétitivité économique et à la protection des emplois. L’environnement redevient un simple enjeu électoral, une variable d’ajustement. Ce n’est pas l’esprit du Pacte écologique.

Il nous faut changer de modèle économique, poser les bases d’une croissance sélective, ancrées sur la préservation et un meilleur partage des ressources naturelles. Les emplois, la compétitivité des entreprises, sont menacés par les crises environnementales. La raréfaction des ressources énergétiques, la destruction des écosystèmes vont accentuer la vulnérabilité des plus faibles d’entre nous, fragiliser nos économies et nos démocraties et générer de nouvelles sources d’affrontements. C’est ce que n’ont pas compris la plupart des responsables politiques et économiques.

Une suspension nécessaire pour plus d’efficacité

C’est pourquoi, la Fondation Nicolas Hulot décide de suspendre sa participation aux groupes de travail mis en place par le gouvernement jusqu’à ce que des décisions fortes remettent le développement durable au cœur des politiques publiques. Depuis 3 ans, Lire la suite

Positionnement de la SEPANSO sur les LGV

sepanso.org, Pierre Delacroix, Président d’Honneur de la SEPANSO, le 19 mars 2010

Positionnement de la SEPANSO sur les LGV

1.- Rappel historique

Le développement du système TGV date des années 70. A cette époque, le lancement du système avait un double but :

– D’abord, irriguer le territoire national par un réseau modernisé de chemin de fer, s’inscrivant dans une perspective volontariste d’Aménagement du Territoire.

– Ensuite, mettre ce réseau en position d’alternative à la tentation de développement d’un Réseau aérien qui aurait mis les principales métropoles du territoire national à quelques heures de la capitale. Comme on le voit, c’est une vision « hyper-centralisatrice », celle qui a dominé pendant le XIXe siècle et les trois quarts du XXe siècle.

Ces deux finalités ont eu pour effet, par leur logique de modernisation et d’aménagement du territoire, de conduire les écologistes des décennies 70-80 à juger « acceptable » le système TGV, malgré les problèmes déjà perceptibles et déjà analysés à l’époque.

Géographes et économistes discutent encore du résultat de la première option. Elle a été reconnue comme positive de façon générale, à partir des hypothèses de départ, et ce n’est que quelques décennies plus tard (disons en gros à partir de 2000) que le principal effet négatif a été mis en évidence, un effet lié très étroitement au facteur vitesse. Comme prévisible, le système a polarisé positivement les extrémités des lignes : en général, des métropoles régionales, aux dépens des pôles urbains intermédiaires sur lesquels les lignes, par définition, faisaient l’impasse.

Tout autant pour des raisons de capacité des lignes que de sécurité, la grande vitesse à la française (>250 km/h) ne supporte pas le partage des lignes avec des convois lents, malgré les affirmations de ses défenseurs. Il n’existe aucun cas de ce genre en France. Cela ne serait possible qu’avec des vitesses telles que celles pratiquées par nos voisins européens. Cette vitesse élevée impose également une distance de séparation des voies[1] un peu plus importante que sur les lignes classiques afin de limiter les effets de souffle lors des croisements. Ceci a conduit à vouloir créer systématiquement des lignes nouvelles dédiées à la grande vitesse plutôt que de réutiliser le réseau existant.

Compte tenu des contraintes de pente et de courbure imposées par la grande vitesse d’exploitation recherchée, la construction de lignes nouvelles à grande vitesse occasionne des dommages environnementaux très importants et totalement irréversibles sur leur tracé, et impose des contraintes très lourdes (altération des paysages, coupures de voirie, bruits et vibrations, dépréciation du foncier) aux nouveaux riverains qui, des lignes nouvelles, ne subissent que les inconvénients. En effet, non seulement ils ne bénéficient pas de la desserte par TGV qui sera réservée aux métropoles situées aux extrémités des lignes, mais encore ils perdent la qualité du service jusque là offert par le réseau classique puisque les efforts financiers très importants consentis en direction des lignes nouvelles se traduisent systématiquement par un abandon progressif des lignes qui assuraient la desserte fine des territoires.

Aujourd’hui, les Régions ont pris le relais pour les dessertes locales, Le système des TER s’efforce de compenser non sans difficultés la polarisation des villes extrêmes. Mais c’est une des raisons qui a soulevé peu à peu, et de plus en plus vigoureusement, une profonde remise en cause des LGV par les populations régionales, réduites à Lire la suite

Dossier le Monde magazine sur les écolo-sceptiques – Les orphelins du progrès

lemonde.fr, Laurent Carpentier, le 26 mars 2010

Les orphelins du progrès

Dans sa petite bibliothèque des horreurs, Jean-Paul Krivine a rangé homéopathes, militants anti-OGM, agriculteurs biodynamiques, sourciers et chiropracteurs au même rayon que les anti-évolutionnistes à crucifix et les amateurs d’ovni. A la tête de l’AFIS, l’Association française pour l’information scientifique, cet « ingénieur en intelligence artificielle » est un rationaliste qui bataille contre le plus grand risque qui puisse, selon lui, nous frapper : la remise en question de sa sainte trinité, « progrès, humanisme et universalité ».

L’homme est nerveux. Il se demande ce que je lui veux. J’ai bien précisé au téléphone que la revue dont il est le rédacteur en chef, Science et pseudo-sciences, m’avait il y a deux ans étrillé pour un reportage en Suède à la rencontre de ces « électro-sensibles » qui fuient dans les forêts les ondes des portables et de la Wi-Fi. Crime de lèse-science : la revue expliqua comment je manipulais le lecteur, l’amenant à penser qu’une technologie inoffensive pouvait être un risque pour la santé. Disons-le simplement : je n’ai pas d’avis sur la dangerosité des ondes. Et je n’ai pas pris rendez-vous avec Jean-Paul Krivine pour régler des comptes mais pour tenter de comprendre d’où vient ce sentiment de citadelle assiégée qui l’anime.

« LE PRINCIPE D’INCERTITUDE »

« Nous sommes un lobby rationaliste raisonnable, explique-t-il scrupuleusement. Parce que je crois en la notion de progrès. Parce que je ne crois pas que la nature soit bonne. Parce que l’on vit aujourd’hui plus longtemps et en meilleure santé qu’autrefois et que, lorsque sa voiture est en panne, on ne va pas dans un garage alternatif. » Réponse tranchée ? Certes, mais expression d’un malaise qui traverse la recherche française, écartelée entre le primat de l’ingéniosité humaine promettant des lendemains toujours meilleurs et l’émergence, mise en lumière par la crise climatique, d’un sentiment nouveau de finitude du monde. Hors de la science, point de salut ?

Il aura suffi d’un hiver froid pour que les tenants de la suprématie du génie humain reprennent du poil de la bête. Le Mythe climatique, titre le mathématicien Benoît Rittaud (Le Seuil), L’Imposture climatique, confirme Claude Allègre (Plon), CO2 un mythe planétaire, ajoute Christian Gerondeau (Editions du Toucan). Et dans Libération, Pascal Bruckner, nouveau philosophe devenu néoconservateur, dénonce ces climatologues qui jettent le discrédit sur notre modèle de société : « Un nouvel obscurantisme se propage qui avance sous le masque de la science. (…) Sur le thème de l’effroi, une tribu de pythies, mages, utopistes, vaticine et menace. Il manque à ces prophètes de se soumettre aux bénéfices du doute et d’inclure dans leurs prédictions le principe d’incertitude. » Un simple renversement du baromètre et ce n’est pas seulement le spectre du réchauffement climatique qui repart aux oubliettes mais tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une critique de notre modèle de société.

AU COIN DU BON SENS

« Pourquoi voulez-vous un développement durable? Notre développement est durable« , s’amuse Christian Gerondeau, de ses mots toujours « frappés au coin du bon sens ». Ne croyez pas que ce robuste et charmant giscardien soit le représentant d’un lobby, ce n’est pas vrai. Oui, bon, d’accord, il reçoit dans ses bureaux à l’Automobile club, mais son livre, CO2 un mythe planétaire, n’est pas du tout le brûlot qu’il semble être, où Al Gore serait décrit comme un « charlatan » et les travaux de Nicholas Stern ne reposeraient « sur aucun chiffrage sérieux ». Non, Christian Gerondeau est un ingénieur, « c’est-à-dire quelqu’un qui regarde les faits et en tire des conclusions ». Son père, son grand-père avant lui, son fils, sa petite-fille après lui… Tous ont fait Polytechnique. Lui-même en est sorti en 1957 pour l’Ecole des ponts et chaussées. Un pedigree qui ne pousse pas à la remise en cause. « Les gens qui ont faim, qui logent dans des huttes et dont les enfants meurent, veulent tous se développer… », déclame-t-il, plein de sa propre sagesse.

Christian Gerondeau est le parangon de cette classe sociale d’ingénieurs née de la révolution industrielle, qui conquit d’abord le pouvoir technique, puis le pouvoir social et enfin politique. Et d’affirmer, dépositaire assumé d’une modernité prospère : « On sous-estime toujours la capacité du progrès technique! Ne nous posons pas aujourd’hui les problèmes de demain. »

« DES GENS DANGEREUX »

Aux gémonies, ces nostalgiques passéistes qui prônent le ferroutage, s’opposent au nucléaire ou firent interdire le DDT, causant, dit-il, Lire la suite