Jean-Louis Laville (sociologue) : Les associations doivent devenir des actrices sociales à part entière

aqui.fr, Propos recueillis par Estelle Maussion, le 27 mai 2010

Interview – Jean-Louis Laville (sociologue) : «Les associations doivent devenir des actrices sociales à part entière »

Redonner du souffle aux associations. La journée de débats, organisée ce vendredi à Bordeaux (1) par la FEP, la FEHAP, l’URIOPSS, la FNARS, s’est fixée cet objectif (2). Jean-Louis Laville, sociologue, économiste et auteur du livre Politique de l’association (3), sera le premier intervenant de cette journée. Fin connaisseur de l’histoire des associations et spécialiste de l’économie sociale et solidaire, il se penchera sur la solidarité en France. Pour Aqui.fr et en introduction aux discussions, il souligne la nécessaire évolution des associations de solidarité.

@qui.fr ! : Difficultés à recruter des bénévoles, subventions en chute libre, désengagement de l’Etat, les associations, notamment dans le domaine sanitaire et social, se sentent menacées aujourd’hui. Comment expliquer ce malaise ?

Jean-Louis Laville : Elles doivent en effet faire face à de nombreuses restrictions budgétaires et parfois à des difficultés avec leurs moyens humains. Mais le problème fondamental est leur manque de reconnaissance. Les associations ont du mal à s’affirmer et à trouver leur place entre les deux principaux acteurs de nos sociétés, le marché et l’Etat. Ce problème est ancien puisqu’il date de leur naissance et qu’il a ponctué leur histoire. Cependant le contexte actuel exacerbe cette faille, créant un malaise en leur sein: un nombre croissant d’associations au niveau mondial avec une société civile de plus en plus organisée mais des structures mal à l’aise. Celles-ci doutent parce qu’elles ne voient pas quel chemin prendre pour sortir de ce paradoxe.

@ ! : Quelles solutions s’offrent aux associations ?

J-L L. : Selon moi, il y a trois scénarios envisageables. Le premier serait la mise au pas des associations par l’Etat. Les nouvelles réglementations fixées par les pouvoirs publics en feraient des prestataires de service devant remplir un cahier des charges. Les associations deviendraient alors de simples sous-traitants d’un Etat qui se modernise, perdant leur autonomie. C’est par exemple le cas des organismes qui gèrent des établissements sanitaires, sociaux ou médico-sociaux. La deuxième possibilité consisterait à faire des associations un complément du capitalisme moralisé. Elles seraient alors des « social business », suivant une gestion fondée sur la rentabilité, mais avec des objectifs sociaux. Le dernier scénario va, lui, dans le sens de nouvelles relations entre les pouvoirs publics et le monde associatif. Plus autonomes, les associations participeraient à la construction des politiques publiques pour faire évoluer la société. Dans ce dernier cas seulement, elles conserveraient et mettraient en valeur leur spécificité, leur apport particulier à la société.

@ ! : Quelle est cette originalité qui fait leur force ?

J-L L. : C’est leur capacité à faire émerger dans l’espace public de nouvelles questions de société, de nouveaux enjeux, à l’instar de ce qui s’est passé avec l’écologie ou le Sida dans le domaine de la santé. Pour cela, il faut prendre en compte les initiatives associatives. Et les politiques publiques peuvent encourager les associations à se saisir, elles-mêmes, de certaines questions afin qu’elles deviennent des actrices sociales à part entière.

@ ! : N’est-ce pas surestimer leur pouvoir ?

J-L L. : Il ne s’agit pas de les mettre sur un piédestal. Les associations ne seront pas les superpuissances de demain. Mais elles seront Lire la suite

Du 5 juin au 19 septembre : La fête à Léo et au patrimoine girondin 2010 – Découvrir à pied et envélo le patrimoine historique et paysager de la Gironde

sndt.gironde.fr, site, 1er juin 2010

La Fête à Léo et au Patrimoine girondin (9ème édition) DU 05 JUIN AU 19 SEPTEMBRE

Manifestation proposée par les Editions de l’Entre-deux-Mers

Patrimoine d’images exceptionnel.

Sur ses pas, à pied, en vélo, voire en bateau, c’est à la découverte du patrimoine monumental et paysager de la Gironde, de ses terroirs et de leurs produits, que nous lançons, de manière à la fois savante et ludique, conviviale et sportive.

Des expositions et animations musicales ponctueront ces journées. Cet été, avec le concours des « Amis de Léo Drouyn », partenaires de la manifestation, c’est aussi l’œuvre gravée de Maxime Lalanne (1827-1886) qui sera mise à l’honneur en de nombreux lieux d’exposition.

Avec l’aide de nos partenaires (offices de tourisme, associations culturelles, randonneurs), nous vous convions à découvrir ce riche programme sur nos sites. Ouverture et 1ère journée de la Fête à Léo à Coutras, dimanche 30 mai, avec présentation du programme.

Site internet : http://www.adld.wikispot.org/ 

05 JUIN 09H00

Intervenant : Musique à Galgon: Orchestramonico

Lieu : Maison de Pays Fronsadais

33240 SAINT-GERMAIN-DE-LA-RIVIERE

Accessible aux handicapés

Renseignement : 05 57 84 86 86

12 JUIN 09H30

Lieu : Office de Tourisme Place Marcel Vayssière

33650 MARTILLAC

Gratuit

Renseignement : 05 56 78 47 72

13 JUIN 09H45

Intervenants : Nathalie Leclerc, Jacques Puyaubert

Lieu : Mairie des Lèves

33220 LES-LEVES-ET-THOUMEYRAGUES

Gratuit

Accessible aux handicapés

Renseignement : Lire la suite