Conseil Economique pour le Développement Durable : Les pouvoirs publics appelés à renforcer leur action en matière d’adaptation au changement climatique

actu-environnement.com, Rachida Boughriet, le 18 février 2010

Les pouvoirs publics appelés à renforcer leur action en matière d’adaptation au changement climatique

Pour s’adapter au changement climatique, les pouvoirs publics auront un triple défi à relever : investissements, diffusion de l’information, définitions d’outils de pilotage adaptables aux incertitudes des évolutions climatiques. Explications.

Alors qu’un plan national d’adaptation au changement climatique est prévu pour 2011 en France, le Conseil Economique pour le Développement Durable (CEDD) a publié le 17 février le rapport intitulé  »Economie de l’adaptation au changement climatique », qui vise à donner  »un cadrage économique général facilitant la mise en oeuvre de stratégies efficaces d’adaptation par les décideurs publics et privés ».

Prévu dans la loi Grenelle 1, rappelons que ce plan national rassemblera des orientations sur des sujets comme la lutte contre les inondations et l’adaptation des zones littorales, l’évolution des forêts, la question de l’eau et l’adaptation de l’économie. Il doit trouver sa déclinaison territoriale dans les futurs  »schémas régionaux du climat, de l’air et de l’énergie » proposés par le projet de loi Grenelle 2, en cours d’examen au Parlement, et dans les  »Plans climat énergie territoriaux » qui devront être établis par les départements, communautés urbaines, communautés d’agglomérations, communes et communautés de communes de plus de 50.000 habitants avant 2012.

L’objectif du rapport, réalisé à la demande du ministère du Développement Durable, est de mobiliser pouvoirs publics et acteurs privés pour que l’adaptation  »restée pendant longtemps le parent pauvre, à la fois intellectuel et pratique, du débat sur le changement climatique » soit reconnue au même titre que l’atténuation et la limitation des émissions de gaz à effet de serre (GES). Des stratégies d’adaptation,  »nécessaires » pour faire face aux conséquences du réchauffement. D’autant plus qu’un rapport de l’ONERC*, publié en septembre dernier, chiffre les coûts liés au changement climatique à  »plusieurs centaines de millions d’euros par an » pour plusieurs secteurs d’activités (agriculture, tourisme, énergie, tourisme, BTP…) d’ici 2050,  »en cas d’adaptation insuffisante ».

Des incertitudes autour des impacts

Mais au-delà des investissements, la question de l’adaptation au changement climatique s’avère  »complexe », explique Christian de Perthuis, l’un des auteurs du rapport et membre du programme de recherche économie du climat. Et ceci, compte tenu de  »l’incertitude liée notamment à l’évolution future du climat » selon qu’on se situe dans un scénario de hausse moyenne des températures de 2°C ou de 4°C , de celle sur les conséquences possibles d’un scénario climatique donné au plan local et celle sur l’évolution des capacités d’adaptation de  »nos sociétés dans le futur », précise Stéphane Hallegatte du Centre International de Recherche sur l’environnement et le développement (CIRED).

Si l’adaptation peut être définie comme l’ensemble des évolutions que les sociétés  »devront opérer pour limiter les impacts négatifs du changement climatique et en maximiser les effets bénéfiques », les stratégies sont difficiles à élaborer. Par exemple, concernant la traduction locale de ces scénarios climatiques,  »les modèles divergent en France sur la façon dont le changement climatique va affecter la fréquence et l’intensité des épisodes de tempêtes dans le nord du pays ».

Selon les auteurs, les impacts du changement climatique, et donc les bénéfices des mesures d’adaptation,  »dépendent non seulement du scénario climatique, mais aussi Lire la suite

La fin de l’ère du pétrole se prépare en Angleterre

Métro, Nadia Loddo, 27 août 2008

La ville de Totnes, en Angleterre, organise sa transition vers une économie sobre en énergie

L’idée s’exporte

Le phénomène Totnes fait fureur en Angleterre et ail­leurs. Quatre-vingt-dix villes au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Australie et au Chili ont entamé la transition. Quelque 700 sont dans une phase préparatoire. Le 9 septembre, la ville anglaise de Lewes lancera sa propre livre… et une bière du même nom : la “Lewes pound”. Les grandes villes s’y mettent aussi : Bristol, Brixton et Liverpool sont parmi elles.

“Le pic pétrolier est une chance plus qu’une crise. Une chance de travailler à une nouvelle renaissance économique et sociale.”Rob Hopkins

Comment s’y mettre

Le guide pour se lancer dans la construction d’une Transition Town (ville de transition), le Transition Town Handbook, écrit par Rob Hopkins, sera bientôt mis en ligne, à la disposition de tous.

Le site : www.totnes.transitionnetwork.org

Le blog de Rob Hopkins, Transition Culture : transitionculture.org

Chaussures fabriquées à la main, boulangeries bio, petits cafés proposant d’irrésistibles gâteaux strictement produits sur place et restaurants végétariens, sans parler des friperies et des librairies new-age : Totnes perpétue depuis près d’un siècle sa renommée de ville où vivre hippy et écolo est encore possible. Ce n’est donc pas un hasard si cette commune de 8 000 habitants dans le sud du Devon (Angleterre) est devenue pionnière d’un mouvement citoyen qui se développe outre-manche, celui des “Transition Towns” (TT), les villes en transition.

“En transition de quoi à quoi ?” se demande-t-on. “De l’ère du pétrole à celle de la fin de l’énergie bon marché”, explique Rob Hopkins, l’initiateur du mouvement. “En 2004, j’ai entendu parler du pic pétrolier (le moment où la production mondiale commencera à décliner du fait de l’épuisement des réserves, ndlr). Certains affirment qu’il a déjà eu lieu, en tout cas, ça se rapproche, alors il faut sérieusement penser à comment on va s’adapter”, poursuit-il.

“Notre dépendance au pétrole est telle qu’il est évident que notre vie devra changer Lire la suite