Ultimatum climatique : CocliPau pousse sur le pavé palois

sudouest.com, Sébastien Darsy, le 28 Novembre 2009

ÉCOLOGIE. Un collectif de 26 associations béarnaises organise un sit-in permanent au centre-ville, dans une yourte jusqu’au 18 décembre. Son but : faire signer aux élus et habitants un « Ultimatum climatique »

CocliPau pousse sur le pavé palois

Une famille mongole aurait-elle décidé d’installer sa yourte cours Bosquet ? Que nenni. La tente, montée mercredi, est occupée depuis par des militants écologistes béarnais de tous poils. Leur objectif, par le biais de ce « symbole mongol signifiant le lien entre la terre et le paradis », est de relayer l’appel de l’Ultimatum climatique, lancé par un collectif d’associations écologistes de France et d’ailleurs (lire ci-contre) à l’intention des chefs d’État qui se réuniront du 7 au 18 décembre à Copenhague pour tenter d’endiguer le réchauffement climatique.

Fait inédit, en Béarn, 26 associations (lire par ailleurs) ont décidé, pour l’occasion, de se regrouper au sein du collectif CocliPau. L’idée est partie de l’un de ses porte-parole, Éric Cazenave-Tapie, natif de Pau, géologue… et « simple citoyen ». « J’ai pris connaissance de l’Ultimatum climatique et j’ai décidé de fédérer plusieurs associations locales, résume-t-il. J’ai alors contacté Sébastien Lamy de Greenpeace Béarn qui a été séduit par l’idée ».

Engagements drastiques

Le collectif oloronais pour la décroissance, (Gédeol), le Comité catholique contre la faim, la Sepanso Béarn, la Maison de la nature et de l’environnement de Pau et bien d’autres appellent les citoyens à se rendre à la yourte pour signer la pétition en faveur d’engagements drastiques contre les rejets de gaz à effet de serre responsables des catastrophes naturelles à venir (sécheresses, canicules, tempêtes…).

Des groupes de quatre personnes se relaieront en permanence pour les accueillir. Un sit-in rendu possible grâce à la yourte, copie quasi conforme de celle des habitants de Mongolie. Un habitacle relativement confortable, bien isolé et spacieux autour duquel des concerts et conférences sont prévues, histoire d’animer le lieu.

Cette occupation de l’espace public n’a rien d’illégale. Les militants ont traité avec les services techniques de la mairie qui leur a accordé cet emplacement, à côté du musée des Beaux-Arts. Au grand regret de Sébastien Lamy, de Greenpeace Béarn, qui aurait souhaité établir le « campement » sur la place Clemenceau, agora incontournable du centre-ville de Pau option « qui ne nous a pas été accordée ». « S’ils n’ont pas eu la place Clemenceau, se justifie de son côté la mairie, c’est parce qu’elle est occupée à partir du 4 décembre par les animations de Noël. »

Par ailleurs, le collectif regrette ne pas avoir traité directement avec la maire de Pau… élue qui ne fait, pourtant pas mystère au sein du Parti socialiste de ses préoccupations environnementales mais qui selon la mairie est fort occupée en ce moment.

Pain-bénit pour les élus ?

Les politiciens locaux, justement, sont concernés au premier chef par l’Ultimatum climatique relayé par CocliPau. « Pour porter haut et fort notre message en Béarn, spécifie Éric Cazenave-Tapie, le CocliPau transmettra par courrier ou en main propre un communiqué à l’ensemble des maires et des présidents de Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées, du Conseil général et du Conseil régional pour qu’ils signent la pétition de l’Ultimatum climatique. » Une initiative qui pourrait néanmoins se révélait être du pain béni pour les élus en mal de légitimité écologique. Ceux qui ont soutenu l’incinération, l’autoroute Pau-Bordeaux, le maintien du Grand Prix de Pau, l’agriculture productiviste, la création d’un nouvel axe Pau-Oloron seraient alors les mêmes qui appelleraient à limiter la pollution atmosphérique ? « C’est avant tout une question de valeur symbolique qui va faire évoluer l’opinion, se défend Éric Cazenave-Tapie. Et puis, l’engagement porté par l’Ultimatum est très contraignant : il s’agit de réduire de 40 % les rejets de gaz carbonique en 2020 par rapport aux émissions des années 90 ». Du coup, complète Xavier Bouchet, président de la nature et de l’environnement à Pau « ceux qui auront signé l’Ultimatum et qui feront par la suite le contraire seront facilement repérés ! ».

Mais « c’est sûr, il y a des disparités entre élus locaux, note cependant Jean-Marc Capdebosq, membre de Perseüs éco-énergie (association qui promeut l’habitat écolo). Il ne suffit pas de mettre quelques panneaux photovoltaïques sur le toit du Zénith, si d’un autre côté on promeut les autoroutes… »

L’Ultimatum climatique des 26 assos

Lancé notamment par WWF, Greenpeace, Action contre la Faim, la Fondation Nicolas Hulot et les Amis de la terre, l’Ultimatum climatique s’adresse aux chefs d’État qui se retrouveront à Copenhague le 7 décembre pour lutter contre le dérèglement climatique.

« Il faut impérativement stopper la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2015 avant de les faire décroître, y est-il écrit. Pour ce faire, les pays industrialisés, doivent s’engager à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici à 2020 par rapport à 1990. » Les membres de CocliPau adhèrent à ce constat.

Le collectif béarnais est composé des associations suivantes : Greenpeace, Marché bio de Pau, Maison de la nature environnement, JurAMAPon, Gédéol, Santé & écologie, Amap Pau Tiron, ATTAC 64, Association de sensibilisation aux problèmes de l’environnement, WAO (association humanitaire étudiante), Comité européen pour la protection des animaux, Comité catholique contre la faim, Bureau de développement durable, WWF, Eco Mission 64, Les Amis de la Terre 64, Ligue des droits de l’homme, Terra ma Terre, Terre et humanisme, Perseüs Eco Énergie, Emmaüs, Collectif 21, AKARID (Aider à rompre l’isolement), Asso-cje (Coteaux de Jurançon et environnement) et GFAM Béarn.

 

Publicités

5 Réponses

  1. Voir Emmaüs Pau dans un collectif écolo me fait bien rire…Car ils ont brulé et ils brûlent sans doute toujours quotidiennement des tonnes de déchets plus ou moins toxiques à l’air libre (peut être la nuit, aujourd’hui)…
    Oui mais voilà c’est la mode, aujourd’hui, et cela permet de faire parler de soi…
    Oui mais voilà Emmaüs Pau est à gauche toute, ce qui ne l’empêche par de jeter ses compagnons « adorés » comme des marchandises usagées, sans preavis, sans droit de défense, etc…. Ils sont plus mal traités, encore, que les sans papiers qui sont expulsés de FRance…
    Cherchez l’erreur

    • Développe ; je ne suis pas au courant pour l’histoire de bruler des tonnes de déchets, je trouvais pas mal voir « écolo » le principe d’utiliser les « déchet » des uns riche pour redistribuer ceux qui sont en bon état à faible prix aux gens qui en ont besoins . De plus cela permet d’économiser des tonnes d’objets neufs et d’éviter au anciens d’aller directemment à la déchèterie sans passer par la case solidarité (valeur importante pour une cohésion sociale) .
      Non ?

      • Cher Justicier,
        Il y a 60 à 80 % de déchets « invendables » dans les collectes d’Emmaüs Lescar et, de plus, il y a aussi ce qui est invendu et qu’il faut dégager pour faire de la place aux arrivages incessants… Dans le langage emmaüsien on appelle ça la « jaille » et ce sont des tonnes et des tonnes..
        Alors, il n’y a guère que deux solutions: Ou c’est direction la décharge publique en payant le transport (60 km A/R) et un forfait enfouissement à la tonne ou…. c’est direction la brûle à l’air libre, gratuite et sur place.. En général c’est « fifty-fifty ». On essaie, quand même, de ne pas brûler sur place ce qui fume trop visible ou trop puant…
        Mais l’écologie n’est-ce pas surtout un projet de société ou l’homme est au centre des débats?
        Alors!… Intéressons aussi aux droits des compagnons, à moins qu’ils ne soient pas considérés comme des hommes, des citoyens à part entière.

  2. Merci la MNE Bordeaux Aquitaine !
    Encore 17 jours de sit-in et on va tout faire pour que le collectif reste éveillé sur le front de cet ultimatum climatique 2009.
    Des actions sont prévues pour faire du bruit, notamment celle du samedi 12 décembre sur la place Clémenceau à pau !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :