Comment les politiques publiques peuvent-elles orienter les modes de consommation à l’horizon 2030 ? – Rapport : 25 propositions pour une consommation durable

Comment les politiques publiques peuvent-elles orienter les modes de consommation à l’horizon 2030 ? – Rapport : 25 propositions pour une consommation durable

Cdurable.info, David Naulin, vendredi 28 janvier 2011

http://www.cdurable.info/Rapport-25-propositions-pour-une-consommation-durable-Centre-Analyse-Strategique,3223.html

Les études réalisées par le Crédoc montrent que nous sommes de plus en plus nombreux à avoir conscience de la nécessité de protéger notre planète et de s’engager vers le développement durable, mais, que seule une minorité d’entre nous agit en ce sens. Le paradoxe est encore plus important dans la consommation. Les « consomm’acteurs », qui privilégient au moins occasionnellement les produits issus du commerce équitable, de l’agriculture biologique ou de circuits de production régionaux, ne représenteraient environ que 20 % de la population. Face à ces constats, le gouvernement a souhaité que le Centre d’analyse stratégique (CAS) établisse le bilan des pratiques actuelles de « consommation durable », explicite les leviers d’action dont dispose la puissance publique pour modifier les pratiques en faveur d’une consommation plus durable et propose des recommandations en ce sens. Commandé par le Gouvernement, ce rapport du groupe de travail présidé par Elisabeth Laville, présente 25 recommandations pour diffuser pleinement les réflexes de consommation durable au sein de la société française.

Éduquer à la consommation (durable) dès le plus jeune âge

Encourager les initiatives pionnières de terrain dans une logique « ascendante »

Soutenir l’innovation au service de la consommation durable

Mettre en place les outils économiques nécessaires

Encourager l’État et les collectivités territoriales à adopter des politiques de consommation et de commande publique durables

Assurer un suivi pérenne de la politique nationale de consommation durable

Télécharger le rapport

Synthèse du rapport

Avant toute politique de consommation durable, il s’agit de déterminer dans quelle mesure une alternative au modèle de la « consommation-accumulation » est possible. Il ne s’agit aucunement de prôner l’émergence d’une société de la décroissance, qui ne serait compatible ni avec la prospérité de l’économie française ni avec la soutenabilité de notre endettement. Si une évolution vers une société durable doit être amorcée le plus tôt possible, elle ne doit pas être imposée brutalement. Elle devra être suffisamment attractive pour motiver les changements de comportements et se construire en collaboration avec les parties prenantes, comme le souligne le récent livre de Dominique Bourg et Kerry Whiteside, qui propose de « repenser la démocratie » pour répondre au défi écologique [1]. Une politique de consommation durable ne peut de fait se concevoir que dans la mesure où elle s’intègre dans la vision partagée d’une société qui relativise l’importance de la consommation dans nos vies, nos relations sociales, notre culture.

Nous devons faire décroître dès aujourd’hui notre impact environnemental, nos émissions de gaz à effet de serre et les prélèvements de ressources naturelles de manière sélective, dans certains secteurs. Dans le même temps, il est urgent d’explorer les opportunités de croissance liées à la consommation de produits et services durables, innovants (économie de fonctionnalité, écoconception, circuits courts…). Les fondements d’une politique spécifique de consommation durable pourraient donc être posés sous forme d’objectifs simples visant à réduire l’impact des modes de consommation français, en concertation avec les parties prenantes. Cette stratégie devra ensuite être déclinée dans des secteurs prioritaires compte tenu de leur impact (essentiellement l’alimentation, le logement dont l’électronique, le transport dont le tourisme).

L’implication de l’ensemble des acteurs, notamment des ménages dont la contrainte de revenu est la plus forte, est un aspect central et devra conduire à adopter des approches différenciées pour qu’ils ne restent pas à l’écart de cette politique.

Plusieurs facteurs devront être pris en compte pour assurer son efficacité :

  • reconnaître la consommation durable comme un sujet à part entière ;
  • considérer l’ensemble du cycle de vie des produits et services ;
  • instituer une gouvernance mêlant l’approche descendante traditionnelle (réglementation, contrôle, information, incitation, etc.) à une approche plus ascendante, volontaire, participative, à l’écoute des initiatives innovantes, en soutien des groupes sociaux pionniers et déjà convaincus, qui peuvent avoir un effet d’entraînement ;
  • faire évoluer notre modèle de consommation en s’appuyant sur des relais culturels ;
  • adapter la stratégie aux évolutions sociales et technologiques ;
  • viser la réorientation des comportements des producteurs et des consommateurs à long terme.
  • Éduquer à la consommation (durable) dès le plus jeune âge

L’éducation à la consommation devrait amener chaque citoyen, à tout âge, à intégrer le développement durable dans ses réflexes et habitudes de consommation. L’une des difficultés consistera à Lire la suite

Pic-Nic écomobilité le 6 juin à 12h30 sur les quais de Queyries à Bordeaux

velo-cite.org, communiqué, le 9 mai 2010

Une seule adresse pour le 6 juin ! Les quais à Bordeaux!

Vélo-Cité fête ses trente ans, + un pic-nic écomobilité piloté par le PUMA (Pôle Urbain des Mobilités Alternatives) et d’autres associations + la Fête du Vélo avec 7 concentrations sur les quais.

Participez à cette grande manifestation ! de nombreuses associations présentes.

A la suite de l’exposition photographique « Vélo-Cité a 30 ans », exposée tout le mois d’avril, sur les Grilles du Jardin Public de Bordeaux, Vélo-Cité poursuit les invitations festives et continue de fêter ses trente ans d’existence pour La Fête du Vélo édition 2010.

Toujours sous son label « Vélo-Cité a 30 ans », l’association organise le Dimanche 6 Juin, en collaboration avec d’autres associations d’écomobilité de Bordeaux et de la CUB : « PUMA » , « Autocool » , « AIR » , »Mille Pattes » « TACA » , « Droits du Piéton » et « Oui au Tram », un grand rassemblement écomobile pour tous avec stands et animations d’une rive à l’autre de la Garonne, une « Fête du Vélo spéciale 30 ans » et un « Grand Déjeuner sur L’Herbe » rive droite Quai de Queyries.

Des vélobus encadrés par des bénévoles de l’association partiront de 7 points de la CUB en direction des Quinconces en matinée.

Sinon, vous pouvez venir dès 10 heures, rive gauche, quai Louis 18, esplanade face aux Allées de Munich. Vélo-Cité y présentera des sensibilisations et ateliers pédagogiques (atelier camion « angles-morts » de la CUB, plateau de maniabilité-vélo…), mais aussi des animations culturelles et artistiques :

– des chanteurs d’opéra à vélo « Les Vélomanes » donneront trois récitals d’une rive à l’autre du fleuve, guidant la déambulation

– les auteurs du livre-BD « Les Petites Reines de Bordeaux », présents sur site, dédicaceront leur oeuvre sur le stand de Vélo-Cité.

De là, la caravane de vélocipèdes partira à 12h30 pour la rive droite, traversera le Pont de Pierre et viendra s’installer pour ce grand déjeuner champêtre sur l’herbe du Quai de Queyries au  » Parc des Angéliques » (entre les restaurants « l’Estacade » et « La Petite Gironde ») ! C’est la première fois que les associations de l’écomobilité de l’agglomération bordelaise se réunissent pour une manifestation conviviale, artistique et festive de cette ampleur. Amenez vos Lire la suite

Consommation durable : avant de changer, les Français veulent être convaincus

lesinfosvertes.hautefort.com, NC, le 5 avril 2010

Consommation durable : avant de changer, les Français veulent être convaincus

Faire peur en annonçant l’Apocalypse climatique ou prétendre sauver la planète en vendant du yaourt bio ne suffira pas à convaincre les Français de changer de comportement en matière de consommation durable !

Désormais, ils demandent des preuves, du concret, des résultats vérifiables.

C’est l’enseignement principal de l’enquête Ethicity menée en février et mars 2010 auprès d’un panel de 4 373 Français, menée en collaboration avec Aegis Media Expert et en partenariat avec l’Ademe à l’occasion de la Semaine du développement durable.

Ras-le-bol du marketing sur le développement durable

Le sondage montre que les Français sont saturés, parfois même exaspérés, des discours écolos utilisés par les publicitaires pour vendre des voitures en montrant des ours blancs …

54 % d’entre eux déclarent être méfiants sur le discours des marques et des entreprises en matière de développement durable ;

53 % des Français pensent qu’il y a trop de messages publicitaires sur la consommation durable ;

43 % d’entre eux vont jusqu’à ne plus supporter les messages des marques sur l’environnement, un constat particulièrement marqué chez les seniors ;

65 % estiment qu’il y a trop de labels pour les produits durables : cette profusion d’information tend à créer de la confusion ;

62 % disent ne pas pouvoir juger de la meilleure qualité des produits durables.

Le développement durable, une valeur en baisse

Cette saturation du discours commercial, qui s’ajoute peut-être à la crise économique et aux échecs de la négociation climatique, se lit dans les réponses aux questions sur les comportements des consommateurs.

75% des Français croient toujours à une consommation plus responsable : cela reste élevé mais on note une baisse de 6 points par rapport à l’an passé.

60 % (- 9 points) déclarent avoir changé leur comportement en faveur du développement durable en 2009.

47 % ont opté pour une consommation plus Lire la suite

Conférence débat le jeudi 11 mars : « Crise climatique, énergétique, écologique… : l’approche des territoires en transition est-elle adaptée à l’agglomération bordelaise » ?

MNE Bordeaux-Aquitaine – Université populaire de l’environnement, Communiqué, le 4 mars 2010

La Communauté Urbaine de Bordeaux et la Maison de la Nature et de l’Environnement Bordeaux-Aquitaine, vous invitent dans le cadre du Plan climat de la CUB et de l’Université Populaire de l’Environnement, à participer à une conférence-débat publique : le jeudi 11 mars de 18h00 à 20h00

Hôtel de la Cub (Esplanade Charles de Gaulle) – salle des commissions réunies 

« Crise climatique, énergétique, écologique… : l’approche des territoires en transition est-elle adaptée à l’agglomération bordelaise » ? 

Assurer la transition d’un mode de vie qui repose sur une énergie disponible et bon marché, à un mode de vie plus sobre, avec une énergie rare et chère, pourrait bien être une des priorités de cette nouvelle décennie. 

Avec Pierre Radanne (consultant, ancien président de l’ADEME)

et Simon Charbonneau (juriste en droit de l’environnement, militant associatif). 

En présence de Laure Curvale, Vice Présidente de la Cub en charge du plan climat.

Nous vous invitons, en amont de cette conférence, à découvrir plusieurs initiatives qui se mettent en place en Europe :

Lors des négociations de Copenhague en décembre 2009 un collectif de communautés locales a adopté Une déclaration des peuples au Klimaforum09 – Changeons le système ! Pas le climat ! Parmi les revendications : trouver de vraies solutions à la crise climatique basées sur une utilisation sécurisée, propre, renouvelable et durable des ressources naturelles, ainsi qu’une transition vers une souveraineté alimentaire et énergétique, foncière et sur les ressources en eau.

http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/Declaration_des_Peuples_au_Klimaforum_-_Changeons_le_Systeme_Pas_le_Climat_Ultimate_Version.pdf

Le Parlement Wallon a adopté à l’unanimité le 18 juillet 2008 une Résolution sur les pics du pétrole et du gaz. Elle manifeste la prise de conscience du défi majeur que représente le pic pétrolier, tout en prenant en considération le changement climatique. En effet, si les experts ne s’entendent pas sur la date du pic, ils conviennent qu’il est inéluctable et qu’il n’y a pas d’alternative unique au pétrole. Il est donc urgent pour les députés wallons d’adopter des mesures de transition.

http://www.weblex.irisnet.be/data/crb/Doc/2008-09/113709/images.pdf

Une petite ville du Sud-Ouest de l’Angleterre s’est mobilisée depuis septembre 2006, pour vivre sans dépendre des apports extérieurs. L’objectif : réduire la consommation de produits transportés qui ont une lourde empreinte carbone. Il s’agit de la ville en transition [transition town] la plus avancée du monde, pionnière d’un mouvement qui, face au double défi du changement climatique et de la fin prochaine du pétrole à bon marché, a pour objectif de réduire sa consommation énergétique et son empreinte carbone

Le site francophone des villes et communautés en transition http://www.villesentransition.net/

Les sites des territoires français en transition Lire la suite

Les ressourceries, un outil novateur appelé à se développer

actu-environnement.com, Florence Roussel, le 12 janvier 2010

Les ressourceries, un outil novateur appelé à se développer

Dans un contexte de maîtrise de la production de déchets, les ressourceries ont une place à prendre dans les quartiers. Si les bénéfices sont nombreux, leur création reste toutefois semée d’embûches. Détails.

Que faire des appareils électroniques qui fonctionnent encore mais dont nous ne voulons plus ? des meubles dont nous devons nous séparer pour cause de déménagement ? ou des nombreux objets qui pourraient être utiles à d’autres (vaisselle, vêtements…) ? Si plusieurs acteurs sont susceptibles d’être intéressés comme le réseau Emmaüs ou la filière Relais, de nouvelles organisations sont appelées à se multiplier : les ressourceries. Le principe est simple : la ressourcerie collecte les objets pour les réparer ou les détourner et les revendre sans but lucratif.  »Les ressourceries collectent, valorisent, revendent et sensibilisent pour prolonger la durée de vie des produits et inciter au changement de comportement », a expliqué Sandrine Simeon, chargée de développement du Réseau des Ressourceries à l’occasion d’une réunion d’information organisée par l’Observatoire Régional des Déchets d’Ile-de-France (ORDIF).

Un fonctionnement au cas par cas

À l’heure actuelle, le réseau français ne compte qu’une cinquantaine de ressourceries mal réparties sur le territoire. Si ces structures ont toutes le même objectif à savoir limiter la quantité de déchets incinérés ou enfouis, elles ont toutes une organisation différente construite en fonction des situations locales.  »Les ressourceries se développent autour de l’existant et en fonction des acteurs présents localement », confirme Sandrine Simeon. Certaines sont portées par des associations de réinsertion (90% des cas), d’autres par des communes en régie ou encore des syndicats de traitement de déchets. Certaines collectent les déchets en porte-à-porte après appel téléphonique, d’autres trient les déchets à l’entrée des déchetteries et/ou s’appuient sur l’apport volontaire.  »La plupart des ressourceries s’intéressent aux déchets des ménages mais certaines ont choisi de collecter également certains déchets industriels non dangereux », précise Sandrine Simeon.

La communauté de communes de Crèvecoeur-le-Grand dans l’Oise (60) par exemple a choisi de créer sa ressourcerie en même temps que sa déchetterie.  »Cette organisation nous a permis de diminuer de 30% les tonnages de déchets ultimes et nos coûts de collecte se sont stabilisés », constate avec enthousiasme Jean Pupin, Maire de Crèvecoeur-le-Grand. Pour lui les avantages sont donc indéniables :  »lorsque la réglementation s’est renforcée pour les déchets d’équipement électriques et électroniques nous étions prêts », explique-t-il. En 2008, la ressourcerie de Crèvecoeur-le-Grand a reçu 15.000 visites pour une communauté de communes qui compte près de 7.500 habitants et a collecté 2.400 tonnes de déchets grâce à 4 emplois temps plein.  »Cette ressourcerie participe à l’animation du territoire et développe la solidarité car tous les niveaux sociaux s’y retrouvent ; aujourd’hui le lien social c’est donc moins le bistrot que la ressourcerie », illustre Jean Pupin. Le Maire constate également que Lire la suite

La fragilité du réseau électrique serait due au chauffage

news.yahoo.com, Mathilde Cru, édité par Jean-Baptiste Vey, le 6 janvier 2010,

La fragilité du réseau électrique serait due au chauffage

L’importance du chauffage électrique en France explique en grande partie la fragilité du réseau en période de grand froid, selon Bernard Laponche, un expert en politiques énergétiques

Selon les chiffres publiés mercredi par le Réseau de transport d’électricité (RTE), la vague de froid que connait la France pourrait entraîner des records de consommation d’électricité.

Le président de RTE a toutefois écarté des risques de coupures généralisées dans l’immédiat.

Pour Bernard Laponche, « le chauffage électrique est responsable des difficultés rencontrées par le réseau d’électricité en hiver« .

« Sans le chauffage électrique, nous n’aurions pas de difficulté à passer la pointe (de consommation qui survient chaque jour vers 19h NDLR), ni de risque de coupures« , a-t-il ajouté.

La France, qui produit 80% de son électricité à partir du nucléaire, a une proportion de chauffage électrique beaucoup plus élevée que ses voisins européens.

En France, environ un quart des 25 millions de logements sont chauffés à l’électricité, une proportion qui passe à 70% dans les logements neufs, selon le ministère de l’Energie.

Or, souligne Bernard Laponche, les centrales nucléaires ne sont pas adaptées à la hausse rapide et ponctuelle de la demande, qui survient quand tout le monde allume son chauffage.

« C’est une aberration d’avoir voulu en même temps le ‘tout nucléaire’ et le ‘tout électrique’« , poursuit l’ancien directeur général de l’AFME, l’ancêtre de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), qui est membre du réseau de scientifiques et d’experts Global Chance.

Selon l’association Négawatt, qui promeut la réduction de la consommation d’énergie, le chauffage électrique a contribué à hauteur de 36% au record de consommation d’électricité établi le 7 janvier 2009, à 92.400 Mégawatts.

Renforcer les réseaux pour importer plus d’électricité n’est pas non plus une solution, estime Bernard Laponche, car ces investissements coûteux ne seraient utilisés que quelques jours par an.

« Modifier les modes de chauffage et réaliser des économies d’électricité (…) est une solution Lire la suite

Diplômé… maître composteur à l’initiative de l’ADEME et du Conseil général de la Gironde

aquí.fr, Piotr Czarzasty, le 26 novembre 2009

Diplômé… maître composteur à l’initiative de l’ADEME et du Conseil général de la Gironde

Plus de 330 girondins sont aujourd’hui guides ou maîtres composteurs. Les derniers viennent seulement de recevoir leurs diplômes le 25 novembre dernier au Conseil Général de la Gironde des mains de l’association formatrice Les Jardins d’Aujourd’hui. Cette curieuse formation, mise en place en juin 2008 par le Conseil Général et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), a pour objectif de former au compostage et de favoriser ainsi l’essaimage de le pratique sur l’ensemble du département.

Avec 390 kg d’ordures ménagères par an et par habitant, la Gironde se situe aujourd’hui dans la moyenne nationale. Les autorités départementales ne comptent pas cependant en rester là. C’est notamment pour cela que le département a décidé d’encourager des actions comme le compostage afin de réduire le nombre de déchets (Selon les calculs, le compostage pourrait, à lui seul, diminuer jusqu’à 60 kg de biodéchets par an et par personne). Les chiffres sont d’ailleurs encourageants à ce niveau là ; car, en cinq ans, la quantité de matière compostée est passée de 207 à 6 200 t en Gironde. Quant à la pratique du compostage, celle-ci concerne aujourd’hui 33% des Girondins contre 26% il y a trois ans.

Un « achat raisonnable » c’est des déchets en moins

« On veut maintenir cette tendance. », affirme Alain Renard, vice-président du Conseil Général chargé du Patrimoine environnemental commun et du tourisme. L’initiative de la formation des guides et maîtres composteurs comporte d’ailleurs trois principaux « volets ». Le premier, déjà cité, consistant donc à diminuer, à l’échelle de tout le département, le volume des déchets. Deuxièmement, « il s’agit de d’insister sur la prévention, d’agir en amont du compostage lui-même ; car à la base de la majorité des déchets il y a l’acte d’achat. Il faut que celui-ci soit raisonnable. », ajoute Jean-Louis Bergey, directeur régional de l’ADEME. « Par exemple, on doit éviter de jeter des pommes, tout simplement parce qu’on en a trop acheté. »

Du geste individuel à l’action collective

A partir de ces expériences, il s’agit enfin de savoir « si on peut aller plus loin. », s’interroge M. Renard. « C’est-à-dire si l’on est en mesure de passer d’une dimension individuelle à des actions collectives. » On peut déjà noter ici plusieurs exemples d’actions réussies de tri et de compostage des déchets dans le département ; menées notamment par des groupes de jardiniers au Haillan ou les habitants d’une résidence à Saint-Yzan de Soudiac avec l’aide et le soutien de guides composteurs. « On essaie de fédérer les gens autour d’un projet commun ; il faut bien que tout le monde se sente concerné, c’est pour cela qu’on invite des personnes de tous âges, professions, milieux sociaux, pour qu’elles agissent ensemble dans l’intérêt de tous. », souligne Alain Renard.

« Un tas c’est pas du compost »

Quant aux guides composteurs, dernièrement diplômés, ils ne cachaient pas leur enthousiasme pour la formation: « J’avais depuis longtemps Lire la suite