Manifestation à Nérac – Samedi 6 mars – NON aux lignes LGV – OUI au TGV sur les lignes existantes

Coordination Vigilance LGV, Communiqué, le 2 mars 2010

Message à faire circuler

Manifestation à Nérac 

Samedi 6 mars

NON aux lignes LGV

OUI au TGV sur les lignes existantes

DEUX BUS partiront de 

 – LANDIRAS: 8h45 place de l’église – Inscription 05 56 62 50 28, 05 56 62 50 28 et 05 56 25 41 42

 – BERNOS-BAULAC: 9h devant le stade – Inscription 05 56 25 41 42

Après les manifestations de Bayonne (12 000 personnes), Langon (3 000) et Hendaye (15 000) la prochaine mobilisation contre les projets de Lignes Nouvelles à Grande Vitesse aura lieu à Nérac samedi 6 mars.

Car aujourd’hui c’est de toutes parts que les habitants du Sud-Ouest s’élèvent contre ce projet insensé.

La Coordination Vigilance LGV appelle à participer en nombre à cette manifestation.

Lors de la manifestation de novembre 2009 à Langon, des centaines de personnes sont venus du Lot-et-Garonne pour grossir le cortège des opposants aux voies nouvelles

A notre tour d’exprimer notre solidarité !

La stratégie de RFF et des porteurs du projet est de diviser … notre force est l’union et la solidarité !

10h30 : Rendez-vous Lire la suite

LGV : Manifestation à Nérac le samedi 6 mars 2010

Coordination vigilance LGV, communiqué, le 22 février 2010

Manifestation à Nérac le samedi 6 mars 2010

NON aux lignes LGV

OUI au TGV sur les lignes existantes

10h30 : Rendez-vous  devant la gare

11h00 : Manifestation

13h00 : Casse-croûte gascon et animations sous la halle

Après les manifestations de Bayonne (12 000 personnes), Langon (3 000) et Hendaye (15 000) la prochaine mobilisation contre les projets de Lignes Nouvelles à Grande Vitesse aura lieu à Nérac samedi 6 mars.

Car aujourd’hui c’est de toutes parts que les habitants du Sud-Ouest s’élèvent contre ce projet insensé.

La Coordination Vigilance LGV appelle à participer en nombre à cette manifestation.

Les habitants du Lot-et-Garonne Lire la suite

La querelle des vacants ou l’histoire édifiante d’une Ligne à grande vitesse

mediapart.fr, Patrick Rodel, Edition : Bordeaux sur Garonne, le 20 Février 2010

La querelle des vacants ou l’histoire édifiante d’une Ligne à grande vitesse

Au Moyen-age, les pauvres avaient le droit de faire paître leurs quelques animaux sur des zones de terre des Landes qui n’appartenaient à personne.

Vint une époque où les riches propriétaires s’indignèrent de cet obstacle à la rationalisation de l’agriculture et, puisqu’ils étaient les plus forts, ils s’emparèrent des « vacants ». Il y eut des procès. Certaines communes purent se porter acquéreurs de ces terrains. Les conflits durèrent longtemps.

Pourquoi rappeler cette histoire qui semble n’intéresser plus que quelques érudits locaux ? parce qu’elle a laissé des traces dans la mémoire collective et lorsqu’il a été question de revenir sur certains droits de passage, lors du projet de création d’une LGV, un vent de jacquerie a soufflé sur les Landes et Coteaux de Gascogne.

Association de sauvegarde des landes et coteaux de Gascogne, c’est le nom de la jeune association qui s’est constituée en décembre 2009, mais qui est déjà forte de quelques centaines de membres, pour poser des questions, embarrassantes, aux promoteurs de ce projet. Après tout, la population avait été consultée sur le principe d’une telle ligne et une majorité s’y était montrée favorable – qui refuserait de gagner du temps  lors d’un voyage, et qui pourrait s’opposer à un développement des transports ferroviaires en une période de pétrole cher ? personne, à l’image des politiques qui, du PS à l’UMP en passant par le PC et quelques autres, présentaient la LGV comme l’occasion de désenclaver (?) la région, de créer des emplois, d’impulser le développement économique.

Quel fut donc le déclencheur de la révolte ? la découverte que RFF (Réseau Ferré de France) avait décidé de ne pas suivre le circuit existant mais d’en créer un de toutes pièces – ce qui allait entraîner la destruction de 3 600 hectares de coteaux et de forêts. Sans raisons valables. Suivons l’argumentaire que présente l’Association.

La LGV est inutile : en effet, le TGV passe déjà entre Bordeaux et  Hendaye, entre Bordeaux et Toulouse. Il s’agit simplement de le faire aller plus vite. On pourrait raisonnablement penser qu’il suffit de transformer les voies existantes pour y parvenir. Tous calculs faits, les nouveaux tracés ne feraient gagner, respectivement, que 5 et 15 minutes  sur les tracés existants et rénovés. On peut s’en étonner à juste titre.

D’autant que la LGV est ruineuse. Qu’on en juge ! Bordeaux/Hendaye : 12,5 milliards d’euros (1 seul milliard pour l’aménagement des lignes déjà existantes) Bordeaux/Toulouse : 7 milliards. Sans compter que la facture grimpera nécessairement au fil des ans. (A titre de comparaison, je rappelle que l’on estime à 14 milliards de dollars le coût de la reconstruction de Haïti !!!)

Ruineuse donc pour l’Etat, mais également pour les collectivités locales qui devront participer à hauteur de 50 % au prix de ces investissements. Pour exemple, le Lot-et-Garonne, qui ne roule pas sur l’or, devra s’acquitter d’une centaine de millions d’euros – ce qui correspond à son budget annuel (combien de maisons de retraite auraient pu être construites, combien d’établissements scolaires et sportifs, combien de logements sociaux ?)

Le contre argument avancé par les promoteurs de la LGV est qu’elle va permettre de développement des TER qui s’y raccorderont. Belle réponse, qui oublie seulement que ce sont les régions qui ont en charge les TER – que leur développement donc ne peut s’effectuer que par l’augmentation de l’impôt et la disparition des lignes de proximité et des lignes réservées au fret.

Elle est dévastatrice pour l’environnement : 3 600 hectares de Lire la suite

Entre 13 000 (police) et 20 000 manifestants (organisateurs) anti-LGV à Hendaye : Le forcing des anti-LGV et La charte européenne d’Hendaye est signée

 sudouest.com, Pierre Sabathié, le 24 Janvier 2010

En savoir plus [PORTFOLIO] Les images de la manifestation anti-LGV à Hendaye

TRANSPORTS. 15 000 opposants venus de toute la région ont participé samedi à la première manifestation transfrontalière entre Hendaye et Irún

Le forcing des anti-LGV

Entre 13 000 et 15 000 personnes. La manifestation anti-LGV, organisée hier à Hendaye, a réuni plus de monde que le premier mouvement lancé à Bayonne le 17 octobre dernier (10 000 personnes environ). Les associations hostiles aux lignes ferroviaires nouvelles, à l’origine de cette nouvelle mobilisation, affichent le sourire. « Je suis très satisfait de la journée, confie Victor Pachon, président du Cade (collectif d’associations de défense de l’environnement). La déclaration européenne (lire ci-dessous) et cette forte mobilisation sont un signal fort envoyé à tous ceux qui s’obstinent aveuglément pour les LGV. S’ils persistent, il faudra qu’ils assument de passer contre l’avis de la population. »

À deux mois des élections régionales, il vise implicitement les élus qui se prononcent en faveur de la LGV. « Notre consigne, c’est de ne donner aucune voix à ceux qui sont pour la LGV », assure le patron du Cade. Les élus présents à la manifestation partageaient l’analyse. « La population se mobilise de plus en plus, constate Jean-Louis Laduche, maire d’Ascain. Cela nous conforte dans notre idée que la population soit entendue et sonne comme un sérieux avertissement au président de Région. »

Dans le cortège, les manifestants venus de tout le Sud-Ouest ne se cachaient d’ailleurs pas pour dire que la LGV influerait leur vote dans deux mois. « Oh oui, cela va influer mon vote, cela va même l’influer beaucoup », confie par exemple Alain, de Villefranque (64), dont la maison se situe sur le périmètre d’étude retenu par le comité de pilotage du 11 janvier.

Seule Europe Écologie était représentée par sa tête de liste Monique de Marco. Noël Mamère et Marie Bové étaient également présents. En revanche, les conseillers régionaux du sud du Pays basque, Sylviane Alaux (PS) et Peyuco Duhart (UMP), également maire de Saint-Jean-de-Luz, étaient absents.

Friture sur les lignes

Mais la politique était reléguée au second plan des préoccupations des manifestants réunis à Hendaye. L’annonce du fuseau rétréci à 1 000 mètres, tant pour la ligne Bordeaux-Hendaye que pour la Bordeaux-Toulouse, a motivé les opposants à redoubler d’efforts pour faire entendre leur courroux.

De nombreuses banderoles de Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne ont garni le défilé aux côtés des Basques français et espagnols. « Nous sommes situés dans le fameux triangle des deux LGV, explique Philippe Courbe, maire de Bernos-Beaulac dans le Sud-Gironde. Une quinzaine de maisons sont menacées, alors que nous sommes dans une zone Natura 2000. La vallée est déjà impactée par l’A 65, il y a des enjeux environnementaux, et l’on n’en tient pas compte. »

Jean-Philippe, Romain et Amaelle sont venus de Fargues-sur-Ourbise (47). « On est tous concernés par ce tracé qui va traverser la forêt des Landes. Pourquoi ne pas aménager la ligne existante ? se demande Jean-Philippe. En plus, je ne suis pas convaincu par le rapport qualité-prix. » « Aucune discussion n’est possible, les méthodes de RFF me choquent », complète Amaelle. Ils seront à Nérac le 6 mars pour la première manifestation d’opposants organisée dans le Lot-et-Garonne.

73 tracteurs en tête

Le manque de concertation, l’environnement et l’argent sont les revendications récurrentes des opposants. « Quand on voit tous les milliards que cela va coûter et que Lire la suite

Nouveau front commun des opposants à la LGV : Grande manifestation samedi 23 janvier à Hendaye

sudouest.com, Pierre Sabathié, le 18 Janvier 2010

HENDAYE. Vingt collectifs et associations d’Europe opposés aux LGV se retrouvent samedi matin aux halles pour coordonner leurs actions. Avant la manifestation de l’après-midi

Nouveau front commun des opposants à la LGV

Après le succès de la manifestation du 17 octobre dernier à Bayonne (10 000 personnes), les opposants à la LGV se rassemblent à nouveau samedi à Hendaye. Cette fois, le rendez-vous est organisé par les collectifs et associations mobilisés contre la ligne nouvelle, le Cade (collectif d’associations de défense de l’environnement) en tête. Les élus, qui avaient défilé en tête de cortège à Bayonne, seront également associés et présents à ce deuxième mouvement organisé au Pays Basque.

Pour marquer une solidarité et des intérêts communs, les organisateurs ont invité une vingtaine de collectifs mobilisés contre ce projet, de la région (notamment Sud Gironde, Landes et Lot-et-Garonne), mais aussi de Bretagne, de Poitou-Charentes, du sud-est, et au-delà de nos frontières, avec la venue d’Italiens et bien sûr d’Espagnols.

Ainsi, samedi matin, dès 9 heures, les représentants de ces associations vont plancher aux halles d’Hendaye pour confronter leurs expériences, présenter leurs différentes méthodes de lutte, « afin d’être plus efficaces dans nos interventions à l’échelle nationale et européenne et d’analyser les différentes démarches juridiques », explique Victor Pachon, président du Cade.

Pays Basque espagnol

« Il faut une riposte forte et importante contre ce projet destructeur, et plus généralement contre cette accumulation (aéroport de Fontarabie, élargissement de l’autoroute, Pasajes) qui rend la vie impossible aux gens qui habitent dans ces zones », souligne Didier Rouget, d’Ustaritz.

« Le tracé choisi est prévu depuis vingt ans, j’ai une carte de 1998 où l’on voit que le fuseau n’a pas changé d’un iota. Les leurres n’ont pas fonctionné, et ne fonctionneront pas », constate Pontxo Tellier, d’Urrugne.

Ascain n’est plus touché par le passage de la LGV, mais son collectif « LGV ni Ascain ni ailleurs » réaffirme sa solidarité contre ce projet par la bouche de Fredika Irigoyen Da Veiga. Le syndicat LAB qui participe également à l’organisation de cette journée, insiste sur « l’endettement colossal qui sera demandé aux collectivités locales » alors que « l’infrastructure sera dans les mains d’un consortium privé car RFF n’a plus les moyens d’entretenir convenablement ce qui existe déjà », signale Géronimo Prieto.

Le Pays Basque espagnol sera également représenté par le biais de la coordination « AHT gelditu elkarlana » pour « mettre en évidence que les gouvernements espagnol et français supportent le même projet imposé à tous », précise Mikel Alvarez.

La grogne enfle dans la région

La réunion de travail du matin donnera lieu à l’élaboration d’une motion commune qui sera présentée à toutes les parties intéressées par ce dossier, élus compris. Ces derniers seront d’ailleurs invités à Lire la suite

11 octobre à Hendaye, Site atlas de la Faune Aquitaine

Le CPIE Littoral Basque et la LPO Aquitaine vous invitent à la présentation officielle de la base de données atlas Faune Aquitaine le samedi 11 octobre à 15h00 au domaine d’Abbadia à Hendaye.Le site

Renseignements et site Lire la suite

Aquitaine : une commande de 400 millions d’€ de TER ?

20Minutes.fr, le 9 septembre 2008, Fabienne Cosnay

Une «gigantesque commande» de TER de 400 millions d’euros est à l’étude

«Nos infrastructures ferroviaires sont dans un état catastrophique», affirme Alain Rousset. Pas de quoi être fier, en effet. En matière de vétusté des voies, la région Aquitaine figure en haut d’un triste tableau aux côtés des régions Midi-Pyrénées et Auvergne. Les lignes Pau-Oloron, Bergerac-Sarlat et Périgueux-Agen sont les plus touchées. Sur ces trajets, les trains sont obligés de rouler à 50km/h au lieu de 90km/h en moyenne en raison de l’état des voies et des caténaires. Les incidents à répétition touchant les câbles électriques qui alimentent les motrices ont poussé la SNCF à lancer «un diagnostic national».

A la direction régionale de la SNCF, on se contente d’indiquer que ce sont les zones dites «sensibles» (entrée et sortie des grandes gares de la région: Bordeaux, Poitiers, Angoulême, etc.) qui seront contrôlées dans un premier temps. «Cette inspection des caténaires est une bonne chose, souligne Nicolas Dubernet, représentant régional de Sud Rail. Encore faut-il prévoir des effectifs suffisants pour réaliser une bonne évaluation.»

La grande fierté d’Alain Rousset est ailleurs, du côté de l’augmentation de la fréquence des TER. Depuis 2002, il en a fait son cheval de bataille. En juillet, cinq lignes de cadencement ont été mises en place entre Bordeaux et cinq villes de la région: Arcachon, Le Verdon, Mont-de-Marsan, Pau et Hendaye.

«Notre objectif est d’arriver à un système proche des trains de banlieue de la région parisienne. Lire la suite