Lille : Une maison dans laquelle les citoyens « font société »

libelille.fr, H.S., le 21 janvier 2009

«Une maison dans laquelle les citoyens « font société »»

INTERVIEW – Elle fête ses 30 ans aujourd’hui. La Maison régionale de l’environnement et des solidarités de Lille, racontée par un parisien qui la connaît bien, l’économiste et membre du conseil international du Forum social mondial, Gustave Massiah.

Quelle est votre histoire avec la Maison régionale de l’environnement et des solidarités?
Je la connais depuis le début. J’ai dû y aller en tout une trentaine de fois. Pour soutenir les luttes des immigrés, débattre sur les questions d’environnement, ou sur la dette et le développement. Il y a 30 ans, deux lieux sont nés, la Maison de la nature et de l’environnement à Lille (l’actuelle Mres, ndlr), et le Centre international de culture populaire à Paris, plus tournée vers les solidarités internationales, à laquelle j’ai participé. Le CICP est né d’un appel à souscription public dans les réseaux militants. Le bâtiment appartient aux gens qui ont souscrit. A Lille, ça c’est passé autrement, une équipe autour de Pierre Radanne, s’est présentée aux élections municipales. Elle est allée voir Mauroy en disant qu’elle était prête à se désister contre un 40 pièces-cuisine, et un fonctionnement indépendant. Ils ont inauguré  quelque chose d’intéressant dans les rapports entre les associations et les collectivités locales. Trop de maisons des associations en France perdent leur autonomie par rapport aux municipalités.

Elle perçoit de l’argent public.

Les institutions ont l’impression que l’argent est à eux, et que c’est à elles de décider de ce qu’il faut faire avec. Mais la société, elle peut décider aussi par le bas.

Que diriez vous de la Mres à un Lillois qui ne la connaît pas?

Que c’est un lieu extraordinaire, pour s’informer, se documenter, se rencontrer, et agir. C’est une maison d’associations. Une maison dans laquelle les citoyens «font société», construisent ensemble des projets, dans une diversité extraordinaire. Sur l’économie sociale, l’environnement, sur les questions internationales. Ici, il y a l’idée qu’on peut agir sur les problèmes d’aujourd’hui, qu’on n’est pas obligé de les subir.

Le lieu a beau être ouvert, il y a des gens qui disent «je n’ai jamais osé entrer».

Il faut le prendre en compte. Ça peut s’expliquer par la question de l’échelle. Je m’explique. Si je dis que je vais refléchir à la question de la faim dans le monde, à l’agriculture paysanne et à la souveraineté alimentaire, j’aurai une réflexion large, un travail avec des groupes éloignés. C’est plus difficile d’accès que d’envoyer 10 euros au Mali pour que quelqu’un puisse manger. Il y a une complexité qui peut être intimidante.

Est-ce que c’est vraiment un lieu unique?

Elle a des équivalents en France. Mais ce qu’elle a d’unique, c’est qu’elle arrive à relier les initiatives. Il y a une vraie culture politique d’autogestion, c’est une association au servie des associations. Et puis elle a exploré toute une série de questions bien avant d’autres. Elle a réfléchi très tôt sur le rôle des citoyens  sur l’économie, l’importance de l’international, la question des droits. L’économie sociale, par exemple. Aujourd’hui, aux élections prud’hommales, dans le collège des employeurs, les gens de l’économie sociale ont fait 19%. Il y a 30 ans, elle était considérée comme marginale, c’est devenu quelque chose de central. La Maison l’avait senti.

ET AUSSI…. La Mres, c’est 110 associations qui regroupent 15000 personnes, et 2000 réunions par an.  C’est aussi un Centre régional d’information et de documentation sur l’environnement, et une petite supérette coopérative bio. Quelques assos : Lire la suite

Les 30 ans de la Maison régionale de l’environnement de Lille

La Voix du Nord, Alicia Gaydier, le 19 janvier 2009

Emmanuelle Latouche : « La MRES a 30 ans, mais n’est pas une structure vieillissante »

Mercredi, la Maison régionale de l’environnement et des solidarités (MRES) fête ses 30 ans lors d’une journée de débats au Nouveau Siècle, à Lille. L’occasion pour Emmanuelle Latouche, directrice de la structure, de tirer quelques bilans.

> Comment va se dérouler la journée de mercredi ?

 « Il s’agira d’une journée festive, mais aussi studieuse. Nous allons expliquer ce que la MRES pense des grands sujets qui la concernent. La matinée sera consacrée aux thématiques du développement durable et de la solidarité. Et l’après-midi, on parlera du rôle des associations dans la cité.

Beaucoup de nos partenaires institutionnels seront présents : l’État, la Région, les villes et intercommunalités… Cela fait de cette journée un moment privilégié. » > Plus précisément, à quoi sert la MRES ?

« La MRES a été créée en 1978, dans les anciens bâtiments de la faculté de géologie. Elle s’appelait alors Maison de la nature et de l’environnement (MNE). Son objectif était de permettre aux associations de travailler dans de meilleures conditions. C’est toujours notre rôle premier. Un rôle de gestion technique de moyens mutualisés, avec la mise à disposition de salles, le prêt de matériel, etc., pour nos 110 associations adhérentes.

Mais nous avons aussi un rôle d’animation de projets interassociatifs. Nous publions par exemple tous les ans un catalogue qui recense plus de 400 sorties associatives et qui est distribué gratuitement dans les offices de tourisme de la région. L’objectif est de faire se croiser les regards… La MRES abrite des associations allant de la Ligue des droits de l’homme aux Défenseurs de grenouilles… Il n’est pas forcément naturel pour eux de travailler ensemble ! »

> La MRES dispose aussi d’un centre de documentation…

« Oui, il s’agit du Centre régional d’information et de documentation sur l’environnement (CRID). C’est là notre seconde mission : celle d’informer. Nous possédons un fonds de 15 000 références documentaires destiné au grand public, mais aussi aux professionnels. Ce centre de documentation a aussi contribué à la professionnalisation du milieu associatif. »

> Quel bilan la MRES tire-t-elle de ses 30 ans d’existence ?

« Il y a bien sûr un volet amertume. Malgré notre capacité de structuration et d’innovation, nous sommes toujours sur le fil du rasoir. Lire la suite

Bilan de l’Ecofestival du Périgord

Sud-Ouest, le 15 septembre 2008, Julie Martinez

SAINT-PIERRE-DE-FRUGIE. Les visiteurs de l’écofestival ont pu se renseigner sur la construction écologique

La maison verte

Ils avaient presque tous l’écologie chevillée au corps, les visiteurs du 3e écofestival, ce week-end à Saint-Pierre-de-Frugie. Ils n’ont pas hésité à venir des départements limitrophes ou de bien plus loin et à traverser le chemin un tantinet glissant de la châtaigneraie pour venir parfaire leurs connaissances en techniques et matériaux écologiques.

Si les enfants ont pu allégrement profiter des ateliers spécialement concoctés pour eux ou du manège à pédales d’Albert David, les adultes, eux, étaient là pour des choses bien plus sérieuses.

Les bras chargés de documentation, ils se baladaient de pôle construction en pôle laine à la recherche d’informations. Comme ce couple de Saint-Léon-sur-L’Isle venu se renseigner sur le traitement de l’eau. « On a une sensibilité particulière pour ces techniques », explique monsieur. « C’est agréable de venir ici, de retrouver des gens plus ou moins dans la même démarche que nous. L’écologie, c’est une façon de vivre mais aussi de consommer bien différente de la tendance actuelle », note son épouse.

Respectueux de la nature. Cuves pour la récupération de l’eau de pluie, chauffe-eau solaire, plaque d’isolation en coton recyclé ou maison de paille, tous les exposants, pour réaliser un logement parfaitement respectueux de la nature, s’étaient donné rendez-vous dans ce petit coin de verdure aux confins du département.

Concevoir sa maison, c’est justement ce que Marie-Anne Vitry a décidé de faire. Pour cela, elle n’a pas hésité à faire la route depuis Ruelle, en Charente, pour venir se renseigner en famille sur les maisons à ossature en bois. « Nous sommes venus visiter l’écocentre il y a six mois. Nous avons acheté un terrain et nous avons déjà une idée de ce que nous voulons, une maison à ossature en bois avec des panneaux solaires pour une très basse consommation », explique Marie-Anne Vitry. Sur place, ce sont plus les entreprises qui correspondent à son projet que des explications qu’elle est venue chercher. « Nous sommes des écologistes de conviction. On se projette, on veut une maison aux normes de 2010-2020 et une bonne conception pour minimiser la consommation d’énergie. » Et cette maison, ce n’est pas en rase campagne qu’ils comptent l’édifier mais en ville, dans l’agglomération angoumoisine. Lire la suite