Les revues écologistes françaises : S!lence, Ecorev, L’écologiste, La Revue durable et Entropia

lemonde.fr, Hervé Kempf, le 11 août 2010

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2010/08/11/les-ecologistes-c-est-le-bouquet_1397910_3232.html

27/30 Les écologistes, c’est le bouquet

Une revue écologiste, une seule ? Impossible. Cela ne peut être qu’un bouquet, une flore sauvage, des adventices poussant au bord des autoroutes de papier, des fleurs inattendues prospérant sur le compost de projets évanouis. Car depuis quelques années, la réflexion écologiste a refleuri et, si elle ne connaît ni gros tirages ni forte visibilité – les milieux dits intellectuels ne s’intéressant pas réellement à la thématique -, elle manifeste une vitalité revigorante. En même temps, aucune n’émerge réellement comme le donneur de ton du débat écologique. Elles composent ensemble un paysage chatoyant et assez cohérent, mais où aucun relief accusé n’émerge vraiment.

A mi-chemin entre le journal, la revue et l’expérience militante, S ! lence mérite la palme de la ténacité : lancée en 1982 au moment d’un vif reflux de l’écologisme en France, elle a toujours assuré une parution mensuelle marquée par un dossier thématique complété d’une multitude de petites informations. S ! lence a bien souvent été la première à repérer des thèmes émergents dans la communauté écologiste radicale avant de connaître une assez large fortune publique. Elle a ainsi lancé la thématique de la décroissance, en février 2002, reprise avec succès ensuite par le journal La Décroissance, lancé en 2004. S ! lence diffuse près de 5 000 exemplaires, surtout par abonnements. Issue, de son côté, de militants des Verts, Ecorev a publié son premier numéro en janvier 2000, sous le parrainage d’André Gorz, après un numéro zéro consacré à « Survivre au capitalisme ». Elle est née, selon Jérôme Gleizes, un de ses animateurs, d’un « refus de l’écologie d’accompagnement » incarnée par Dominique Voynet, lors de son passage dans le gouvernement de Lionel Jospin. « Nous allons des écologistes de gauche à des décroissants qui ne veulent pas se positionner à gauche. » La revue trimestrielle, animée par des normaliens ou des universitaires, se définit comme « revue critique de l’écologie politique« , selon son sous-titre, plutôt que théorique. Elle recherche – et obtient – une bonne lisibilité, par des articles concis, sans lourd appareil de notes, et souvent illustrés. Cette volonté pédagogique a fait d’Ecorev l’explorateur de thématiques transversales (le corps, la démocratie, la science, l’histoire de l’écologie, la mondialisation, la décroissance…). Mais ce choix rédactionnel l’a conduite à délaisser des interrogations plus concrètes du débat politique ou économique, si bien que la revue semble parfois en apesanteur par rapport au combat des idées. Ses scores sont modestes mais réguliers, avec une diffusion moyenne de plus de 500 exemplaires.

C’est aussi en 2000 qu’est né L’Ecologiste, version française du mensuel The Ecologist fondé par Teddy Goldsmith, en 1970. Trimestriel, L’Ecologiste a tout de suite pris, tout en se présentant comme un magazine (couverture en couleurs, format A4), une forme de revue centrée sur un dossier écrit par des auteurs souvent scientifiques, et intégrant nombre d’articles traduits de l’anglais. Animé par Thierry Jaccaud, L’Ecologiste a pris son autonomie par rapport à son parrain britannique, tout en restant sur la ligne d’une écologie naturaliste, portant une grande attention aux questions de biodiversité, de forêts, d’agriculture, mais aussi de santé ou de pesticides. Diffusant à plusieurs milliers d’exemplaires, la revue doit trouver un nouveau souffle après le décès de son fondateur et mécène, Teddy Goldsmith, en août 2009.

Fondée en 2002, à Genève, par Susana Jourdan et Jacques Mirenowicz, La Revue durable, sous une forme assez comparable à L’Ecologiste (aspect magazine, un dossier central par numéro), a progressivement gagné une visibilité en adoptant un angle axé sur la question de l’intégration des pratiques écologiques dans les sociétés modernes. S’intéressant davantage à l’économie qu’à la nature, La Revue durable cherche un équilibre entre le pragmatisme du « développement durable », honni par nombre d’écologistes comme un faux nez du capitalisme, et la radicalité des choix qu’impose la crise écologique. Cela compose des numéros intéressants et bien informés de l’état des questions traitées, mais où la dimension conflictuelle des choix sociaux semble évacuée.

Dernier venu dans le champ de la réflexion écologiste, Entropia est née, en novembre 2006, avec un premier numéro consacré à « Décroissance et politique ». La revue, lancée par Jean-Claude Besson-Girard, Serge Latouche, Alain Gras, Agnès Sinaï, et d’autres, affichait une ligne claire définie par son sous-titre : « Revue d’étude théorique et politique de la décroissance« . Editée par la maison d’édition Parangon à raison de deux numéros par an, Entropia assume l’austérité de sa présentation : « Les mots sont importants », résume son principal animateur, Jean-Claude Besson-Girard. Entropia poursuit son chemin avec ténacité, s’interrogeant au fil des numéros sur « Crise éthique, éthique de crise ? », « L’effondrement : et après ? » ou « Territoires de la décroissance », attirant parfois des signatures situées hors du champ de l’écologie comme Zygmunt Bauman ou Hervé Le Bras.

Si l’on en croit le paysage intellectuel dessiné par les revues, la réflexion écologique va à rebours des politiques concrètement mises en place par les gouvernements sous l’étendard du développement durable. Il n’y a guère pour défendre celui-ci que Terra Eco, sous-titré « mensuel du développement durable », qui se présente comme un magazine sans ambition intellectuelle. En ce sens, l’écologie reste une pensée du Lire la suite

Prochain numéro de LaRevueDurable « Energie : les territoires sur la voie de la transition »

larevuedurable.com, comuniqué, le 3 juin 2010

Parution du prochain numéro de LaRevueDurable

« Energie : les territoires sur la voie de la transition »

Le numéro 38 (juin-août 2010) de LaRevueDurable sort fin juin

Pour préparer l’avenir, il faut sortir au plus vite de l’ère éphèmere du pétrole et, d’une manière générale, des énergies fossiles. Face à la myopie des Etats et du monde de la finance sur ce chapitre et à l’incapacité des actes individuels seuls à répondre à un tel défi, les territoires ont une réelle marge de manœuvre pour faire émerger sans tarder une autre culture de l’énergie.

Ce 38e dossier de LaRevueDurable met à l’honneur le mouvement, dit de la transition, qui rassemble des milliers de personnes qui élaborent des plans de descente énergétique locaux pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau lorsque le cours du pétrole explosera. Il publie le premier inventaire exhaustif des groupes de transition actifs en Europe francophone avec leurs coordonnées.

D’autres réponses locales au défi énergétique sont au sommaire de ce nouveau dossier de LaRevueDurable : les villes à basse consommation d’énergie et haute qualité de vie pour tous, les plans climat qui fleurissent en France, la planification territoriale de l’énergie du canton de Genève, les réseaux électriques intelligents testés en Allemagne et l’urbanisme solaire, balbutiant dans plusieurs pays européens.

Le contenu détaillé de ce dossier figure dans le sommaire ci-joint.

Vous voulez recevoir ce numéro et n’êtes pas abonné-e ? Commandez-le au prix de Lire la suite

Parution du numéro 35 de LaRevueDurable (septembre-octobre 2009) consacré au changement climatique le 29 septembre

 larevuedurable.com, Communiqué, le 17 septembre 2009

Parution du numéro 35 de LaRevueDurable (septembre-octobre 2009) consacré au changement climatique le 29 septembre

Le changement climatique menace d’ébranler tout ce qu’il y a de plus précieux pour la plupart d’entre nous : nos familles, nos idéaux de justice et d’équité, nos idées d’un monde meilleur en devenir. A la veille du Sommet de Copenhague sur le climat, qui aura lieu en décembre, LaRevueDurable consacre son numéro de rentrée à l’enjeu climatique afin de donner un éclairage maximal à cet événement majeur, à sa préparation, à son rôle. Magnifiquement illustré par les photos du collectif Argos, le 35e dossier de LaRevueDurable donne tous les éléments scientifiques, économiques, géopolitiques, éthiques, de justice et de simple bon sens qui fondent l’objectif de ramener au plus vite la concentration de CO2 dans l’atmosphère à 350 parties par million (ppm) (elle atteint aujourd’hui 385 ppm et augmente de 2 ppm par an).

LaRevuedurable souhaite à ce titre relayer pleinement la journée mondiale d’action en faveur du climat, le 24 octobre, autour du chiffre 350. Cette initiative vise à créer un mouvement planétaire qui transcende les frontières nationales et les barrières sociales et politiques pour demander aux dirigeants des pays les plus émetteurs de prendre les mesures qui s’imposent pour faire de la Terre un havre de paix pour l’Humanité.

Vous voulez recevoir ce numéro et n’êtes pas abonné-e ? Réservez-le dès maintenant au prix de 9 euros (port inclus) en indiquant votre adresse postale, par retour de ce courriel. Les envois se font uniquement après paiement, par chèque à l’ordre de Cerin Sàrl, ou par carte de crédit (appelez le +41 26 321 37 11).

Tour de France de LaRevueDurable :

Retrouvez LaRevueDurable au Salon Horizon Vert à Villeneuve sur Lot les 3-4 octobre au Parc des Expositions, ainsi que de nombreux autres exposants. 21ème salon de l’écologie et de l’habitat. « Du concret à partager » – horizon vert

LaRevueDurable est partenaire de la 3e université d’automne du WWF France qui aura lieu les 20 et 21 octobre au Pavillon de l’Eau, Paris 16e , sur le thème : Quel accord à Copenhague pour faire face à l’ultimatum climatique ? Cette université de rentrée s’intègre dans le cadre de la campagne de mobilisation inter-ONG l’ultimatum climatique : copenhague. Contact : universite2009@wwf.fr – 01 55 25 84 37. LaRevueDurable animera la conférence  intitulée « Le climat peut-il encore attendre ? » qui aura lieu le 20 octobre de 9h30 à 11h00

LaRevueDurable soutient les Ateliers du Développement Durable, qui se déroulent à Bordeaux (Mériadeck) les 20 et 21 octobre. Les ateliers et conférences portent sur la question : « Le développement durable, un levier pour sortir de la crise ? » add – Caroline Queillé – 01 45 15 50 38

LaRevueDurable est partenaire des 2è Assises Nationales de l’Education à l’environnement vers un développement durable (EEDD), qui ont lieu à Caen du Lire la suite

Le N° 34 de LaRevueDurable consacré aux matériaux de construction durables sortira mi-juillet.

larevuedurable.com, communiqué, le 2 juillet 2009

Le numéro 34 de LaRevueDurable consacré aux matériaux de construction durables sortira mi-juillet.
Bois, pierre naturelle, paille, chanvre, ouate de cellulose et métisse : parmi d’autres, ces écomatériaux constituent une piste hautement prometteuse pour changer la face du monde de la construction. Ils signifient moins d’énergie – dite grise – et plus d’emplois, moins d’émissions de gaz à effet de serre et des métiers plus sains, moins d’édifices standardisés et une profession plus riche, créative, souvent héritière de savoir-faire régionaux. Les écomatériaux contribuent à réconcilier l’espace bâti avec la biosphère, l’espèce humaine avec son milieu de vie.

Le trente-quatrième dossier de LaRevueDurable porte notamment sur les isolants thermiques d’origine végétale à faible énergie grise. Il est possible de les utiliser dans des édifices de plusieurs étages, y compris dans des bâtiments publics, comme par exemple des écoles. Ces isolants verts prennent une part de plus en plus importantes dans la formation des professionnels du bâtiment et les assurances acceptent désormais des les prendre en charge. Les différents corps de métiers doivent appendre à se coordonner différemment. L’ensemble de la filière est en train de se structurer pour offrir des prestations à un meilleur prix et pour une qualité de service supérieure. Les écomatériaux concourent ainsi à promouvoir un environnement construit plus écologique, durable et solidaire.
Vous voulez recevoir ce numéro et n’êtes pas abonné-e ? Lire la suite

LaRevueDurable : Convergences de l’économie solidaire et de l’écologie

larevuedurable.com, communiqué, le 7 mai 2009

Notre numéro 33 consacré à l’économie solidaire vient de paraître !

Agenda des manifestations amies de LaRevueDurable – Suisse et France – mai et juin 2009

Le numéro 33 de LaRevueDurable consacré aux convergences de l’économie solidaire et de l’écologie vient tout juste de paraître !

Ce document exceptionnel explore les convergences entre économie solidaire et durabilité au travers d’une cinquantaine d’initiatives, en France et en Suisse, qui concernent l’agriculture, l’énergie, l’habitat, la mobilité et le commerce de proximité. Un dossier à ne pas rater ! Ci-joint la couverture, le sommaire général et le sommaire du dossier.

Si vous voulez vous procurer ce numéro, consultez notre site www.larevuedurable.com, rubrique « où nous trouver » pour localiser le point de vente le plus proche de chez vous, ou bien commandez-le sur notre site.

La RevueDurable est partenaire du week-end solidaire APRES VAUD à Pully (Vaud, Suisse)
Les 8 et 9 mai 2009, deux journées de rencontres et d’ateliers sur l’économie sociale et solidaire au Centre verte rive, à Pully, marqueront le lancement officiel de l’Association pour la promotion de l’économie sociale et solidaire Vaud (Après-Vaud). LaRevueDurable y aura un stand. APRES Vaud

Festival du développement durable, Genève, Suisse

La traditionnelle Fête du développement durable de Genève sur la plaine de Plainpalais n’est plus. Vive le Festival du développement durable ! Du 3 au 7 juin 2009, une multitude d’événements se répartiront sur l’ensemble du canton. Festival du Développement Durable

La Revue Durable fêtera la Terre et la musique à Lausanne, Suisse

Comme chaque année, LaRevueDurable sera présente au Festival de la Terre. Cela se passe du 15 au 21 juin à Lausanne. Festival de la Terre

Solar Event – Le Bourget, France

Solar Event est une manifestation internationale sur l’énergie solaire, programmée du 26 au 28 juin 2009, au bord du lac du Bourget, entre Chambéry et Aix-les-Bains. Ce rendez-vous Lire la suite