Atelier sur le Co-habitat à Bordeaux – Le partage fait maison : La longue route d’H Nord

sudouest.com, Julien Rousset, le 10 Décembre 2009

LOGEMENT. La mairie consacre un atelier de deux jours à l’habitat coopératif, qui voit des résidents s’associer pour créer puis gérer leur immeuble. Deux projets à l’étude sur Bordeaux

Le partage fait maison La longue route d’H Nord

Un « vivre-ensemble sobre » : c’est le mot d’ordre des militants de l’habitat coopératif, dont quelques représentants, venus d’Allemagne, de Mulhouse, de Lyon ou de Bordeaux, phosphorent depuis hier à la mairie, réunis dans un atelier que devrait conclure aujourd’hui Alain Juppé.

Relancé par la flambée des loyers et par les appétits de concertation, ce système d’habitat coopératif est encore, en France, embryonnaire. Si bien que pour cet atelier, il y a tout à penser, y compris la définition même de cette forme de logement.

Chambres d’hôtes partagées

La version orthodoxe veut que des habitants s’associent en coopérative pour concevoir, puis gérer leur propre immeuble. Ces coopérateurs sont propriétaires, non pas de leur appartement, mais des parts de la coopérative qui gère les appartements. « Chacun est locataire de son logement mais collectivement propriétaire de l’immeuble », résume Thomas Nesme, au nom de l’association H-Nord.

Les habitants sont ainsi liés par l’évolution de leur cadre de vie : chaque décision concernant leur résidence est prise lors d’un vote, où, en principe, un habitant ou un ménage valent une voix. Et, en vue d’économies d’énergie, pas mal de prestations sont communes, mutualisées : buanderie, laverie, garage à vélos, voitures en autopartage… ou même, selon le projet lyonnais du Village vertical présenté hier, des chambres d’hôtes, réservées pour moitié à des amis des locataires, et destinées, pour l’autre moitié, aux touristes, avec les recettes qui vont avec.

Festival de difficultés

Quand il s’agit de passer à la mise en oeuvre, ce modèle achoppe toutefois sur un festival de difficultés, largement abordées hier au cours d’une discussion qui slalomait entre enthousiasme et tâtonnements. Par exemple, il n’y a pas encore, en France, de statut juridique propre à cet habitat en coopérative. Plusieurs projets « explorés » hier se rapprochaient plutôt de la copropriété. La conduite d’une telle entreprise par de seuls habitants paraît par ailleurs périlleuse. « Les coopérateurs doivent apprendre cinq ou six métiers à la fois ! », a averti une cheville ouvrière du Village vertical de Lyon, un juriste ajoutant que tout projet d’habitat coopératif doit s’appuyer sur « au moins trois professionnels : un architecte, un notaire spécialisé dans ce régime et un expert-comptable ».

Autre aléa apparu dans diverses expériences d’habitat coopératif : la difficulté à mobiliser des volontaires. « Il n’est pas facile de toucher les ménages susceptibles d’être intéressés », a observé la représentante de l’initiative mulhousaine des Jardins Neppert. Elle s’est aussi demandée jusqu’où pouvait aller le financement public de telles opérations.

Bassins à flot et Dupaty

Bref, gros défrichage… à l’issue duquel Michèle Larue-Charlus, directrice générale de l’aménagement à la Ville, et organisatrice de cet atelier, notait : « Je retiens trois choses. D’abord, l’expérience allemande montre les vertus d’un cahier des charges liant les porteurs du projet à la collectivité locale : on leur vend un terrain, mais en contrepartie, il doit y avoir un accord écrit sur la densité, la hauteur, les données d’ensemble… Ensuite, je trouve réjouissant que des habitants participent à la conception de leur immeuble, et s’écartent d’une architecture standardisée. Enfin, je constate que les habitants ouverts à ces projets sont citoyens, militants, notamment sur le plan de l’environnement : ils peuvent servir de locomotive, de moteur pour des quartiers en devenir. »

« Quartiers en devenir » ? Michèle Larue-Charlus a, dans la foulée, a annoncé que la Ville envisage une expérience d’habitat coopératif aux Bassins à flot. Possiblement sur un terrain municipal situé le long de la rue Lucien-Faure. Ajoutons qu’un autre projet bordelais est en germe du côté de Dupaty, porté par l’association H Nord (voir ci-dessous).

Les pionniers de l’habitat coopératif bordelais sont rassemblés au sein d’H Nord. Cette association, assez connue à Bordeaux, rassemble quarante adhérents qui travaillent depuis trois ans sur la conception et la réalisation d’un écoquartier (tri des déchets, Amap…) du côté des Chartrons, sur une friche d’un hectare comprise entre les rues Surson et Chantecrit.

80 logements sont prévus, deux architectes cogitent sur les plans. Ils sont en train de se rapprocher, pour toute la partie consacrée aux logements sociaux, de bailleurs. Comme l’a rappelé hier le représentant d’H Nord, ce projet est « né d’un lieu, d’un quartier ». En l’occurrence : la fameuse friche, et c’est peut-être aussi la principale difficulté de l’association. Cette parcelle en jachère appartient en effet à plusieurs propriétaires (la CUB, des promoteurs, des particuliers…), aussi, l’acquisition du foncier s’annonce-t-elle longue et compliquée.

Hier, les membres d’H Nord ont senti la mairie en retrait par rapport à leur projet, se demandant si le soutien municipal ne serait pas plus affirmé s’ils choisissaient un autre site. Par exemple…. du côté des Bassins à flot. À suivre.

Publicités

Une Réponse

  1. Dommage que l’atelier ne parle que des difficultés liées en partie au statuts de coopérative d’habitant qui n’existe pas en France. On aurait pu aussi parler des projets qui marchent sous d’autre formes juridiques et l’expérience montre que la propriété privée n’est pas incompatible avec état d’esprit coopératif. De cette manière on peut monter des projets en 6 mois et intéresser des personnes qui tiennent à un patrimoine privé mais qui souhaitent quand même habiter autrement. Cette approche ouverte et flexible a permis d’atteindre les 20% de logement neuf en autopromotion ou autogestion à Hambourg (D).

    Mais ça viendra…

    bravo pour ce blog bien garnie

    bonne continuation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :