Les basques et les béarnais « co-voiturent »

Sud-Ouest, le 10 septembre 2008

BON PLAN. Tout en réduisant les émissions de CO2 et gaz à effet de serre, le covoiturage permet de faire des économies

Avec internet, le covoiturage c’est simple et pratique

Le projet de se rendre à la Fête de la corniche, le besoin de rallier les campus palois, bayonnais ou à Bordeaux à moindre frais ? Il suffit de consulter le site http://www.covoiturage64.fr du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques.

Après deux ans d’existence, 737 utilisateurs sont inscrits et 325 : trajets proposés. Le covoiturage créé par le Conseil général connaît un succès qui s’amplifie régulièrement grâce au support internet et à la simplicité du site www.covoiturage64.fr

D’abord mis en place pour satisfaire une demande écologique, en réduisant les émissions de CO2 et de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, le site répond dorénavant également à une demande économique compte tenu de la forte hausse du prix des carburants.

S’appuyant sur le constat que de plus en plus de personnes optent pour le covoiturage pour effectuer leurs trajets réguliers, entre domicile et travail par exemple, le Conseil général souhaite élargir le public concerné par cette initiative de covoiturage en enrichissant son offre et en visant des besoins de déplacement précis. Cet été par exemple, le Conseil général a communiqué en direction des jeunes souhaitant participer aux Fêtes de Bayonne. Cela a généré moins de voitures et plus de sécurité. Cet été encore, la destination Saragosse a également bien fonctionné. En cette rentrée, ce sont les étudiants qui sont visés : Pau, Bayonne, Tarbes, Toulouse ou Bordeaux constituent des trajets réguliers et très fréquentés qui seront mis en avant sur le site du Conseil général.

Le succès d’un système de covoiturage repose sur la richesse et la variété de son offre, Lire la suite

Suivi de la migration postnuptiale des oiseaux migrateurs

Initié le 15 juillet 2008, sur le col d’Organbidexka, le suivi de la migration postnuptiale des oiseaux migrateurs, coorganisé par la Ligue pour la Protection des Oiseaux Aquitaine et Organbidexka Col Libre dans le cadre de l’Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux, se poursuit, avec l’ouverture ce 1er septembre du camp d’étude la migration du Cap Ferret.

A Organbidexka, la moisson de données est déjà impressionnante avec déjà plus de 35.000 rapaces comptabilisés en migration. Vous pouvez suivre directement au jour le jour l’évolution du comptage sur le http://www.migraction.net grâce à l’installation sur le site même d’Organbidexka d’un système de transmission de données par satellite alimenté à l’énergie solaire. Le suivi se poursuivra jusqu’au 15 novembre.

Au Cap Ferret, le suivi débute ce matin et devrait rapidement fournir son lot d’information précieuse sur la migration d’automne des passereaux et autres espèces. Il se poursuivra jusqu’au 15 novembre

Tant au Cap Ferret que sur le Col d’Organbidexka, l’accueil du public est organisé durant les heures de suivi et nous vous invitons à vous y rendre nombreux.

Horaires

Cap Ferret : du lever du soleil à 16 heures tous les jours

Col d’Organbidexka : du lever au coucher du soleil, tous les jours

Attention, en cas de conditions météorologiques défavorables, l’accueil n’est pas assuré.

L’Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux est organisé grâce au soutien de :

– L’Union européenne (programme FEDER)

– La DIREN Aquitaine

– Le Conseil Régional d’Aquitaine

– Le Conseil Général de la Gironde

– Le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

– La Fondation Nature et découvertes.

Contact : Lire la suite