Stage de Formation à l’Action Directe Non Violente du vendredi 4 février 2011 à 18h00 au dimanche 6 à Salles (Sud Gironde)

http://gironde.demosphere.eu/node/682  

gironde.demosphere.eu, communiqué, le 3 janvier 2011

Stage de Formation à l’Action Directe Non Violente du vendredi 4 février 2011 à 18h00 au dimanche 6 à Salles (Sud Gironde)

Objectifs de notre stage

1. La création de communautés d’activistes uni/e/s par des conceptions du monde proches et des liens de solidarité forts.

2. La diffusion de la culture de l’action directe non violente (désobéissance, solidarité, principes, techniques, précautions.).

3. L’émergence de vocations de formateurs/trices et la formation des formateurs/trices débutant/e/s.
Nous venons tou/te/s d’horizons et de luttes différentes et nous n’avons pas tou/te/s le même degré d’expérience, les stages sont donc des moments de partage et d’échange très enrichissants pour tou/te/s !

Durée du stage

Vendredi : accueil à partir de 18h00 et jusqu’à pas d’heure ; soirée informelle pour faire connaissance. Un repas léger est prévu ce soir-là pour ceux qui arriveront avant 21h00 et qui nous auront prévenus.

Samedi : début du stage à 9h00.

Dimanche : le stage s’achèvera autour de 17h00.

Contenu du stage

En gros : echanges d’expriences, positionnements philosophiques, jeux de rôle, communication non violente, techniques et bricolage divers, élaboration de projets, sécurité, rapports avec différents medias, briefing juridique, théâtre invisible, mise en situation, etc.

Nous partons du principe que chacun doit être acteur/trice de sa formation, en apportant son expérience et sa réflexion, ses idées et ses envies.

Participation libre aux frais :

La participation requise est d’autant Lire la suite

Douzième Nuit européenne des chauve-souris à Salles

Sud-Ouest, le 2 septembre 2008, Olivier Cougard

Chauve qui peut

Une centaine de personnes étaient présentes samedi soir pour la 12e Nuit européenne de la chauve-souris.

Méconnues, diabolisées à tort, les chauves-souris se font de plus en plus rares, menacées notamment par l’activité humaine. Cette douzième Nuit de la chauve-souris, organisée par le Parc naturel régional des Landes de Gascogne et le groupe chiroptères d’Aquitaine, avait pour but de lutter contre les a priori et de réhabiliter cet animal auprès des jeunes et des adultes. Quelques « croyances » sont ainsi tombées. Les chauves-souris d’Europe, insectivores, n’ont rien du vampire. Elles ne s’accrochent pas non plus à nos cheveux à la moindre occasion. Enfin, elles ne s’attaquent pas aux boiseries de nos maisons une fois installées.

Pour la première fois cette année, la ville de Salles s’est associée à l’événement. Ce n’est pas un hasard. En effet, une colonie de 500 à 700 murins à oreilles échancrées vient d’être récemment découverte lors de travaux de rénovation de la toiture de l’église. Le maire de la commune, Vincent Nuchy, par ailleurs président du Parc régional, a d’ailleurs signé une convention afin de protéger cette colonie de chauve-souris.

Appétit d’ogre.

La soirée a commencé par la projection d’un film riche d’enseignements sur l’exploration scientifique des chauves-souris. Dire que les chiroptères ont un appétit d’ogre est un euphémisme. Certaines espèces peuvent engloutir jusqu’à un tiers de leurs poids en insectes chaque nuit, soit, par exemple, près de 3 000 moustiques. Autant ranger les insecticides au placard.

« On est là pour sensibiliser les gens et montrer que les chauves-souris ne sont pas néfastes, bien au contraire », Lire la suite