Les consommateurs-citoyens défendent l’avenir des paysans en soutenant les circuits courts

actionconsommation.com, communiqué, le 16 Juin 2010

Les consommateurs-citoyens défendent l’avenir des paysans en soutenant les circuits courts

Les circuits courts d’approvisionnement alimentaire sont aujourd’hui une réelle alternative au mode de distribution des centrales d’achat.

Des magasins de paysans producteurs et transformateurs s’ouvrent dans les régions et proposent des produits en vente directe. D’autres consommateurs développent des comportements citoyens et s’éloignent de la consommation de masse en créant des réseaux qui permettent le maintien et l’installation d’agriculteurs sur le territoire respectant la charte de l’agriculture paysanne. Des liens de confiance se sont créés entre ces consommateurs et les paysans producteurs qui respectent les normes d’hygiène et de qualité de la législation française et assurent la traçabilité des aliments jusqu’à la livraison. Cette traçabilité est la garantie de la qualité et la conformité des produits.

La confiance s’établit entre producteurs et consommateurs dans des relations commerciales tout à fait légales. Elles ont permis le maintien de paysans en France et la défense de leurs revenus en démontrant que les consommateurs souhaitent choisir eux-mêmes leur alimentation (mode de production, provenance et respect du savoir-faire). Les circuits courts en limitant les intermédiaires sont garants de la qualité de fraîcheur, gustative et nutritionnelle des aliments fournis par de petits producteurs.

Si, de plus, ces filières courtes respectent au maximum les principes d’une économie équitable (respect entre partenaires – producteurs, transformateurs, transporteurs, distributeurs, salariés, consommateurs, mais aussi de la nature), elles sont non seulement une alternative crédible à la grande distribution mais aussi participantes d’une transformation économique et sociale plus que nécessaire.

Nous, organisations favorisant le rapprochement entre paysans et consommateurs, soutenons les producteurs et les citoyens engagés dans ces réseaux de proximité qui oeuvrent au quotidien pour la défense d’une autre agriculture respectueuse de l’environnement et de ses acteurs !

Plus d’infos : Lire la suite

Sondage CSA : les associations, des acteurs majeurs face à la crise

cides.chorum.fr, NC, le 5 novembre 2009

Sondage CSA : les associations, des acteurs majeurs face à la crise

 « Les Français, les associations et la crise », tel est le thème du sondage réalisé par l’institut de sondage CSA pour Chorum, le Crédit coopératif et la Maif, et présenté au Forum national des associations et des fondations, le 5 novembre. Les résultats sont probants : les associations sont un acteur majeur pour faire face aux difficultés issues de la crise économique en ayant un rôle social fondamental et de lien social et un rôle important pour le développement économique régional ; elles devraient même relever d’un investissement stratégique dans le cadre de l’emprunt national révèle le sondage.

Dans la première partie du sondage qui porte sur les « associations, acteur social et économique », 68 % des personnes interrogées sur un échantillon national représentatif de 1010 personnes, estiment que « dans la période actuelle, pour agir efficacement face aux difficultés provoquées par la crise », les associations sont les plus efficaces, juste devant les citoyens eux-mêmes (65 %), et bien devant les entreprises (46 %), les syndicats (40 %) et les pouvoirs publics (38 %). Autres volets figurant toujours dans cette même partie : qui sont les acteurs les plus efficaces face à la crise pour le développement économique et social des régions ? Les collectivités locales (63 %) et les associations (63 %) arrivent en tête, l’Etat ne recueillant que 35 % de la confiance des Français ; le sondage approfondit ensuite les points précédents et une nette majorité (76 %) des personnes interrogées estime que les actions des associations en faveur des populations sont plus efficaces et plus adaptées que celles des entreprises, et que celles de l’Etat à 72 % ; dernier éclairage de cette première partie du sondage, il en ressort que dans un contexte de crise, les associations jouent un rôle certain en matière économique, mais elles sont toujours davantage perçues comme un acteur social (81 % dans l’aide aux personnes en difficulté, 79 % dans le maintien du lien social, et 61 % dans le développement des emplois).

La deuxième partie du sondage CSA aborde les « besoins de ressources des associations ». Dans le domaine du financement, une majorité de Français (55 %) considère que les associations n’ont pas les financements nécessaires pour mener à bien leurs missions et seulement 13 % « tout à fait ». Autre question en ce qui concerne l’emprunt national qui sera prochainement destiné à financer des investissements stratégiques, 50 % des personnes interrogées jugent nécessaire que l’on « y intègre le financement direct des associations ». Les deux derniers points du sondage ont trait au financement et à l’engagement des citoyens, 49 % des Français estiment que Lire la suite

La démocratie technique pour ajuster désirs et limites

vivagora.org, Dorothée Benoit Browaeys, le 14 septembre 2009

La démocratie technique pour ajuster désirs et limites

Une intervention de Dorothée Benoit Browaeys, Déléguée générale de VivAgora, aux ateliers d’été du développement durable, le 12 sept 2009 à Versailles.

Table ronde – Le rôle des politiques et des citoyens face à la crise : que faire ici et maintenant ?

Les crises financières et écologiques actuelles sont l‘une comme l’autre le fruit d’un désajustement (1). On parle moins de la crise technologique, incarnée par l’opposition aux OGM qui se traduit de plus en plus par un rejet de la technocratie.

Chacun se sent pris dans un étau entre le déferlement de toutes les innovations possibles et un sentiment d’impuissance. Le progrès technique est vécu comme une fatalité à subir plutôt que comme un problème de société qui engage des choix. Car la domination des experts a évacué la « mise en politique des questions scientifiques et techniques ». Elle cache le fait que la technoscience remodèle le monde de façon controversée… Elle tente de minimiser les dégâts sanitaires que subissent les citoyens (sang contaminé, vache folle, pesticides, ondes…).  Mais l’émergence de risques incalculables, délocalisés et irrémédiables (cf Ulrich Beck (2) l’ambivalence des usages et l’importance des impacts sociétaux des innovations accroissent l’angoisse et la méfiance.

Dans le contexte de crises des modèles (économique, scientifique…), de butée sur les limites des ressources planétaires et de méfiance des citoyens envers leurs gouvernants, de nouvelles procédures de dialogue sont nécessaires pour qualifier, hiérarchiser ce qui est souhaitable, désirable, raisonnable. « Nous n’habitons plus le monde des modernes, nous nous heurtons à la finitude « écrit Dominique Bourg dans son article « Pour une démocratie écologique » (4), après avoir décrit la tension entre la valeur de la liberté portée par la démocratie moderne, et l’intérêt collectif. Nos gouvernements sont davantage au service du droit de l’individu à consommer le plus possible (programme de progrès sans fin, de transgression) que capables d’arbitrages vis-à-vis de scénarii futurs.

Les outils politiques doivent être enrichis pour co-élaborer – dans une confrontation des cultures et des visions de l’avenir – des préférences, des normes, des décisions. Trois exigences s’imposent :

1 – Engager les citoyens dans l’élaboration des enjeux de gouvernance ; sortir des cadrages strictement techniciens ; produire une information pertinente qui répond aux expériences et demandes des citoyens. exemples : Nouveaux indicateurs de progrès- Réseau Fair-Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi, pétion parue dans Libération pour une gestion sociale et démocratique de l’épidémie de gripe H1N1. Engagements de VivAgora : Alliance citoyenne sur les enjeux des nanotechnologies

2 – Développer une culture du débat public qui permette de dépasser le débat « politiquement correct » pour créer peu à peu les conditions d’une authentique démocratie participative, condition de la co-construction souhaitée des technologies et de la société de demain ; construire les collectifs ou mobiliser les ONG dans des instances de dialogue fondées comme permanentes. Exemples : Cycles de débats publics sur la biologie synthétique (prochains OGM). Engagements de VivAgora : NanoForum ou cahier d’acteurs pour le débat national sur les nanotechnologies de la CNDP

3 – Introduire Lire la suite