« Le Monde émergent (tome 1) », sous la direction d’Yves Charles Zarka : pour une philosophie de l’écologie

lemonde.fr, Roger-Pol Droit, le 7 juillet 2010

« Le Monde émergent (tome 1) », sous la direction d’Yves Charles Zarka : pour une philosophie de l’écologie

Nous sommes en train de changer de monde. Sans l’avoir voulu, sans le comprendre encore clairement. Sans le penser encore à la hauteur qui convient. Telles sont les convictions de départ qui ont donné naissance à un vaste programme de recherche du CNRS, en collaboration avec l’université Paris-Descartes (Sorbonne). L’objectif est pour le moins ambitieux : dresser un premier état des lieux de toutes les dimensions de la crise écologique dont la planète commence à prendre conscience.

Il ne s’agit pas seulement, on s’en doute, du réchauffement climatique, mais aussi de la fin des ressources énergétiques, des modifications de la biodiversité, de l’interdépendance entre les activités humaines et les équilibres du globe. Sans oublier les multiples mutations de nos comportements, de nos gestes quotidiens aussi bien que de nos horizons politiques. Ce « monde émergent » soulève donc quantité de questions économiques, sociales, politiques, que des problématiques philosophiques nouvelles doivent aborder.

Il ne faudra pas moins de trois volumes pour embrasser les lignes de force et les perspectives de ces changements en cours. Maître d’œuvre de cet ensemble original, le philosophe Yves Charles Zarka, qui dirige notamment la revue Cités, réunit dans ce premier tome onze contributions d’économistes, géographes, sociologues, juristes et philosophes.

Ces études portent sur les problèmes cruciaux qui se posent à présent dans l’espace social et politique. L’urgence écologique et le politique, les nouveaux territoires urbains, les cycles de vie des produits, la diversité des cultures et l’universalité de l’environnement, l’Europe et le développement durable figurent parmi les thèmes retenus.

Si la diversité des analyses et des objets d’étude interdit tout résumé laconique de l’ensemble, il saute aux yeux que ce livre devrait devenir une référence importante pour ceux que préoccupe le renouvellement de la réflexion qu’exige le basculement du monde. Car l’intérêt de ce vaste projet, on l’aura compris, n’est pas de proposer une prospective de plus, mais bien de contribuer à poser les questions de fond.

C’est pourquoi il s’intéresse notamment à l’impact politique des changements d’attitude envers la consommation et la production, et demande, par exemple, comment le passage à une société différente est possible sans détruire la démocratie.

Réflexion interdisciplinaire

Après ce volume consacré aux « Lieux », doivent paraître dans les mois à venir un volume sur les « Défis » et un troisième intitulé « Dénouement ». Outre cette trilogie collective, la collection Emergences, que ce volume inaugure, doit également accueillir un Manifeste sur l’urgence du Lire la suite

Interview : Pierre Davant président de la Sepanso, 40 ans au service de l’environnement

aqui.fr, Propos recueillis par Joël Aubert, le 13 septembre 2009

Interview : Pierre Davant président de la Sepanso, 40 ans au service de l’environnement

C’est à un des grands experts de la question que la Sepanso a fait appel pour débattre des « implications du dérèglement climatique ». Hervé Le Treut directeur de recherche au CNRS professeur à Polytechnique est membre du Groupement international d’études sur le climat, le GIEC, aux travaux duquel il participe depuis 1990. Sa conférence mercredi 16 septembre à l’Athénée municipal de Bordeaux sera le temps fort du 40° anniversaire de la Sepanso, Fédération des Sociétés pour l’Etude, la Protection et l’Aménagement de la Nature dans le sud ouest. Pierre Davant, son président, qui a été de tous les combats et initiatives depuis les temps de la Mission d’aménagement de la Côte Aquitaine jusqu’au débat sur tous les grands projets d’infrastructures revient sur ces années d’engagement au service de la nature et de l’environnement.

@qui! : En 40 années d’existence la Sepanso a su combiner un travail de terrain, militant, mais aussi siéger dans les instances socio-professionnelles et prendre des responsabilités de gestion notamment de réserves naturelles. Est-ce là une manière de modèle pour mener une politique active de l’environnement ?

Pierre Davant : Je ne pense pas que ce soit un modèle. C’est là l’originalité, la spécificité de la SEPANSO. D’une part, grâce à sa compétence naturaliste dès sa création, ce fut une force de proposition pour la demande de mise en Réserve Naturelle de pratiquement toutes celles d’Aquitaine – onze- avec comme conséquence la reconnaissance de l’Etat qui lui en confia quatre en gestion. Au fil des années, la qualité de cette gestion ne s’est pas démentie et, maintenant, le Conseil Régional, les conseils généraux de Gironde et du Lot-et-Garonne, l’Agence de l’eau Adour-Garonne, le Conservatoire du littoral abondent le budget alloué par le Ministère de l’Ecologie. D’autre part, l’animation de la SEPANSO est assurée par une équipe pluridisciplinaire compétente relayée par un directeur particulièrement motivé. Cette équipe s’étoffe régulièrement dès que de nouvelles préoccupations spécifiques apparaissent. Ainsi, la SEPANSO, grâce à sa réflexion à plusieurs et globale apporte une voix étayée différente, parfois discordante, sûrement en avance sur son temps dans le débat démocratique – débats publics, commissions administratives, etc… – et dans les instances socioprofessionnelles – CESR. Elle dénonce inlassablement les incohérences, les contradictions… Elle n’hésite pas à descendre dans la rue, et ce depuis sa création, quand cela est nécessaire : pollution bactérienne du Bassin d’Arcachon, nucléaire, Larzac… et plus récemment Contournement autoroutier de Bordeaux. Est-ce pour cela un modèle ? Aux lecteurs de juger.

@! : Quels sont les dossiers régionaux qui aujourd’hui sont au cœur de vos préoccupations ?
P. D. : Il y a d’abord tous ceux qui auront une incidence lourde sur les milieux naturels de notre région qu’ils contribuent à réduire et à fragmenter de façon irréversible. C’est le cas de l’autoroute A65 qui en pariant sur une multiplication du trafic par quatre, saccage des surfaces considérables sans utilité démontrée, ceci alors que la route actuelle pouvait être sécurisée à moindre coût. Il y a aussi les tracés de LGV qui vont balafrer la forêt au lieu de s’inscrire le long des corridors existants comme le voudrait le bon sens, ou encore des projets de fermes photovoltaïques qui vont entrainer la disparition de milliers d’hectares de forêt, alors même que les toitures des immeubles, les parkings et les terrains stériles eux ne sont pas équipés.

Il y a encore le projet de terminal méthanier du Verdon et de développement industriel effréné en bordure du dernier grand estuaire sauvage d’Europe, ou l’accroissement sans limite du motonautisme sur le Bassin d’Arcachon et l’urbanisation de son pourtour, ou encore le délicat problème du devenir des boues de stations d’épuration, trop polluées pour que leur épandage à des fins agricoles soit acceptable.

Vous le voyez, les sujets de préoccupations ne manquent pas, et par les incidences sur Lire la suite

Festival d’astronomie, du 8 au 14 août, à Fleurance (Gers) : Hubert Reeves défendra ses idées sur l’écologie

sudouest.com, Gaëlle Richard, le 8 Aout 2009

Hubert Reeves défendra ses idées sur l’écologie

La douce voix à l’accent canadien s’est lancé un défi. Son propriétaire, Hubert Reeves, veut faire comprendre aux habitants de la Terre pourquoi ils doivent en prendre soin.

Avec son regard d’astrophysicien, directeur de recherches au CNRS et professeur de cosmologie à Paris et à Montréal, il le dira vendredi prochain, lors de sa conférence de clôture du 19e Festival d’astronomie de Fleurance (Gers).

« Sud Ouest » Quel est le lien entre astronomie et environnement ?

Hubert Reeves. Directement ? Aucun ! Simplement, l’astronomie et les sciences, en général, nous permettent de comprendre comment nous sommes arrivés ici, sur cette Terre. Maintenant que nous possédons quelques connaissances sur ces questions, il nous faut nous demander comment faire pour y rester dans les meilleures conditions possibles. L’astronomie nous parle du passé, l’écologie du futur. C’est elle qui nous enseigne l’importance de nous investir massivement et rapidement si nous voulons éviter le pire.

Vous sentez-vous plutôt optimiste ou pessimiste quant à cette prise de conscience ?

Je suis l’un et l’autre. Optimiste car je sens une force de réveil au niveau mondial mais pessimiste car je sais que la force de détérioration existe et qu’elle est encore forte : la preuve, on continue d’utiliser des pesticides. Le changement important se traduit par le Grenelle de l’environnement.

Quel peut être l’impact de votre intervention dans un festival du fin fond du Gers ?

Le Festival d’astronomie de Fleurance attire chaque année des centaines de personnes.

Beaucoup d’enfants sont présents pour les ateliers. C’est auprès des enfants et des adolescents que mon message passe le plus facilement.

Les jeunes sont très motivés parce qu’ils savent que c’est eux qui auront à gérer le problème que nous leur laisserons en héritage. Le plus difficile, c’est d’alerter les politiques…

Que direz-vous le 14 août à Fleurance ?

Je dirai qu’à l’automne, à Copenhague, il va falloir se décider à réduire sérieusement le réchauffement climatique. On sait que les canicules, la force des vents, lors des tempêtes, et la déstabilisation du climat seront de plus en plus importantes dans les années à venir.

Notre avenir ne dépendra que de nous et de ce que nous décidons aujourd’hui. Le sort de l’aventure humaine, entamée il y a des millions d’années, pourrait se jouer en l’espace de Lire la suite

Etude du CNAR environnement sur l’emploi dans les associations environnementales

CNAR environnement, Etude, décembre 2008

Le CNAR-Environnement s’est penché sur la situation de l’emploi dans les associations de l’environnement à partir de données qu’il a pu récolter auprès des acteurs de l’environnement, et notamment au sein de ses propres réseaux, et à partir des recherches du CNRS dans ce secteur.

L’emploi dans les associations de l’environnement

Il n’existe pas en France de nomenclature officielle à laquelle se référer pour définir les secteurs d’activité des associations. Chacun définit le champ et le périmètre de ses actions, et le secteur de l’environnement, très récent, n’échappe pas à cette difficulté. Les données sur la professionnalisation des structures associatives de l’environnement et l’emploi dans ce secteur sont donc partielles, éparses, et difficiles à produire. Ainsi, face aux enjeux environnementaux actuels et l’augmentation de la préoccupation des décideurs quant à la question de l’environnement, le CNAR-Environnement a pris l’initiative d’apporter – à son échelle – une contribution à la connaissance des réseaux associatifs de l’environnement qu’il représente.

Il ressort de cette étude que du point de vue des compétences, des savoirs-faire, les acquis sont très significatifs. Les associations de l’environnement ont réussi à définir, à consolider et à faire reconnaître les métiers de l’éducation à l’environnement qui sont leur savoir-faire original et originel. Ainsi, face aux nouveaux enjeux liés à la protection de l’environnement, à la sensibilisation du public, et aux politiques qui se mettent en place – amplifiés depuis le Grenelle de l’environnement en 2007 – leur expérience et leur rôle de médiation et d’expertise sont reconnus. La professionnalisation des structures pose néanmoins très clairement la question de la place dévolue au bénévolat. On sent une montée de revendications des salariés au sein d’un modèle économique qui est mal armé sur les questions de management des ressources humaines.

Les associations sont ainsi maintenant confrontées aux question suivantes : Lire la suite

CNRS : Lettre de l’Institut écologie et environnement

CNRS, Communiqué, La lettre de l’Institut écologie et environnement, N°1, avril 2009

Lettre de l’INEE

Nouveau support créé par l’Institut écologie et environnement, La lettre de l’INEE s’adresse à l’ensemble des personnels des unités de recherche et proposera un état des lieux régulier du projet d’Institut, ses actualités…

Télécharger Lire la suite

Christian VELOT, auteur de « OGM : tout s’explique »

inf’OGM, Christophe Noisette, février 2009

Entretien avec Christian VELOT, biologiste et auteur de « OGM : tout s’explique »
Inf’OGM – Pourquoi un nouveau livre sur les OGM ?

CV – Depuis six ans environ que je fais des conférences grand public sur les OGM, j’ai eu de nombreuses demandes pour savoir si j’avais écrit un livre dans lequel on pourrait retrouver l’articulation et le caractère didactique de mes conférences. Il s’agit donc d’un livre que j’ai calqué sur mes conférences et où les supports animés de celles-ci sont ici remplacés par des illustrations humoristiques, à vocation pédagogique, réalisées par Jef Vivant.

J’y décris donc ce que sont les OGM, comment on les fabrique, en insistant sur les raisons du caractère aléatoire (et non pas chirurgical comme on se plait à nous le faire croire) de cette technologie. Et surtout, j’aborde chapitre par chapitre les différents domaines d’utilisation des OGM (recherche fondamendale, domaines médicaux et pharmaceutiques, secteurs industriels et l’agro-oalimentaire). Cette approche me permet de montrer en quoi l’introduction des OGM dans les champs et dans les assiettes introduit des riques nouveaux et soulève des questions nouvelles (qui ne sont pas posées — ou en tout cas pas de la même manière — avec les OGM utilisés depuis près de 30 ans en espaces confinés dans les autres domaines). C’est essentiel à mes yeux car ça évite de tomber dans le panneau des amalgames fallacieux si chers aux VRP de la transgenèse généralisée et qui consistent à utiliser la vitrine médicale pour servir des arguments agricoles.

En ce qui concerne l’agroalimentaire, j’essaie d’être exhaustif en décrivant non seulement ce qui se fait déjà (c’est-à-dire essentiellement des plantes-pesticides), mais également ce qui se prépare dans les labos, en particulier avec les animaux destinés à l’alimentation ainsi qu’avec des micro-organismes alimentaires (levures de boulangerie, de brasserie, bactéries et levures œnologiques ou lactiques). Et, je réponds aux arguments « tartes à la crème » : les OGM ont toujours existé dans la nature, les OGM sont incontournables pour résoudre la faim dans le monde, etc.

Enfin, comme le débat autour des OGM en appelle beaucoup d’autres, je termine par quelques éléments de discussion sur divers aspects sociétaux tels que la place de la science dans la société, les dérives technoscientifiques des politiques de recherche, la désobéissance civile. Ce livre doit permettre aux citoyens de prendre part à ce débat de société. Je n’y cache pas mon avis car je refuse de me réfugier derrière une « neutralité » de la science qui n’existe pas. Cependant, conscient que l’information n’est objective que si elle est contradictoire, j’encourage la lecture d’autre point de vue.

 Inf’OGM – Que pensez-vous du débat actuel sur les OGM ? Et depuis 10 ans, comment la connaissance de ce sujet a évolué ?

CV – De toute évidence, il y a actuellement une volonté des défenseurs inconditionnels des OGM de vouloir reprendre la main (rapport de l’AFSSA à quelques jours du vote européen pour tenter d’abroger les moratoires français et grec, l’émission sur France 2 de la semaine dernière et toutes les attaques récentes sur le net et ailleurs à l’encontre des anti-OGM qualifiés de « prophètes de malheur », de « vendeurs de peur », de « khmers verts »).

L’approche de la période des semis pour le maïs n’est sans doute pas pour rien dans cette excitation médiatique. Mais cela ne change rien à l’avis des Français, toujours majoritairement opposés ou réticents à la culture des OGM, Lire la suite

la bataille capitale de la transition vers la voiture propre

Le Monde, Michel Freyssenet, le 3 mars 2009

Une bataille capitale s’engage avec la transition vers la voiture propre

Avec la crise, écologique d’abord, économique ensuite, peut-être bientôt sociale et géopolitique, des questions majeures se bousculent au sujet de l’industrie automobile et de son avenir. Ce qui frappe d’abord, c’est l’ampleur des difficultés que le secteur connaît et leur caractère mondial : il n’existe pas de marché majeur ni de constructeur qui ne régresse.

Personne ensuite ne semble avoir de modèle ou de référence pour orienter les stratégies ou soutenir les décisions de restructuration. Là où, il y a quinze ans, dirigeants d’entreprise et politiques se convainquaient que le salut passait par la réduction des coûts, la diversification de l’offre, l’accélération du renouvellement des produits, les plates-formes communes et l’investissement dans les pays émergents, on n’observe que des « plans cash », des gels d’investissements, des réductions d’effectifs et des annonces de véhicules plus propres, le tout à un horizon mouvant.

Les difficultés de l’industrie automobile sont antérieures à la crise financière, et elles ne sont pas passagères. Chacun perçoit que ce qui est en cause, c’est le type de développement que l’automobile a connu depuis les années 1980. Le fait par exemple qu’en janvier, il se sera vendu davantage d’automobiles en Chine (748 000, en baisse de 4,6 %) qu’aux Etats-Unis (657 000, en baisse de 37,1 %) signifie deux choses : la demande aux Etats-Unis a été gonflée par un crédit accordé sans retenue, la demande en Chine souffre de la baisse des exportations et des investissements étrangers, ressort essentiel de la croissance chinoise. La crise de l’automobile renvoie à la question de la pertinence des régimes macroéconomiques que la globalisation libérale a engendrés dans le monde.

L’idée selon laquelle il convenait de réduire les coûts en s’approvisionnant toujours plus dans les pays à bas salaires et d’investir dans les pays émergents seuls à même d’offrir la nécessaire croissance des volumes s’inscrivait dans cette vision du monde. Elle devient problématique, au vu de l’effondrement des marchés.

Personne ne sait dire ce qu’est le volume normal de la demande dans chaque région. Les pays émergents comprennent qu’ils ne pourront continuer de se développer dans le nouvel environnement international qu’en compensant les baisses de leurs exportations et des investissements étrangers par une relance de la consommation intérieure grâce à une distribution moins inégalitaire de la richesse. Si tel devait être le cas, pour la Chine par exemple, on sait qu’ils chercheront à privilégier leur propre industrie automobile, dont ils font un des moyens de leur renouveau économique et politique sur la scène internationale.

A ces lourdes interrogations sur l’adéquation des capacités installées et leur répartition dans le monde s’ajoutent celles qui concernent les produits. Le recul inédit des ventes s’accompagne d’une réorientation de la demande non moins radicale. L’importance prise par les light trucks (4 × 4, SUV…) sur le marché nord-américain et l’essor des berlines haut de gamme sur le marché international a correspondu à la croissance des inégalités de revenus et de perspectives d’emploi. Ces inégalités croissantes expliquent la tendance des constructeurs à délocaliser la production des voitures de basse et de moyenne gammes inférieures vers les pays à bas coût pour les rendre accessibles à ceux qui ont vu leurs revenus stagner ou décroître et leur avenir devenir aléatoire. Même cela ne semble pas encore suffisant : il paraît nécessaire de repenser la conception de la voiture pour atteindre le niveau de prix qui rend le véhicule neuf à nouveau achetable pour ces populations, comme en témoigne le succès inattendu de la Logan dans les pays ouest-européens.

Soit la crise Lire la suite