Les partisans du rire militant

lemonde.fr, Hubert Prolongeau, le 11 septembre 2009

Les partisans du rire militant

On la sent tendue : sourire un peu crispé, piercing frémissant à l’aile du nez… Depuis dix minutes, Leila Chaibi, 26 ans, arpente les rayons du Carrefour de Saint-Denis, en banlieue parisienne. Elle garnit son chariot de gâteaux, de bonbons, de jus de fruits. « On va pas leur prendre du caviar, quand même… » Pour la deuxième fois, avec ses amis du collectif l’Appel et la pioche, elle organise un « pique-nique de faim de mois« . L’idée ? Improviser un casse-croûte dans un supermarché et inviter les clients à le partager. L’objectif ? Dénoncer les marges de la grande distribution alors que le pouvoir d’achat stagne. 750 millions d’euros de bénéfice pour Carrefour au premier semestre 2008, une augmentation des prix de 9 % en huit mois… « Nous voulons dire aux gens de manière ludique : servez-vous à votre tour. Chaque fin de mois, nous investirons un supermarché« , explique Simon Cottin-Marx, 22 ans, étudiant à Sciences Po, en vérifiant d’un œil que chacun est en place.

11 h 15 : la dizaine de militants se retrouvent au rayon meubles et lancent l’action. En hâte, ils déplacent un canapé et une table, dégainent une nappe sur laquelle ils étalent le contenu de leurs chariots. Victor, qui a pris dans les rayons une radio et des piles, met la musique à fond. Les slogans éclatent : « Ils grignotent votre pouvoir d’achat : grignotez leurs marges à votre tour ! » Des curieux s’approchent, amusés. Une mère appelle son fils : « Dépêche-toi, il y a du jus d’orange ! » D’émotion, l’enfant renverse un premier verre avant de se fourrer dans la bouche une grosse poignée de fraises Tagada. Un homme s’empare d’un paquet de brownies. « C’est bon, ça ? » Il en propose à la cantonade. Des clients attrapent à la volée des pains au chocolat, mordent dedans. Ils rient, certains crient « Bravo ! »

La joyeuse mêlée durera dix minutes, le temps qu’arrivent les vigiles. Un peu gênés… Certains sourient. On sent que leur chef, un colosse rondouillard, n’a pas envie de se fâcher pour de bon. Mais à ses côtés, un gros blond, quelques gouttes de sueur au front, prend la chose très au sérieux. Il pousse violemment un des militants contre une mère de famille. Un court instant, le jeu se durcit. Puis deux vigiles s’emparent de la table et l’évacuent. Du côté des militants, on sait que c’est la fin. Les forces de l’ordre unissent leurs bras pour faire barrière, poussent tout le monde vers la sortie. Le blond peste toujours, arrache une boîte de tomates cerises à une jeune femme. Simon finit un litre de jus d’oranges entamé et demande à voir le responsable du magasin. « Il n’y a pas de responsable », répond un vigile. On se retrouve dehors. Petit instant de triomphe. Une dizaine de clients vient approuver l’action. « C’était le gros bordel. C’était sympa. » « Vous avez raison, c’est trop cher. » Leila sourit. « Ça a super-marché », clame-t-elle, avec un involontaire jeu de mots.

L’âme militante

Depuis 2005, de tels happenings bousculent le jeu classique des manifestations en y introduisant créativité, surprise et amusement. L’Appel et la pioche, Génération précaire, Jeudi noir, Sauvons les riches, les Clowns à responsabilités sociales ont changé la donne de la militance. A leur tête, on retrouve souvent les mêmes : Leila Chaibi, Lionel Primault, Manuel Domergues, Xavier Renou, Julien Bayou passent de l’un à l’autre de ces collectifs avec la même envie de bousculer les choses, les mêmes idées (résister au capitalisme plutôt qu’appartenir à un parti), la même conscience de l’importance des médias et la même envie de s’amuser. « On ne voulait pas se présenter une fois de plus comme des victimes, explique Lionel Primault, 34 ans. Transgresser, c’est un plaisir. » Le plaisir, tous y reviennent : ne pas s’ennuyer, ne pas tomber dans la routine des distributions de tracts. Leila Chaibi, brunette aux joues rondes, s’est sentie très jeune l’âme militante. En mars 2002, en route vers le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Barcelone, elle est arrêtée à la frontière, ses affaires sont confisquées. « Ça m’a choquée. » Le 21 avril de la même année, la présence de Le Pen au second tour de l’élection présidentielle la pousse vers Alternative libertaire. Déception. « C’était une perte de temps totale. Des querelles de chapelle, des réunions mortelles d’ennui. On se regardait le nombril, on se gargarisait au devoir de camaraderie. J’avais l’impression d’être dans une secte. »

Génération précaire marque le début de l’aventure. En septembre 2005, une scénographe, Cathy, lassée de voir ses nombreux diplômes n’aboutir qu’à des stages payés au lance-pierres, envoie sur Internet un appel à la révolte. Deux amis, Lionel Primault et Julien Bayou, repèrent le message. Lionel Lire la suite

Attac veut croire que la crise est derrière elle

Le Monde, Sylvia Zappi, le 28 août 2008

L’association Attac veut croire que la crise est derrière elle.

L’association altermondialiste Attac, qui a clos mardi 26 août son université d’été à Toulouse, veut croire que la crise politique et militante qu’elle a connue est du passé. La participation de plus de 700 personnes à l’événement et les liens renoués avec les syndicats et associations pour une nouvelle campagne européenne ont semblé redonner quelque espoir à cette galaxie militante.

L’association a eu son heure de gloire en plein essor des contre-sommets de contestation de l’Organisation mondiale du commerce, de Porto Alegre à Gênes et des mouvements de paysans en Amérique latine. Elle comptait alors quelque 30 000 adhérents, alimentait les partis de gauche de ses notes, rendait presque lisibles des notions aussi hermétiques que la taxation des transactions financières ou le mode de calcul des retraites, Lire la suite

Le « verdissement » de l’opinion publique

Jean-Paul Bozonnet dans Sciences Humaines N° 40 de juillet/août 2005

Si l’écologisme a fluctué au cours des trente dernières années, le consensus autour des questions environnementales est toujours solide. Seules les formes d’engagement et la sociologie des militants semblent s’être transformées.

Une légende contemporaine attribue volontiers la paternité de l’écologisme au grand chef indien Seattle ; les historiens des idées, comme Luc Ferry, souvent moins bien intentionnés, en découvrent les prémices dans les procès médiévaux contre les animaux ou dans le régime hitlérien. Ils font remonter l’écologisme loin dans le passé, aux romantiques, à Jean-Jacques Rousseau, et même à François d’Assise : en fait, ces reconstructions téléologiques ignorent la spécificité de cette pensée contemporaine qui naît à la fin des années 60. C’est en effet en 1962 que Rachel Carson, avec Le Printemps silencieux, sensibilise l’opinion publique américaine aux agressions chimiques. Puis en 1971, Barry Commoner, dans son ouvrage fondateur, L’Encerclement, élargit le propos à la société industrielle entière et vulgarise l’écologie politique. Enfin, en 1972, le Club de Rome avertit solennellement l’opinion mondiale des « limites de la croissance » et des catastrophes écologiques à venir, prophétie vite réalisée par la crise du pétrole.

L’écologisme est alors pleinement constitué et très largement diffusé dans les opinions publiques occidentales. Lire la suite