Neuvième lettre de l’Université populaire de l’environnement

MNE Bordeaux-Aquitaine, communiqué, 5 mai 2010

UNIVERSITE POPULAIRE DE L’ENVIRONNEMENT

L’Université nomade d’Aquitaine

Neuvième lettre de l’UPE [Saison 2].

Aujourd’hui mardi 4 mai à 18h30 nouvelle réunion du Groupe Transition à la Maison de la nature et de l’environnement Bordeaux-Aquitaine, 3 rue de Tauzia. Ouvert à tous, repas auberge espagnole  https://mneaquitaine.wordpress.com/2010/04/30/ville-en-transition-nouvelle-initiative-en-gironde/

Jeudi 6 mai 18h30 – Conférence-débat – Quelle conséquences du changement climatique pour la viticulture dans le libournais ? au Lycée agricole Montagne-Saint Emilion

Du samedi 8 mai au lundi 17 mai – Présence de nombreuses associations adhérentes à la MNE au Salon de l’environnement dans le cadre de la Foire internationale de Bordeaux

Jeudi 20 mai – Conférence-débat débat « Entre-deux-Mers 2030 : Quel paysage et quel urbanisme voulons-nous ? » à Créon (lieu à confirmer)

Jeudi 20 mai – Collectif réduisons nos déchets en Gironde film-débat à l’Utopia

Samedi 29 mai 14h00 – Organisé par le Collectif Copenhague à Cap Sciences Bordeaux  – Forum régional à destination des associations – Quel climat pour les associations en Gironde ?

Dimanche 6 juin à 12h30 – Pic-nic écomobilité sur la rive droite de Bordeaux organisé par AIR, AutoCool, Vélo Cité, Droits du Piéton, Oui au Tram, réseau Mille Pattes et TACA

Jeudi 17 juin (date à confirmer) à 18h00 – Conférence-débat – Les éco-quartiers : de la philosophie à l’usage, quelques retours d’expérience – Floirac

Vendredi 18 juin – Colloque – Le développement durable dans tous ses états – Centre Condorcet à Pessac organisé par le département HSE de l’IUT Bordeaux 1

Les prochains stages de l’Ecocentre de Gironde à Toulenne près de Langon : la chaux 6 jours en 3 fois : 28 et 29 mai, 18 et 19 juin, 25 et 36 juin et la géobiologie les 4 et 5 juin

2009 – Bilan de l’Université populaire de l’environnement : Université nomade d’Aquitaine et blog revue de presse écolo de la MNE

Le blog de la MNE : https://mneaquitaine.wordpress.com/

Conférence-débat

en partenariat avec l’Ecomusée et le Lycée agricole de Montagne Saint-Emilion

Jeudi 6 mai à 18h30

 « Quelles conséquences du changement climatique

pour la viticulture dans le Libournais ? »

avec la participation de

Kis Van Leeuwen, Agronome,

Enseignant-chercheur à l’ENITA Bordeaux, spécialiste du terroir

et de Didier Grimal, Ingénieur-climatologue,

Division études et climatologie à Météo-France

Conférence suivi d’un vin d’honneur offert par le Lycée viticole

Entrée libre

Pour ceux qui ne connaissent pas le lycée. Depuis Bordeaux, prendre la rocade de Libourne. Sortir au 2ème rond-point direction Périgueux (D1089), faire environ 6km jusqu’au lieu-dit Goujon. Sortir à droite en suivant les panneaux lycée agricole (300m). Arrivé au lycée, l’amphithéâtre est le 1er bâtiment sur la droite (ce sera indiqué).

Les modifications des équilibres climatiques au niveau mondial sont aujourd’hui au cœur de l’actualité scientifique et des débats médiatiques. Le réchauffement de la planète est déjà amorcé comme l’ont démontré les experts mondiaux du GIEC en 2008. Quels en seront les impacts sur la viticulture et l’œnologie de demain ? Comment y faire face ?

Le climat est un facteur essentiel de la viticulture et il affecte autant la qualité que le goût des vins. Certains prétendent que le réchauffement climatique a déjà influencé le style des vins que nous buvons aujourd’hui.

Des études sur les températures moyennes des 27 plus importants vignobles du monde montrent un accroissement de 2 degrés Celsius depuis 50 ans. La plupart des climatologues estiment que cette tendance se poursuivra et que la hausse des températures pourrait atteindre entre 2° et 5°C en 2100.

La culture de la vigne dépend fortement des conditions climatiques. Cependant, une maturation trop rapide ou trop précoce n’est pas souhaitable, car elle altère l’équilibre du vin produit, qui peut alors être trop alcoolisé ou manquer de finesse. En avançant la date de maturité, le réchauffement climatique met en péril l’équilibre de la production actuelle des grands vins. Certains régions qui produisent aujourd’hui des grands vins peuvent perdre leur prééminence, alors que d’autres, où la maturité est atteinte plus difficilement, peuvent être bénéficiaires du réchauffement climatique.

Toutefois, ce ne sont pas toutes les opinions qui sont alarmistes sur le changement climatique. De grands vinificateurs de la région de Bordeaux affirment que la hausse globale des températures a un effet bénéfique sur la viticulture bordelaise. À la Conférence internationale sur le changement climatique et le vin qui s’est tenue à Barcelone, Bruno Prats du château Cos d’Estournel a noté que toutes les cuvées de son domaine issues des années 1970 ont nécessité de la chaptalisation (ajout de sucre au moût) pour compenser un manque de maturité des raisins, alors que seule la moitié des millésimes dans les années 1990 ont requis une chaptalisation et aucun depuis l’an 2000.  D’autres vinificateurs réputés du Bordelais, tels Michel Rolland et Jacques Lurton, ont signifié que le réchauffement climatique offrait de nouvelles possibilités et options, malgré les défis liés à la gestion de l’eau et à l’irrigation des vignobles.

Que les opinions soient minimalistes ou alarmistes, tous reconnaissent que le réchauffement climatique a un impact sur la viticulture et la qualité des vins, un facteur que les vignerons devront considérer et intégrer dans leur stratégie viticole. Le caractère progressif de ce changement climatique laisse du temps pour trouver des solutions adéquates. L’homme par son action peut agir en essayant de retarder la maturité du raisin, par une modification des techniques culturales ou par une adaptation du matériel végétal.

En conclusion, il est difficile pour l’instant d’évaluer les conséquences à long terme du réchauffement climatique sur la viticulture car il y a encore trop d’éléments qui restent inconnus ou mal compris. Il y a toutefois gros à parier que la carte viticole du monde sera quelque peu différente dans cent ans et que les pays producteurs d’aujourd’hui devront s’adapter pour poursuivre leur production viticole.

Le Comité de liaison de l’Entre-deux-Mers et la Maison de la Nature et de l’Environnement Bordeaux-Aquitaine, vous invitent dans le cadre de l’Université Populaire de l’Environnement, à participer à un cycle de deux conférences-débat sur le thème de « L’Entre-deux-Mers en 2030 ». La deuxième de ces conférences-débat publique aura lieu :

Jeudi 20 mai à 20h30

au Centre Culturel de Créon

(lieu en attente de confirmation)

« Entre-deux-Mers 2030 :

quel paysage et quel urbanisme voulons-nous ? »

Avec la participation de deux architectes bordelais spécialistes de l’éco-construction

Marc Lasaygues et Olivier Lehmans

La conférence débat sera précédée de la diffusion d’un film documentaire

de Matthieu Lietaert « Vivre en co-habitat »

La première conférence « La construction du paysage et de l’urbanisme dans l’Entre-deux-Mers » a eu lieu le 25 mars à Créon avec la participation de Jean-Claude Hinnewinkel, professeur honoraire de géographie de l’Université de Bordeaux 3 et François Gondran, Directeur du service départemental de l’architecture et du patrimoine de la Gironde. Elle a été précédée de la diffusion d’un film documentaire de Pierre Pommier, « La vigne de Montgirard » qui évoque la vie au fil des jours au cours de l’année 1977 à Cénac, village de l’Entre-deux-Mers à l’est de Bordeaux.

Ville et humanité

En 1800, environ 3 % de la population mondiale vivait en ville, en 1900 près de 14 % et pour une population totale de 6,4 milliard d’urbains, on table sur 70 % en 2030. Avec l’usage intensif des ressources énergétiques fossiles et suivant la formule de l’historien Lewis Mumford, le monde entier est « devenu une ville », ou plutôt, une constellation en réseau de pôles urbains démesurés. Ils forment les nœuds de l’espace économique mondialisé, avec pour finalité l’accélération permanente de la production et de la consommation de biens et de services.

Nous habitons désormais des milieux artificiels, hypersophistiqués, enveloppés d’outils, de claviers, de rues et de places, de réseaux et d’écrans qui, petit à petit, effacent de nos perceptions la présence de la nature et la consistance réelle de la planète. Les relations entre pôles urbains sont devenues aujourd’hui plus déterminantes que les relations entre ces pôles et leurs arrières pays. Cette évolution est en train de faire disparaitre les circuits économiques entre la ville centre et sa campagne périphérique.

Le cocktail que constituent : croissance démographique exponentielle, concentration urbaine, environnement techno-scientifique de plus en plus complexe et fragile, fin de l’énergie bon marché et de nombreuses ressources naturelles, incapacité à contrôler le changement climatique, incapacité à résoudre les injustices sociales (nord/sud comme nord/nord), incapacité à repenser la relation homme/nature… ne comprend-il pas les ingrédients d’une crise écologique et sociale majeure, qui assombrit très sérieusement notre avenir commun ? Pour ne citer que des exemples récents, l’analyse des causes et/ou des conséquences de la tempête Xhyntia, de l’irruption de l’Eyjafjöll ou de la marée noire dans le golf du Mexique ne révèle-t-elle pas les limites de ce modèle de développement ? L’espèce humaine ne serait-elle qu’une espèce invasive tropicale en train de détruire sa niche écologique !?

Flux et reflux des modèles d’urbanisation

Dans l’ensemble que constitue l’agglomération bordelaise, le bassin d’Arcachon, le libournais, le langonnais et le Médoc, il y a ici comme sur tous les territoires plusieurs modèles d’urbanisme qui se chevauchent.

Celui qui domine très largement, c’est celui qui est issu du fonctionnalisme né dans les années 30, développé dans les années 40 par Le Corbusier et mis en œuvre pendant les trente glorieuses. Il repose sur une énergie bon marché et se caractérise par le pavillon au centre d’un terrain de 800 m² et la voiture individuelle pour tous. Symboles de liberté, les deux voitures déplacent quotidiennement la famille de la maison, au travail, à l’école, à l’hypermarché…

Ce modèle est défendu par une majorité de nos élus et concitoyens. Ils ne peuvent imaginer qu’ils ne vont plus pouvoir continuer indéfiniment à construire, de plus en plus loin des villes et de l’emploi, des lotissements constituées de « passoires énergétiques ». En effet, comment imaginer que l’explosion du prix de cette énergie, va amener d’ici quelques années, leurs habitants à ne plus avoir les moyens de remplir leur réservoir. A ne plus pouvoir chauffer une maison qui, pas encore fini de payée, aura par ailleurs perdu la moitié de sa valeur ?

Pour tenter d’éviter cette situation, le nouveau modèle qui émerge chez les élus de l’agglomération bordelaise c’est celui du développement durable. Il se caractérise par une volonté d’économiser l’énergie et de réduire la production de CO2. Il préconise la densification de l’habitat dans des zones de mieux en mieux desservies par les transports en commun. Cet habitat densifié se devant d’être à basse consommation, passif ou pourquoi-pas à énergie positive.

Il repose sur la théorie des villes en réseau, où « chaque pôle, ville ou région, est nœud de croisement et de commutation de flux multiples et se relie au « système global » non plus comme une entité bien définie, dans un jeu d’emboitement hiérarchisé, mais comme un point de condensation dans un immense et indéchiffrable maillage. » Il implique notamment d’augmenter la population de l’agglomération bordelaise :

– projet d’une CUB « millionnaire » ;

– projet Euratlantique à cheval sur Bordeaux, Bègles et Floirac qui vise à doubler en 10 ans les surfaces de bureaux (45 000 m² supplémentaires par an pendant 15 ans), développement d’éco-quartiers… ;

mais aussi d’accélérer les relations entre Bordeaux et les villes périphériques :

– projet de grand contournement de Bordeaux ;

– construction de l’autoroute A 65 ;

– de la ligne TGV Bordeaux-Tours ;

– doublement de la ligne LGV Bordeaux Toulouse/Espagne ;

– développement du low-coast aérien…

Ce modèle présenté comme plus vertueux que le précédent interroge malgré tout. Pour densifier faut-il plutôt construire en hauteur et/ou réduire les espaces naturels urbains ? D’où vont venir les nouvelles entreprises et les nouveaux habitants de l’agglomération ? D’Agen, Périgueux, Mont-de-Marsan… ? Est-ce là une vision pertinente de l’aménagement du territoire que d’assécher le reste l’Aquitaine au profit de l’agglomération bordelaise ? Ces nouvelles infrastructures de transports qui détruisent des zones Natura 2000, artificialisent toujours plus les sols…, sont-elles vraiment adaptées à la 6ème crise d’extinction des espèces ? Que deviendra ce modèle avec un prix de l’énergie multiplié par 2, par 3… ? Cette approche développement durable, ne serait ce pas finalement : « polluer un peu moins, pour polluer un peu plus longtemps » ?

Le troisième modèle, qui cherche à inventer « un autre monde », n’est pour le moment mis en avant que par quelques chercheurs, associatifs et rares élus. Toutefois il progresse rapidement avec la montée en puissance de la crise, c’est celui de la « sobriété heureuse ». Il remet en cause le modèle de développement actuel considérant qu’il est insoutenable et mène inexorablement à l’effondrement.

Il comprend une acception des limites, une simplicité volontaire et des politiques publiques axées sur le «mieux être». Ses « mots-chantiers » sont : le ralentissement contre le culte de la vitesse, la relocalisation contre le mondialisme, l’autonomie contre l’hétéronomie, la coopération contre la concurrence, la satisfaction des besoins fondamentaux contre les gaspillages, l’attention aux autres, la convivialité et la solidarité contre le chacun pour soi…

Il considère que dans ce qui fait le caractère systémique de la crise, il y a le couple formé par la démesure et le mal de vivre. Et que si l’on veut en sortir, il faut à la fois construire des alternatives à cette démesure, en acceptant des limites, notamment celles dictées par l’écologie, la finitude des ressources naturelles… Mais qu’il faut aussi élaborer des alternatives au mal être. Pour l’heure, nos sociétés restent sur des logiques compensatrices. On compense le stress, la compétition, la destruction de la planète par la promesse de beauté de bonheur d’amitié et de sérénité. C’est la fonction de la publicité de nous vendre cette promesse. Rappelons que, selon un rapport du Pnud, les dépenses annuelles pour la publicité représentent dix fois les sommes supplémentaires qu’il faudrait mobiliser annuellement pour financer la lutte contre la faim, les soins de base et l’accès à l’eau potable. Ce modèle n’est pas aujourd’hui capable de proposer une alternative cohérente et structurée mais de multiples expérimentations existent.

Quel modèle, quel urbanisme, quel paysage… voulez-vous voir développé dans l’Entre-deux-mers ?

Quelques sources : Le Monde diplomatique – N° 673 – Avril 2010 – Dossier : Mégalopoles à l’assaut de la planète ; Revue Entropia – N° 8 – Printemps 2010 – Territoires de la décroissance ;  Hors série – Le Sarkophage – Ralentir le vi(ll)e – N°1 – Avril-juin 2010 ;  Mondialisation, villes et territoires – Pierre Vetz – PUF – 1996

Collectif Gironde Copenhague 09

Quel climat pour les associations en Aquitaine ?

Samedi 29 mai de 14h00 à 19h00 à Cap Sciences à Bordeaux

Depuis quelques années nous avions le sentiment d’une prise de conscience progressive des crises émergeantes, qu’elles soient climatique, écologique, énergétique… : Une vérité qui dérange d’Al Gore, le rapport Stern, le Nobel au GIEC, 750 000 signataires du pacte écologique de Nicolas Hulot, création d’un grand ministère du développement durable, Grenelle de l’environnement, score de 20 % pour l’écologie politique aux européennes, tempêtes Martin, Lhotar, Klaus, Xynthia…

Mais réduire dans des proportions conséquentes notre production de CO2 et donner les moyens aux pays du sud de le faire, impliquent un changement radical et rapide de notre mode de production et de consommation. L’échec de Copenhague est le révélateur de l’incapacité des lobbies économiques de changer le mode de production. Cet échec a donné le signal d’une contre offensive caractérisée par la montée en puissance du climato-scepticisme et le reflux de la prise de conscience des conséquences prévisibles. Les lobbies reproduisent efficacement la stratégie utilisée pour le tabac ou l’amiante : semer le doute pour gagner (perdre ?) du temps.

Ce doute permet de justifier le refus de certain de nos concitoyens de réduire l’empreinte écologique de leur consommation. Ils trouvent là les arguments qui justifient leur immobilisme les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux, le GIEC est incompétent… Il y a convergence d’intérêts entre lobbies et hyper-consommateurs.

Nous n’avons rien à attendre des entreprises et des élus paralysés par des logiques courtermistes. Seul un mouvement de fond de la société pourra leur imposer démocratiquement et pacifiquement les indispensables réformes qui traiteront les causes profondes de ces crises, aux effets désastreux tant sur le plan écologique que social.

Les associations, qui ont été très présentes à Copenhague et partout sur la planète pour mettre la pression sur les négociateurs, rassemblent les citoyens les plus sensibilisés à ces enjeux. Elles vont avoir un rôle déterminant à jouer. Elles doivent devenir l’aiguillon qui remet la société en mouvement, et faire évoluer notre démocratie pour que le citoyen y trouve une vraie place. La solution ne sera pas scientifique et bureaucratique, elle sera humaine. Seules les associations peuvent aujourd’hui permettre cette révolution. Leur pluralité sera le garant de la qualité de la réflexion et de l’action.

Objectifs de la rencontre  :

– produire notre bilan de Copenhague

– présenter et échanger sur les différentes actions associatives menées en Aquitaine

– faire le point sur les perspectives de la reprise des négociations à Bonn et Cancun

– échanger sur les stratégies et les modalités d’actions à mettre en œuvre

– avoir une approche plus philosophique et globale de la problématique « climat » 

– préparer une journée de mobilisation festive le 10 octobre qui mette en valeur les alternatives en construction (AMAP, jardins partagés, agriculture bio, écoquartier, écoconstruction, autopartage, commerce équitable, éducation à l’environnement, économie d’énergie, déplacement doux, pédibus, vélobus, recyclerie, santé environnementale, démocratie participative, initiatives de transition…) 

Nous invitons les associations d’Aquitaine à se retrouver le samedi 29 mai de 14h00 à 19h00 à Cap Sciences à Bordeaux pour une rencontre intitulé : Quel climat pour les associations en Aquitaine ?

Cap Sciences – Hangar 20 – quai de Bacalan – 33300 Bordeaux – Itinéraire

Contacts : Brigitte Thomas 06 06 49 80 43 brigthomas@free.fr et Pascal Bourgois 05 57 84 18 88 pascalbourgois@aol.com

PIC NIC ECOMOBILITE : déjeunons sur l’herbe le dimanche 6 juin à 12h30 !

La journée sans voiture, la fête du vélo, les 30 ans de Vélo-Cité, une rando roller ….

Il ne manquait plus qu’un grand PIC NIC pour faire du dimanche 6 juin 2010 une magnifique journée de l’écomobilité.

Rejoignez-nous à 12h30, sur les quais de Bordeaux rive droite, Parc aux Angéliques (niveau Jardin Botanique), pour un moment simple et convivial autour d’un déjeuner sur l’herbe et des quelques victuailles que vous aurez apportées !

AIR, AutoCool, Vélo Cité, Droits du Piéton, Oui au Tram, réseau Mille Pattes et TACA organisent ce PIC NIC et vous permettront de découvrir leurs activités autour du roller, du vélo, de l’autopartage, du covoiturage, des pedibus et velobus …!

 [Appel à la concertation approfondie entre les acteurs du développement durable et nouvelles formes de gouvernance]

Le département HSE de l’IUT Bordeaux 1 en partenariat avec l’ADEME renoue avec l’organisation de colloques sur les thèmes de l’Hygiène de la Sécurité et de la protection de l’Environnement.

Au centre Condorcet à Pessac

Après…. Le Maire à la barre 1999, Seveso 2000, Ergotoxicologie en 2005, Le Prestige 2003, Evaluation des risques professionnels 2003, Changements climatiques 2001, Gestion multipartenariale du risque 2001, Risque industriel Majeur (avec le Certificat International d’Écologie Humaine –CIEH ) 2004… nous souhaitons cette année faciliter la rencontre entre les acteurs impliqués dans les 4 partenariats mis en place entre le département HSE et les acteurs locaux du développement durable.

Le thème de la journée du Vendredi 18 juin 2010 est « le développement durable dans tous ses états ». Il s’agira de faire un point de quelques actions locales en matière de développement durable.

A partir des  neuf défis de la Stratégie Nationale du Développement Durable… le fil directeur présentons :

. les thèmes abordés,

. la forme d’organisation de la journée,

. le partenariat, les participants 2009/2010.

[-> Venir au colloque en Tram ou en Bus]

[-> S’inscrire gratuitement à la journée]

Prochains stages de l’Ecocentre de Gironde

Chaux le 28/29 mai, 18/19 et 25/26 juin:

modules de 3 fois 2 jours

Public : Tout public ayant l’envie et/ou l’expérience de la maçonnerie à la chaux.

Formateurs :

Alain Algeo, artisan, formateur à Maisons Paysannes de Gironde, assurera la partie bâti ancien ;

Yannick Bourinet, artisan, formateur à l’écocentre® du Périgord, assurera la partie chanvre ;

Philippe Cazanave, artisan, peintre décorateur, maçon à l’ancienne ;

Arnaud Blasquez, animateur de l’association

Enduits, remplissages et bétons isolants en chanvre ; enduits à l’ancienne, décoratifs ; badigeons classiques, à l’italienne, teinte à fresque ; moellonage.

Formation théorique et pratique sur un matériau sain et durable (chaux naturelle) utilisé dans la construction écologique et depuis des millénaires dans le bâti traditionnel.

Géobiologie le 4 et 5 juin 2010:

Public : Tout public.

Formateur : François Bénézet, géobiologue et gérant de la société Arboga (négoce en produits de construction écologiques, conseil), formateur auprès de divers centres de formation.

Introduction à la géobiologie : étude de l’ensemble des influences de l’environnement sur le vivant, et notamment des ondes liées aux champs magnétiques et électriques et application dans les constructions.

Stages en prévision (non exhaustif) :

Ossature bois type cadre américain : Ossature très légère utilisant peu de bois et de section relativement faible. Ce procédé économique et écologique permet une construction sans étage limitée à 7 mètres de largeur et illimité dans la longueur. Le remplissage isolant est ensuite libre de choix.

Terre : Un matériau très apprécié en écoconstruction, la terre ne nécessite quasiment que l’énergie de son extraction. Initiation aux utilisations diverses.

La gestion écologique de l’eau et la récupération des eaux pluviales : comment économiser l’eau, filtrer ses eaux grises par phyto-épuration, stocker l’eau de pluie.

L’isolation écologique par l’extérieur

Université populaire de l’environnement de la MNE

Bilan 2009

Avril 2010

I. L’Université nomade d’Aquitaine

1.) 15 janvier – Une conférence-débat à l’IJBA (Institut de journalisme de Bordeaux) [150 participants] avec Marie Monique Robin, journaliste, cinéaste et écrivain sur le thème de « Ecologie et journalisme d’investigation » en partenariat avec Greenpeace Bordeaux et une diffusion du documentaire « Le Monde selon Monsanto » au cinéma l’Utopia de Bordeaux [180 participants] suivi d’un débat avec MM Robin

2.) 4 février et 4 mars – Deux ateliers pratiques écolo au Jardin botanique de Bordeaux [55 participants] sur le thème « Ecologie et numérique » avec Michel Lesbats, enseignant chercheur en biologie, et Anne-Sophie Novel, doctorante en économie politique

3.) 3 avril – Une conférence-débat au cinéma le Festival à Bègles [80 participants] en partenariat avec la municipalité sur le thème « L’homme a-t-il perdu le lien avec la nature ? » avec 4 universitaires : Dominique Prost, Enseignante-chercheuse en géographie, Martine Alcorta, enseignante-chercheuse en psychologie, Charlie Grandjeat, enseignant-chercheur en littérature nord-américaine et Catherine Thomas, enseignante-chercheuse en océanographie

4.) 20 mars, 10 et 24 avril Trois conférences-débats à Cap-Sciences Bordeaux « Changements climatiques et énergie » [80 participants] :

« Le changement climatique : pas plus de 2° C », par Jean-Yves Rossignol, Ingénieur-consultant

« Les énergies : une division par 4 d’ici 2050 », par Gilles Drogou des Amis de la terre

« Crise climatique et énergétique : la taxe carbone peut-elle être une réponse appropriée ? », par Jean Sireyjol, association TACA

5.) 16 mai – Une conférence débat à Mérignac sur le thème « Environnement et nouvelles solidarités » [50 participants] en partenariat avec les associations des Amis Aquitains des semaines sociales de France et Pratiques et dialogues. Après une présentation des enjeux climatiques, énergétiques, écologiques et sociaux par Jean-Yves Rossignol, 4 ateliers ont travaillés sur les thèmes de agriculture / consommation, énergie/habitat, déplacements et formation/insertion avant une restitution des ateliers

6.) Quinze émissions de radio sur la Clé des ondes en partenariat avec Chiche ! Bordeaux [ 3 000 auditeurs cumulés estimés] :

La MNE Bx Aquitaine

AutoCool/L’autopartage

TACA/Changement climatique et taxe carbone

Greenpeace et Vigilance OGM/Les OGM

Droits du piéton 33/Journée de la courtoisie

CATA/Projet collectif d’achat de terre agricole

Débat Ecologie et libertés publiques

Maisons paysannes 33/L’habitat rural

Vélo Cité/Jeu concours mes courses à vélo

Récup’R/Projet de recyclerie / ressourcerie

ICARE/Le jardin d’inspiration médiévale de Gradignan

H’Nord/Le projet d’Ecoquartier de Bordeaux Bacalan

Séphir/La barre d’outil Ecolo-info

SEPANSO 33/Les nouveaux OGM

L’agenda 21 des familles de Bordeaux

7.)1er avril, 6 mai, 3 juin et 1er juillet – Quatre cours au Jardin botanique de Bordeaux « Petite écologie de l’homme et de ses techniques »  [80 participants] avec Michel Lesbats

La main de l’Homme et ses techniques – Evolution des risques techniques de l’Homme préhistorique à nos jours

Autopsie d’un accident / Les mots des maux, les mots du risque – Définitions et polysémie des termes du domaine des risques d’origine technique

Citoyenneté et culture du risque – La participation des citoyens à la Gestion des risques techniques

Table ronde et débat sur la concertation et la démocratie écologique : « Echanges entre les acteurs locaux du Grenelle » suivi d’un Apéros’Ecolos (ex GreenDrinks)

8.) 16 au 25 mai – Sept conférences-débats lors du Salon de l’environnement de Bordeaux [150 participants] :

Au fil des Séounes/Abeilles et frelons asiatiques

CREAQ/Les aides à l’éco-habitat (2 interventions)

AutoCool/L’auto-partage

Achillée et ciboulette/Le compost

Achillée et ciboulette/Le purin d’ortie

Le collectif réduisons nos déchets en Aquitaine/La prévention des déchets

la MNE Bordeaux-Aquitaine/L’Université populaire de l’environnement

9.) 27 mai –  Une conférence-débat à l’IJBA « Quelle Europe pour la planète ? » [50 participants] avec les représentants des principales listes aux Européennes : Europe écologie, Front de gauche, NPA, PS et UMP/NC (Le Modem n’avait pas répondu à l’invitation)

10.) 27 et 28 juin – Deux conférences-débats à Nérigean (Libournais) dans le cadre du marché paysan du Château  Fourton-La Garenne (vignoble en maraîchage biologique) [55 participants]

« Libournais 2020 : quelle agriculture et quelle alimentation voulons-nous ? » avec Philippe Roudié – Professeur émérite de géographie et Jean-Pierre Leroy – Syndicaliste – Confédération paysanne

« Crises climatique, écologique, énergétique… quel rôle pour les associations environnementales ? » avec CATA, Achillée et ciboulette, Auto Cool et la MNE Bordeaux-Aquitaine

11.) Du 24 septembre au 4 novembre, mise en place d’un « module d’appui au développement associatif et aux porteurs de projets », premier cours le jeudi 24 septembre à 18h15 à la MNE Bordeaux-Aquitaine : « Le suivi évaluation dans les projets associatifs ». 5 cours du jeudi 1er octobre au mercredi 4 novembre à 18h30 à l’Athénée : « l’Amélioration des moyens de communication des associations ». Ouvert à tous et gratuit, sur réservation.

12.) Du vendredi 25 au dimanche 27 septembre, Salon Viv’Expo à Bordeaux Lac avec des conférences-débat et la participation de nombreuses associations environnementales : AutoCool, Greenpeace, H’Nord, ICARE/Jardin de Pierral, LPO Aquitaine, Méduli Nature, MNE Bordeaux-aquitaine, OCEAN, Réseau des mille-pattes, SEPANSO, Solar Rives de Garonne/Ecocentre de Gironde, Surfrider Foundation, WWF…

13.) 7 et 15 octobre et 4 novembre à l’Université Bordeaux 2 Victoire amphithéâtre Pitres – « Crise climatique, énergétique, écologique…, état des lieux » avec Gilbert Haumont, universitaire, « Les énergies : une division par 4 d’ici 2050 » avec Gilles Drogou des Amis de la terre et « Vers une révolution des transports » avec Simon Charbonneau, Universitaire

14.) Le vendredi 9 octobre à 21h00, Salle du Foyer Municipal d’Arbis (7 km de Targon), « Crise climatique, écologique et des ressources naturelles : quelles conséquences pour l’Entre-deux-Mers ? » avec Gilbert Haumont, enseignant à la Faculté  de Pharmacie de l’Université de Bordeaux 2. Manifestation dans le cadre du Colloque 12 « De Benauge à Verdelais » organisée par les Amis du château de Benauge, l’Association des Amis du Musée de l’Art Religieux de Verdelais et le Comité de liaison de l’Entre-deux-Mers (CLEM) à Arbis, Benauge et Verdelais les 9, 10 et 11 octobre 2009

15.) Lundi 16 novembre – Conférence débat avec diffusion du film documentaire Live-bicycle sur « La mobilité urbaine » organisée par le PUMA (Pôle alternatif des Mobilités urbaines) : Vélo Cité, AutoCool, Droits du piéton 33, AIR…à l’Université Bordeaux 2 Victoire amphithéâtre Pitres

16.) Début 2010 une conférence débat sur « La transition » à la Communauté urbaine de Bordeaux jeudi 11 mars avec Pierre Radanne et Simon Charbonneau, deux conférences débat sur « Urbanisme, paysage, architecture dans l’Entre-deux-Mers… » la première à Créon le jeudi 25 mars, un Concert pour le climat à Bègles le jeudi 1er avril et une conférence sur « Climat et viticulture » à Montagne-Saint-Emilion le jeudi 6 mai

II. Soutien de l’UPE aux actions d’adhérents de la MNE et de partenaires

Du 12 au 27 septembre : Quinzaine de l’écologie en Agenais, Samedi 12 à 20h30  « Mieux comprendre les OGM » par Christian Vélot, Dimanche 13  à 10h30 « De jardin en jardin », Mercredi 16 à 20h00 « Nos enfants nous accuseront » Ciné/ débat, Vendredi 18 à 20h00 « Les papillons, indicateurs de bonne santé écologique », Dimanche 20 à partir de 8h30 « Ecorurale des Séounes » à la Sauvetat de Savères, Mercredi 23  à 19h30 « La taxe carbone » Conférence-débat avec TACA et Dimanche 27 à 14h00 « Visite d’une maison écolo » à Pennes d’Agenais.

Le mercredi 16 septembre à 19h30, Conférence-débat avec Hervé Le Treut, membre du GIEC, à l’Athénée municipale de Bordeaux organisée à l’occasion des 40 ans de la SEPANSO Aquitaine.

Du 28 septembre au 2 octobre 2009 « Stage chaux » et du 16 au 20 novembre « Formation à la restauration écologique dans le bâtiment ancien » organisé par l’Ecocentre de Gironde à Toulenne près de Langon.

Le vendredi 2 octobre manifestation du Collectif 33 Copenhague 09 à la gare Saint Jean de Bordeaux

Le dimanche 4 octobre « Picnic sans carbone » à partir de 12h sur les quais au Parc des Sports en face de St Michel (à coté du Pont de Pierre). Ce picnic doit nous permettre de rassembler le plus grand nombre de citoyens désireux d’agir pour protéger le climat. Ceux qui aiment Taca viendront en vélo et les rangeront en forme de 3 5 0 pour la traditionnelle photo, et cette fois nous l’espérons, l’objectif atteint de 350 vélos. Nous souhaitons organiser des vélo-bus, regroupement de cyclistes pédalant ensemble, convergeant  le dimanche matin depuis les 27 communes de la CUB vers le lieu du picnic à coté du Pont de Pierre. Nous recherchons en particulier les organisateurs participants de ces velobus, en particulier pour les communes de la rive droite.

Samedi 24 octobre – Manifestation du Collectif Copenhague au lion bleu sur la rive droite « 350 idées pour la planète »

Le vendredi 6 novembre un film-débat à l’Utopia de Bordeaux « Le syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot avec le Collectif associatif Gironde Copenhague 09

jeudi 10 décembre à 19h00 à l’Athénée municipal de Bordeaux avec la Confédération Paysanne de Gironde Conférence-Débat sur le thème : Agriculture et changement climatique. Comment assurer une production agricole répondant aux besoins des populations, dans un climat bouleversé,  tout en minorant radicalement les dégagements de gaz à effet de serre ?

samedi 12 décembre – Manifestation « Ni nucléaire, ni effet de serre » de 11h00 à 12h00 au miroir d’eau sur les quais face à la Bourse à Bordeaux avec TchernoBlaye, à partir de 12h00 déambulation festive dans Bordeaux avec une Batucada, musique brésilienne, tout le monde habillé en bleu, avec chapeau et lunette de soleil, vers 14h00 arrivée de la vague bleue au grand théâtre, place de la comédie, ou l’association TACA sera présente du samedi de midi à minuit. Veillée climatique sur place : amenez des pots de yaourts en verre peints en bleu pour poser des loupiotes (fournies par TACA), musiciens et chanteurs bienvenus pour réchauffer ceux qui vont veiller pour le climat sur les marches du théâtre comme beaucoup d’autres groupes à travers le monde (350.org, tck tck tck, …). A 19h regroupement des jeûneurs volontaires en soutien des militants de Climate Justice Fast en grève de la faim pour le Climat depuis le 6 novembre.

II. Le blog de la MNE https://mneaquitaine.wordpress.com/

Il fonctionne depuis août 2008 et propose 2 200 articles et 230 adresses de Sites Internet et de blogs dont 120 Aquitains

En 20 mois, près de 300 000 pages ont été consultées par environ 120 000 visiteurs, nous estimons qu’environ 50 % des visiteurs sont Aquitains.

1. TOP 25 des articles depuis 20 mois

Thermographie aérienne infrarouge de la CUB                               10 351

Le tracé sud de la future LGV Bordeaux –                            10 273

Thermographie aérienne des 27 communes de la CUB                 9 199

La MNE Bordeaux-Aquitaine                                                 7 894

Ligne grande vitesse en 33, 40, 47 et 64                              4 277

Communauté urbaine de Bordeaux : Isolez                                     2 630

Langon : ouverture d’un supermarché bio                            2 549

Centrales photovoltaïques au sol : la crainte de la trame grise       1 998

PAC : La France redistribue et dévoile les aides                             1 679

Appel à la création d’une ressourcerie /                                           1 647

Eco-PTZ : l’éco-prêt à taux zéro pour éc                             1 499

La grande distribution s’empare du commerce équitable                1 367

Liste des 12 marchés bio et 78 magasins bio d’aquitaine              1 193

EnR : développement de l’énergie solaire                            1 176

UPE – L’Université nomade d’Aquitaine                                            1 148

Formation à l’agroécologie en Ardèche av                           1 065

Eco-prêt à taux zéro et crédit d’impôt «                                             1 051

NON aux LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeau                                1 020

Recycleries & Ressourceries : réseau                                            985

« Home » : Yann Arthus-Bertrand rend-il tr                              944

Soustons (40) : Une ferme photovoltaïque                           904

Huitres du bassin : Du test de la souris                                           848

Bon ap’ avec l’Amap de Mérignac                                        834

Transports de la CUB : Keolis préféré à                              779

Toilettes sèches : soulagez l’environnem                            747

2. Visite sur les sites et blogs des adhérents depuis le blog MNE depuis 20 mois

colibri33.fr                                                      429

collectif.terres.free.fr                                     427

maisons-paysannes.org                               418

recupr.org                                                      383

pagesperso-orange.fr/federation.sepan…    374

creaq.org                                                       284

lesptitsgratteurs.blogspot.com                                 278

asso.burdivega.free.fr                                               269

itinerancesculturelles.asso.fr                        262

greenpeace.org/france                                  252

collectif-dechets-girondin.com                                  246

sephir.org                                                      201

belcier.eco.quartier.free.fr/sommaire…                    177

hnord.org/doku.php                                       169

velo-cite.org                                                   161

taca.asso-web.com                                      147

aramaquitaine.fr                                            141

autocool.fr1                                                    139

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :