Prochaine réunion du collectif déchets 33 jeudi 2 avril

Collectif déchets Girondin, OJ réunion du 2 avril 2009, le 28 mars 2009

Message adressé aux 60 correspondants associatifs du collectif déchets Girondin, « Réduisons nos déchets en Gironde », associations pour la réduction des déchets ménagers et assimilés, le recyclage avec bilan écologique et social correct, la prévention et les traitements sans nuisances.

Bonjour à toutes et à tous,

La prochaine réunion de notre collectif CdG aura lieu

Jeudi  2 avril 2009 de 19h à 21h30 à Bordeaux

Maison de la Nature et de l’Environnement

3 rue de Tauzia (gare St Jean, tramway ligne C arrêt Tauzia)

Attention, horaire modifié, avancé à 19h. Apportez un sandwich…

Cordialement,

Philippe Mora, coordinateur.

Réunion du Collectif déchets Girondin (Collectif réduisons nos déchets en Gironde)  

Ordre du jour :

GIRONDE

Validation de notre notice technique (à nouveau en pièce jointe, après quelques corrections minimes) de recherche de sites CSDU (stockage) avec PTMB (tri mécanique avant stockage). Nous avions lancé une consultation des associations le 12 février par mail, concernant cette notice technique. Les associations qui n’ont pas encore validé ou critiqué ce document sont invitées à le faire en répondant à ce mail. Si nous disposons des réponses avant le 2 avril, nous gagnerions du temps pour le déroulement de notre réunion. Merci par avance.

Actions de vigilance afin que les projets de sites soient conformes à cette notice technique. Rencontre avec le président de la Commission Consultative déchets du Conseil Général, le 28 mars.

GIRONDE

Politiques de gestion écologique des déchets en Gironde ayant pour but de diminuer significativement les déchets à la source.

CENON

En 2004 il était question que l’incinérateur de Cenon ferme à dix ans d’échéance, c’est-à-dire en 2014. Un projet alors exprimé était de le remplacer par un méthaniseur, c’est-à-dire une installation davantage conforme au développement durable. Cependant il semble fort que la durée de vie de cet incinérateur va connaître une importante prolongation, les élus s’en remettant à la facilité apparente de cette solution.

GIRONDE

Halte incinération ! Les sirènes de l’incinération sifflant à nouveau afin de séduire nos élus, une information semble urgente à redonner sur ce mode de traitement déchets, qui est dangereux, qui incite au gaspillage des matières premières et s’oppose au développement durable, à la préservation de notre santé et de la planète, qui déresponsabilise et coûte très cher.

PAILLET (Entre-Deux-Mers)

Essai de pesée embarquée pour dix mois. Intérêt et limites de cette expérience menée par le Semoctom.

CARDAN

Action spectaculaire des mamies poubelles pour réclamer Lire la suite

Bassens : Centre de maturation des mâchefers ?

Sud-ouest, Yannick Delneste, le 23 Janvier 2009

BASSENS. Le projet de traitement des résidus des incinérateurs de Bègles et Cenon pourrait enfin voir le jour sur la zone portuaire grâce à un consensus sur le transport fluvial

Les mâchefers en vogue

Les embarcations sont rares sur la Garonne à Bordeaux. Dans quelques années, il se pourrait qu’une péniche effectue trois fois par semaine les 15 km séparant Bègles de l’incinérateur Astria de la zone industrialo-portuaire de Bassens. À bord de cette barge, 400 tonnes de mâchefers imbrûlés, subsistant au terme de l’incinération des déchets ménagers traités par les fours béglais. Au bout de ce court voyage, une plate-forme de valorisation dont le projet, grâce à ce mode de transport fluvial, recueillerait enfin l’assentiment collectif.

C’est peu dire que le dossier a voyagé sur l’agglomération et même un peu plus loin. Depuis 1998 et la mise en service d’Astria, Novergie (délégataire de la CUB) qui exploitait jusqu’au 1er janvier dernier (1) les deux incinérateurs, a multiplié les projets d’implantation. De Salles à Saint-Aubin-de-Médoc, la dizaine de sites proposés avait toujours été contestée. Dernier projet en date : Blanquefort où l’opposition d’un certain Vincent Feltesse n’avait pas été étrangère à la prise de la mairie par ce dernier en 2001.

2 600 camions en moins

Faire construire un incinérateur de déchets sans prévoir de plate-forme de maturation des mâchefers : c’est l’incongruité vécue depuis dix ans sur la CUB. Aujourd’hui les 100 000 tonnes produites chaque année par Bègles (65 000) et Cenon (35 000) sont amenées par 4 000 camions à Clérac en Charente-Maritime, à 60 km de l’agglomération. Dans cette structure vieillissante qu’un arrêté préfectoral a condamnée pour mars 2010, les mâchefers sont valorisés notamment en granulats pour les routes.

Le projet de plate-forme bassenaise répondrait aux exigences qui ont empêché les autres : « assurer près des incinérateurs la maturation de la totalité des mâchefers de la CUB, produire des granulats de qualité pour une agglomération qui connaît un déficit en la matière, et adopter un transport fluvial de la majorité de ses mâchefers, de Bègles à Bassens », liste Jérôme Saura, responsable des filières vracs, industriel, bois et dérivés au Port autonome de Bordeaux. « Ce transport par le fleuve supprimera 2 600 camions par an, divisera les émissions de gaz carbonique par cinq, le dioxyde de soufre par six. » L’acheminement des mâchefers de Cenon continuerait à se faire par la route mais les camions ne feraient plus que 10 km au lieu de 60.

10 millions d’euros

« Ce concept a séduit tout le monde aujourd’hui », Lire la suite