Histoires d’eau sur l’A 65 – Les travaux auraient entamé le réservoir du miocène

sudouest.com, Jean-Denis Renard, le 14 juin 2010

Histoires d’eau sur l’A 65

La couche du miocène a-t-elle été entamée lors du chantier ? La polémique reprend.

Au cours de l’hiver, la Sepanso, association de protection de l’environnement, s’est étonnée de la quantité d’eau sur le chantier à hauteur de Bazas. archives olivier escots

La couche géologique du miocène va finir par gagner une vraie renommée. Généralement située entre 20 et 150 mètres sous le sol girondin, épaisse de 30 mètres, elle recèle une des ressources en eau les plus précieuses du département : la nappe captive du miocène, qui alimente les réseaux d’eau potable, surtout dans le Sud-Gironde où elle affleure par endroits.

Visée au Sage (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) « nappes profondes » du département, cette nappe est protégée. L’arrêté de mars 2008 qui autorise la réalisation de l’autoroute A 65 par la société A’lienor en souligne l’importance, en indiquant qu’aucun prélèvement ne saurait y être toléré dans le cadre des travaux. C’est tout l’objet du litige qui oppose depuis deux mois la Sepanso, association de protection de l’environnement, à A’lienor et à la préfecture de la Gironde. Au cours de l’hiver, la Sepanso s’est étonnée de la quantité d’eau sur le chantier à hauteur de Bazas. En furetant sur les lieux, elle a acquis la conviction que les équipes avaient décaissé trop profondément et qu’elles avaient entamé le réservoir du miocène, qui affleurerait à cet endroit-là. Ce qui provoquerait des résurgences permanentes. « Ils ont créé des sources », résume Philippe Barbedienne, le directeur de la Sepanso.

A’lienor a immédiatement balayé ces soupçons. Dans nos colonnes, Olivier de Guinaumont, le patron d’A’lienor, soutenait ainsi que l’eau qui imbibait le chantier à Bazas provenait du ruissellement et non d’une nappe profonde (notre édition du 3 avril). Il était bien aidé en cela par la préfecture d’Aquitaine qui, quelques jours plus tard, se fendait d’un communiqué affirmant que les travaux d’aménagement n’avaient pas intercepté la nappe du miocène « mais la nappe superficielle des sables, comme prévu dans le dossier loi sur l’eau présenté par A’lienor ». Cette dernière n’est pas protégée par le Sage.

Changement de vocabulaire

La Sepanso se montre très pugnace sur le sujet. Elle a les compétences pour. À titre d’exemple, elle compte dans ses rangs Gilbert Le Pochat, un géologue retraité du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). « Je dois avoir 10 kilos de roches collectées sur le chantier, des calcaires coquilliers caractéristiques du miocène. A’lienor a aussi posé des drains au fond. La seule explication plausible, c’est que les eaux remontent d’en bas sous la pression de la nappe. Si c’était de l’eau de ruissellement, des fossés latéraux suffiraient », appuie Philippe Barbedienne. Sûre de son fait, la Sepanso a demandé à Dominique Schmitt, le préfet d’Aquitaine, d’associer ses propres experts à l’enquête.

La préfecture a refusé mais elle a quelque peu changé de vocabulaire. Le mois dernier, dans un nouveau courrier à la Sepanso, elle avançait que les prélèvements « étaient réalisés majoritairement dans la nappe des sables ». La nouveauté vient du « majoritairement »… La préfecture évoquait aussi Lire la suite

Un rapport du Conseil d’Etat passe en revue tous les aspects du droit de l’eau

localtis.info, le 7 juin 2010

Un rapport du Conseil d’Etat passe en revue tous les aspects du droit de l’eau

Le Conseil d’Etat a présenté le 4 juin 2010 un rapport public consacré à « L’eau et son droit ». La Haute Juridiction s’attache ainsi à un sujet qui intéresse au premier plan les collectivités territoriales comme le rappelle l’actualité (reprise en régie de la gestion des eaux à Paris et dans quelques grandes villes, pollution par les nitrates et développement des algues vertes en Bretagne, tempête Xynthia et inondations en Charente-Maritime…), les projets de réforme en cours touchant au domaine de l’eau (réforme des collectivités territoriales et simplification de l’intercommunalité, vote de la loi Grenelle 2, plans d’accompagnement du Grenelle 1, proposition de loi Cambon au Sénat sur la tarification sociale de l’eau, ouverture prochaine des concessions hydroélectriques à la concurrence…) ou l’agenda international (6e Forum mondial de l’eau à Marseille en 2012, reconquête du bon état des eaux fixée par l’Union européenne à l’horizon 2015).

Présenté comme un document de référence qui englobe pour la première fois tous les aspects du droit de l’eau (problèmes de quantité, de qualité et de risque), le rapport du Conseil d’Etat comporte, à l’appui des problématiques soulevées au fil de 245 pages, de nombreuses données chiffrées, les textes applicables, l’état de la jurisprudence ainsi qu’une description des organisations et des moyens utilisés dans l’application de ce droit. Le rapport est par ailleurs enrichi de nombreuses annexes et de diverses contributions portant sur les aspects internationaux et nationaux de la gestion de l’eau. Il aborde plusieurs débats nationaux très sensibles sur l’application du principe pollueur-payeur, le rôle et les responsabilités des collectivités territoriales, les limites inhérentes en la matière du droit de propriété, l’articulation future entre tous les documents d’aménagement relatifs à l’eau (Sdage, Sage, Scot, PPRN, documents d’urbanisme, schémas de cohérence écologiques, schémas agricoles, trames bleue et verte…) ou encore le modèle de développement agricole et formule de très nombreuses recommandations et pistes de solution.

Les considérations générales exposées dans le rapport invitent l’Etat à ne pas se désengager, notamment au regard des nouvelles questions qui lui seront rapidement posées avec le réchauffement climatique. « Tout en laissant la gestion du petit cycle de l’eau aux collectivités territoriales qui s’en acquittent plutôt bien, il lui revient de se saisir de la gestion de son grand cycle et de l’organiser« , souligne Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’Etat dans son éditorial.

Montée en puissance de l’intercommunalité

La première partie du rapport établit  un panorama des utilisations de la ressource en eau et dresse un état des lieux des différentes sources du droit applicables (au sein desquelles le droit communautaire est en constante expansion), de l’organisation, de la gestion, du financement et de la gouvernance de l’eau, caractérisée par la surabondance des textes et des organismes chargés de la gestion de l’eau. Sont en particulier abordés le rôle accru des collectivités territoriales (au premier chef celui des communes en matière de distribution d’eau potable et d’assainissement), la montée en puissance de l’intercommunalité avec des régimes dissemblables et l’enchevêtrement des compétences qui en résulte. Le rapport attire l’attention sur l’insuffisant renouvellement des infrastructures, spécialement dans le domaine de l’assainissement. Des efforts sont également à faire s’agissant du taux de perte des réseaux d’alimentation en eau potable et des normes techniques de dimensionnement des réseaux de collecte des eaux pluviales ou d’assainissement.

Le rapport identifie par ailleurs les causes d’augmentation du prix de l’eau, encourage à Lire la suite

Bx 6 mai, Petite écologie de l’Homme et de ses techniques

MNE Bordeaux-Aquitaine, communiqué, le 25 mars 2009

UNIVERSITE POPULAIRE DE L’ENVIRONNEMENT

L’Université nomade d’Aquitaine

MERCI DE DIFFUSER LARGEMENT L’INFORMATION DANS VOS RESEAUX

« Petite écologie de l’Homme et de ses techniques » avec Michel Lesbats

Les 1er mercredis du mois :

1er avril, 6 mai, 3 juin et 1er juillet de 18h30 à 20h00

Locaux du Jardin botanique de Bordeaux

Esplanade Linné, Rive droite (tram station jardin botanique)

Ouvert à tous – Entrée libre et gratuite

Organisation : Maison de la nature et de l’environnement (MNE) Bordeaux-Aquitaine https://mneaquitaine.wordpress.com/, renseignements mnebxaquitaine@aol.com

Après avoir présenté « une question » à partir d’une courte conférence et/ou d’un film  sur le sujet (environ 45 minutes) le conférencier invitera le public à partager ses connaissances, expériences et performances sur le sujet abordé (environ 45 minutes).

1 – La main de l’Homme, ses techniques –  Mercredi 1° Avril

Cours 1 : Evolution des risques techniques de l’Homme préhistorique à nos jours.

Comment poser le problème du risque dans la société – La société du risque… Comment a évolué ce concept à l’échelle historique, comment a évolué la manière de l’appréhender. Petite Histoire des approches métaphysiques, assurantielles, techniques, sociales et sociétales de ces événements que nous ne souhaitons pas subir…

Comment poser le problème du risque dans la société ? Pourquoi est-il traité « à part » par rapport aux approches dites « Ecologiques ou Développement durable » ou aux approches « Santé publique… Santé au travail» ?

2 – Autopsie d’un accident / Les mots des maux, les mots du risque – Mercredi 6 Mai

Cours 2 : Définitions et polysémie des termes du domaine des risques d’origine technique.

A partir de la projection d’un petit film sur AZF et/ou Tchernobyl…le danger et le risque, les dommages,  les polluants, pollutions et impacts… les mots employés sont très dépendants de notre culture et de nos attentes, ils sont aussi le cœur de l’incompréhension qu’ils introduisent dans la communication entre les acteurs de la concertation sociétale… entre les « parties prenantes ».

Comment éduquer, former, informer se concerter… la rationalité est elle suffisante pour rapprocher les acteurs qui s’ignorent ou s’invectivent le plus souvent ? Comment fonder un nouveau contrat social et une nouvelle démocratie écologique ?

3 – Citoyenneté et culture du risque – Mercredi 3 juin

Cours 3 : La participation des citoyens à la Gestion des risques techniques.

Incitation ou obligation ? Plans particuliers des risques technologiques (PPRT)… Comités locaux d’Information et de Concertation (CLIC)… ?  SPPPI et autres SAGE,  Agendas 21, débats publics sur des projets d’aménagement… Projection d’un film «  les PPRT, les CLIC du  MEEDDAT ».

Difficultés de mise en place d’une réflexion sociétale pluridisciplinaire sur ces sujets. Pourquoi les structures de la concertation « officielle » sont elle si peu efficaces ? Que faire tous ensemble  Lire la suite

Eau potable en Gironde : le dessous des cartes

Sud-Ouest, Alain Montanguon, Jeudi 16 Avril 2009

Eau potable : le dessous des cartes

ENVIRONNEMENT. Un débat sur la gestion de l’eau potable, organisé par les Verts, s’est tenu à la salle des fêtes. Une nouvelle fois, le passage en régie a été défendu

A l’initiative des Verts du Libournais et de leur représentant Joël Rousset, s’est tenue une réunion publique sur l’eau, à la salle des fêtes, en présence de Gérard Chausset, secrétaire départemental du parti, président du groupe à la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), et adjoint à la mairie de Mérignac. Au-delà de son intitulé, « Pour une politique départementale de l’eau en Gironde », ce débat s’inscrit parfaitement dans la problématique locale.

Car la Ville doit, fin mai, déterminer le mode de gestion qu’elle va adopter dans les prochaines années : un retour en régie comme avant 1986 lorsque les socialistes étaient dans l’opposition, ou la poursuite de la délégation publique (DSP) contre laquelle ils votèrent cette année-là. Une troisième voie (un compromis ?) serait envisagée qui mêlerait les deux gestions. Deux idéologies s’affrontent en ce moment au sein de la commission. Qu’en sortira-t-il ? On en saura un peu plus le 5 mai où elle doit se réunir.

En attendant des positions claires ont été prises par Claudine Chapron (Parti de gauche) et Jean-Louis Arcaraz (Parti communiste). D’autres, comme Patrick Nivet (Mouvement républicain des citoyens) et Joël Rousset, personnellement favorables à la régie, réservent encore leur décision finale.

Gérard Chausset, l’autre soir, réaffirmait fermement la position des Verts en faveur de la gestion en régie de l’eau potable (rappelons que concernant l’assainissement la majorité municipale a d’ores et déjà choisi la DSP).

Des écarts importants

Dans son intervention, l’élu écologiste de la CUB plaçait le débat dans un contexte général avant d’aborder la question du prix de l’eau. La dégradation des nappes tant éocène qu’oligocène dans lesquelles nous puisons oblige les collectivités à trouver, d’ici 2013, des investissements lourds, estimés à 80 millions d’euros, afin d’exploiter et rechercher de nouvelles ressources de substitution. En résumé, il faut économiser 30 millions de m³ par an d’ici cinq ans selon les préconisations du SAGE nappes profondes (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux).

Concernant le prix de l’eau potable, il s’appuyait sur deux cartes, l’une montrant la diversité des prix, l’autre le prix global de l’eau assainie et révélant des écarts importants d’une collectivité à l’autre (source Agence de l’eau Adour Garonne 2007). Son étude comparative montre ainsi que le prix moyen de l’alimentation en eau potable en Gironde, pondéré par la population, est de 1,07 € en régie municipale et de 1,36 € en DSP.

L’exemple de Guîtres

Cent douze contrats régissent l’eau dans le département dont 50 % par la Lyonnaise des eaux (1). Une disparité des prix et un « monopole », selon Gérard Chausset, qui rendent opaques sa compréhension aux yeux du public. Face à ces remarques, Bruno Cammas, cadre bordelais de l’entreprise, présent ce soir-là, remettait en cause Lire la suite

SEPANSO 40 : Il faut appliquer le principe pollueur-payeur

Sud-Ouest, Emma Saint-Genez, le Mercredi 8 Avril 2009

NVIRONNEMENT. Avec Cap’Eau, collectif d’associations pour la gestion de l’eau en Adour-Garonne, la Sepanso (1) des Landes se mobilise pour améliorer le schéma en gestation

« Il faut appliquer le principe pollueur-payeur »

« Sud Ouest ». Quels sont les dossiers qui vous occupent en ce moment ?

Georges Cingal. Le gros dossier de l’année 2008 a été la préparation du Schéma directeur d’aménagement et gestion de l’eau (SAGE) en Adour-Garonne. Nous arrivons à la dernière étape et comme l’union fait la force, nous avons produit un document important avec CAP’Eau, un collectif d’associations pour la gestion de l’eau qui regroupe aussi bien des associations de protection de la nature, que l’UFC Que choisir ou des fédérations d’agriculteurs. Nous remettrons ce document à toutes les parties prenantes : élus, chambres consulaires, fédérations de pêche… Une remise officielle aura lieu le 26 avril à Mont-de-Marsan.

Quelles sont vos préconisations ?

D’abord l’application rigoureuse du principe pollueur-payeur. Les gens qui consomment de l’eau et pénalisent l’environnement, les agriculteurs notamment, demandent toujours plus sans être prêts à payer. Ces arrosages s’accompagnent de produits chimiques que l’on retrouve dans les cours d’eau superficiels. Nous demandons une meilleure gestion des sols parce que séparer la gestion de l’eau de celle de la terre est anti-écologique.

Nous ne sommes pas du tout d’accord avec le projet tel que présenté par l’agence de l’eau Adour-Garonne. J’affirme même que nous avons là le plus mauvais SDAG de France ! Cela va se terminer au tribunal administratif s’ils restent sourds à nos demandes.

La Semaine du développement durable vient de s’achever.

Un concept à la mode selon vous, ou le symbole d’une réelle prise de conscience ?

Nous travaillons sur ce concept depuis les années 70. Le développement durable est une religion. Il y a ceux qui la pratiquent parce qu’ils croient en ses fondamentaux, et les autres qui la pratiquent aussi parce que cela les arrange et que cela leur poserait des problèmes économiques de ne pas s’en soucier. En ce moment, nous sommes en train de nous bagarrer sur les fausses publicités qui vendent des produits écologiques, alors qu’ils ne le sont pas ! Des voitures, des détergents… Un petit coup de peinture « développement durable » et ça roule !

Or l’écologie suppose une analyse du produit de son berceau à sa tombe. C’est pour cela que lorsque nous entendons Nicolas Sarkozy dire que le nucléaire fait partie du développement durable, nous lui adressons un carton rouge !

Quels autres dossiers vous occuperont cette année ?

La dépollution des paysages landais. Nous voulons éliminer toutes ces affiches redondantes et dégradantes. Là encore, c’est une affaire de gros sous. Le problème en France est que si l’on regarde de près, 90 % des lois prévoient une dérogation. Les publicités autorisées à partir du panneau d’agglomération voient souvent le périmètre réglementaire agrandi parce qu’elles permettent aux communes d’encaisser des redevances locales.

Vous estimez que la crise n’épargne pas votre action.

C’est-à-dire ? Lire la suite

Mise en oeuvre de Natura 2000 sur le Ciron

Ciron nature, Communiqué, le 22 mars 2009

Mise en oeuvre de Natura 2000 

Ciron Nature, association qui a eu la charge de réaliser le document d’objectif permettant la mise en oeuvre de la Directives Européenne de protection des espèces et des habitats  » Natura 2000″ sur la  Vallée du Ciron est désormais habilitée pour l’étude, la proposition et la mise en place de projets environnementaux.

A cet effet est engagé un chargé de mission scientifique, M. Vincent Coquillas.

Dans ce but deux réunions de concertation avec les forces vives présentes dans cette vallée ont eu lieu :

– le 6 mars 2009 à Beaulac en présence d’une vingtaine de personnes  sur le thème de l’eau

– le 12 suivant à Préchac sur la forêt et milieux associés.

Le vendredi 06 mars 2009  à  Bernos Beaulac : L’eau.

A la séance sur l’eau nous avons appris une bonne nouvelle, les eaux du Ciron sont de bonne qualité. Il paraît même qu’à certains endroits des vairons sont régulièrement observés, c’est un petit poisson très sensible à la pollution.

Autre bonne nouvelle deux autres points de mesure seront établis à  Lubbon (source) et Barsac (confluent) en sus de celui de Préchac. Il est à souhaiter que ces mesures soient mises à la disposition des personnes intéressées.

Par contre les débits du Ciron n’ont pas été mentionnés, s’ils sont connus.  Cela semble pourtant un paramètre important pour apprécier la santé de la rivière. 

Autre constatation, les zones concernées par Natura 2000 se situent sur le lit supérieur de la rivière avec quelques débordements sur ses affluents. Sauf de sources sises dans son lit, toute l’eau provient des zones hors de son champ d’application. En particulier des stations d’épuration, déversements agricoles ou industriels.

A ce sujet, le géologue présent, indique sa préférence pour un assainissement dispersé, ou la nature digère les rejets, en opposition à l’assainissement collectif qui concentre les nuisances et ne peut évacuer les rejets, naturellement, que dans les cours d’eau.

Les possibilités d’intervention sur la qualité des eaux semblent donc limitées au regard de Natura 2000, sauf que 53 des 58 communes du bassin versant du Ciron adhèrent à un SAGE, (syndicat d’aménagement et gestion des eaux) animé par M. Sébastien IROLA. Celui-ci pourrait éventuellement relayer les préconisations de Ciron Nature sur l’ensemble du bassin.

Il reste que la population se densifie continuellement, certes en périphérie de la zone Natura 2000 mais avec des conséquences sur celle-ci.

Les industriels établis sur la rivière, papeterie et piscicultures sont soumises à des règles de plus en plus contraignantes et onéreuses qui risque à terme, de signer leur arrêt de mort.

Natura 2000 est destinée à protéger les habitats, sauf celui des bipèdes … !

Le 12 mars 2009 à  Préchac : La forêt et les milieux associés : 

Ciron Nature est donc habilitée à mettre en oeuvre les dispositions confirmées du document d’objectif sur des zones précisées.

Me Guizard, coordinateur, présente la démarche envisagée :

Le document administratif de mise en œuvre recueille les dernières signatures.

Les maires des communes concernées sont appelés à donner leur avis, espéré favorable.

En vue de la protection dynamique des habitats et des espèces Lire la suite

Journées mondiales des zones humides du 27 janv. au 8 fév.

aqui.fr, le 29 janvier 2009

Manifestations dans le cadre de la journée mondiale des zones humides du 27/01 au 08/02/09.

Les choix d’Aqui !

Un grand nombre de manifestations sont proposées au public du 27 janvier au 8 février. C’est au total 70 animations qui sont prévues dans les cinq départements aquitains afin de permettre à tous les aquitains de découvrir ou redécouvrir ces milieux riches d’une faune et d’une flore particulièrement remarquables. Ne pouvant toutes les citer, Aqui! a selectionné pour vous quelques unes de ces animations dans chaque département d’Aquitaine.

Landes :

Suite à la tempête, un arrêté préfectoral interdit, pour des question de sécurité, les sorties en forêt jusqu’à fin février. Par conséquent, un grand nombre d’animations prévues dans le département sont soit annulées en application de cet arrêté, soit suspendues, au jour de la rédaction de cet article en raison des dégâts causés par la tempête.

Dordogne :

Le samedi 31 janvier à partir de 15h30 est organisée une conférence d’environ 2 heures portant sur le thème « De l’intérêt des zones humides aux actions de leur préservation et de leur gestion ». L’entrée libre.

Organisation : Association Patrimoine et environnement de Bergerac-SEPANSO Dordogne.
Lieu : salle de conférence C.I.V.R.B. (cloître des Récollets près du port) à Bergerac.
Informations : Georges Barberolle, 06 82 42 05 41

Le dimanche 1er février, Le CREN Aquitaine prévoit à 14h30 une sortie nature sur le site des tourbières de Vendoire comprenant une visite guidée (découverte de la faune, flore, gestion, …) puis un échange dans le musée des tourbières autour d’une boisson chaude. Durée d’environ 2h30.

Organisation : CREN Aquitaine, CPIE Périgord-Limousin.

Lieu : RdV à la maison des tourbières de Vendoire. Tout public (25 personnes max.)
Inscription avant le 30/01 : Elodie Gras (CPIE), 05 53 56 23 66.

Gironde :

Le dimanche 1er février à partir de 10h, l’ Association Curuma vous accompagne en randonnée autour de la Pointe de Grave à la découverte du patrimoine du Verdon (14km). Pensez à prévoir un pique-nique.

Organisation : Association CURUMA.

Lieu : RdV parking de la Pointe de Grave – Le Verdon-sur-Mer

Informations : CURUMA, 05 56 09 65 57.

La journée du samedi 7 février, plusieurs animations seront consacrées au thème Lire la suite