Bassin d’Arcachon : Avec la nouvelle Amap, des produits bio de proximité

sudouest.com, Chantal Roman, le 23 Septembre 2009

ÉCONOMIE. Prônant un autre mode de consommation, une Association pour le maintien d’une agriculture paysanne va voir le jour sur le territoire de la Cobas

Avec la nouvelle Amap, des produits bio de proximité

 «Voilà plus d’une année que le projet est à l’étude, et nous approchons du but, du moins nous l’espérons. » Vital Baude, président de l’Association pour le maintien d’une agriculture paysanne Sud-Bassin (Amap) aux côtés d’Anne-Marie Humbert, Jocelyne Barthélémy et Jean-Paul Dugoujon, fait le point sur ce projet qui, sans être tout à fait finalisé, prend bonne forme.

Car créer une Amap sur le Sud-Bassin, Le Teich, Gujan-Mestras, La Teste-de-Buch et Arcachon, n’est pas une mince affaire : « Nous nous heurtons en effet au foncier, et à son coût sur ce secteur de la Gironde. Car une telle entreprise ne peut se concevoir que si les maraîchers peuvent bénéficier de terres agricoles. »

Circuits courts

Ainsi que l’explique Vital Baude, « il existe deux types d’Amap. Les premières offrent des produits aux consommateurs qu’elles achètent ailleurs et revendent. Les secondes produisent sur place, avec des maraîchers installés dans un secteur bien précis où se trouvent les consommateurs. C’est la deuxième solution que nous avons choisie. Avec des circuits courts entre le producteur et le client, ce qui a pour avantage de limiter les transports en voiture et donc de respecter l’environnement. Et nous nous engageons vers un label bio. »

Et d’expliquer également la dimension « commerce équitable » entre les adhérents d’une Amap et les consommateurs (lire ci-contre) : « C’est aussi un commerce solidaire, les adhérents achetant, sur plusieurs mois, des paniers à coûts fixes, malgré les aléas climatiques qui font qu’une semaine on aura un panier plus ou moins rempli. »

La demande sur le Sud-Bassin : « Elle est forte. Nous avons une trentaine d’adhérents, déjà. Nous sommes d’ailleurs obligés de limiter, pour l’instant, ces demandes. »

Appel aux propriétaires

Cela dit et si les partenaires sont trouvés – trois à quatre maraîchers sont en attente – la recherche de terres agricoles à prix raisonnables, en location notamment, est difficile sur le Sud-Bassin : « Les propriétaires préfèrent donner leurs terres en pâturage, ou carrément les geler. C’est dommage car nous sommes prêts à payer un loyer correct pour ces terrains. Il n’est évidemment pas question d’empiéter sur les sylviculteurs, sachons-le. »

Côté privé, l’Amap lance donc un appel Lire la suite

Terres agricoles : Les investissements dans le collimateur

developpementdurablelejournal.com,  Patrick Cros, septembre 2009

Terres agricoles : Les investissements dans le collimateur

Les chercheurs s’interrogent sur les avantages et inconvénients que peuvent représenter pour les pays du sud les processus d’appropriation foncière qui se multiplient.

La flambée des prix des produits alimentaires en 2008 a accéléré le processus. Les appropriations foncières agricoles, qui se sont multipliées dans les pays du Sud, interpellent plus que jamais chercheurs, politiques et grand public. Le CIRAD a lancé le débat dans son centre montpelliérain, jeudi 3 septembre, en association avec des institutions internationales et plusieurs universités et centres de recherches français et étrangers. Cette « Journée du Foncier » s’interroge sur une dynamique d’investissement aux enjeux incertains en termes de développement à court, moyen et surtout long termes.

« Ce n’est pas un phénomène nouveau, explique Jean-Philippe Tonneau, chercheur CIRAD de l’UMR (Unité mixte de recherche) Tetis (Territoires, environnement, télédétection et information spatiale). Depuis la colonisation, les concessions à des groupes ou des particuliers de terres, l’achat ou la prise en location de terres agricoles en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie sont courants. Ce qui change aujourd’hui, c’est l’ampleur du phénomène, l’apparition de nouveaux acteurs et la médiatisation plus grande de ces processus ». Mais, les chercheurs ne veulent pas mettre de l’huile sur le feu, rappelant l’écart qui existe entre l’écho médiatique de ces prises de contrôle du foncier et la réalité locale. « Nous devons faire l’état des lieux de ce qui se passe réellement sur le terrain, expliquer les motivations des investisseurs et des pays hôtes », commente Perrine Burnod, chercheuse au Cemagref, qui travaille en partenariat avec le CIRAD (Unité propre de recherche Biomasse-énergie). « Il faudra identifier les impacts effectifs ou potentiels pour les différentes catégories d’acteurs concernés, notamment pour les populations rurales, et, en fonction de cela, discuter des alternatives en termes de politiques publiques ». 

Des investissements délicats

Pour Xavier Briand de Biotechmarine, spécialiste en fertilisant agricole, un investissement, qu’il soit public ou privé, ne peut-être réussi que si l’intérêt est partagé. « Il faut l’adhésion des investisseurs, du gouvernement comme de la population locale ». Les échecs de projets en Afrique ou en Asie ont en effet été nombreux. « Les problèmes de corruption, d’intérêt privé ou encore de transparence peuvent rendre l’accaparement des terres inquiétants », raconte Ambroise Mazal de CCFD – Terres solidaires. « On assiste à une nouvelle vague d’acquisition foncière liée aux inquiétudes d’importateurs qui craignent de nouveaux problèmes d’approvisionnement dans le futur. Ils ont recours à un achat massif de terre où l’intérêt des agriculteurs locaux n’est pas toujours garantis ». Un point de vue que partage Moussa Djiré de l’Université des sciences politiques et juridiques de Bamako. « Les investisseurs sont avant tout intéressés par la notion de profit. Ils iront plus difficilement dans des pays comme le Soudan ou la Somalie où les retour sur investissement seront délicats ». Pour cet expert, il est impératif « que Lire la suite