Jardins solidaires à Saint Germain du Puch

sudouest.com, Isabelle Leparoux, le 14 juin 2010

Jardins solidaires à Saint Germain du Puch

L’association Solensemble diversifie ses actions, mais toujours dans l’esprit de solidarité qui la caractérise et qui en est le fondement.

La mise en place de jardins solidaires (et familiaux) en est le dernier exemple. Christine Bruand, présidente, Jean-Marc Briard, vice-président, et Didier Texier, secrétaire adjoint, se lancent dans l’aventure de la terre et mettent à disposition des parcelles à cultiver chemin de Claquin.

 « Nous proposons des parcelles à cultiver pour des personnes qui n’ont pas de jardin ou qui souhaitent un lieu spécifique à la culture. Outre l’idée de consommer sa propre production de fruits et légumes, le but est de créer un lieu d’échanges et de rencontres », soulignent-ils. Pour se retrouver, mais aussi pour partager des idées, échanger des conseils autour d’une culture raisonnée autant en terme d’écologie que de consommation d’eau. »

Des parcelles prêtes

Le terrain de 1 000 mètres carrés, qui appartient à Christine Bruand, est d’ores et déjà prêt à la culture. Des parcelles de 50, 100 ou 150 mètres carrés attendent leurs futurs jardiniers. « La priorité est aux Saint-Germanais mais dans l’esprit de l’association, nous restons ouverts à des gens extérieurs à la commune. »

L’eau est fournie par un puits, stockée dans une cuve de 1 000 litres et sera redistribuée vers des tonneaux individuels, ce qui permettra de raisonner sa consommation.

C’est Didier Texier qui suit le projet et proposera régulièrement des réunions de jardiniers pour se rencontrer, évoquer les difficultés ou tout simplement papoter au milieu de la nature. Un terrain adjacent de 6 000 mètres carrés permettra d’agrandir le potentiel des jardins si nécessaire, et les parcelles peuvent être occupées seul ou à plusieurs – une parcelle étant déjà travaillée par quatre copains.

Pour tous renseignements, Lire la suite

Bilan 2009 de Université populaire de l’environnement – Université nomade d’Aquitaine de la Maison de la nature et de l’environnement Bordeaux-Aquitaine

MNE Bordeaux-Aquitaine, Communiqué, le 19 avril 2010

Bilan 2009 de Université populaire de l’environnement – Université nomade d’Aquitaine de la Maison de la nature et de l’environnement Bordeaux-Aquitaine

I. L’Université nomade d’Aquitaine

1.) 15 janvier – Une conférence-débat à l’IJBA (Institut de journalisme de Bordeaux) [150 participants] avec Marie Monique Robin, journaliste, cinéaste et écrivain sur le thème de « Ecologie et journalisme d’investigation » en partenariat avec Greenpeace Bordeaux et une diffusion du documentaire « Le Monde selon Monsanto » au cinéma l’Utopia de Bordeaux [180 participants] suivi d’un débat avec MM Robin

2.) 4 février et 4 mars – Deux ateliers pratiques écolo au Jardin botanique de Bordeaux [55 participants] sur le thème « Ecologie et numérique » avec Michel Lesbats, enseignant chercheur en biologie, et Anne-Sophie Novel, doctorante en économie politique

3.) 3 avril – Une conférence-débat au cinéma le Festival à Bègles [80 participants] en partenariat avec la municipalité sur le thème « L’homme a-t-il perdu le lien avec la nature ? » avec 4 universitaires : Dominique Prost, Enseignante-chercheuse en géographie, Martine Alcorta, enseignante-chercheuse en psychologie, Charlie Grandjeat, enseignant-chercheur en littérature nord-américaine et Catherine Thomas, enseignante-chercheuse en océanographie

4.) 20 mars, 10 et 24 avril Trois conférences-débats à Cap-Sciences Bordeaux « Changements climatiques et énergie » [80 participants] :

« Le changement climatique : pas plus de 2° C », par Jean-Yves Rossignol, Ingénieur-consultant

« Les énergies : une division par 4 d’ici 2050 », par Gilles Drogou des Amis de la terre

« Crise climatique et énergétique : la taxe carbone peut-elle être une réponse appropriée ? », par Jean Sireyjol, association TACA

5.) 16 mai – Une conférence débat à Mérignac sur le thème « Environnement et nouvelles solidarités » [50 participants] en partenariat avec les associations des Amis Aquitains des semaines sociales de France et Pratiques et dialogues. Après une présentation des enjeux climatiques, énergétiques, écologiques et sociaux par Jean-Yves Rossignol, 4 ateliers ont travaillés sur les thèmes de agriculture / consommation, énergie/habitat, déplacements et formation/insertion avant une restitution des ateliers

6.) Quinze émissions de radio sur la Clé des ondes en partenariat avec Chiche ! Bordeaux [ 3 000 auditeurs cumulés estimés] :

La MNE Bx Aquitaine

AutoCool/L’autopartage

TACA/Changement climatique et taxe carbone

Greenpeace et Vigilance OGM/Les OGM

Droits du piéton 33/Journée de la courtoisie

CATA/Projet collectif d’achat de terre agricole

Débat Ecologie et libertés publiques

Maisons paysannes 33/L’habitat rural

Vélo Cité/Jeu concours mes courses à vélo

Récup’R/Projet de recyclerie / ressourcerie

ICARE/Le jardin d’inspiration médiévale de Gradignan

H’Nord/Le projet d’Ecoquartier de Bordeaux Bacalan

Séphir/La barre d’outil Ecolo-info

SEPANSO 33/Les nouveaux OGM

L’agenda 21 des familles de Bordeaux

7.)1er avril, 6 mai, 3 juin et 1er juillet – Quatre cours au Jardin botanique de Bordeaux « Petite écologie de l’homme et de ses techniques »  [80 participants] avec Michel Lesbats

La main de l’Homme et ses techniques – Evolution des risques techniques de l’Homme préhistorique à nos jours

Autopsie d’un accident / Les mots des maux, les mots du risque – Définitions et polysémie des termes du domaine des risques d’origine technique

Citoyenneté et culture du risque – La participation des citoyens à la Gestion des risques techniques

Table ronde et débat sur la concertation et la démocratie écologique : « Echanges entre les acteurs locaux du Grenelle » suivi d’un Apéros’Ecolos (ex GreenDrinks)

8.) 16 au 25 mai – Sept conférences-débats lors du Salon de l’environnement de Bordeaux [150 participants] :

Au fil des Séounes/Abeilles et frelons asiatiques

CREAQ/Les aides à l’éco-habitat (2 interventions)

AutoCool/L’auto-partage

Achillée et ciboulette/Le compost

Achillée et ciboulette/Le purin d’ortie

Le collectif réduisons nos déchets en Aquitaine/La prévention des déchets

La MNE Bordeaux-Aquitaine/L’Université populaire de l’environnement

9.) 27 mai –  Une conférence-débat à l’IJBA « Quelle Europe pour la planète ? » [50 participants] avec les représentants des principales listes aux Européennes : Europe écologie, Front de gauche, NPA, PS et UMP/NC (Le Modem n’avait pas répondu à l’invitation)

10.) 27 et 28 juin – Deux conférences-débats à Nérigean (Libournais) dans le cadre du marché paysan du Château  Fourton-La Garenne (vignoble en maraîchage biologique) [55 participants]

« Libournais 2020 : quelle agriculture et quelle alimentation voulons-nous ? » avec Philippe Roudié – Professeur émérite de géographie et Jean-Pierre Leroy – Syndicaliste – Confédération paysanne

« Crises climatique, écologique, énergétique… quel rôle pour les associations environnementales ? » avec CATA, Achillée et ciboulette, Auto Cool et la MNE Bordeaux-Aquitaine

11.) Du 24 septembre au 4 novembre, mise en place d’un « module d’appui au développement associatif et aux porteurs de projets », premier cours le jeudi 24 septembre à 18h15 à la MNE Bordeaux-Aquitaine : « Le suivi évaluation dans les projets associatifs ». 5 cours du jeudi 1er octobre au mercredi 4 novembre à 18h30 à l’Athénée : « L’amélioration des moyens de communication des associations ». Ouvert à tous et gratuit, sur réservation.

12.) Du vendredi 25 au dimanche 27 septembre, Salon Viv’Expo à Bordeaux Lac avec des conférences-débat et la participation de nombreuses associations environnementales : AutoCool, Greenpeace, H’Nord, ICARE/Jardin de Pierral, MNE Bordeaux-aquitaine, Réseau des mille-pattes, SEPANSO, Solar Rives de Garonne/Ecocentre de Gironde, Surfrider Foundation…

13.) 7 et 15 octobre et 4 novembre à l’Université Bordeaux 2 Victoire amphithéâtre Pitres – « Crise climatique, énergétique, écologique…, état des lieux » avec Gilbert Haumont, universitaire, « Les énergies : une division par 4 d’ici 2050 » avec Gilles Drogou des Amis de la terre et « Vers une révolution des transports » avec Simon Charbonneau, Universitaire

14.) Le vendredi 9 octobre à 21h00, Salle du Foyer Municipal d’Arbis (7 km de Targon), « Crise climatique, écologique et des ressources naturelles : quelles conséquences pour l’Entre-deux-Mers ? » avec Gilbert Haumont, enseignant à la Faculté  de Pharmacie de l’Université de Bordeaux 2. Manifestation dans le cadre du Colloque 12 « De Benauge à Verdelais » organisée par les Amis du château de Benauge, l’Association des Amis du Musée de l’Art Religieux de Verdelais et le Comité de liaison de l’Entre-deux-Mers (CLEM) à Arbis, Benauge et Verdelais les 9, 10 et 11 octobre 2009

15.) Lundi 16 novembre – Conférence débat avec diffusion du film documentaire Live-bicycle sur « La mobilité urbaine » organisée par le PUMA (Pôle alternatif des Mobilités urbaines) : Vélo Cité, AutoCool, Droits du piéton 33, AIR…à l’Université Bordeaux 2 Victoire amphithéâtre Pitres

16.) Début 2010 une conférence débat sur « La transition » à la Communauté urbaine de Bordeaux jeudi 11 mars avec Pierre Radanne et Simon Charbonneau, deux conférences débat sur « Urbanisme, paysage, architecture dans l’Entre-deux-Mers… » la première à Créon le jeudi 25 mars, un Concert pour le climat à Bègles le jeudi 1er avril et une conférence sur « Climat et viticulture » à Montagne-Saint-Emilion le jeudi 6 mai

II. Soutien de l’UPE aux actions d’adhérents de la MNE et de partenaires

Du 12 au 27 septembre : Quinzaine de l’écologie en Agenais, Samedi 12 à 20h30  « Mieux comprendre les OGM » par Christian Vélot, Dimanche 13  à 10h30 « De jardin en jardin », Mercredi 16 à 20h00 « Nos enfants nous accuseront » Ciné/ débat, Vendredi 18 à 20h00 « Les papillons, indicateurs de bonne santé écologique », Dimanche 20 à partir de 8h30 « Ecorurale des Séounes » à la Sauvetat de Savères, Mercredi 23  à 19h30 « La taxe carbone » Conférence-débat avec TACA et Dimanche 27 à 14h00 « Visite d’une maison écolo » à Pennes d’Agenais.

Le mercredi 16 septembre à 19h30, Conférence-débat avec Hervé Le Treut, membre du GIEC, à l’Athénée municipale de Bordeaux organisée à l’occasion des 40 ans de la SEPANSO Aquitaine.

Du 28 septembre au 2 octobre 2009 « Stage chaux » et du 16 au 20 novembre « Formation à la restauration écologique dans le bâtiment ancien » organisé par l’Ecocentre de Gironde à Toulenne près de Langon.

Le vendredi 2 octobre manifestation du Collectif 33 Copenhague 09 à la gare Saint Jean de Bordeaux

Le dimanche 4 octobre « Picnic sans carbone » à partir de 12h sur les quais au Parc des Sports en face de St Michel (à coté du Pont de Pierre). Ce picnic doit nous permettre de rassembler le plus grand nombre de citoyens désireux d’agir pour protéger le climat. Ceux qui aiment Taca viendront en vélo et les rangeront en forme de 3 5 0 pour la traditionnelle photo, et cette fois nous l’espérons, l’objectif atteint de 350 vélos. Nous souhaitons organiser des vélo-bus, regroupement de cyclistes pédalant ensemble, convergeant  le dimanche matin depuis les 27 communes de la CUB vers le lieu du picnic à coté du Pont de Pierre.

Samedi 24 octobre – Manifestation du Collectif Copenhague au lion bleu sur la rive droite « 350 idées pour la planète »

Le vendredi 6 novembre un film-débat à l’Utopia de Bordeaux « Le syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot avec le Collectif associatif Gironde Copenhague 09

Jeudi 10 décembre à 19h00 à l’Athénée municipal de Bordeaux avec la Confédération Paysanne de Gironde Conférence-Débat sur le thème : Agriculture et changement climatique. Comment assurer une production agricole répondant aux besoins des populations, dans un climat bouleversé,  tout en minorant radicalement les dégagements de gaz à effet de serre ?

samedi 12 décembre – Manifestation « Ni nucléaire, ni effet de serre » de 11h00 à 12h00 au miroir d’eau sur les quais face à la Bourse à Bordeaux avec TchernoBlaye, à partir de 12h00 déambulation festive dans Bordeaux avec une Batucada, musique brésilienne, tout le monde habillé en bleu, avec chapeau et lunette de soleil, vers 14h00 arrivée de la vague bleue au grand théâtre, place de la comédie, ou l’association TACA sera présente du samedi de midi à minuit. Veillée climatique sur place : amenez des pots de yaourts en verre peints en bleu pour poser des loupiotes (fournies par TACA), musiciens et chanteurs bienvenus pour réchauffer ceux qui vont veiller pour le climat sur les marches du théâtre comme beaucoup d’autres groupes à travers le monde (350.org, tck tck tck, …). A 19h regroupement des jeûneurs volontaires en soutien des militants de Climate Justice Fast en grève de la faim pour le Climat depuis le 6 novembre.

II. Le blog de la MNE https://mneaquitaine.wordpress.com/

Il fonctionne depuis août 2008 et propose 2 200 articles et 230 adresses de Sites Internet et de blogs dont 120 Aquitains

En 20 mois, près de 300 000 pages ont été consultées par environ 120 000 visiteurs, nous estimons qu’environ 50 % des visiteurs sont Aquitains.

1. TOP 25 des articles depuis 20 mois

Thermographie aérienne infrarouge de la CUB                                10 351

Le tracé sud de la future LGV Bordeaux –                                        10 273

Thermographie aérienne des 27 communes de la CUB                 9 199

La MNE Bordeaux-Aquitaine                                                             7 894

Ligne grande vitesse en 33, 40, 47 et 64                                          4 277

Communauté urbaine de Bordeaux : Isolez                                                 2 630

Langon : ouverture d’un supermarché bio                                        2 549

Centrales photovoltaïques au sol : la crainte de la trame grise       1 998

PAC : La France redistribue et dévoile les aides                             1 679

Appel à la création d’une ressourcerie /                                           1 647

Eco-PTZ : l’éco-prêt à taux zéro pour éc                                         1 499

La grande distribution s’empare du commerce équitable                1 367

Liste des 12 marchés bio et 78 magasins bio d’aquitaine              1 193

EnR : développement de l’énergie solaire                                        1 176

UPE – L’Université nomade d’Aquitaine                                            1 148

Formation à l’agroécologie en Ardèche av                                                   1 065

Eco-prêt à taux zéro et crédit d’impôt «                                             1 051

NON aux LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeau                                1 020

Recycleries & Ressourceries : réseau                                            985

« Home » : Yann Arthus-Bertrand rend-il tr                              944

Soustons (40) : Une ferme photovoltaïque                                       904

Huitres du bassin : Du test de la souris                                            848

Bon ap’ avec l’Amap de Mérignac                                                    834

Transports de la CUB : Keolis préféré à                                          779

Toilettes sèches : soulagez l’environnem                                        747

2. Visite sur les sites et blogs des adhérents depuis le blog MNE depuis 20 mois

colibri33.fr                                                      429

collectif.terres.free.fr                                     427

maisons-paysannes.org                                418

recupr.org                                                      383

pagesperso-orange.fr/federation.sepan…    374

creaq.org                                                       284

lesptitsgratteurs.blogspot.com                      278

asso.burdivega.free.fr                                   269

itinerancesculturelles.asso.fr                        262

greenpeace.org/france                                  252

collectif-dechets-girondin.com                      246

sephir.org                                                      201

belcier.eco.quartier.free.fr/sommaire…        177

hnord.org/doku.php                                       169

velo-cite.org                                                   161

taca.asso-web.com                                      147

aramaquitaine.fr                                            141

autocool.fr1                                                    139

Enquête sur les associations environnementales d’Aquitaine

La mobilisation des associations environnementales d’Aquitaine contre la crise écologique, MNE, Avril 2008

  • 500 associations environnementales en Aquitaine
  • 60 000 adhérents / 2 % des Aquitains
  • 5 000 administrateurs, cadres bénévoles
  • 850 salariés / 1 % de l’emploi associatif de la région
  • Des milliers d’actions directes ou indirectes de préservation de l’environnement
  • Quatre « grands » réseaux associatifs : la SEPANSO Aquitaine, le GRAINE Aquitaine, les Maisons de la Nature et de l’Environnement Bordeaux-Aquitaine et de Pau

Les activités principales : Lire la suite

Les abeilles sentinelles de l’environnement

rhones-alpes-auvergne.france3.fr, Coralie, date NC

Les abeilles sentinelles

L’abeille féconde plus de 80 % de notre environnement végétal, et dont dépend directement 40 % de notre alimentation.

Sans cet insecte plus de pommes, de prunes, de cerises, de kiwis, de tomates, de courgettes, de melon. Aujourd’hui, hommage au monde ouvrier ou du moins au monde des z’ouvrières, les z’abeilles Apis mellifera.

Sylvain installe une nouvelle ruche Warré, c’est une ruche sans cadre qui nécessite très peu de matériel, et d’investissement. Il faut surtout de la curiosité. Les éléments sont très simples à fabriquer, pas besoin de panoplie sophistiquée, d’extracteur, de cire. La ruche Warré est idéale pour se lancer dans l’aventure apicole.

Les ruches sont installées au cœur du jardin. Verger, fleurs, potager, prairie, points d’eau multiples, le jardin des balmes est ici un lieu de travail paradisiaque pour les abeilles. Elles sont disposées dans un endroit abrité des vents dominants, l’entrée est orientée Sud-Est. Chaque ruche est surélevée pour éviter l’humidité, posées sur un sol dégagé, à l’écart du passage et des chemins. 

La ruche Warré est composée de modules de taille identique, elle est évolutive et extensible, il n’y a pas de cadres.

Sa particularité : 8 lattes avec des amorces de cire, en haut de chaque élément : elles permettent aux abeilles de réaliser leurs rayons et d’organiser leur espace. Le développement de la colonie va se faire par le bas, en descendant tout comme les essaims sauvages dans la nature. Lorsque les rayons du haut sont pleins au rajoute un sous étage, les rayons vont s’étendre  dans ce nouvel étage inférieur et la récolte se fera par le dessus.

La ruche Warré est plus compacte que la ruche classique, les abeilles s’y installent naturellement, confortablement, y travaillent aisément,  et maintiennent très facilement une bonne température l’hiver, condition indispensable à la survie de la colonie (qui peut aller jusqu’à 50 000 habitants). Et quand on a de bonnes conditions de travail, on est en forme, et on produit plus ! Résultat vous avez une ruche Warré très facile à conduire, en excellent état sanitaire, avec des colonies vigoureuses et bien sûr de bonnes récoltes.

Les meilleures mellifères du jardin

Je continue à donner le droit d’antenne aux insectes. Car, sur notre planète aujourd’hui, les abeilles disparaissent à une allure alarmante et chaque jardinier est concerné. Il peut et doit agir pour protéger les abeilles, voici les premiers gestes d’urgence.

– L’abeille est un insecte, dès que si vous utilisez un insecticide, Lire la suite

Emplois verts et sociaux : les Etats-Unis ouvrent (enfin ?) la voie

actu-environnement.com, Agnès Sinaï, le 24 avril 2009

Emplois verts et sociaux : les Etats-Unis ouvrent (enfin ?) la voie

Dans une banlieue sinistrée de la baie de San Francisco, une municipalité expérimente un programme de lutte contre le chômage par la création de « green jobs », financés notamment par un prélèvement sur une installation pétrolière locale de Chevron.
Reportage à Richmond, en Californie – 1er volet

Angela Greene porte bien son nom. Cette ancienne chômeuse est devenue l’ange-gardien des jeunes sans emploi de Richmond, une commune ouvrière de 103.000 habitants de la banlieue de San Francisco, réputée pour son taux de criminalité élevé, considérée comme l’une des plus dangereuses de la Californie. Ses chantiers navals en déroute ne créent plus d’emplois. La raffinerie de Chevron, la deuxième de Californie, d’une capacité de stockage de 15 millions de barils, sur le site du port, répand des dérivés toxiques, fuites de chlore et anhydride sulfureux. Les riverains souffrent d’asthme, des centaines de citoyens se sont mobilisés contre les projets d’extension de la raffinerie et réclament la justice environnementale, en compensation de cet éco-apartheid. Richmond souffre de la violence et de la pollution, plus que tout autre endroit de la baie de San Francisco, qui héberge aussi la mythique Silicon Valley, dont les promesses semblent ici des mirages. Alors que faire, se sont demandés quelques élus et travailleurs sociaux de Richmond ? Sous la houlette de la maire Gayle Mac Laughlin, élue en 2007, c’est ici que se crée un des tout premiers laboratoires des emplois verts et sociaux aux Etats-Unis. Face aux crises provoquées par la pauvreté, par la pénurie des ressources naturelles et par l’extinction des espèces, une économie verte est la seule manière de revigorer notre économie tout en répondant à la destruction de l’environnement et aux inégalités sociales. Les villes produisent 75% des émissions de carbone. C’est dans une ville telle que la nôtre que le problème doit être résolu.

Gayle Mac Loughlin a co-fondé Solar Richmond, une association qui travaille en partenariat avec Sunpower Corporation, fabriquant de panneaux solaires, dont l’usine de Richmond emploie 250 personnes. En partenariat avec l’agence municipale du bâtiment Richmond Build, l’objectif de Solar Richmond est de former dans ses ateliers une centaine d’installateurs locaux et d’atteindre une puissance de 5 megawatts d’énergie solaire dans la ville d’ici à 2010. Les installateurs formés par Richmond Built effectuent les travaux gratuitement. Les habitants bénéficient de prêts à taux zéro, couverts par les économies réalisées sur leur facture d’électricité. C’est dans le cadre d’un programme de formation à la construction de Richmond Build qu’Angela Greene, chômeuse et mère célibataire, a découvert Solar Richmond. Depuis lors, elle encadre les jeunes qui suivent les stages de formation de Solar Richmond et prodigue ses lumières solaires.

Justice environnementale

La maire de Richmond est déterminée à rendre sa fierté à sa ville. Elle compte en partie sur le plan de relance du président Obama, le Stimulus Package, voté en février dernier. Richmond a déjà reçu une subvention de près d’un million de dollars dans ce cadre, pour financer les énergies alternatives et la maîtrise de l’énergie, et tapisser les toits des bâtiments communaux de panneaux solaires. Mais c’est surtout vers Lire la suite

Le jardin d’inspiration médiévale de Pierral à Gradignan

sudouest.com, Cadish, le 27 Avril 2009

INSOLITE. Créé il y a cinq ans à Gradignan, le jardin de Pierral, lieu d’inspiration médiévale, propose de faire découvrir la signification et l’histoire de l’usage des plantes à découvrir

Un jardin d’un autre temps

A Gradignan, les plantes du jardin de Pierral sont regroupées en fonction de leur usage : potagères, utilitaires, médicinales et même magiques ! Le jardin de Pierral est situé dans le parc de l’Institut national des jeunes sourds à Gradignan (1). Il y a un demi-millénaire ce jardin aurait eu sa place derrière les murailles d’un château féodal ou d’un monastère, mais aujourd’hui, originalité et anachronisme, il cohabite avantageusement avec un parc arboré du XIXe siècle, au milieu de variétés acclimatées en Europe bien après le Moyen âge.

Son espace d’environ 300 mètres carrés adopte le plan typique d’un jardin médiéval : une disposition quadrangulaire, des massifs séparés par des allées se coupant en angle droit et s’articulant autour d’un point d’eau. Les plantes y sont regroupées en fonction de leur usage ; potagères, utilitaires, médicinales et même magiques !

La momordique laxative

Chaque massif développe les grands thèmes des pathologies les plus fréquentes au Moyen Âge. Il y a des plantes qui soignent les coups et les blessures comme l’ortie, la potentille, le plantain ou la consoude et celles qui arrêtent les hémorragies, assèchent les plaies ou les ressoudent !

Les plantes laxatives occupaient une part importante dans les remèdes de la médecine : la momordique et l’euphorbe étaient les reines dans ce domaine… mais elles affaiblissaient souvent plus les malades qu’elles ne les guérissaient. Pour ceux qui souffraient de problèmes digestifs, type constipation, on apprend que la renouée et l’aigremoine étaient redoutablement efficaces.

Les plantes dites « des soins des femmes » avaient leur place. Elles faisaient partie d’un savoir exclusivement féminin qui se transmettait de mère en fille : la rue, par exemple, pouvait à forte dose, être abortive, tandis que la camomille et le fenouil atténuaient les douleurs de l’accouchement.

Légendaire mandragore

Certaines plantes possédaient le pouvoir de se protéger contre les forces maléfiques ou de prédire l’avenir ; d’autres rentraient dans les pratiques de sorcellerie comme les « belles empoisonneuses » la jusquiame, la belladone ou le datura (ce dernier contient, des fleurs jusqu’aux racines, des substances extrêmement toxiques pour le système nerveux). La mandragore fait partie des plantes les plus curieuses de cet enclos. Une légende prétendait qu’elle poussait sous les gibets. On l’appelait aussi « la plante des pendus ». La symbolique du trèfle à quatre feuilles daterait de cette époque. Cultivées pour leur beauté, les lys blancs et les roses, symboles de virginité et pureté, étaient associés au culte de la Vierge. Ils décoraient les autels des églises, tradition qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Dans une autre plate-bande poussent des plantes employées pour l’entretien des vêtements comme la saponaire ou savonnière dont les feuilles une fois broyées produisaient des bulles… de savon.

Ce jardin est comme une bibliothèque vivante. Il invite Lire la suite

Auch : Projet d’un jardin collectif en maraîchage bio

Sud-Ouest, Jean-Charles Galiacy, le 23 Mars 2009

Au pied des immeubles, entre bitume et béton, l’idée paraît saugrenue. Et pourtant, le projet d’un jardin collectif en maraîchage bio au Garros est en passe de se concrétiser. Dans trois semaines, le quartier pourrait voir fleurir un potager d’une cinquantaine de mètres carrés, accessible à tous, accueillant tomates, courgettes, poivrons et salades… L’espace a été trouvé, des contacts sont en cours avec des élus, manque seulement l’aval officiel de la municipalité.

Depuis l’automne, Jean-Luc Daguzan, après avoir travaillé plusieurs années sur les déplacements à vélo dans la cité, milite pour le jardinage citoyen. Lui qui s’est « cassé le dos à bêcher » un lopin de terre collectif qu’il bichonne avec des amis, souhaite promouvoir sur l’ensemble de la ville d’Auch les jardins familiaux ou partagés bio.

Le premier émergerait au Garros puis d’autres suivraient ailleurs dans la cité… En avant toute pour une production locale, sans pesticide et solidaire. Sur la ville, seule l’association Regar permet pour l’instant à quelques dizaines de personnes de profiter de bouts de terre communs, à la Ribère. Il existe aussi quelques expériences, éparses, entre voisins ou copains dans les rues auscitaines. Mais ce n’est qu’au compte-gouttes.

L’objectif est de se réapproprier une partie du sol municipal, au travers de potagers communs, de faire une pierre cinq coups : moins de consommation donc plus d’économies, favoriser la « bonne bouffe », préserver l’environnement et lancer une nouvelle forme de lien social.

Salade géante

Le premier acte d’un nouveau jardinage citoyen s’est joué samedi au Garros avec l’opération Semis de printemps.

Jean-Luc Daguzan et Abdellatif Benjeddour, respectivement président de l’association Avenirs et adjoint aux sports de la ville, ont ainsi distribué plusieurs caissettes de semis à une cinquantaine d’habitants. « Nous avons remarqué que de nombreuses personnes, qui vivent en appartement ou sans jardin, manifestaient l’envie de cultiver des légumes et des fleurs, le désir d’un retour à la terre », expliquait en préambule Daguzan. Une fois les plants des semis échangés ce week-end arrivés à point, puis les légumes arrivés à maturité dans les jardins privés, une partie de la collecte servira à constituer une salade géante à l’occasion de la fête du quartier en septembre prochain.

Comme dans l’ancien temps, les habitants mangeront le fruit de leur récolte. « Selon des documents de l’époque napoléonienne, le Garros était bien un lieu de culture, de vigne et d’agriculture. Ici, chaque maison avait son jardin privatif. Il fallait bien se nourrir », explique Jean-Luc Daguzan, qui travaille aux archives municipales.

L’Auscitain, lui, nourrit également d’autres ambitions comme de mettre en place dans les écoles de la ville des jardins en kit pour allier pédagogie et consommation de produits bio, Lire la suite