42% des Français ont déjà voté écologiste

terra-economica.info, NC, le 4 mars 2010

42% des Français ont déjà voté écologiste

A quelques jours des élections régionales, Terra eco et OpinionWay ont sondé les Français pour mieux cerner leur perception politique de l’écologie. Nous leur avons posé 4 grandes questions, et les résultats sont parfois surprenants.

 L’écologie est-elle un enjeu des régionales ?

Oui pour 70% des Français, l’écologie va peser beaucoup (26%) ou assez (44%) sur le scrutin des 14 et 21 mars prochains. Et qu’ils aient l’intention de voter UMP ou PS, ils sont une majorité – près des deux tiers – à le penser. D’ailleurs, si l’on en juge les politiques menées à l’échelle régionale (voir notre dossier) depuis 10 ans, les élus ne s’y trompent pas : le développement durable touche aujourd’hui tous les étages de la fusée région et les plans climat ont germé un peu partout.

 L’écologie plutôt à droite ou à gauche ?

Ou ni l’un, ni l’autre, ni même au centre ? Vaste question, sur laquelle débattent d’ailleurs Daniel Cohn-Bendit et Luc Ferry ce mois-ci à l’invitation de Terra eco. Nos sondés placent plutôt l’écologie à gauche (37%), mais pas trop (7% pour la gauche de la gauche). Ils sont 34% à la considérer hors du clivage droite-gauche et encore 17% à la situer au centre. En revanche, bien peu nombreux sont ceux sont qui la place à droite (4%), à peine plus parmi les sympathisants de l’UMP (10%). A force d’ouverture, on finirait presque par en douter : mais Jean-Louis Borloo, notre ministre de l’écologie (et plus), il est bien à l’UMP, non ? Certains se souviennent peut-être qu’il avait cofondé Génération Écologie en 1991 avec Brice Lalonde et Noël Mamère. Pas étonnant que les Français aient parfois du mal à s’y retrouver.

 Les personnalités qui incarnent le mieux la pensée écologiste

Sans surprise, en n’en déplaise à Claude Allègre, ce sont les personnalités issues des médias, Nicolas Hulot et Yann Arthus-Bertrand, qui arrivent en tête. Pour respectivement 41% et 33% des Français, ce sont ces deux hommes d’image qui incarnent le mieux l’écologie. Parmi les personnalités politiques, Daniel Cohn-Bendit explose les scores avec 21%, loin devant José Bové (13%), Jean-Louis Borloo (9%) ou Ségolène Royal (2%), qui s’était pourtant demandée, en septembre dernier et au micro de RTL, si elle ne serait pas la « meilleure candidate écologiste » pour la prochaine élection présidentielle.

 42% des Français ont déjà voté écolo

C’est peut être le résultat le plus surprenant de notre sondage. 42% des sondés déclarent avoir déjà voté – au minimum une fois – pour une liste ou un candidat écologiste dans leur vie. Ce qui démontre l’extrême volatilité Lire la suite

L’écologie pourrait modifier « un peu » le mode de vie des Français

sudouest.com, NC, le 10 Octobre 2009

SONDAGE. D’après un sondage, à paraître demain dans Sud Ouest Dimanche, les français sont prêts à modifier « un peu » leur mode de vie, pour faire respirer la planète.

L’écologie pourrait modifier « un peu » le mode de vie des Français

Après le succès de Home, le film de Yann Arthus Bertrand, c’est au tour de Nicolas Hulot de tirer la sonnette d’alarme des méfaits du mode de vie de l’homme sur l’environnement, dans son long-métrage, intitulé : Le syndrome du Titanic.

Le succès de ses diffusions associé à la poussée des verts aux dernières Européennes, ont conduit Sud Ouest Dimanche à s’interroger sur la disposition des Français à changer leur propre mode de vie pour répondre aux exigences écologiques. 599 français de plus de 18 ans, représentatifs de la population ont accepté de répondre au sondage ifop, commandé par le journal, et qui paraîtra demain dans Sud Ouest Dimanche.

Les premiers résultats de l’étude montrent que lorsqu’il s’agit de s’impliquer personnellement et à consommer moins, les Français apparaissent quelque peu réticents. Certes, près d’un quart des Français (27%) se déclare « prêt à changer en profondeur son mode de vie et à restreindre sa consommation de manière significative ». Néanmoins, la majorité des personnes interrogées (53%) n’est prête à consentir que des efforts limités (« modifier un peu son mode de vie et limiter sa consommation »). En outre, 20% des répondants refusent de réduire leur train de vie.

La disposition à modifier son comportement présente des intensités différentes selon les catégories de population. Comme on l’observe traditionnellement sur les questions liées au développement durable, l’âge influe notablement sur les réponses ; les plus âgés Lire la suite

Lalanne dénonce les dérives de l’écologie

tvmag.com, Emmanuel Galiero, le 8 octobre 2009 

Lalanne dénonce les dérives de l’écologie

Quand il parle, c’est sans langue de bois. Francis Lalanne, qui appelle tous les consommateurs présumés pollueurs à la « révolte », attaque fort et dénonce les dérives du « business » de l’écologie. Interview choc exclusive pour TV Magazine.

Pourquoi êtes-vous en colère ?

Je fais partie des gens qui en ont ras-le-bol de ce système, qui met en avant des icônes institutionnelles de l’écologie, avec un discours politiquement correct, dont le pouvoir a besoin pour faire passer sa propagande. Des icônes fabriquées pour endormir les gens, pas pour les réveiller !

À qui pensez-vous ?

Jean-Louis Borloo, par exemple. Il a un mandat pour servir des intérêts capitalistes qui ont besoin de l’écologie pour se développer. Les gens l’écoutent comme une référence en matière de traitement du problème écologique, alors qu’en fait il sert de caution aux pollueurs contre l’intérêt des pollués que nous sommes. Ensuite, je peux citer Nicolas Hulot.

Pourquoi lui ?

Parce qu’il tient un discours absolument intolérable et à géométrie variable selon les besoins de son entreprise. Tantôt il prétend que l’écologie n’est pas une philosophie politique à part entière mais une sorte d’humanisme-conseil au service du pouvoir. Tantôt il appelle à voter pour les Verts, tout en méprisant les écologistes indépendants et en proclamant qu’il ne fait pas de politique. De plus, il terrorise les gens en leur expliquant qu’ils sont méchants et destructeurs. Le fait que Nicolas Hulot vive grassement en réalisant des émissions sur l’écologie à la télé le rend-il moins méchant et moins destructeur que le commun des mortels ?

Mais ses émissions ne sont-elles pas nécessaires ?

Non ! Que M. Hulot soit un chef d’entreprise avisé, soutenu par les énormes médias qui l’emploient, et se serve de l’idéal écologiste pour faire de l’argent, cela ne me dérange pas. À condition que son message nous permette d’espérer un monde meilleur. Mais, au lieu de s’en prendre aux véritables responsables, comme l’a fait Coline Serreau avec son film La Belle Verte, il se trompe de cible et attaque les victimes. On en a marre de recevoir des leçons de morale tous les jours par des milliardaires qui nous accusent.

Iriez-vous jusqu’à la traiter d’« imbécile », comme l’a fait Claude Allègre dans la presse ?

Pour moi, Nicolas Hulot est loin d’être un imbécile, mais il est temps qu’il arrête de prendre les gens pour des Lire la suite

La décroissance, une idée qui chemine sous la récession

bloguez.com, Eric Dupin, le 5 septembre 2009

La décroissance, une idée qui chemine sous la récession

Avec la crise écologique s’impose peu à peu la nécessité de définir le progrès humain autrement que par le productivisme et la confiance aveugle dans l’avancée des sciences et des techniques. En France, les penseurs et militants de la décroissance, qui prônent un mode de vie plus simple et plus riche de sens, voient ainsi croître leur audience, tant auprès des partis de la gauche antilibérale que parmi le grand public. Ils représentent pourtant des sensibilités politiques et philosophiques très diverses.

Il fallait voir l’air interloqué de M. François Fillon. Ce 14 octobre 2008, M. Yves Cochet défendait les thèses de la décroissance du haut de la tribune de l’Assemblée nationale. Diagnostiquant une « crise anthropologique », le député Vert de Paris affirmait, sous les exclamations de la droite, que « la recherche de la croissance est désormais antiéconomique, antisociale et antiécologique ». Son appel à une « société de sobriété » n’avait guère de chances d’emporter l’adhésion de l’hémicycle. Toutefois, l’idée provocatrice de « décroissance » avait forcé les portes du débat public.

La récession est passée par là. Bien sûr, la décroissance « n’a rien à voir avec l’inverse arithmétique de la croissance », comme le souligne M. Cochet (1), le seul homme politique français d’envergure à défendre cette idée. La mise en examen de la croissance apparaît toutefois comme une conséquence logique de la double crise économique et écologique qui secoue la planète. Les penseurs de la décroissance sont subitement écoutés d’une oreille plus attentive. « Je suis beaucoup plus sollicité », se réjouit Serge Latouche, l’un de ses pionniers. « Les salles sont pleines dans nos débats », lui fait écho Paul Ariès, un autre intellectuel de référence de ce courant de pensée.

Le mot même de « décroissance » est de plus en plus repris, bien au-delà des cercles restreints de l’écologie radicale. « Au moment où les adeptes de la décroissance voient leur argumentaire conforté par la réalité, y a-t-il une alternative entre la décroissance subie ou non dite, comme l’est la récession actuelle, et la décroissance conduite (2) ? », s’interrogeait, pendant la campagne européenne, Nicolas Hulot, pourtant régulièrement qualifié d’« écotartuffe » par les objecteurs de croissance. Soutien d’Europe Ecologie, l’animateur avouait douter de la « croissance verte » et envisageait plutôt une « croissance sélective doublée d’une décroissance choisie ». « Seule la décroissance sauvera la planète », lâcha même le photographe Yann Arthus-Bertrand, dont le film Home, au demeurant largement financé par le groupe de luxe Pinault-Printemps-Redoute (PPR), semble avoir contribué au succès électoral printanier des écologistes (3).

Certains partisans de la décroissance sont convaincus que la crise actuelle constitue une formidable opportunité pour leur cause. « Que la crise s’aggrave ! », s’exclame Latouche, reprenant le titre d’un ouvrage du banquier repenti François Partant. « C’est une bonne nouvelle : la crise est enfin arrivée, et c’est l’occasion pour l’humanité de se ressaisir (4) », explique ce tenant de la « pédagogie des catastrophes » jadis développée par l’écrivain Denis de Rougemont.

Sans aller aussi loin, M. Cochet estime que c’est en butant sur les limites de la biosphère que l’humanité sera contrainte de devenir raisonnable. « Il n’y aura plus de croissance pour des raisons objectives. La décroissance est notre destin obligé », prévient le député écologiste, « géologue politique et profond matérialiste ». Ne reste alors qu’à espérer que la crise accélère les prises de conscience, et à « préparer la décroissance afin qu’elle soit démocratique et équitable ».

Mais ce point de vue optimiste est loin d’être partagé par tous. « Cette pédagogie des catastrophes, on n’est pas du tout là-dedans », se démarque Vincent Cheynet. Le rédacteur en chef du journal La Décroissance estime que, « si la crise offre une opportunité de s’interroger et de se remettre en cause, elle risque aussi Lire la suite

Yann Arthus-Bertrand prend position contre le nucléaire

bellaciao.org, Sortir du nucléaire, Communiqué, le 22 juin 2009

Yann Arthus-Bertrand prend position contre le nucléaire

Yann Arthus-Bertrand s’associe à l’appel réclamant l’abandon des poursuites engagées contre le porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », qui a diffusé un document Confidentiel Défense prouvant que le réacteur EPR ne résisterait pas à un crash d’avion de ligne.

Yann Arthus-Bertrand et la fondation GoodPlanet qu’il préside prennent position sans aucune ambiguïté contre le nucléaire.

Au côté de nombreuses personnalités [1], Yann Arthus-Bertrand vient de signer l’appel [2] réclamant l’abandon des poursuites engagées contre le porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », Stéphane Lhomme.

Accusé de « terrorisme », celui-ci encourt 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour avoir divulgué un document Confidentiel Défense issu d’EDF, qui reconnaît que le réacteur nucléaire EPR n’est pas conçu pour résister au crash d’un avion de ligne.

En s’associant à cet appel, le photographe et réalisateur du film « Home » apporte son soutien au rôle de « lanceur d’alerte » joué par le Réseau « Sortir du nucléaire » et son porte-parole. Le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle les citoyens à signer massivement cet appel sur son site : http://www.sortirdunucleaire.org/do…

Le 3 juin dernier, Yann Arthus-Bertrand s’était avancé à déclarer sur l’antenne de France Inter Lire la suite

Le vote Europe Ecologie, la révolution en chaussons verts

lesechos.fr, Jean-Francis Pécresse, le10 juin 2009  

Le vote Europe Ecologie, la révolution en chaussons verts

Le vert devient plus clair. Trois jours après le scrutin européen qui, en France, a placé les listes Europe Ecologie au niveau de celles du Parti socialiste avec plus de 16 % des suffrages exprimés, l’analyse des résultats permet de mieux cerner les raisons de cette percée sans précédent de l’écologie politique. Au préalable, il faut rappeler combien l’abstention relativise les enseignements tirés de cette élection. C’est un corps électoral déformé qui s’est exprimé (le plus politisé, le plus sensible aux enjeux…). Cette réserve faite, deux séries d’explications permettent d’éclairer le succès détonant d’Europe Ecologie. La première est constituée de raisons superficielles, la seconde de déterminants plus profonds.

Parmi les causes immédiates, celle qui vient d’abord à l’esprit est que Daniel Cohn-Bendit a mené une bonne campagne. Ce n’est jamais une garantie de succès, mais l’on n’a jamais vu de succès bâti sur une mauvaise campagne. La sienne a vraiment démarré fin mars-début avril. Les leaders écologistes étaient alors seuls, avec François Bayrou, à se faire entendre. Elle-même ancrée dans une mouvance européenne, la formation écologiste s’est d’emblée positionnée sur les thématiques propres à l’élection : un bon élément d’identification, y compris par rapport à un Modem ayant délaissé la question environnementale pour le créneau, saturé, de l’antisarkozysme.

La campagne d’Europe Ecologie a été cohérente dans la durée auprès d’un électorat qui s’est massivement, et bien plus que les autres, déterminé en fonction des enjeux européens. Une dynamique s’est installée, note Brice Teinturier, directeur général adjoint de TNS Sofres. Dès la première vague de sondages, les listes Cohn-Bendit étaient créditées d’un score à deux chiffres. Un sondage CSA effectué dimanche montre aussi que ce vote écologiste n’a été ni un choix du premier instant ni un choix du dernier moment : près de la moitié des électeurs d’Europe Ecologie, au lieu d’un quart en moyenne, ont arrêté leur vote dans les jours précédant le scrutin. On voit là l’effet d’une campagne réussie. Autre indice de son impact, et de ses limites : 28 % des électeurs français sondés par CSA ont trouvé « bonnes » les interventions de Daniel Cohn-Bendit. C’est mieux que Xavier Bertrand mais moins bien que Martine Aubry…

Une autre explication conjoncturelle vient des erreurs et des faiblesses des concurrents. Selon TNS Sofres, François Bayrou a vu partir vers Europe Ecologie 20 % de ses électeurs du premier tour de la présidentielle 2007. La porosité a été plus marquée encore avec le PS : un quart des électeurs de Ségolène Royal se sont dirigés vers les listes Cohn-Bendit. La percée des écologistes s’est dessinée dans une configuration qui, presque partout en Europe, a desservi les partis sociaux-démocrates et s’est doublée, en France, d’une béance de leadership. De ce point de vue, la situation n’est pas comparable avec celle qui prévalait en 1989 : lorsque les Verts avaient dépassé 10 % aux européennes, le PS était encore à 23 %. Si l’on y ajoute l’unité presque reconstituée de la famille écologiste, ces raisons apportent des explications circonstancielles à la percée de l’écologie politique.

Plus structurelle est la synthèse réussie entre une triple préoccupation, environnementale, sociale et éthique. Ces dimensions sont portées par les trois figures d’Europe Ecologie, Yannick Jadot, Daniel Cohn-Bendit et Eva Joly, dont Lire la suite

Home : l’argent tombé du ciel ?

environnement.blogs.liberation.fr, Laure Noualhat, le 4 juin 2009

Home : l’argent tombé du ciel ?

Home est un film qui ne coûtera pas un Kopeck à ses téléspectateurs. Home présente au plus grand nombre les grands défis écologiques actuels. Home a le mérite d’exister. Home promet d’être un blockbuster mondial en moins de temps qu’il n’en faut pour pinailler. Home doit éveiller les consciences, nous dit-on, mais seul le temps nous dira ce que Home peut et ne peut pas.

En attendant, soulevons le voile de son montage financier. Dix des douze millions d’euros qu’a coûté le film provient du groupe PPR (Pinault-Printemps-Redoute). Ce groupe de distribution présentait un chiffre d’affaires de plus de 20 milliards d’euros en 2008, dont près de 1 milliard de bénéfices. PPR abrite des marques aussi diverses que La Redoute, la Fnac, Puma, … et toute une farandole de marques de luxe (Gucci, Balenciaga, YSL, Alexander McQueen, …).

Le luxe, son univers, est une invitation perpétuelle à la (sur)consommation, souvent inutile et superficielle, une assertion très bien démontrée dans le livre d’Hervé Kempf, Comment les riches détruisent la planète. On objectera que, de la même façon qu’ils pilotent les désirs des moins riches, les riches peuvent devenir les prescripteurs d’une consommation responsable, durable et équitable. Alors Gucci et YSL proposent des t-shirts en coton bio à 140 euros, Alexander McQueen sort 200 foulards en coton bio également pour 185 euros pièce, le chausseur Sergio Rossi propose des escarpins de 370 euros en bois liquide (?), … Si au moins le film avait été l’occasion de réviser les circuits d’approvisionnement et les méthodes de travail de ces maisons, on applaudirait. Mais ces t-shirts, sacs et autres foulards ne sont que des produits « merchandisés » pour le 5 juin. Au-delà, business as usual.

Les bénéfices de ces ventes seront presque intégralement versés à l’association d’Arthus-Bertrand, Good Planet, qui finance des projets de compensation dans le monde entier et qui soutient les autres projets du photographe, comme l’expo Six milliards d’autres, … Saluons au passage le talent de YAB à aller chercher l’argent là où il est, au risque d’absoudre certains des contributeurs au cauchemar actuel (1), pour financer des opérations artistico-écolos destinées au plus grand nombre. Après tout, il fait mieux que nous tous réunis.

Dans ses argumentaires, PPR se garde bien de se positionner comme un groupe irréprochable, mais il insiste sur ses récentes actions en faveur d’un amoindrissement de son empreinte écologique: bilan carbone et autres gâteries. « En effet, l’enjeu n’est pas de consommer moins mais de consommer différemment », m’a-t-on répondu lors d’une interview. Consommer autrement ne suffira pas, loin s’en faut, il faudra consommer moins. Comment demander alors à PPR et consorts de se tirer une balle dans le pied?

Pour finir, je vous livre de quoi méditer. En 1980, le philosophe Bernard Charbonneau dénonçait dans une autocritique prémonitoire, le mouvement écologique… « Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au Lire la suite