Les ressourceries, un outil novateur appelé à se développer

actu-environnement.com, Florence Roussel, le 12 janvier 2010

Les ressourceries, un outil novateur appelé à se développer

Dans un contexte de maîtrise de la production de déchets, les ressourceries ont une place à prendre dans les quartiers. Si les bénéfices sont nombreux, leur création reste toutefois semée d’embûches. Détails.

Que faire des appareils électroniques qui fonctionnent encore mais dont nous ne voulons plus ? des meubles dont nous devons nous séparer pour cause de déménagement ? ou des nombreux objets qui pourraient être utiles à d’autres (vaisselle, vêtements…) ? Si plusieurs acteurs sont susceptibles d’être intéressés comme le réseau Emmaüs ou la filière Relais, de nouvelles organisations sont appelées à se multiplier : les ressourceries. Le principe est simple : la ressourcerie collecte les objets pour les réparer ou les détourner et les revendre sans but lucratif.  »Les ressourceries collectent, valorisent, revendent et sensibilisent pour prolonger la durée de vie des produits et inciter au changement de comportement », a expliqué Sandrine Simeon, chargée de développement du Réseau des Ressourceries à l’occasion d’une réunion d’information organisée par l’Observatoire Régional des Déchets d’Ile-de-France (ORDIF).

Un fonctionnement au cas par cas

À l’heure actuelle, le réseau français ne compte qu’une cinquantaine de ressourceries mal réparties sur le territoire. Si ces structures ont toutes le même objectif à savoir limiter la quantité de déchets incinérés ou enfouis, elles ont toutes une organisation différente construite en fonction des situations locales.  »Les ressourceries se développent autour de l’existant et en fonction des acteurs présents localement », confirme Sandrine Simeon. Certaines sont portées par des associations de réinsertion (90% des cas), d’autres par des communes en régie ou encore des syndicats de traitement de déchets. Certaines collectent les déchets en porte-à-porte après appel téléphonique, d’autres trient les déchets à l’entrée des déchetteries et/ou s’appuient sur l’apport volontaire.  »La plupart des ressourceries s’intéressent aux déchets des ménages mais certaines ont choisi de collecter également certains déchets industriels non dangereux », précise Sandrine Simeon.

La communauté de communes de Crèvecoeur-le-Grand dans l’Oise (60) par exemple a choisi de créer sa ressourcerie en même temps que sa déchetterie.  »Cette organisation nous a permis de diminuer de 30% les tonnages de déchets ultimes et nos coûts de collecte se sont stabilisés », constate avec enthousiasme Jean Pupin, Maire de Crèvecoeur-le-Grand. Pour lui les avantages sont donc indéniables :  »lorsque la réglementation s’est renforcée pour les déchets d’équipement électriques et électroniques nous étions prêts », explique-t-il. En 2008, la ressourcerie de Crèvecoeur-le-Grand a reçu 15.000 visites pour une communauté de communes qui compte près de 7.500 habitants et a collecté 2.400 tonnes de déchets grâce à 4 emplois temps plein.  »Cette ressourcerie participe à l’animation du territoire et développe la solidarité car tous les niveaux sociaux s’y retrouvent ; aujourd’hui le lien social c’est donc moins le bistrot que la ressourcerie », illustre Jean Pupin. Le Maire constate également que Lire la suite

Les 12 questions à se poser avant un achat

mescoursespourla planete.com, le 2 janvier 2010

Les 12 questions à se poser avant un achat

Dave Chameides, un réalisateur californien passionné par les questions d’environnement, s’est fixé pour défi de ne rien jeter pendant un an – de manière à mieux comprendre (et faire comprendre) l’impact écologique d’un individu. Pour chroniquer son expérience (qui lui a valu les honneurs du New-York Times) et décrire les déchets qu’il accumule (malgré tout ses efforts pour réduire sa production, ainsi que celle de sa famille), celui qui se fait désormais appeler, non sans humour, « Sustainable Dave » (Dave Durable) tient un blog intitulé « 365 Days of Trash » (une année de déchets). Dans ses notes récentes, il liste notamment les 12 questions à se poser avant d’effectuer un achat, qu’il se souvient avoir lues sur un petit aide-mémoire « vert » :

1. Ai-je besoin de cet objet ?

2. N’ai-je pas déjà quelque chose qui peut remplir la même fonction ?

3. Puis-je l’emprunter ?

4. Puis-je le fabriquer moi-même ?

5. Puis-je l’acheter d’occasion ou en partager l’achat et l’utilisation avec quelqu’un ?

6. Cet objet existe-t-il de fabrication locale ?

7. A-t-il été fabriqué de façon responsable ?

8. Puis-je en trouver un qui ait plusieurs fonctions ?

9. Un objet équivalent fonctionnant sans électricité ou gaz existe-t-il ?

10. Est-il recyclable ou compostable ?

11. Quel est son impact écologique direct ?

12. Et celui de Lire la suite

Biodiversité et territoires : la nature et la ville durable

projetdeterritoire.com, note ETD, le 26 janvier 2010

Biodiversité et territoires : la nature et la ville durable

La prise en compte croissante de l’environnement et de la biodiversité renouvelle les approches de l’aménagement et de l’urbanisme tout particulièrement au sein des territoires urbains. La place de la nature est devenue un enjeu central de la nouvelle ville durable.

Le Grenelle de l’Environnement est l’occasion de renouveler cette approche de la nature de la ville à travers l’engagement n°76 qui prévoit l’élaboration du « Plan restaurer et valoriser la nature en ville ». Le 5 févier 2010, le ministère de l’Ecologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer (MEEDDM) organise la conférence de restitution des ateliers mis en place pour l’élaboration de ce plan qui sera présenté au printemps.

A la demande du MEEDDM Etd a réalisé une note de synthèse faisant un état des lieux des réflexions, des problématiques et des principales pistes formulées et explorées à l’occasion des rapports, articles et colloques récents sur la nature en ville. Ce travail a donné lieu à une importante exploration bibliographique. ETD participe également aux ateliers mis en place pour l’élaboration du plan.

Télécharger la note d’Etd Lire la suite

Analyse : La croissance verte : quels impacts sur l’emploi et les métiers ?

stratégie.gouv.fr, janvier 2010

Analyse : La croissance verte : quels impacts sur l’emploi et les métiers ?

La croissance verte est volontairement abordée ici d’une façon large, comme un processus de renouvellement dont l’impact net sur l’emploi dépendra notamment des politiques qui seront mises en ouvre mais dont l’ampleur soulève des défis importants en matière de métiers et de formation. Ces derniers ne se limitent pas à l’éclosion de compétences spécifiques et inédites dans quelques filières spécialisées. Il s’agit le plus souvent de compétences transversales affectant des volumes très importants de personnels dans un grand nombre de secteurs imposant une adaptation substantielle des dispositifs de formation.

– La croissance verte, un processus de destruction créatrice

– Les conditions d’une création nette d’emplois

– La transformation des métiers et les besoins en formation

Télécharger la Note de Veille au format PDF Lire la suite

De Copenhague 2009 à Cancun 2010 – Négociations climat : Un redémarrage difficile

developpementdurablelejournal.com, Patrick Cros, le 1er février 2010

Négociations climat : Un redémarrage difficile

La date butoir du 31 janvier, annoncée à la clôture du Sommet de Copenhague en décembre, n’a pas eu la valeur symbolique espérée pour relancer les négociations sur le climat. Rares sont les pays à avoir officiellement confirmé auprès de l’ONU leurs objectifs ou stratégies de réduction d’émission de gaz à effet de serre. Un nouveau camouflet pour un traité sur le climat ambitieux, pourtant en préparation depuis deux ans dans la perspective de l’après-Kyoto. Après Copenhague, le nouveau marathon de négociations en vue du Sommet de Cancun (Mexique) en décembre 2010 démarre péniblement.

Les négociations sur le climat continuent à piétiner, selon les observateurs. « A ce stade, les choses ne se présentent pas bien du tout. Soyons honnêtes : c’est très sombre », prévient l’Indien Rajendra Pachauri, chef du GIEC. Embourbé dans des polémiques liés à des rapports contestés, en particulier sur la fonte des glaciers en Himalaya, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, véritable base scientifique de la stratégie de lutte mondiale contre le réchauffement climatique, devient aujourd’hui l’un des points faibles des négociations qui ont timidement repris après l’échec de Copenhague. L’organisation onusienne offre involontairement de nouveaux arguments aux adversaires d’une réduction importante et rapide des émissions de CO2.

Mais l’optimisme reste de rigueur chez nombre de décideurs comme Jean-Louis Borloo ou encore Yvo de Boer, responsable de l’ONU pour le climat, même si ce dernier reconnaît déjà que l’année 2010 pourrait bien ne pas être suffisante pour déboucher sur un accord. Les leaders mondiaux affirment garder leur confiance dans le GIEC qui s’appuie, il est vrai, sur les travaux des plus éminents scientifiques de la planète. Ils se disent également déterminés à poursuivre les négociations, conscients de l’enjeu et de l’intérêt pour l’humanité de réduire les sources de pollution de l’air à l’origine du dérèglement climatique. Reste maintenant à surmonter ce qui a fait l’échec de Copenhague : trouver le difficile – impossible ? – compromis entre réalité économique et soucis écologiques, entre pays pauvres et riches, entre nations émergentes et industrialisées, entre états insulaires ou côtiers déjà menacés et régions encore peu concernés par le réchauffement de la planète.

Un rendez-vous manqué ?

Copenhague avait déçu, et même suscité la colère de certains chefs d’État et de gouvernement. Le texte adopté, bien en retrait au regard des recommandations du GIEC, ne prévoit aucun engagements contraignants et aucune réelles garanties de financements pour les pays les plus pauvres. Consciente de l’énorme travail qui reste à accomplir avant de déboucher sur un éventuel traité en décembre prochain à Cancun (Mexique), l’ONU avait fixé comme premier rendez-vous clé le 31 janvier 2010. Les pays industrialisés devaient confirmer avant cette date butoir leurs objectifs de baisse de leurs émissions gaz à effet de serre tandis que les pays en développement devaient dévoiler leurs stratégies en vue d’une réduction. Force est de constater aujourd’hui que ce rendez-vous a encore était manqué. Seul le Japon s’est vraiment distingué en annonçant à l’ONU à New York, par la voix de son nouveau Premier ministre, une réduction de 25% de ses émissions d’ici à 2020 par rapport à 1990. L’UE a également confirmé son objectif de – 20% qui pourrait même passer à -30% en « cas d’offres comparables » des autres pays riches « et de contributions adéquates » des nations émergentes. Du côté de ces dernières, le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde et la Chine (groupe Basic) se sont engagés dimanche 24 janvier à New Delhi, à communiquer rapidement leurs « actions volontaires ».

L’appel à l’aide des petits états insulaires

Plus radical, d’autres états, comme Lire la suite