Débat sur les nanotechnologies : Le silence des nanos

SOIRÉE-DÉBAT sur les NANO-TECHNOLOGIES, le mardi 3 MARS à 20h30 à l’Utopia

PROJECTION UNIQUE du film documentaire suivie d’un débat avec Julien COLIN, le réalisateur, et Benjamin CAILLARD, chercheur au laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système) de l’université Bordeaux 1.

Achetez vos places à l’avance, à partir du Samedi 21 Février.

D’autres rendez-vous avec Julien Colin, le réalisateur du film :

– Mercredi 4 Mars à 20h, à Bègles, salle Langevin

– Jeudi 5 Mars à 17h30, à l’université de Bordeaux 1

Contact : 06 28 05 26 74

LE SILENCE DES NANOS

Autoproduit et réalisé par Julien COLIN – documentaire France 2007 1h15mn –

On ne sort pas de ce documentaire indemne. À la fin, on se sent un peu dans la quatrième dimension, les pieds ne reposant plus tout à fait sur terre. Et pourtant les divers témoignages comme celui d’un certain Bill Joy nous prévient que les nanotechnologies c’est pour bientôt. Quelques décennies au plus. On peut, tout de suite craindre le pire mais aussi imaginer le meilleur. On peut craindre que les nanotechnologies envahissent chaque espace, chaque objet, chaque cellule. On peut aussi en rêver. Mais pour qui ? Pour quel futur ? Comme pour les OGM, on pense à la phrase d’Albert Camus suite au bombardement atomique d’Hiroshima : « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes de l’homme. » Et pourtant on est prévenu, l’arrivée des nanos, c’est comme passer de la fronde à la bombe atomique.

Mais avez vous déjà entendu parler des nanotechnologies ? Nano pour faire court. Ces trucs dix mille fois plus petit que l’épaisseur d’un cheveu (1nano = 10-9m), peuvent être par exemple dix fois plus solides et légers que l’acier. Ce changement d’échelle, bizarrement, induit un changement des propriétés. Avec ces trucs, on nous promet monts et merveilles en mariant la biologie avec la physique chimie et les sciences cognitives. D’un côté on pourra soigner des maladies graves, vivre plus longtemps, inventer des nouveaux matériaux et de l’autre fabriquer des ordinateurs moléculaires, des tee-shirts intelligents, des voitures intelligentes, de pucer chaque tasse à café… Et puis pour ceux qui voient un peu plus loin que le bout de leur nez et de leur caddie, ils voient poindre au loin la robotisation de l’homme, l’arrivée des humanoïdes, le contrôle du futur (rien que ça !)…

Quel futur voulons-nous ? Lire la suite