LGV : les points chauds

sud-ouest.com, Jean-Bernard gilles, le 21 Mars 2010

TRANSPORTS. La manifestation de samedi à Toulouse rappelle que construire la ligne à grande vitesse ne sera pas un long fleuve tranquille

LGV : les points chauds

Ils étaient environ 150 manifestants hier à la gare Matabiau de Toulouse. Leur but : protester contre les tracés envisagés par Réseau ferré de France pour la construction de la ligne nouvelle à grande vitesse entre Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) et Saint-Jory (Haute-Garonne). Il faut rappeler qu’en Midi-Pyrénées, peu de monde conteste la création d’une ligne nouvelle. L’abandon du projet du second aéroport toulousain a créé un consensus politique et territorial autour du TGV. C’est davantage le futur tracé de la ligne nouvelle qui est ici remis en cause que la ligne elle-même.

Proposition à Montauban

La députée maire de Montauban, Brigitte Barèges (UMP), et le président du Conseil général du Tarn-et-Garonne, Jean-Michel Baylet (PRG), ont chacun un projet de gare TGV distinct au sud du chef-lieu. Prudemment, le comité de pilotage de janvier dernier, présidé par le préfet d’Aquitaine, a mis le sujet entre parenthèses le temps de la campagne, à la demande des Toulousains. Le second tour à peine terminé, les associations sont déjà mobilisées.
Au sud de Bressols, le fuseau envisagé par RFF traverse plusieurs zones habitées et empiète sur le vignoble du Frontonnais. Fin mai, de nouvelles variantes seront révélées, le long de la vallée de la Garonne ou vers la zone d’activités départementale de Montbartier, le long ou à travers la forêt du Montech. « Nous, nous souhaitons un autre tracé le long de l’autoroute entre Castelsarrasin et Bruguières, six fois moins dommageable pour les populations et qui épargne le vignoble », explique Thierry Fourcassier, porte-parole du collectif d’associations réunies hier à Toulouse devant la permanence électorale de Martin Malvy.

Vigilance en Albret

En Aquitaine, les manifestations ont eu davantage de succès : 2 500 personnes ont défilé le 6 mars dernier à Nérac (47). Sur les coteaux de Feugarolles et de Vianne en Lot-et-Garonne, le fuseau annoncé quitte la vallée de la Garonne pour sinuer au-dessus de la Baïse, où la construction de ponts sera nécessaire. « Nous voulons que la priorité soit donnée à l’utilisation de la voie existante », défend Catherine Aime, vice-présidente de Très grande vigilance en Albret, une association opposée à la LGV dont l’audience va croissant. Pendant ce temps, le consensus s’est tout de même réalisé à Agen pour bâtir une nouvelle gare sur la rive gauche de la Garonne capable d’accueillir le TGV. Elle nécessitera d’importants aménagements routiers de raccordement, en discussion.

« À la sortie de Bordeaux, la ligne nouvelle empiétera sur les Graves »

En Gironde, des isolations phoniques à Ambarès, au nord de Sainte-Eulalie mais aussi à Talence, à Bègles et à Villenave-d’Ornon, sont à l’étude. « Nous progressons mais cela coûtera cher », estime Gilles Savary, vice-président du Conseil général de la Gironde.

À la sortie de l’agglomération bordelaise, du côté de Saint-Médard-d’Eyrans, la ligne nouvelle empiétera sur les Graves, où s’annoncent aussi des négociations délicates. Enfin, l’avenir dira si le Sud-Gironde, déjà traversé par l’A 65, l’itinéraire à grand gabarit de l’A380 et un gazoduc se satisfera de la nouvelle gare TER de Captieux, actée en janvier.

Le refus basque

Au-delà de ces points de fixation, c’est surtout au Pays basque que la colère Lire la suite

Publicités