Serptembre 2009 : Les huîtres du Bassin d’Arcachon à nouveau interdites à la consommation

sudouest.com, Chantal roman, le 10 Septembre 2009

BASSIN D’ARCACHON. Tous les résultats sur les bio tests sur souris connus hier sont positifs. Ce qui entraîne une fermeture de la commercialisation des huîtres et des moules

Les huîtres à nouveau interdites à la consommation

 «Maintenant, ça suffit ! J’appelle à la désobéissance civique et demande à tous les ostréiculteurs de rendre leurs rôles maritimes, de débarquer leur personnel et de ne plus payer les charges. »

Hier, Olivier Laban, le président des ostréiculteurs s’étranglait de colère. Alors qu’il se trouvait à Paris avant de rejoindre Bruxelles où doit se tenir la conférence scientifique sur un nouveau test de contrôle sanitaire des mollusques, il apprenait… que toutes les huîtres étaient interdites à la consommation.

Les souris sont donc mortes. Pour les tests sur les moules, déjà interdites la semaine dernière, mais aussi pour les huîtres, à la fois d’Arguin et du Grand Banc, dont la commercialisation était autorisée, la semaine dernière.

Ironie de l’histoire, qui plus est, les huîtres se trouvent pour l’heure en deçà de la période de veille sanitaire. Cette dernière aurait dû prendre fin au 31 août, mais en raison de la positivité des moules, le protocole veut que l’on continue à tester les huîtres.

Cela dit, les professionnels ont eu un mince espoir hier : « Au vu de l’incohérence de la situation, un responsable du ministère de l’Agriculture était d’accord pour que l’on opère immédiatement un nouveau test ce jeudi et que l’on puisse donc rester ouvert jusqu’au résultat de vendredi, explique Olivier Laban.

Mais c’était sans compter avec la direction générale de l’alimentation (DGAL) qui a mis son veto. Résultat ? On est fermé jusqu’à mercredi prochain, au moins. » La rumeur de cette « ouverture « avait d’ailleurs couru de parc en parc aux premières heures de la matinée, hier : « La profession est exsangue, martèle Olivier Laban. Nous arrivons au 15 septembre, date à laquelle on se positionne pour les marchés de fin d’année. Mais comment être crédible vis-à-vis de nos clients ? Ils préfèrent acheter dans d’autres bassins où c’est plus « sûr ». C’est infernal. »

De remarquer également : « Curieusement, alors que le ministre de l’Agriculture nous avait promis une lecture « compréhensive » des résultats des tests, on n’a jamais été autant fermés que cet été 2009 ! Sept fois ! On nous prend pour qui ? »

La colère monte…

Côté élus du bassin d’Arcachon, Michel Sammarcelli, président du SIBA et maire de Lège-Cap-Ferret, ne cachait pas sa colère : « Nous avons Lire la suite

Huitres du bassin : Du test de la souris à celui du rat

aqui.fr, Nicolas César, le 29 juin 2009

Le préfet de Gironde autorise un nouveau test sanitaire pour les huîtres du bassin d’Arcachon

Vendredi 26 juin, le préfet de la Gironde s’est engagé vendredi à utiliser un nouveau test sanitaire sur les huîtres du bassin d’Arcachon, celui expérimenté sur les rats. Si celui-ci se révèle positif, il s’est engagé à autoriser la vente des huîtres et des moules du bassin, interdite depuis jeudi dernier. Un soulagement pour les professionnels.

Pour les ostréiculteurs du bassin d’Arcachon, ces interdictions à répétition sont une vraie plaie. Economiquement, ils y perdent beaucoup, surtout en période estivale. Le manque à gagner est évalué à 10.000 euros en un mois en raison des trois interdictions aux tests sanitaires positifs. A cela s’ajoute une incertitude chronique : « va-t-on être fermés encore la semaine prochaine », se demandent-ils sans cesse ? ». Mais, le pire pour eux, est que régulièrement, il n’y a aucune explication scientifique à cette fermeture. Aucune algue n’est détectée, mais les souris meurent… Depuis plusieurs années, les ostréiculteurs remettent en cause le test souris. Ce test, européen consiste à injecter des prélèvements d’huîtres à une souris de laboratoire. Si l’animal meurt dans les 24 heures, l’interdiction est prononcée au nom du principe de précaution. A l’origine, le test avait été créé pour détecter une algue toxique, la dinophysis, mais désormais l’interdiction est prononcée même si la cause de la mort n’est pas connue.

Le test du rat expérimenté

Face au mécontement des ostréiculteurs du bassin, le préfet de Gironde, Dominique Schmitt a décidé d’accéder à l’une de leur demandes et d’autoriser à titre expérimental le test du rat. Une décision prise à l’issue d’une réunion avec les représentants de l’ostréiculture et les élus du bassin à la sous-préfecture d’Arcachon. « J’ai accepté à titre expérimental que si ce test revenait négatif, je modifierai l’arrêté d’interdiction en conséquence », a-t-il promis. Une nouvelle accueillie avec satisfaction par Olivier Laban, le président de la Section régionale conchylicole qui salue « une avancée importante », d’autant que le nouveau directeur de l’Ifremer d’Arcachon, Roger Kantin, s’est montré très ouvert à toute évolution. « C’est à titre expérimental, mais je m’engage avec les éléments des tests sur les souris, des tests sur les rats et des tests chimiques à demander une nouvelle réunion interministérielle pour que ce dossier soit à nouveau abordé et des solutions trouvées, favorables à la fois aux consommateurs et aux professionnels », a précisé Dominique Schmitt. Pour mémoire, le bassin d’Arcachon compte Lire la suite