Communauté urbaine de Bordeaux : Isolez ! Vos toits ont été filmés

sud-ouest.com,  Jacky Sanudo, le 16 Mai 2009

THERMOGRAPHIE. À partir d’aujourd’hui, les habitants de la Communauté urbaine de Bordeaux sont invités à découvrir sur Internet leurs déperditions d’énergie par la toiture. À eux de décider ensuite des travaux d’isolation

Isolez ! Vos toits ont été filmés

L’opération aura duré quatre jours. Ou plutôt quatre nuits : du 12 au 16 février dernier, de 19 h 30 à 23 h 30. La chance a fait que ce soit la bonne « fenêtre météo ». Pour que le petit avion de l’Aerodata au service de la société varoise ITC (Infrarouge Technologie Contrôle) puisse décoller, les conditions requises étaient : 5 degrés de température au sol et pas de précipitations 24 heures avant la mission. De belles conditions anticycloniques ont permis le survol des 55 000 hectares de superficie totale que représentent les 27 communes de la Communauté urbaine de Bordeaux. 12 000 clichés ont été pris et 250 000 bâtiments photographiés. Coût de l’opération hors taxes : 260 000 euros, dont 30 % financés par les municipalités.

Dunkerque en pionnier

Le vol, par 1 000 mètres d’altitude, n’a rien de touristique. Une caméra infrarouge est positionnée derrière la carlingue de l’avion, reliée à un ordinateur portable équipé d’un logiciel, avec pour objectif de mesurer la température des toitures et estimer les déperditions d’énergie. C’est ce qu’on appelle la thermographie aérienne. L’outil de diagnostic, impulsé le plus souvent par la Jeune Chambre économique française, connaît un immense succès depuis que Dunkerque s’y est risqué en 2004.

C’est presque un phénomène de mode « durable » dont on estime qu’il touchera 120 villes d’ici à 2011. Dans la région, y ont succombé (ou sont sur le point de…) les communes et agglomérations d’Agen, Pau, Jonzac et Périgueux. Bordeaux a réalisé sa thermographie en solo fin 2007, et les résultats sont en ligne sur le site Internet de la ville depuis le mois dernier. Ceux de la CUB le seront officiellement ce samedi, avec lancement en grande pompe lors de la Foire internationale au Lac.

thermographie.lacub.fr

Le site gratuit www.thermographie.lacub.fr risque d’être pris d’assaut de par son côté ludique. En inscrivant votre adresse, vous pourrez avoir une vue du toit de votre habitation. S’il est rouge, c’est que la déperdition de chaleur est excessive ; s’il est bleu foncé, la déperdition est non perceptible ou nulle. Quatre autres couleurs intermédiaires déclinent la palette. Sur le stand CUB de la foire, 24 bornes informatiques permettront aux curieux de visualiser la cartographie proposée par I2G.

« On donne un outil pour que les gens se prennent en main. Les communes et les bailleurs sociaux pourront également se l’approprier. Il faut savoir que la déperdition de chaleur par les toitures, sur de l’ancien, est d’environ 30 %. Avec le site, nous fournissons des informations d’accompagnement pour affiner le diagnostic, en se rendant, par exemple, aux Espaces Info Énergie ou à l’Agence locale de l’énergie.

Bref, nous générons une demande qui peut être aussi intéressante pour Lire la suite

SEPANSO 24 : le projet de camping d’Atur au tribunal

Sud-Ouest, Julie Martinez, le 26 Février 2009

 

Le camping à la barre

Ce matin, le juge des référés du Tribunal de grande instance (TGI) de Périgueux va se pencher sur le dossier, très controversé, de l’extension du camping du Grand Dague, à Atur, qui souhaite passer de 93 places à presque 600 dans quelques années.

Alors que l’association de riverains N’Atur se bat depuis plusieurs semaines pour en savoir plus sur le projet et faire changer la voie d’accès retenue dans ce projet, la Sepanso Dordogne a décidé de les soutenir dans leur démarche et a déposé une plainte dernièrement contre la société hollandaise, propriétaire du camping depuis un an.

Cette plainte se traduit donc par une action en référé suspensif, ce matin devant le tribunal. Dans leur requête, la Sepanso et N’Atur demandent « l’arrêt immédiat de tous travaux d’aménagement, de déboisement et de terrassement et la remise en état des lieux pareillement à leur configuration de décembre 2008 ».

Ghettos de béton

Pour Michel André, le vice-président de la Sepanso, ce projet d’extension a « un impact environnemental et des effets sur le réseau routier, la population et le cadre de vie ». Mais ce qui révolte le plus les deux associations, c’est que des travaux ont été entrepris sur le site, sous prétexte de travaux d’assainissement, alors que les deux communes d’Atur et de Saint-Laurent-sur-Manoire n’avaient pas délivré d’autorisation.

Les membres de l’association N’Atur, qui ont demandé des rendez-vous auprès du camping du Grand Dague, n’ont eu aucun retour, ni début de dialogue, pour s’expliquer. Une nouvelle demande de réunion a part ailleurs été formulée auprès du maire d’Atur, Alain Cournil.

Derrière ce nouvel épisode, la Sepanso pointe du doigt le développement touristique en Dordogne. Militant pour un « tourisme durable », Michel André interpelle : « Doit-on accepter tout et n’importe quoi au risque de voir se développer des ghettos de béton ? Tout ça sous des prétextes économiques ? les emplois seront des postes saisonniers. »

ATUR.

La Sepanso s’interroge aussi sur la provenance des fonds Lire la suite

A Périgueux, une coop. d’habitants pour vieillir ensemble

aqui.fr, Nicolas César, le 1er février 2009

A Périgueux, des femmes créent une coopérative d’habitants pour vieillir ensemble

La fin de vie est un moment difficile et délicat. En Dordogne, des femmes ont décidé qu’elles feraient le « dernier bout de chemin » ensemble. Elles ont décidé de créer ensemble une coopérative d’habitants, où chacune aura pour mission d’aider l’autre. Une belle aventure humaine, que nous avons décidé de vous raconter.

« L’idée de vieillir toute seule me fait peur. Et, je n’ai aucune envie d’aller en maison de retraite. On y perd son autonomie. De plus, cela coûte cher, près de 2 000 euros par mois, sans garantie que l’on s’occupera bien de nous », confie Cécile Dalrymple, 71 ans, présidente de l’association « Lo Paratge » (« le partage » en occitan), en Dordogne. Avec une dizaine de personnes de 56 à 82 ans en bonne santé, dont deux hommes, elle a donc décidé de participer à un projet de « compagnonnage solidaire ». « L’objectif est de créer un lieu de vie autogéré, où chacun s’entraidera. Nous voulons aussi que cet espace soit ouvert au monde extérieur. Les habitants participeront à la vie locale, proposeront de l’aide scolaire, des stages de cuisine », souligne Liliane Battais, consultante en environnement et développement local, coordinatrice du programme.

Une coopérative, où chacun doit s’aider pour mieux vivre

L’idée est née fin 2006, lorsqu’une maraîchère et une éleveuse de bovins bio ont envisagé de partager la fin de leur vie. Depuis, elle a fait son chemin. Cette « coopérative d’habitants », qui regroupera quinze appartements de 50 m2 aux normes haute qualité environnementale (HQE) et cinq studios, destinés à accueillir la famille, les proches, ainsi que des espaces collectifs (jardin, cuisine…) doit voir le jour début 2011. Le lieu est déjà fixé. Ce sera à Saint-Julien-de-Lampon, une paisible commune de 576 habitats, au « vert », dans le Périgord. La mairie leur a réservé un terrain viabilisé de deux hectares.

Pour financer le projet, chaque « résident-coopérateur » sera à la fois propriétaire d’une part de la coopérative, à raison d’un investissement de 10 000 euros, et locataire du lieu, pour un loyer mensuel entre 300 et 400 euros, hors charges. Il ne reste plus désormais à la coopérative qu’à Lire la suite