La transition en chemin – Victor Pachon : « Nous sommes à la fin du modèle TGV »

sudouest.com, Jean-Bernard Gilles, le 11 décembre 2010

http://www.sudouest.fr/2010/12/10/victor-pachon-nous-sommes-a-la-fin-du-modele-tgv-263681-4018.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20101211-[zone_info]

Victor Pachon : « Nous sommes à la fin du modèle TGV »

Alors que se tient aujourd’hui samedi  à Bayonne une manifestation contre le projet de ligne nouvelle à grande vitesse, Victor Pachon, un des leaders de la contestation explique pourquoi, selon lui, ce projet est inutile et trop coûteux.

Pourquoi manifestez vous aujourd’hui à Bayonne ?

Nous protestons contre un projet ruineux et inutile. Nous avons calculé qu’il allait coûter environ 5000 euros par foyer fiscal au Pays Basque, que l’on soit riverain ou non de la ligne, compte tenu des emprunts que vont devoir faire les collectivités locales. Les études existantes montrent que nous avons la capacité avec des aménagements mineurs à accueillir les trafics affichés par Réseau ferré de France qui sont surévalués.

Vous contestez les estimations de trafic de Réseau ferré de France ?

Oui énormément. C’est une étude diligentée par la  commission du débat public qui le dit. Le bureau d’études suisse qu’elle a mandaté dit que les chiffres du frêt avancés sont trop optimistes et doivent être revus à la baisse. C’est fondamental car ce sont eux qui justifient la création d’une ligne nouvelle pour RFF. Pour arriver au chiffre de 13 millions  de tonnes de marchandises transitant par Hendaye en 2020, ce qui implique un trafic de 20 millions de tonnes à Bordeaux, il faudrait être fin 2010 à 8 millions de tonnes. Alors que nous enregistrons le trafic est au plus bas depuis 30 ans, soit 1,6 millions de tonnes.

La ligne nouvelle ne serait donc pas nécessaire ?

Nous maintenons que pour le Pays Basque, mais c’est aussi vrai ailleurs au sud ou au sud est de Bordeaux, il y a la place pour le fret, les TER et les trains à grande vitesse sur la même voie. Pour Hendaye Bayonne, nous avons 264 trains de capacités quotidiennes et nous  accueillons une cinquantaine de trains aujourd’hui. Même à dix millions de tonnes de frêt soit 5 fois plus qu’aujourd’hui, les lignes existantes répondent aux besoins.

La grande vitesse ferroviaire irrigue toute la France. Pourquoi, au fond, devrait-elle s’arrêter à Bordeaux ?

La grande vitesse ferroviaire est morte aujourd’hui. Nous sommes à la fin du modèle TGV. En terme associations, CADE, d’aménagement du territoire la grande vitesse est une aberration. Elle va favoriser les grandes métropoles européennes et affaiblir le reste du territoire. Voyez le gigantisme de l’Opération d’intérêt national Euratlantique et son projet 30.000 êtres carrés de bureaux par an pendant 15 ans et la nouvelle ambition métropolitaine bordelaise d’un million d’habitants. Il n’y aura pas de magie. Les populations et les emplois de Bayonne, de Mont de Marsan, de Dax, d’Agen ou d’Angoulême vont être aspirés demain par la métropole bordelaise. Même Toulouse est aujourd’hui inquiète de l’essor bordelais. C’est pourquoi Martin Malvy met autant de conditions à son engagement financier. Le défaut majeur du modèle TGV est qu’il assèche le territoire autour des métropoles. Parfois même les métropoles ne sont pas gagnantes avec la grande vitesse comme Reims, aujourd’hui desservie, et qui Lire la suite

Projet Euratlantique : crispations sur le pont JJ Bosc

sudouest.com, Yannick Delneste, le 24 juin 2010

Projet Euratlantique : crispations sur le pont JJ Bosc

L’envergure du projet Euratlantique inquiète des associations, qui regrettent que la concertation initiée par la CUB ne devienne « obsolète ».

Demain lors du Conseil de la Communauté urbaine de Bordeaux, une délibération abordera la poursuite de la concertation sur le futur franchissement de la Garonne entre Bègles et Floirac. Démarrée en février 2009 par l’ouverture au public de registres d’expression dans les mairies concernées (Bordeaux et Bouliac aussi), elle est destinée dans l’esprit à associer le plus grand nombre sur toute la durée de la conception. Structure-clé du processus : le Comité permanent de la concertation (CPC) qui regroupe élus, techniciens, associations locales et environnementales diverses.

Si la délibération envisage de poursuivre des études sur la solution tunnel, c’est bel et bien la piste d’un pont qui semble faire l’unanimité, complétée à la marge par l’activité d’une navette fluviale. Mais quel pont ? Pour qui ? C’est autour de ces enjeux que se crispent depuis quelques mois les discussions, et qu’aujourd’hui certaines associations ont tendance à penser que leur travail est vain au regard des enjeux du projet-mastodonte qui entoure le franchissement : l’opération d’intérêt national Euratlantique.

Courrier à Feltesse

Le 17 juin dernier, Philippe Courtois, directeur de la structure qui pilote l’aménagement de ce périmètre de 738 hectares répartis sur les communes de Bègles, Bordeaux et Floirac, est intervenu devant le CPC. « J’avais appris qu’il y avait des demandes d’explication sur le rôle d’Euratlantique », explique le technicien. Le regard clair sur les enjeux et les ambitions affichées sur ce franchissement ont effrayé certains. « On a l’impression qu’Euratlantique est un rouleau-compresseur et que notre concertation ne sert plus à grand-chose », déclare Vincent Labeyrie, président de Relai-C, association de Floirac.

Et d’écrire au président de la CUB Vincent Feltesse, déplorant que la concertation sur le franchissement ne soit pas intégrée dans une réflexion globale sur les projets du secteur (OIN, Arena, etc.). « Le CPC apparaît même comme une instance totalement obsolète », écrit ainsi M.Labeyrie. Au comité de quartier du Prêche à Bègles, siégeant aussi dans l’instance, on se veut plus modéré, mais son vice-président Michel Lalanne regrette aussi cette « parcellisation » de la réflexion.

Courtois veut rassurer

Au cœur de cette tension donc, le profil du pont : chez Relai. C, on milite pour un pont exclusivement réservé aux transports en commun et cheminements doux.

La délibération de demain évoque un pont urbain, pouvant « accueillir tous les modes de déplacements en privilégiant les modes doux et les transports collectifs, […] mais par principe interdit aux poids lourds, sauf cas particuliers, notamment les véhicules de service. » « Nous désirons un pont urbain, ouvert à tous », précise quant à lui Philippe Courtois.

« Une ville mixte, c’est une ville où on peut aussi Lire la suite

CUB – Vincent Feltesse lance un appel à la « guérilla… naturaliste »

sudouest.com, Michel Monteil, le 21 Septembre 2009

Que fleurissent 50 projets : l’appel à la « guérilla naturaliste » est lancé

Le tram tisse progressivement sa toile, les quais de Bordeaux sont rénovés, la LGV et Euratlantique pointent à l’horizon… Le béton aurait-il fait oublier la nature ? Samedi, au moment même où Alain Juppé répondait à la question « Écologie et urbanisation sont-elles compatibles ? », à Lyon lors d’un colloque organisé par « Libération », le président de la CUB en appelait à Bordeaux à un « projet d’agglomération structurant dans le mode de vie », à une « guérilla naturaliste ». Durant deux jours et demi, 70 architectes, urbanistes, écologues, paysagistes, juristes, ont planché sur « les natures des villes » à l’initiative de la CUB.

Avec quatre ateliers, une séance plénière et des visites sur le terrain pour voir l’agglo sous l’oeil de la nature, du fleuve, des espaces verts, des paysages. « Une partie de campagne », a résumé Claude Eveno, journaliste à France culture. Il a été question du bonheur, du « plaisir d’être ensemble » et de l’« art de l’étalement urbain ». Des hommes de l’art comme Michel Corajoud, Bernard Brunet, Alexandre Chemetoff, Jean Viard, tous impliqués dans des projets urbains sur la CUB, se sont pliés à l’exercice.

Des axes verts

Mener une politique cohérente des espaces naturels (la moitié du territoire de la CUB est classé espace naturel au PLU) exige la prise en compte de divers éléments. D’abord, concilier les positions parfois opposées entre aménageurs et défenseurs de l’environnement. Ensuite, se baser sur l’espace naturel existant. Et puis, tout en prenant acte d’une nostalgie urbaine de la campagne des années 1960 et du désir d’un retour aux racines illustré par le succès des Amap, tenir compte des divers usages : agriculture, tourisme, loisirs… Les maires doivent enfin en finir avec l’idée que la nature constitue « la réserve d’expansion de leurs villes ».

« Aujourd’hui, il y a nécessité de recadrer cet ensemble », note François Barré, président d’Arc en rêve. Alors que la plupart des communes portent des projets en matière d’espaces naturels (écosite du Bourgailh, parc des Coteaux, parc de l’Ermitage, parc des berges de Garonne…), François Barré propose des « axes structurants qui apportent une continuité visuelle de la nature ». Vincent Feltesse veut « faire vite et bien ». Les populations doivent y être associées. Une condition indispensable selon Patrick Bouchain, architecte.

Des appels à projets sont lancés : « Il faut expérimenter en permanence, avoir 10, 20, 50 projets », exhorte Vincent Feltesse. Les tables rondes ont en effet montré de la méfiance face à un grand projet emblématique. Les réalisations seront « mises en réseau », « données à voir aux habitants de l’agglomération ». À l’exemple des Journées du patrimoine, une grande manifestation annuelle ou biennale permettrait de Lire la suite