La « démocratie écologique » de Dominique Bourg n’est pas la solution

alternatives-ecologique.fr, Jean Gadrey, le 18 janvier 2011

La « démocratie écologique » de Dominique Bourg n’est pas la solution

http://www.alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2011/01/18/la-%C2%AB-democratie-ecologique-%C2%BB-de-dominique-bourg-n%E2%80%99est-pas-la-solution/

Un débat existe sur la démocratie écologique (et plus généralement sur la démocratie scientifique). Il serait dommage de le caricaturer, comme c’est le cas avec certaines critiques des thèses de Dominique Bourg. Deux livres récents et importants peuvent l’éclairer. D’une part celui d’Hervé Kempf, « L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie » (Seuil). D’autre part celui de Jacques Testart, Agnès Sinaï et Catherine Bourgain, « Labo planète, ou comment 2030 se prépare sans les citoyens » (Mille et une nuits).

Les idées de Dominique Bourg sont explicitées dans un article qu’il a publié avec Kerry Whiteside dans « La vie des idées » le 1° septembre 2009. Il est accessible via ce lien. Ceux qui y voient une « dictature écologique » (voir ce lien) exagèrent beaucoup. D. Bourg ne propose nullement d’abolir le système actuel mais de l’enrichir, il met en avant le rôle de la société civile et des ONG, le rôle de la démocratie « participative et délibérative » venant compléter la démocratie dite représentative.

J’ai toutefois un sérieux problème avec une partie de ces thèses où est affirmée une sorte d’impuissance des citoyens à prendre en charge les grands enjeux écologiques à long terme, enjeux qui ne pourraient être défendus que par l’alliance de scientifiques et d’ONG environnementales.

Cela conduit D. Bourg à préconiser de nouveaux arrangements institutionnels pour surmonter ce qu’il désigne comme une incapacité du système de la « démocratie » actuelle « à répondre au défi environnemental ». Avec la création 1) d’une « académie du futur » composée de « chercheurs internationalement reconnus » ayant pour mission de veiller à l’état de la planète, et 2) d’un nouveau Sénat. Ce dernier, « formé pour deux tiers au moins de personnalités qualifiées – proposées, par exemple, par les organisations non gouvernementales environnementales – et pour un tiers de citoyens, aurait pour rôle d’élaborer, en amont de l’Assemblée nationale, les grands mécanismes législatifs, par exemple fiscaux, permettant de répondre aux nouveaux objectifs constitutionnels. Ce Sénat pourrait, avec l’aval de conférences de citoyens, opposer son veto aux propositions de loi contraires à ces objectifs. » (Le Monde du 31 octobre 2010).

Je retiens évidemment de l’analyse de D. Bourg le fait que, dans le système de la démocratie et de l’information TEL QU’IL FONCTIONNE – très mal, comme le démontre Hervé Kempf – nombre de risques vitaux pour l’humanité, dont le réchauffement climatique, ne sont pas « ressentis » avec la même acuité et la même urgence que, par exemple, le chômage ou la pauvreté. Je constate aussi que les principales alertes écologiques proviennent de l’alliance de scientifiques (par exemple le GIEC) et d’ONG écolos.

Mais on pourrait faire le même constat de mise à l’écart des citoyens pour d’autres enjeux non écologiques au départ mais essentiels, y compris à long terme : les retraites, la construction européenne, la reprise en main de la finance, les dettes publiques, la création monétaire et les investissements du futur, etc.

L’information déversée sur les citoyens par l’alliance terrible des grands médias, de l’argent et de la publicité bloque la démocratie et conforte l’oligarchie. Elle a pour but Lire la suite

Le passage en force de la décision, au nom de l’intérêt supérieur ou de la science, n’est plus concevable

lemonde.fr, Loïc Blondiaux, Propos recueillis par Anne Chemin, le 11 juin 2009

Le passage en force de la décision, au nom de l’intérêt supérieur ou de la science, n’est plus concevable

Loïc Blondiaux, professeur de science politique à Paris-I, est l’auteur du Nouvel Esprit de la démocratie (Seuil-La République des idées, 2008).

Pourquoi avoir imaginé des formes de démocratie participative comme les jurys citoyens ?

L’intérêt pour ces formes nouvelles s’inscrit dans un contexte de transformations sociales générales des démocraties occidentales : élévation du niveau d’éducation de la population, contestation des systèmes d’expertise, montée des conflits liés à l’environnement, défiance à l’égard de la démocratie représentative, mais aussi, comme dans le cas de la bioéthique, mise sur l’agenda politique de questions complexes comme les OGM, les nanotechnologies ou le changement climatique. Pour ces questions entre science et société, il ne saurait y avoir de solution simple gérée à huis clos dans un dialogue entre politiques et experts. Le recours de plus en plus massif à ces innovations démocratiques, en France mais aussi à l’étranger, est une tentative de réponse institutionnelle à ces transformations. Sans qu’il existe de demande explicite des citoyens en faveur de la « démocratie participative », il est clair qu’ils n’acceptent plus d’être gouvernés comme dans la France gaulliste des années 1960, par exemple. Le passage en force de la décision, au nom de l’intérêt général ou de la science, n’est tout simplement plus concevable.

Quelles formes ces nouveaux dispositifs ont-ils pris ?

On connaît le budget participatif, né au Brésil au début des années 1990, qui est le seul dispositif à transférer une partie du pouvoir de décision aux citoyens à l’échelle locale. Il y a aussi la Commission nationale du débat public, introduite en France par la loi Barnier de 1995, qui s’inspire d’un précédent québécois et qui est chargée d’instruire le débat en amont des grands projets d’infrastructure (lignes très haute tension, EPR, autoroutes…) . Il y a, enfin, toutes les procédures qui s’apparentent au jury ou à la conférence de citoyens, développées plutôt en Europe du Nord sur les OGM, le changement climatique ou l’incinération des déchets. Ce marché de l’ingénierie démocratique est international. Nul hasard si la Chine cherche à importer certaines de ces procédures comme le « sondage délibératif » né aux Etats Unis, pensant court-circuiter ainsi le stade de la démocratie représentative.

Quel premier bilan tirez-vous de ces expériences ?

L’exemple chinois montre bien le risque : la constitution d’événements pseudo-démocratiques entièrement mis en scène et dans lesquels la communication autour du débat compte bien plus que le débat lui-même. Il est donc essentiel Lire la suite