Eclairage : la révolution LED est à nos portes

Futura-Sciences, Jean Etienne, le 4 mars 2009

Eclairage : la révolution LED est à nos portes

Après s’être discrètement introduites dans la signalisation et les feux de nos véhicules, les LED se préparent à s’imposer en ville et dans nos foyers. Et elles ont tout pour plaire…

Les signes ne trompent pas. En Allemagne, la ville de Darmstadt a déjà remplacé de nombreux lampadaires d’un quartier résidentiel par des luminaires équipés chacun de 86 LED (Light Emitting Diode) à haute puissance, avec lentilles et réflecteurs. A Los Angeles, le maire Antonio Villaraigosa a annoncé le remplacement de 140.000 ampoules de la mégalopole de 4 millions d’habitants par des diodes électroluminescentes. « Ce programme de rénovation est le plus ambitieux au monde jamais entrepris par une municipalité. Il devrait réduire nos émissions de gaz carbonique d’environ 40.500 tonnes par an, ce qui équivaut à retirer 6.000 voitures de la circulation », a déclaré le maire lors d’une conférence de presse donnée le 16 février en présence de l’ancien président Bill Clinton, aujourd’hui à la tête de la Clinton Climate Initiative, une branche de sa fondation créée en 2006.

Et la France ? Elle se tâte… La communauté d’agglomération du Val de Fensch (Moselle) a décidé, fin de l’année dernière, d’installer trois lampadaires LED dans son parc d’activités de Sainte-Agathe. Les économies d’énergie semblent plus courtisées dans le privé, puisque l’assureur Generali éclaire désormais exclusivement en LED les 18.000 m² de ses bureaux sur les Champs-Elysées.

Des économies loin d’être négligeables

Car les économies sont au rendez-vous. Avec une durée de vie moyenne de 50.000 heures, les LED sont cinq fois plus durables que les ampoules basse consommation traditionnelles, dont elles ne consomment que 20% de l’énergie. Le coût de revient horaire face aux ampoules à incandescence en devient presque négligeable avec 0,04%, d’autant que les dispositifs à LED équivaut à présent aux meilleures lampes fluocompactes et que la recherche est loin d’avoir dit son dernier mot dans le domaine.

La LED à haute puissance trouve son origine dans l’invention de la LED bleue par le Japonais Shuji Nakamura en 1992. Cette technologie devait rapidement, en association avec les LED rouge et verte, permettre de réaliser une lumière blanche. Par la suite, une loi de Moore similaire à celle qui dope l’informatique a permis le doublement de leur puissance tous les deux ans, et l’évolution est loin d’être terminée. Parallèlement, les ingénieurs s’activent à ranger parmi les mauvais souvenirs la « froideur » des premières LED en leur donnant un spectre d’émission similaire à l’éclairage à incandescence, ou mieux, à la lumière naturelle.

Une nouvelle révolution se profile déjà à l’horizon avec les Oled (Organic light-emitting diode), Lire la suite

L’isolation verte sort difficilement de son isolement

eco-life.fr, Marie Varasson, le 2 mars 2009

L’isolation verte sort difficilement de son isolement

Spéciale Bâtiment – Dans le processus de construction de l’habitat, l’isolation est incontournable. En chanvre, en bois, en laine de mouton ou en liège, les isolants verts se glissent pourtant difficilement sur le marché de la construction. En France, le marché de l’isolation génère un chiffre d’affaires annuel de près de 1,3 milliard d’euros. Son installation permet de combattre le bruit, la pollution et les risques d’incendie, tout en économisant l’énergie. Indispensable à l’achèvement d’un bâtiment, l’isolation évite, selon la qualité et les quantités utilisées, des déperditions énergétiques nuisibles au porte-monnaie et à l’environnement. Sur le marché, c’est la laine minérale – composée de verre et de roche – qui remporte le plus de suffrages. Elle bénéficie d’une certification d’efficacité thermique et serait sans danger pour la santé. Cet argument ne convainc pas tous les consommateurs. « Les isolants verts permettent de construire sa maison dans le respect de l’environnement tout en garantissant une efficacité énergétique optimale« , explique Jean-Pierre Sarsel, fondateur et gérant de C’est tout vert, distributeur spécialisé dans le bâti écologique.

Trente marques offrent actuellement des alternatives vertes, dont Pavatext, Buitex, Steco ou encore Hock. Composés de fibres naturelles végétales ou animales, leurs produits sont conçus dans le respect de l’environnement, du traitement des fibres au mode de transport. « Nous évitons au maximum l’utilisation d’énergie grise, telle que la cuisson qui génère des émissions de CO2 ou le transport aux quatre coins de la France« , explique Jean-Pierre Sarsel. 20 cm de laine de chanvre équivaudraient à 30 cm de laine de verre, sur le plan qualitatif. « La laine de chanvre est issue de la nature mais consomme beaucoup d’eau« , s’oppose Caroline Lestournelle, membre du syndicat national des fabricants de laine de verre (FILMM). « Certains produits verts commercialisés ne jouent pas leur rôle d’isolant, c’est la quantité qui fait la différence », ajoute-t-elle. Saint-Gobain, principal fournisseur de laine minérale en France propose pourtant depuis plusieurs années des produits en laine de chanvre.

– « Il faut que le marché soit porteur » –

« Le chanvre est réputé pour ces qualités et son efficacité« , explique un professionnel du bâtiment. Cultivé sans pesticides, il permet de soutenir l’agriculture nationale et de diversifier les parcelles. En rouleaux ou en plaques semi-rigides, il est de plus en plus employé dans les pays nordiques. Au même titre que le liège, sa résistance à l’écrasement et au feu est indiscutable. Reste son prix, encore supérieur à celui des isolants classiques. « Les gens ont des budgets à respecter et se laisseraient tenter davantage si les prix étaient plus alignés avec ceux du marché », constate le fondateur de C’est tout vert. D’autant que les prix du vert auraient augmenté le 1er février dernier, sachant qu’ils sont déjà une fois et demi supérieurs à ceux de la laine minérale.

« L’isolation verte n’est pas notre priorité », Lire la suite

Laure Noualhat : Sortir du rouge avec le vert

environnement.blogs.liberation.fr, Laure Noualhat, le 3 mars 2009

Sortir du rouge avec le vert

Pour ceux qui ne savent avec quoi encombrer leur table de nuit, voici deux ouvrages « boîtes à outils » qui nous livrent de quoi envisager l’avenir. La richesse de nos économies s’appuie sur des ressources naturelles en voie d’épuisement et l’accroissement du PIB -graal politique s’il en est- exerce une pression trop forte sur l’environnement. Le constat est commun à ces deux ouvrages en librairie depuis janvier, mais les solutions qu’ils livrent pour y remédier diffèrent.

Pour Hervé Kempf, journaliste au Monde, il faut sortir du capitalisme pour sauver les meubles, la Terre, et ceux qui s’assoient dessus, les Humains. Il compare le capitalisme à la rafflésie, une fleur tropicale qui pompe l’énergie de la plante qu’elle parasite. Elle grossit subitement jusqu’à 1 mètre de diamètre, et meurt.

Si la croissance verte se greffe sur les racines du capitalisme, elle ne peut aider à sortir du rouge. Pas d’un point de vue environnemental en tous cas. Au fil de ses reportages, Kempf nous convie à un terrifiant tour du monde du green new deal en marche. La croissance verte est déjà en train de produire de considérables effets pervers. A savoir : le nucléaire qui, avec ses déchets et risques, hypothèque l’avenir; l’éolien industriel qui défigure les paysages de France; les agrocarburants qui déciment les forêts tropicales; la séquestration de CO2 qui… émet du CO2; … D’après Kempf, trois idées -erronées- structurent la pensée dominante: la technologie résoudra le problème ; la consommation d’énergie va continuer à croître et la croissance du PIB va se poursuivre ; le changement climatique est le seul problème -exit la biodiversité en péril et la dangereuse dégradation des écosystèmes sur lesquels se base l’économie. Ces problèmes-là, il est vrai, n’intéressent ni les hommes politiques, ni les industriels car ils ne se traduisent pas en promesses de revenus verts.

Sortir du capitalisme? Autant miser sur un changement anthropologique majeur, ricanent les auteurs de C’est maintenant!, Jean-Marc Jancovici, expert du climat, et Alain Grandjean, économiste. «Cela a autant de chances de se produire à brève échéance que l’apparition d’une 2ème Lune la semaine prochaine.» Ils tirent à boulets rouges sur Les Verts, les écolos, les militants radicaux, ceux qui se rassemblent «contre» (les ogm, le nucléaire, la chasse à la baleine, …), à défaut d’être d’accord sur les «pour» à défendre. Selon les coauteurs, ces militants-là n’ont rien compris au capitalisme, qui ne se définit pas comme «la domination de tous par de grandes multinationales, mais seulement comme la propriété privée des moyens de production».

Du fait de leur expérience auprès des grands groupes, les deux compères de l’X proposent des solutions plus pragmatiques et surtout dédiées à l’urgence climatique. D’abord et avant tout, il est urgent de renvoyer les députés à leurs chères études, écrivent-ils. Une fois cela fait, ils pourront peut-être débattre en profondeur avant de voter de superficiels Grenelle. Les deux auteurs proposent la nomination à tous les postes de l’Etat d’un conseiller technique ressources et énergie qui fourrerait son nez dans tous les dossiers, retraites et diplomatie comprises.

Comme Kempf, ils prônent la décroissance des biens matériels («on va devoir se faire à l’idée d’être plus heureux avec moins») et le courage politique de le faire comprendre. Mais contrairement au journaliste, en bons polytechniciens, ils célèbrent la technologie (nucléaire, séquestration de CO2, …). Ils imaginent un monde où l’on devra déplacer les villes à la campagne, car il y aura «moins d’emplois tertiaires et plus de bras dans l’agriculture, l’artisanat, les métiers techniques». Les zones pavillonnaires énergivores seront condamnées à mourir. Dans certains secteurs régaliens comme l’énergie, Grandjean et Jancovici défendent la régulation pour ne point perdre le pilotage des investissements. En clair, déployer le nucléaire et construire au plus vite 4 réacteurs. Mais leur leitmotiv, c’est la taxation de l’énergie. D’après eux, on taxe trop le travail et pas assez l’énergie.

Pour Kempf, Lire la suite

Pourquoi une ONG refuse les fonds du Paris-Dakar…

cler.org, le 23 septembre 2009

Un petit « pneu » de CO2 ? Pourquoi une ONG refuse les fonds du Dakar…

Suite au Paris – Dakar, les organisateurs ont souhaité compenser les émissions de CO2 de l’édition 2009. Témoignage de l’association Bolivia Inti – Sud Soleil qui a été contactée dans ce but.

Le Rallye Paris – Dakar a eu lieu cette année en Argentine et au Chili.

Plusieurs centaines de voitures, camions lourds et motos ont ainsi parcouru 9 500 km à travers des zones naturelles protégées : ce rallye n’aurait pas été autorisé en Europe ! Pourquoi ce gaspillage de millions d’euros sous les yeux de personnes qui pour la plupart peinent à assurer leur survie au quotidien ? Pourquoi faire parader une armada d’acier qui laisse derrière elle des kilomètres de pistes fragiles complètement défoncées ?

La vie palpite dans ces sables qui ne sont pas stériles : le désert se recouvre d’un tapis de fleurs quand il pleut ! La faune et la flore y sont très fragiles : il y a risque de dommages irréparables.

L’association Bolivia Inti – Sud Soleil grâce à des partenaires locaux au Pérou, en Bolivie, en Argentine, au Chili, mène une vaste campagne de diffusion des cuiseurs solaires. Depuis 10 ans, près de 10 000 familles cuisent leurs aliments à partir d’une énergie gratuite et renouvelable.

Son partenaire chilien Inti Llapu, basé dans la région de Copiapo (désert d’Atacama), construit avec les familles dont le revenu ne dépasse pas 2 € par jour, des cuiseurs solaires à partir de matériaux locaux. En 2008, 500 familles chiliennes ont été équipées de cet outil « magique » qui libère femmes et filles de la corvée de bois, supprime les maladies dues à la fumée, évite la déforestation, économise les ¾ du gaz très cher… Ces mêmes familles ont économisé une tonne de CO2 par an grâce à l’utilisation de leur cuiseur.

Cette économie de CO2 représente une source de financement pour les partenaires Andins de Bolivia inti – Sud Soleil, par le biais de la « compensation carbone ». La démarche est simple : particuliers, entreprises, institutions publiques rejettent du CO2. Ces émissions ont un coût financier et la somme ainsi calculée est affectée à un projet de développement dans un pays du Sud, dont l’un des impacts sera la réduction des émissions de CO2. L’association bénéficie de ces fonds « carbone » grâce au programme Action Carbone initié par Yann Arthus-Bertrand et se réjouit de pouvoir augmenter, dans les prochaines années, de plus de 50 % le rythme de construction des cuiseurs solaires. Ce sont autant de familles supplémentaires qui pourront faire un premier pas pour s’extraire de ce cercle vicieux de la pauvreté…

Mais, il y a aussi des limites à ne pas franchir…

L’organisation du Paris – Dakar a souhaité compenser les émissions de CO2 de son édition 2009. La société organisatrice a proposé à Bolivia Inti – Sud Soleil d’acheter pour plusieurs dizaines de milliers d’Euros les économies de CO2 générées par les cuiseurs solaires réalisés au Chili et en Argentine. Unanimement, le Conseil d’Administration en France et les partenaires andins ont rejeté cette offre alléchante. Il y a trop de contradictions entre leur objectif et celui de l’association. Comment accepter dans ces pays écologiquement en danger un tel gaspillage d’énergie, et au même moment, les aider à économiser l’énergie avec cette idée simple : « le Soleil au service du Développement » ?

Pour Bolivia Inti – Sud Soleil, la compensation « carbone » est un processus « en bout de chaîne », qui doit faire suite à une réduction des propres émissions de CO2 de chaque compensateur, Lire la suite

Jean-Marc Jancovici, Climat et pétrole : Alerte maximale !

hebdo.nouvelobs.com, Guillaume Malaurie, Sophie Fay, le 12 février 2009

Alerte maximale !

Par Jean-Marc Jancovici. Le polytechnicien écologiste s’alarme du changement climatique et de l’épuisement du pétrole. Pour sauver la planète, le compte à rebours a déjà commencé par Jean-Marc Jancovici

Le Nouvel Observateur. – Dans votre nouvel essai, vous en appelez à un volontarisme churchillien pour faire face au «big bang» que provoquera l’épuisement des énergies fossiles et au changement climatique. Vous dénoncez avec virulence les journalistes et les politiques incompétents !

Jean-Marc Jancovici. – Si nous y allons au canon, c’est parce qu’il faut se faire entendre. Nous n’avons plus le temps d’attendre ! L’échéance de la mutation énergétique n’est pas à l’horizon du demi-siècle ! Dans les trois à cinq ans à venir, il faut que nous soyons en ordre de bataille. Sortant de soixante ans de paix et de croissance économique (sauf rares accidents), nous ne réalisons pas à quel point notre système socio-économique est menacé par l’inaction. Sans dessein et sans un minimum de volontarisme partagé, nos institutions ne résisteront pas aux menaces à venir.

N.O.-Vous laissez entendre, sans le prouver, que la dépression économique trouverait son origine dans la raréfaction des énergies fossiles…

J.-M. Jancovici. – Depuis 1970, la chronologie est troublante : chaque forte hausse du prix du pétrole a été suivie d’une récession. La crise récente a été précédée par six ans de hausse quasi ininterrompue, ce qui a progressivement freiné toute l’économie. C’est normal, l’énergie est par définition l’unité de transformation du monde : sa hausse rapide freine les transformations physiques, et donc l’économie. Les entreprises et les ménages ont alors de plus en plus de mal à rembourser leurs crédits. De surcroît, les banquiers ont amplifié le problème en titrisant les encours de prêts, ce qui a permis de repousser la crise en prêtant plus longtemps, mais au prix d’une explosion plus violente à terme. Sans modifications structurelles, notamment sur l’énergie, à coup sûr tout se reproduira, en pire. Que ceux qui se réjouissent aujourd’hui de la baisse du prix de l’or noir se souviennent qu’elle survient le plus souvent en période de récession…

N. O. – Si cette crise est une crise de ressources, le plan de relance défini par le gouvernement est-il adapté ?

J.-M. Jancovici. – Cet assemblage de demi-mesures n’est pas à la hauteur du mur qui va se dresser devant nous. En lieu et place d’un plan fourre-tout avec un peu d’aides à la voiture, quelques autoroutes supplémentaires et un accès à la propriété plus aisé dans des banlieues éloignées, il nous faudrait une relance massive pour financer la transition vers une économie «décarbonée». Ce ne sont pas 2%, mais 50% du PIB actuel qui devraient être réorientés dans ce but ! La Banque centrale européenne pourrait très bien fournir les milliards d’euros qui font défaut en faisant marcher un peu la planche à billets : l’inflation éventuelle sera moins douloureuse que le chaos. Cela dit, la législation qui incite à la rénovation thermique des bâtiments, que l’on souhaiterait obligatoire et non pas seulement optionnelle, va dans le bon sens. Tout comme la réaffirmation des objectifs européens du «paquet énergie-climat» sous la présidence française.

N. O. – «Trois ans pour sauver le monde» écrivez-vous. Le compte à rebours a-t-il commencé ?

J.-M. Jancovici. – Ce que nous allons faire pendant les trois ans qui viennent sera crucial pour le maintien d’un monde en paix. Les experts pétroliers affirment aujourd’hui que l’offre a atteint un maximum (ou le sera prochainement) et les compagnies pétrolières sont les seules à savoir combien le sous-sol renferme de pétrole : nous ferions bien de les écouter. Lire la suite

Le Niger, victime de ses richesses en uranium

eco-life.fr, Marie Varasson, le 9 février 2009

Le Niger, victime de ses richesses en uranium

Troisième exportateur d’uranium au monde, le Niger est pourtant l’un des pays les plus pauvres du globe. Malgré ses richesses minières, le nord du pays est régulièrement touché par des crises alimentaires et une dégradation de son environnement. 174éme pays le plus pauvre du monde sur 177, le Niger n’arrive pas à se développer malgré l’éclaircie dans son ciel apportée par la vente d’uranium. Découvert et exploité depuis près de 40 ans, le précieux minerai a pourtant tout du diamant rare. Situé dans la région d’Agadez au nord-ouest du pays, une zone désertique et peu cultivable, il aurait pu la transformer et doper son économie.

Un rêve oublié pour les populations du Nord qui estiment ne pas avoir bénéficié de la croissance fulgurante du budget de l’Etat (passé de 15 milliards de francs CFA en 1975 à 72 milliards en 1980). « La répartition des richesses ne s’est pas faite« , explique Issouf ag Maha, maire de Tchirozerine, à 45 km d’Agadez et membre du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ). « Le gouvernement est le premier coupable dans cette affaire, les entreprises sont venues faire du business et ont agi dans leur intérêt ».

Les concessions s’étendent sur près de 90 000 kilomètres carrés, et ont fait les belles années de nombreuses sociétés minières. Souvent montrée du doigt, Areva, entreprise spécialisée dans le nucléaire, se défend des accusations de pollution et de néo-colonialisme qui sont portées contre elle. « Dans les années 80, quand les cours de l’uranium se sont effondrés et que les mines fermaient un peu partout dans le monde, le groupe a poursuivi seul l’exploitation des gisements du Niger« , explique-t-elle. Sur le terrain, le MNJ assure qu’aucune action n’a été entreprise. « Jamais de concertation avec les populations locales n’a été organisée », ajoute Issouf ag Maha.

– « La multiplication des permis est notre plus grosse inquiétude » –

Paroles contre paroles, il demeure difficile d’accéder aux sites et de constater scientifiquement les dégâts. Pourtant aux environs, la situation s’est manifestement dégradée. L’élevage et les activités traditionnelles des populations, telles que l’exploitation du sel, seraient devenues impossibles. Dans les fermes, le bruit fait fuir le bétail. Faute d’eau, utilisée pour nettoyer l’uranium, l’agriculture locale est compromise. D’autant que la sécheresse ravage régulièrement cette partie du pays. « Pourquoi ne pas proposer des solutions transparentes avec une explication humaine de l’étendue des projets miniers », s’interroge Issouf ag Maha.

La diminution des ressources pétrolières a relancé les cours de l’uranium, ces dernières années (voir l’article : Les prix de l’uranium vont-ils flamber ?). Lire la suite

Reeves et la Ligue ROC pour le « Green new deal »

Ligue ROC, Hubert Reeves, le17 février 2009

Alors que le PNUE tient son Conseil d’Administration et préconise un « Green new deal », la Ligue ROC, présente à Nairobi, affirme que la relance, plus que nécessaire, offre l’opportunité de considérer enfin la biodiversité pour ce qu’elle est vraiment : le socle indispensable du développement, de l’économie, de l’emploi et donc du bien-être humain dans le présent et le futur.

A condition de ne pas choisir entre le vivant et l’économie, entre la sauvegarde de l’environnement et la création d’emplois, mais de savoir saisir l’occasion offerte d’amorcer le nécessaire virage stratégique vers une économie plus sobre en ressources naturelles et davantage pourvoyeuse d’emplois.

Si « relance » voulait dire plus de consommation de ressources, plus d’émissions de CO2, plus de pollutions, de déchets, de barrières écologiques, de milieux naturels détruits et d’espèces sacrifiées, ce serait saper les bases du développement, qui ne serait alors plus durable, et préparer un autre crise, plus grave, plus dure et plus profonde encore.

Si « relance » veut dire investir dans des technologies sobres en énergies et en ressources, améliorer l’efficacité énergétique et optimiser l’usage des bâtiments et infrastructures existantes, encourager les modèles économiques innovants permettant de consommer moins de ressources naturelles, mobiliser des emplois pour une gestion de la biodiversité, pour des activités économiques respectueuses de la biodiversité, ou mieux, mettant en valeur les services écologiques, alors là, oui, nous avancerons vers ce nouveau développement économique et écologique soutenable. L’enjeu n’est plus la croissance du PIB, qui compte création et destruction à la même aune, mais bien la croissance du bien-être humain, dans un monde vivant riche de ses capacités d’évolution et de sa biodiversité.

Il s’agit de faire des choix. Les bons ! Oui, les marchés doivent être orientés, l’économie reconvertie, certains secteurs ayant déjà amorcé un déclin inexorable. Mais d’autres ne demandent qu’à se développer, et créer des emplois par dizaines de milliers : aménager les villes pour les rendre plus durables, les « renaturer », aménager les infrastructures écologiques de demain, notamment à travers la mise en oeuvre de la trame verte et bleue, développer les emplois de l’écologie industrielle, s’inspirer de la nature, par le biomimétisme, et innover durablement.

S’il faut de nouvelles infrastructures, elles devront être conçues et réalisées en respectant les habitats et les continuités écologiques. Cette nouvelle ingénierie, ces nouvelles techniques créeront elles aussi des emplois. L’agriculture doit dès maintenant se préparer au pétrole cher. Elle emploiera plus d’hommes et travaillera avec les écosystèmes, tout en utilisant moins de machines coûteuses et d’intrants, aux effets souvent ravageurs pour les fragiles équilibres des sols.

Les règles comptables publiques doivent prendre en compte l’état des ressources naturelles et des écosystèmes afin d’évaluer de façon plus pertinente les politiques publiques en regard des enjeux du développement durable. Les incitations publiques, dont la fiscalité, seront des instruments incontournables de cette transformation de l’économie. Elle doit progressivement peser plus sur l’énergie, les matières premières et les ressources naturelles, et moins sur le capital et le travail, afin de mobiliser les capitaux vers les innovations et les investissements nécessaires, et favoriser la création d’emplois dans tous les secteurs.

Préparer l’avenir ne signifie pas sacrifier le présent. Lire la suite