Le développement soutenable est-il le grand perdant du G20 ?

Actu-Environnement.com, Corinne Lepage, Avocate, ancien Ministre de l’Environnement, Présidente de Cap21, le 7 avril 2009

Le développement soutenable est-il le grand perdant du G20 ?

Préoccupant ! Le fait qu’à aucun moment du G20 il n’ait été question de l’aggravation de la crise écologique et énergétique du fait du dumping environnemental, ni même de l’ébauche de nouvelles règles du jeu pour favoriser l’actionnariat stable est préoccupant. Plus généralement, on regrettera que c’est encore le court terme qui a été privilégié au G20.
Le G20 aura incontestablement marqué les esprits en termes de communication.

En effet, les portes des avions des chefs d’Etat n’étaient pas refermées que la presse européenne et la presse française, en particulier, se réjouissaient de l’immense succès du G20.
Il est incontestable que les chefs d’Etat réunis à Londres n’avaient pas le droit d’échouer, c’est-à-dire de ne pas trouver d’accord. Ils ont donc réussi. Reste à savoir la valeur réelle et l’efficacité future de l’accord. Cette efficacité s’appréciera dans le temps, mais elle peut d’ores et déjà s’évaluer en fonction des sujets traités et de l’ampleur des réformes proposées.
Mais, comme le rappelle très justement Paul Jorion (contreinfo du 7 avril 2009) « ceux qui sont responsables de la crise font partie du problème, pas de sa solution » en pensant d’abord aux représentants du monde de la finance mais aussi aux régulateurs et aux politiques qui leur avaient signé un chèque en blanc. Or, ils ne sont pas sortis du système ; ils l’ont prolongé en essayant simplement de réduire les effets trop pervers qui se sont manifestés à l’origine de la crise.

Dès lors, si on peut se réjouir que le G20 ait succédé au G8 et qu’il ait été enfin question officiellement des paradis fiscaux ou encore que les fonds du FMI aient été accrus, on ne peut que regretter la timidité des mesures tant dans les sujets traités que dans l’ampleur des réformes engagées.

D’une part, certains sujets ont été totalement évacués comme celui de la monnaie qui est pourtant central. Il va de soi que la mise en chantier, comme l’avait proposé la Chine (et très modestement comme je l’ai écrit dans mon dernier ouvrage) d’une devise mondiale, construite à partir d’un panier de monnaies, aurait été de nature à réduire la spéculation sur les changes et à rééquilibrer les économies. S’agissant du sujet phare du G20 – les paradis fiscaux – la liste arrêtée prête plus qu’à sourire dans la mesure où les principaux ne figurent pas sur la liste noire, ni même du reste sur la liste grise. Cela signifie que Jersey, Guernesey, Delaware par exemple pourront continuer comme par le passé.

De plus, force est de constater qu’il ne s’agit que d’inscrire les paradis fiscaux non coopératifs sur une liste pour réduire les transactions. Il s’agit incontestablement d’un grand progrès à condition que les mesures rigoureuses suivent et que la liste corresponde à la réalité. L’efficacité de la mesure est conditionnée à cette réalité. Mais, en revanche, il n’est question ni de dumping fiscal ni de dumping social et environnemental ni de compétition entre États qui sont précisément à l’origine de l’intérêt des paradis fiscaux. Il n’est pas davantage question de la faculté de réaliser des opérations fictives ou des opérations de surfacturation dans ces paradis fiscaux.

De plus, si l’on vise à assurer une meilleure transparence pour les hedge funds, ils ne sont pas interdits voire, ils sont aidés pour pouvoir acheter dans de meilleures conditions les créances pourries.

Ainsi, sur la question purement financière malheureusement, la déception apparaît grande même si les esprits optimistes pourraient penser qu’il ne s’agit que d’une étape vers une réelle transformation du système financier.

Au moins, ces mesures s’inscrivent-elles dans une perspective d’économie soutenable ? une réponse négative est inévitable.

D’une part, le fait qu’à aucun moment il n’ait été question de l’aggravation de la crise écologique et énergétique du fait du dumping environnemental, ni Lire la suite