Pic du pétrole : conséquences et anticipations

contre-la-pensee-unique.org, NC, le 29 décembre 2009

Pic du pétrole : conséquences et anticipations

« Si dans nos climats l’industrie peut se passer de l’emploi direct de la chaleur solaire, il arrivera nécessairement un jour où, faute de combustible, elle sera bien forcée de revenir au travail des agents naturels. Que les dépôts de houille et de pétrole lui fournissent longtemps encore leur énorme puissance calorifique, nous n’en doutons pas. Mais ces dépôts s’épuiseront sans aucun doute : le bois qui, lui, cependant, se renouvelle n’est-il pas devenu plus rare qu’autrefois ? Pourquoi n’en serait-il pas de même un jour d’une provision de combustible où l’on puise si largement sans jamais combler les vides qui s’y forment ?[…] On ne peut s’empêcher de conclure qu’il est prudent et sage de ne pas s’endormir à cet égard sur une sécurité trompeuse ».

Augustin MOUCHOT Professeur et Inventeur Français en 1869

L’inévitable déclin

Et oui ! Le simple constat de l’évidence ne date pas d’hier, le professeur Mouchot cet ingénieur précurseur en matière de cuisson solaire en était déjà conscient. Abordons donc sereinement ce sujet brulant – la fin de l’abondance énergétique – bien que les conséquences (concrètement la fin du mode de vie a l’occidentale) de ce problème ne soit pour ainsi dire jamais évoqué de la part des politiques.

Malgré son importance dans notre quotidien, le thème de l’énergie occupe l’espace du débat public sans véritablement parvenir à éveiller l’intérêt de nos concitoyens. Le secteur reste très largement méconnu […]

Cela s’expliquent à la fois par la façon dont nous l’utilisons et par la façon dont nous la produisons : à la simplicité de notre consommation, s’oppose la complexité de sa genèse. L’énergie est présente en abondance dans nos foyers, prête à l’emploi ou facilement obtenue, mais elle est, dans le même temps, le fruit d’un savoir scientifique inaccessible et de gigantesques machines, aussi étranges qu’éloignées de nos centres urbains. Par ces deux aspects opposés, elle reste dans l’ombre des finalités de son emploi et échappe au questionnement social sur son essence, questionnement où les sciences humaines pourraient justement trouver leur place.

Aurélien Cohen Doctorant en philosophie au CETCOPRA Conférence du 17 avril 2008

Ce n’est pas pour autant que l’on n’a pas connaissance du problème, loin de là.  Dès 1956 la courbe en cloche de la production, telle que suggérée par M. King Hubbert représente assez fidèlement ce qui se profile actuellement. Loin de moi l’envie de vous ennuyer avec des diagrammes, mais si vous le désiré, prenez le temps de visionner cette instructive conférence d’Yves Cochet.

Ceci dit,  imaginez, ne serait-ce que quelques instants, les conséquences concrètes d’une hausse, drastique et exponentielle des prix du baril. Les transports, seront les premiers touchés. Songé aux dépenses faramineuses d’énergies dépensées dans l’agro-alimentaire, des milliers de kilomètres parcourus par votre nourriture pour ne citer qu’un exemple… viendra un jour, pas si lointain, ou la logique du monde globale s’écroulera sur lui-même.

«L’après-pétrole est le défi le plus important auquel l’humanité n’a jamais eu à faire face. La civilisation moderne nous a habitués à la consommation facile de confort et de biens matériels… tout ceci a pu être réalisé bien sûr grâce aux découvertes scientifiques et technologiques modernes… mais nous avons allègrement  » oublié  » que la mise en œuvre de masse a été rendue possible grâce à une énergie facile d’utilisation et massivement et facilement disponible, donc pas chère… Et nous avons fermé les yeux sur la question de savoir si ce pays de cocagne pouvait être perpétué indéfiniment…»

http://apres.petrole.online.fr

L’économie destructrice

Le paradigme quasi religieux d’une croissance infinie d’un point de vue économique conditionne le « court-termisme » des préoccupations politico-médiatique. Un point de départ serait donc de bien saisir le nerf de la guerre : l’argent.

Le système de l’argent-dette est bien décris dans le film de Paul Grignon ainsi que dans la série de « mini-articles » sur l’économie de André-Jacques Holbecq sur onpeutlefaire.com, savoir d’où viens l’argent et ou elle fini est essentiel pour comprendre une folie économique déconnectant totalement de la réalité des ressources.

Disons sommairement que le besoins de croissance perpétuelle, lié a l’exploitation d’énergies (majoritairement fossiles, donc finis) et notre mode de vie (surconsommation du superflu au détriment d’un accès équilibré des besoins primaires de survie (logements, nourriture) sont in fine voués a nourrir le cartel des banques. Les conflits géopolitiques nourrissent logiquement le maintient du statut quo, l’hégémonie des USA en matière d’armement et les récentes guerres d’Afghanistan et d’Irak en sont d’illustre exemple. Une bonne démonstration en la matière est le documentaire (Oil, smoke & mirrors (Du pétrole et des écrans de fumées) rappelons enfin que la première dépense de la planète est l’armement avec environs 1500 milliards de dollars et la seconde près de 500 milliards dans … la publicité .

Si le tableau dépeint vous semble quelque peu morose, réjouissez-vous, car c’est en fait une formidable occasion de nous responsabiliser.

Action – Réaction

«À quoi bon lancer des cris d’alarme contre la société de consommation, contre la pollution qui en résulte, si nous continuons à faire vivre les industries qui nous empoisonnent et épuisent les ressources naturelles de la planète ? Dans le tumulte de la foule indifférente des grandes cités, on ne perçoit plus les plaintes, alors n’usons pas le peu d’oxygène qui nous reste à crier notre désarroi. Allons plutôt réapprendre à vivre au contact de la nature. Devant le merveilleux équilibre biologique, nous pourrons mesurer l’immensité du désordre de notre société. Mettons nos connaissances en veilleuse. Reconsidérons les éléments primordiaux de notre existence… Il faut retrouver la santé du corps et de l’esprit pour réaliser le plaisir de vivre et celui d’aimer… Cessons de collaborer avec une société dont la vitalité est basée sur le gâchis. L’homme s’obstine à inventer l’enfer dans un milieu paradisiaque.»

Texte écrit par Jacques Massacrier début 1971

Cette future décroissance énergétique, nous invite donc à porter un autre regard sur le monde.

Quelques réflexions se dessinent autour de la décroissance & la simplicité volontaire, ce film expose bien les fondements de ces principes. De même, Volem rien foutre el païs de Pierre Carles faisant suite au très fameux Attention danger travail, nous présente les prémices de cette réalité en devenir.

Il ne s’agit pas ici de présenter les différents points de vue critiques ou constructifs vis-à-vis de la décroissance. Je vous invite plus simplement à vous pencher sur l’aspect pratique des solutions envisageables, à l’échelle locale.

Les Systèmes d’Échange Locaux, le troc ou toute autre mise en œuvre facilitant les échanges de biens sont de réelles alternatives pour ne plus alimenter un système se nourrissant de nos activités. De même, le Mouvement des Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs est un exemple à suivre dans l’idée de la gratuité du savoir. La création d’AMAP – Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne – (destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique qui a du mal à subsister face à l’agro-industrie) sont de bons exemples d’une réalité non centralisé et socialement acceptable.

Une bonne mise en situation est l’exemple de Cuba, je vous invite donc à lire au plus vite cet article de Megan Quinn : « Comment Cuba a survécu au Peak Oil ». Le documentaire du même titre n’est pas disponible en français (pour le moment, j’y travaille) mais pour les polyglottes c’est ici.

Supplément : De l’idéologie du progrès au transhumanisme

L’idée selon laquelle l’humanité saura palier à cette crise, aux moyens de technologies de pointes (déjà inventées mais cachées du grand publique) n’est pas in-envisageable. Surtout si l’on considère les recherches actuelles (bien que disposant de peu de moyens officiels).

Si lesdites technologies existent vraiment, seront-elles disponibles dans une perspective économique ? Seront-elles reconnus d’utilité publique ? La remise en cause du bien-fondé du système capitaliste se verra-t-elle écarté par une subtile mise en place de réglementation forte (au nom du bien de tous) ayant pour objectif le remplacement des technologies actuelles ? Et ce, tout en maintenant la population dans la dépendance énergétique et économique ?

Le paradigme émergeant – au sein des « détenants » du capital, et donc du pouvoir décisionnel – du nouvel ordre mondial, nous laisse supposer le scénario décrit ci-dessus. C est la raison pour laquelle il semble y avoir une « accélération » du processus de globalisation, une emprise toujours plus forte des instances supra-nationales. (ex: OMCONUOMS) Une tendance a la globalisation des marchés (ex : AMEROUEM) sans même parler de l’économie financière*…

L’exemple de la taxe carbone est probant d’une démagogie régnante au sein des pouvoirs décisionnels. Bientôt cela pourrait être la régulation des transports au moyen de quotas, une régulation des flux migratoires sur des échelles de plus en plus petite. Il pourrait en être de même avec la nourriture. Dans la perspective d’une société « technoïde » dirigé par l’économie de marché, l’hypothèse de la puce sous-cutanée, comme moyen suprême de contrôle – sous couvert de régulation (pour le bien de tous cela va sans dire) – n’est pas non plus in-envisageable.

Pour bien comprendre cette réalité, je vous invite a regarder les documentaires suivants :

le Silence des Nanos

« le film révèle l’histoire de ces technologies émergentes, les visions et les rêves dont elles procèdent ou qu’elles génèrent. Les questions, qui ne sont pas nouvelles : notre rapport à la technologie, au développement, au progrès ; mais qui, devant la révolution technologique annoncée, s’imposent avec acuité. »

Endgame – Blueprint For Global Enslavement aborde les thèmes suivants :

Les Bilderbergs, étude de cas pratique avec leur réunion à Ottowa

La création de l’Union Nord-américaine et à terme du gouvernement mondial

Conclusion

Cette article est une réelle invitation à s’informer et a réfléchir sur ces réalités, partagez ces informations autour de vous et vous constaterez que ces problématiques sont réellement détachés du commun des mortelles. Faire un pas vers ces réflexions c’est prendre conscience de l’avenir et donc se rendre responsable de nos choix présents. Comme on dit :

« vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas » !

Compléments d’informations – Sources et Ressources utiles

À propos de l’économie financière :

le moment est venu par Vincent Vauclin page 25.

Problème énergie-climat :

C’est maintenant ! 3 ans pour sauver le monde par Jean-Marc Jancovici, consultant et enseignant et Alain Grandjean, économiste.

Peak oil : Yves Cochet : Pétrole Apocalypse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :