Bombay – Retour à la terre en pleine ville

vert.courrierinternational.com, Smita Mitra, le 1er décembre 2010

http://vert.courrierinternational.com/article/2010/12/01/retour-a-la-terre-en-pleine-ville

Retour à la terre en pleine ville

Agacés de payer le prix fort pour se nourrir sainement, de plus en plus de citadins indiens cultivent leur petit jardin. Des formations à l’agriculture bio et urbaine connaissent un franc succès.

Soixante habitants de Bombay suivent avec attention les mouvements de Preeti Patil. Elle découpe devant eux une pomme censée représenter notre planète. “C’est toute la terre dont nous disposons pour cultiver des denrées alimentaires”, dit-elle.

Dans cette salle du centre de formation du parc naturel du Maharashtra, on croise des informaticiens, des avocats, des médecins, des étudiants, des personnes âgées et des adolescents boutonneux. Pour eux, Preeti est une célébrité.

Ils ont tous lu comment cette femme, responsable de la restauration au sein de l’administration portuaire de Bombay, a galvanisé son service en transformant la terrasse de 280 mètres carrés jouxtant la cantine en une “forêt” luxuriante. Ils sont sidérés d’apprendre que son potager recycle les 20 kilos de déchets produits quotidiennement par la cuisine de la cantine. Et qu’elle y récolte des légumes incroyablement savoureux, parmi lesquels des épinards, des gombos, des aubergines et des tomates cerises, que les salariés mangent souvent crus et, bien sûr, des fruits comme les goyaves, les pommes cannelle, les mangues, les bananes et même les noix de coco d’un gigantesque palmier planté contre le mur de la terrasse. Ils ont renoncé à leur repos dominical pour apprendre à devenir des cultivateurs urbains.

Dans le monde entier, les citadins ont recours aux fermes urbaines en période de crise. Au lendemain des deux guerres mondiales, des jardins de la victoire ont fait leur apparition dans les zones urbaines britanniques, américaines, canadiennes et allemandes pour renforcer la sécurité alimentaire. Comme le soulignent Preeti et d’autres membres du mouvement d’agriculture urbaine, l’Inde est elle aussi au bord d’une crise. Pour nourrir une population citadine en plein essor, nous empiétons de plus en plus sur les zones péri-urbaines, qui satisfont la majeure partie de nos besoins alimentaires. Dans l’avenir, les denrées vont donc être transportées sur de plus longues distances encore, ce qui va accroître notre empreinte carbone. Avec l’accroissement de la demande, nous devrons également payer plus cher nos légumes et nos fruits. Et comme nous sommes tributaires de l’agriculture chimique, les produits que nous mangeons sont déjà bourrés de pesticides et d’engrais et très pauvres en nutriments.

Pour faire face à tous ces problèmes, Preeti a créé en 2009 Urban Leaves, une ONG destinée à promouvoir l’agriculture “natueco”, une méthode organique qui utilise des déchets biologiques faciles à se procurer pour produire une terre riche en nutriments mais légère. En moins d’un an, la participation à ses ateliers – 30 personnes au début – a doublé et il y a déjà une liste d’attente pour les prochains. Les participants présentent des profils très disparates, depuis Ubai Hussein, un ancien cuisinier converti dans l’agriculture organique qui était consterné par la qualité des légumes vendus sur les marchés de Bombay, jusqu’à Mavis D’Souza, une employée d’aéroport passionnée d’agriculture depuis le jour où elle a fait pousser des pastèques sur sa terrasse et qui cultive un petit potager à Borivili, une banlieue de Bombay.

Quand B. N. Vishwanath, l’un des pionniers de l’agriculture organique sur terrasse, a commencé à organiser des ateliers en 1996, la plupart des participants étaient Lire la suite

Publicités

Diplômé… maître composteur à l’initiative de l’ADEME et du Conseil général de la Gironde

aquí.fr, Piotr Czarzasty, le 26 novembre 2009

Diplômé… maître composteur à l’initiative de l’ADEME et du Conseil général de la Gironde

Plus de 330 girondins sont aujourd’hui guides ou maîtres composteurs. Les derniers viennent seulement de recevoir leurs diplômes le 25 novembre dernier au Conseil Général de la Gironde des mains de l’association formatrice Les Jardins d’Aujourd’hui. Cette curieuse formation, mise en place en juin 2008 par le Conseil Général et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), a pour objectif de former au compostage et de favoriser ainsi l’essaimage de le pratique sur l’ensemble du département.

Avec 390 kg d’ordures ménagères par an et par habitant, la Gironde se situe aujourd’hui dans la moyenne nationale. Les autorités départementales ne comptent pas cependant en rester là. C’est notamment pour cela que le département a décidé d’encourager des actions comme le compostage afin de réduire le nombre de déchets (Selon les calculs, le compostage pourrait, à lui seul, diminuer jusqu’à 60 kg de biodéchets par an et par personne). Les chiffres sont d’ailleurs encourageants à ce niveau là ; car, en cinq ans, la quantité de matière compostée est passée de 207 à 6 200 t en Gironde. Quant à la pratique du compostage, celle-ci concerne aujourd’hui 33% des Girondins contre 26% il y a trois ans.

Un « achat raisonnable » c’est des déchets en moins

« On veut maintenir cette tendance. », affirme Alain Renard, vice-président du Conseil Général chargé du Patrimoine environnemental commun et du tourisme. L’initiative de la formation des guides et maîtres composteurs comporte d’ailleurs trois principaux « volets ». Le premier, déjà cité, consistant donc à diminuer, à l’échelle de tout le département, le volume des déchets. Deuxièmement, « il s’agit de d’insister sur la prévention, d’agir en amont du compostage lui-même ; car à la base de la majorité des déchets il y a l’acte d’achat. Il faut que celui-ci soit raisonnable. », ajoute Jean-Louis Bergey, directeur régional de l’ADEME. « Par exemple, on doit éviter de jeter des pommes, tout simplement parce qu’on en a trop acheté. »

Du geste individuel à l’action collective

A partir de ces expériences, il s’agit enfin de savoir « si on peut aller plus loin. », s’interroge M. Renard. « C’est-à-dire si l’on est en mesure de passer d’une dimension individuelle à des actions collectives. » On peut déjà noter ici plusieurs exemples d’actions réussies de tri et de compostage des déchets dans le département ; menées notamment par des groupes de jardiniers au Haillan ou les habitants d’une résidence à Saint-Yzan de Soudiac avec l’aide et le soutien de guides composteurs. « On essaie de fédérer les gens autour d’un projet commun ; il faut bien que tout le monde se sente concerné, c’est pour cela qu’on invite des personnes de tous âges, professions, milieux sociaux, pour qu’elles agissent ensemble dans l’intérêt de tous. », souligne Alain Renard.

« Un tas c’est pas du compost »

Quant aux guides composteurs, dernièrement diplômés, ils ne cachaient pas leur enthousiasme pour la formation: « J’avais depuis longtemps Lire la suite

Le premier écogîte du département de la Gironde à Marsas

sudouest.com, Françoise Chouvac, le 4 Novembre 2009

MARSAS. Le premier écogîte du département

Une semaine à La Bernarde

Le calme, l’authenticité, un habitat préservé et respectueux de l’environnement, telle est la philosophie de l’écogîte selon les Gîtes de France. Cette philosophie est également celle des époux Gallet, qui possèdent depuis plus de trente ans la propriété La Bernarde. René a aménagé le parc paysager de 10 hectares, les 3 kilomètres d’allées forestières bordées d’arbres divers mais qui respectent tous la biodiversité du lieu. Point d’arbres exotiques mais uniquement ceux des régions tempérées et océaniques, deux étangs entièrement recouverts de nymphéas multicolores, des oiseaux, des canards, des tortues cistudes, une pisciculture de carpes, des champignons à la saison… Bref, un vrai paradis, qui est souvent le cadre de stages pour écologistes convaincus.

Bio, solaire, recyclable

René et Marie-France Gallet ont souhaité transformer une partie de leur maison en gîte rural et se sont engagés dans la démarche en proposant un hébergement rural touristique « écolo » : des panneaux solaires installés sur le toit chauffent l’eau des sanitaires mais également la maison, la peinture des murs est bio, le bois et d’autres matériaux naturels, locaux et recyclables, moins néfastes pour l’environnement, ont été choisis avec soin.

Tous les critères exigés par les Gîtes de France ont été scrupuleusement respectés, et c’est ainsi qu’au mois d’octobre La Bernarde est devenue le premier écogîte de la Gironde. Ce classement permet ainsi aux touristes et aux vacanciers désireux de vivre quelques jours dans un cadre écologique d’être sûrs de ne pas être déçus et de trouver une maison en accord avec leurs convictions.

Le gîte des Gallet est bien plus que cela, et René n’a de cesse de faire découvrir sa propriété avec enthousiasme et gentillesse. Il n’hésite pas à donner des conseils sur le recyclage, le tri sélectif, la façon de faire du compost, et plein d’autres recettes avec les plantes et les fleurs trouvées en parcourant le domaine.

Les vacanciers repartent heureux d’avoir passé un séjour agréable dans un cadre de verdure et de calme, et ravies des conseils éclairés des époux Gallet.

Céline et Fabien ont pu, les premiers, apprécier le charme de l’écogîte La Bernarde. Ces deux citadins avaient gagné un week-end dans cet endroit grâce à un jeu sur France Bleu, et les époux Gallet leur ont offert de rester toute la semaine gratuitement.

« Les propriétaires sont charmants et sympathiques, raconte Céline. Ils nous ont fait les honneurs de leur domaine, des quatre potagers, des parcs à moutons, des poulaillers. » Fabien, quant à lui, a admiré le travail de René dans le parc : « Les arbres, Lire la suite

Les jardins d’aujourd’hui et le Conseil général 33 développent « L’art du compost »

sudouest.com, Jordane Capelot, le 15 Septembre 2009

L’art du compost

Au Jardin botanique se déroule une initiative à la fois ludique et pratique. L’association Les jardins d’aujourd’hui a mis en place, depuis l’année dernière, des journées de formation pour apprendre à bien réussir son compost.

L’initiative est placée sous l’égide du Conseil général et reçoit le soutien de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Durant toute une journée, l’objectif est d’apprendre à réussir à faire du bon compost.

Le concept vient tout droit du Canada et de la Belgique, qui selon Jean-Paul Collaert, maître composteur, « sont en avance dans ce domaine ».

L’objectif ? Réduire les déchets organiques présents dans nos poubelles pour le recycler, afin d’obtenir un humus de qualité. Pour Jean-Paul Collaert, le but est aussi « d’anticiper le moment où l’on devra payer le poids de notre poubelle pour qu’elle soit collectée ».

L’action a débuté l’année dernière, et déjà 102 personnes ont suivi les conseils avisés du maître composteur. La formation est gratuite (prise en charge par le Conseil général de la Gironde) et s’adresse à toutes les personnes qui sont intéressées par l’acquisition de ce savoir vert.

« Les seules conditions à respecter, sont d’être de la Gironde et d’avoir envie de parler par la suite de ce que l’on a appris », précise Jean-Paul Collaert. La journée d’apprentissage au compostage se découpe en deux temps. La matinée est réservée à la partie théorique, et l’après midi à la pratique. Les personnes ayant suivi cette formation se voient récompensées du titre reconnu par l’Ademe de « guide composteur », qui leur confère le droit moral et donc le devoir de parler autour d’eux du compostage.

Ces guides d’un type nouveau « sont Lire la suite

Bègles : L’écologique usine à boues

sudouest.com, Patrick Faure, le 7 Aout 2009

ENVIRONNEMENT. La construction par la CUB d’un sécheur de boues à Clos-de- Hilde va permettre la valorisation, pour l’agriculture, des boues extraites des eaux usées

L’écologique usine à boues

Le Conseil de la Communauté urbaine de Bordeaux vient de décider de financer la réalisation d’un sécheur de boues à Clos-de-Hilde, la station d’épuration située sur la commune de Bègles, près de la rocade. Ce projet sera piloté par la société Degrémont. Montant des travaux : 8,3 millions d’euros. Ils débuteront en décembre.

Pierre Bourgogne, en charge de l’eau et de l’assainissement au sein des services de la CUB, fait un état des lieux : « Cette station d’épuration, agrandie voilà deux ans, est la plus grosse de la CUB. Elle traite les eaux usées de 435 000 habitants avant rejet dans la Garonne. »

Exploitée par la Lyonnaise des eaux dans le cadre d’un contrat d’affermage, la station Clos-de-Hilde collecte les eaux de la moitié sud de l’agglomération, soit Pessac, Gradignan, Villenave-d’Ornon, Bègles, Bordeaux-Sud, Bouliac, Floirac et bientôt Mérignac.

Dans la Garonne

« Toutes les eaux usées sont traitées avant rejet dans la Garonne, en respectant des normes très supérieures à ce qu’impose la réglementation européenne, souligne Pierre Bourgogne. Un deuxième sécheur de boues sera construit dans quelques années à Bordeaux sur la station Louis-Fargue. »

La Communauté urbaine compte actuellement six stations sur son territoire, toutes rejetant leurs eaux « nettoyées » directement ou indirectement (par l’intermédiaire des jalles) dans le fleuve : « Ces stations sont modernes, compactes et sans nuisances », ajoute M. Bourgogne.

Elles sont installées à Eysines-Cantinolle pour le quadrant nord-ouest, à Blanquefort-Lille (nord de l’agglomération), à Ambarès-Sabarèges (est), Ambès (presqu’île), Bègles et Louis-Fargue.

Une septième est en projet sur la rive droite de la Garonne, quai de Brazza.

Trop de boues

Quant à l’intérêt d’un sécheur de boues, il est strictement écologique : « Il existe actuellement quelques valorisations ponctuelles des eaux traitées à Bègles. Mais les boues d’après-traitement sont incinérées dans les fours d’Astria où sont brûlées les ordures ménagères. »

La quantité est telle ici, que faute de les assécher, il s’avère extrêmement difficile de les transporter et de les valoriser sous forme de compost pour l’agriculture. Un compost qui, Lire la suite

Agenda 21de Mérignac : Forum public le 14 mars

Sud-ouest, Olivier Delhoumeau, le 12 Mars 2009

AGENDA 21. Un forum public, ouvert à tous, se déroule samedi à la Maison des associations

Un ancrage à approfondir

Comment agir concrètement contre le réchauffement climatique ? Quelles sont les opportunités pour développer l’économie solidaire à Mérignac ?

Ces questions, et d’autres, seront posées au Forum Agenda 21 de samedi, à la Maison des associations. L’objectif sera double : dresser le bilan du premier programme d’actions et réfléchir aux initiatives futures. Quatre ateliers se tiendront à cette fin. « Beaucoup limitent le développement durable à l’environnement. Je ne cesse de rappeler que cette notion s’articule aussi autour du social et de l’économie. C’est un triptyque, avec une interdépendance entre ces domaines », soutient Marie Recalde, adjointe en charge du dossier.

Tables rondes

Le premier atelier est intitulé « Pour un plan climat/mobilité communale ». Les autres approfondiront les thèmes de l’économie solidaire, la santé dans un environnement sain et la valorisation de la citoyenneté. Chaque table ronde sera chapeautée par deux présidents, un témoin, un animateur et un rapporteur. Précision : les témoins et animateurs seront des personnes qualifiées de la société civile. Les réflexions alimenteront les conseils de quartiers qui reprennent du service à la fin du mois. La maturation des idées se poursuivra jusqu’en octobre, date à laquelle un second forum arrêtera le futur programme d’actions.

Parmi les dispositifs concrets ayant déjà fait leurs preuves, citons les packs écologiques, qui favorisent la pratique du compost et les économies d’énergie, la clause d’insertion dans les marchés publics. Mérignac s’est aussi distinguée avec Lire la suite

Toilettes sèches : soulagez l’environnement !

naturavox.fr, Pauline, consoglobe.com, le 3 mars 2009

Toilettes sèches : soulagez l’environnement !

Le gaspillage d’eau potable réalisé dans nos pays occidentaux par l’utilisation de toilettes à eau est alarmant. Chaque jour, lorsque nous tirons la chasse d’eau, un tiers de notre consommation en eau potable s’en va aussi vite qu’elle n’est arrivée. Pour changer cela, les toilettes sèches sont une très bonne alternative pour ceux qui pratiquent le compostage.

Les toilettes sèches, c’est quoi ?

Hé non, ce n’est pas le trou au fond du jardin de nos grand-parents. Une toilette sèche se différencie d’une toilette à chasse d’eau par le simple fait qu’elle n’utilise pas d’eau ! A la place, on recouvre les déjections d’une litière sèche carbonée. Tout ce qui est disponible localement convient pour les toilettes sèches : sciure de bois, copeaux, paille ou foin séché et broyé.

Les toilettes sèches, c’est simple, propre et sans odeur.

La cuve des toilettes est le deuxième consommateur d’eau de la maison, après les bains et les douches.

60% de la charge des eaux à épurer provient des toilettes

Beaucoup d’environnementalistes considèrent que l’usage de toilettes sèches est un des sommets de la conscience écologique. La promotion de ces toilettes sèches tourne autour de deux idées principales :

la pollution générée par les W-C et le gaspillage d’eau potable dans les chasses.

Nos déjections sont surtout constituées d’azote, de phosphore et de carbone. Ces éléments ont des cycles terrestres, c’est à dire que leur recyclage doit être réalisé par compostage afin d’être rendus à la terre pour l’enrichir. Mêler les déjections (humaines ou animales) avec l’eau est une erreur et un non-sens écologique sans précédent.

L’utilisation de toilettes sèches s’inscrit dans une démarche de tri sélectif.

Le compostage évite de polluer l’eau et produit un amendement organique fertilisant. La mise en œuvre de ce système de toilettes sèches offre peu de difficultés en zones rurales et quartiers périurbains.

Il existe différents modèles de toilettes sèches facilement aménageables chez des particuliers, notamment des modèles suédois dont le design très moderne n’a rien à envier à nos toilettes à chasse d’eau.

Comment ça marche ?

L’auto construction de toilettes sèches est souvent l’occasion d’exprimer votre imagination. Globalement et de façon non exhaustive, on retrouve une lunette de toilette et un récipient, un seau à sciure et une louche.

On peut ensuite créer une caisse en bois avec couvercle percé sur charnière sur lequel on fixera l’abattant et dans lequel on glissera le récipient. On peut également réadapter la pièce des toilettes.

Une fois plein, le tas de compost est disposé en andain en alternance avec de l’ortie, de la consoude et du fumier animal et recouvert de paille. Laisser mûrir un an et s’en servir au potager ou aux pieds des arbres ou des fleurs. 

Une fois nos besoins terminés, Lire la suite