Graves de Bordeaux : Les vignes à cheval

sud-ouest.com, Axelle Maquin-Roy, le 11 Mai 2009

CHÂTEAU MÉJEAN À AYGUEMORTE-LES-GRAVES. Bruno Géraud veut ainsi se démarquer et améliorer la qualité de ses vins

Les vignes à cheval

Bruno Géraud n’est pas un propriétaire viticole comme les autres. Issu du milieu du commerce, l’entrepreneur, passionné de tout ce qui a trait à la terre, s’est affranchi des codes surannés et ne se laisse guider que par une ambition : faire de Méjean un graves de grande qualité. Une exigence déjà saluée par nombre de critiques. Aussi n’a-t-il de cesse d’innover depuis qu’il est à la tête de cette propriété d’Ayguemorte-les-Graves, soit une dizaine d’années.

Dernière lubie en date, diront les plus sceptiques, travailler à cheval les 6,5 hectares de ses vignes et les 4,5 autres hectares dont il a le fermage au château de La Brède. Déjà propriétaire de deux juments comtoises, Bruno Géraud cherchait l’homme pour les guider dans ce travail un peu particulier. « Mais dans le coin, il n’y en avait pas. »

Maillon essentiel de la chaîne

Le hasard a voulu qu’un Bourguignon, en quête de nouveaux horizons viticoles, offre ses services à de grandes propriétés bordelaises. Mais pas au Château Méjean qui, malgré tout, parvint à entrer en contact avec cet ouvrier agricole.

Depuis une dizaine de jours, Erik Martin s’est donc installé à la propriété. Lui, le Bourguignon et travailleur indépendant, est désormais salarié de l’exploitation. Un plus à l’entendre, alors qu’il veut « travailler en collaboration pour l’élaboration encore meilleure d’un vin ».

Car, aussi particulier que soit son travail, Erik revendique d’être un maillon essentiel de la chaîne de production d’un vin. Avec ses trois juments, deux Percheronnes et une Ardennaise, son rôle ne saurait se réduire à biner ou cavaillonner les rangs de vignes, avec des outils des années 1950 attelés à ses puissantes montures. Son regard et son expertise de la vigne sont une chance.

« La mécanisation tasse davantage les sols et les appauvrit », a constaté Erik. En travaillant avec des chevaux de trait, « on apporte une meilleure régénération des sols et donc on peut réduire l’apport en engrais ». Un travail sur l’enracinement des pieds, préalable à un développement de parties aériennes de la plante. Cette approche écologique, si elle fut sa motivation première il y a dix ans, a depuis fait montre d’une grande efficacité. Au point que nombre de propriétés prestigieuses de Bourgogne, du Beaujolais ou encore de Tain-l’Hermitage ont fait appel à ses services.

Respect de la vigne

Autre avantage de la traction animale Lire la suite