Demain, tous producteurs et consommateurs d’énergie verte ?

mycoop.coop, Déli Royo, le 23 février 2010

Demain, tous producteurs et consommateurs d’énergie verte ?

La question de l’énergie est primordiale voire vitale pour nos sociétés car, outre la prise de conscience des effets dévastateurs de l’utilisation d’énergies fossiles émettrices de gaz à effet de serre et l’épuisement des ressources, nous sommes face à des enjeux sociétaux importants. La dernière soirée Mycoop posait le débat sur le lien entre production et consommation d’énergie verte, ou comment participer à un changement de paradigme ?

Pour intervenir au cours de cette soirée MyCoop, animée par Jean-Michel Youinou du Crédit Coopératif, étaient invités : Stéphanie Lacomblez de Enercoop, Bernard Delville de Vents d’Houyet, Françoise Ledos de Coop de France et Pierre Ducray de l’Union de la Coopération Forestière Française.

Tout d’abord a été évoquée la question de la production. Comment produire une énergie 100% verte et répondre aux besoins exprimés ? Quel circuit de production mettre en place et avec quels acteurs ? Les participants à la soirée ont apporté des éléments de réponse, mais à chaque source d’énergie sont liées des problématiques particulières. D’où la nécessité de mettre en place des solutions locales comme l’a expliqué Bernard Delville de l’association Vents d’Houyet, porteuse du projet d’éoliennes citoyennes en Wallonie, ou tout du moins de mettre en place des solutions prenant en compte les spécificités de chaque territoire. Par exemple, Pierre Ducray de l’UCFF expliquait le travail qui était mené dans le but de valoriser les chutes de bois, liées à l’exploitation des forêts, par la filière énergétique en les mettant à disposition pour la production d’énergie verte. De même,  Françoise Ledos de Coop de France Ouest expliquait le projet Géotexia de méthanisation pour produire du biogaz à partir de lisier et de coproduits* issus de l’agroalimentaire.

Une production relocalisée et inclue dans un schéma où production et consommation se rejoignent grâce à un nouveau modèle de distribution, voilà le second point important qui a été débattu au cours de cette soirée MyCoop. Ainsi, de la production à la consommation, il a été débattu de la manière dont chacun peut se réapproprier la question énergétique. Au cœur de cette démarche, le projet porté par Enercoop, entreprise coopérative créée en 2004 suite à l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, qui réunit aujourd’hui plus de 5000 consommateurs et 3000 sociétaires. Leur créneau, une offre d’énergie 100% verte à destination de leurs clients, c’est-à-dire de l’énergie produite à partir de sources renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, biomasse, etc.). Un engagement qui permet de prendre conscience de l’impact de sa propre consommation d’énergie sur l’ensemble de la chaine, du producteur au consommateur, en passant par le distributeur. En effet, Enercoop, en tant que coopérative, appartient à ses sociétaires qui peuvent être producteurs, consommateurs ou encore producteurs et consommateurs de l’énergie distribuée. C’est là un véritable renversement dans la relation entre producteur et consommateur, car en devenant sociétaire d’Enercoop on devient propriétaire et responsable des moyens de production de l’énergie consommée. Dès lors le rôle du distributeur évolue, il n’est plus seulement le maillon entre production et consommation, mais bien le point de rencontre et d’échange entre les deux.

Le but est d’offrir aux clients la possibilité de consommer une énergie produite de façon responsable, mais également d’inciter à réduire ou minimiser notre consommation d’énergie. Maitriser nos dépenses énergétiques en isolant mieux nos habitations, en changeant nos comportements afin de consommer moins d’énergie, etc. Car dans cette dynamique, il s’agit de ne plus banaliser la consommation d’énergie, mais d’en faire un acte citoyen responsable.

Ce basculement de l’état de consommateur passif à celui de producteur-consommateur impliqué dans la chaine de l’énergie a été l’objet du débat de la soirée et des échanges qui ont suivi. Les interventions, soulignant notamment les obstacles à franchir dans le développement des énergies vertes. En effet la concurrence est rude avec l’opérateur historique, notamment, sur la question du prix de l’énergie car le tarif régulé est parmi les plus bas d’Europe, et, bien que les tarifs proposés par Enercoop correspondent au prix réel de l’énergie produite, ils restent sensiblement plus élevés. De plus, un point réglementaire rend plus difficile la relation avec les producteurs d’énergie, il s’agit de l’obligation d’achat par EDF de l’énergie verte produite, à un tarif avantageux pour les producteurs. Au premier abord cette obligation est bénéfique à l’essor de la production d’énergie verte, mais il se trouve que, de ce fait, Enercoop, qui rachète l’énergie à un prix normal, peut plus difficilement convaincre des producteurs à travailler en collaboration avec eux. D’autant que si EDF est en mesure de proposer ce prix de rachat c’est parce qu’elle est la seule entreprise à avoir accès au fonds constitué au titre de la CSPE (Contribution Spécifique au Prix de l’Electricité), constitué grâce au prélèvement sur chaque facture d’électricité.

Par ailleurs, ont également été évoqués les certificats verts dont l’utilité et le bien fondé ont été commentés. Observ’ER, qui est organisme indépendant, délivre des certificats verts aux producteurs d’énergie verte qui souhaitent faire labelliser ainsi leur production. Ces certificats, qui correspondent à une quantité d’énergie verte produite (en MWH), peuvent ensuite être rachetés par des producteurs et servent à financer le développement de la production d’énergie verte, même s’ils n’ont pas d’installations de production d’énergie verte. Ils permettent également à des consommateurs désireux de consommer une « énergie verte », de compenser leur consommation d’énergie « non verte » en achetant un nombre de certificats correspondant à celle-ci. Cette pratique a été jugée discutable par certains puisqu’elle permettrait de labelliser « verte » une production qui ne l’est pas.

*Définition de « coproduit » : lien

Liens utiles :

Enercoop: www.enercoop.fr

CRE: www.cre.fr

Vents d’Houyet: www.vents-houyet.be

Coop de France Ouest: http://www.coopouest.coop

Biomasse (Coop de France): http://www.coopdefrance.coop

Observ’ER: www.energies-renouvelables.org

Pour plus d’information sur les SCOP et le fonctionnement des sociétés coopératives consulter : http://www.scop.coop

http://www.mycoop.coop
Articles MyCoop sur le sujet des énergies vertes : lien

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :