Lettre de l’Université populaire de l’environnement, programme de novembre et décembre 2009

MNE Bordeaux-Aquitaine, Université populaire de l’environnement, communiqué, le 3 novembre 2009

UNIVERSITE POPULAIRE DE L’ENVIRONNEMENT – L’Université nomade d’Aquitaine

Cinquième lettre de l’UPE [Saison 2] avec :

– Plus de 150 personnes à la manifestation lionbleu.350 du samedi 24 octobre du Collectif Gironde Copenhague 09 https://mneaquitaine.wordpress.com/2009/10/26/plus-de-150-participants-a-la-journee-lionbleu-org-a-bordeaux/ 

– ce soir, mardi 3 novembre à 19h30 à l’Athénée Municipale déclinaison régionale du débat national sur les nanotechnologies qui se tient du 15 octobre 2009 au 24 février 2010. A Bordeaux les thèmes retenus sont « Process industriels / Nanotechnologies et protection des travailleurs ». Chacun peut s’informer et participer au débat à partir du site “http://www.debatpublic-nano.org/

le mercredi 4 novembre à 18h00, conclusion du cycle de conférences de l’UPE « Climat, énergie et transports » à l’Université Bordeaux 2 Victoire « Vers une révolution des transports ? » [plus d’infos ci-dessous]

– jeudi 5 novembre – Vélorution spéciale Copenhague, ces rendez-vous ne sont pas déclarés, il s’agit d’une coïncidence heureuse provoquée… Rendez-vous à 17h00 place Pey-Berland à Bordeaux http://www.velorution.org/articles/rubrique59.html [plus d’infos ci-dessous]

– mardi 10 novembre à 18h30 à la MNE Bordeaux-Aquitaine, 3 rue de Tauzia, dans le cadre de l’UPE poursuite de la formation, ouverte à tous, sur la communication des associations, thème du jour « Le communiqué de presse », séance suivante « Les nouveaux outils de communication Internet », si vous êtes intéressé, merci de vous signaler à mnebxaquitaine@aol.com

vendredi 13 novembre – Soirée à l’Utopia « Climat, la lutte des glaces » avec la diffusion du film « Le syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot et Jean-Albert Lievre. Il sera suivi d’un débat animé par le Collectif Copenhague en présence de Bruno Malaizé, climatologue, et de Simon Charbonneau, juriste. Il faut réserver sa place à l’Utopia. Découvrez la bande-annonce du film. http://www.fondation-nicolas-hulot.org/blog/exclu-bande-annonce-le-syndrome-du-titanic

– lundi 16 novembre – Organisée par le PUMA (Pôle alternatif des Mobilités urbaines) : Vélo Cité, AutoCool, Droits du piéton 33, AIR… en partenariat avec l’UPE, soirée « Quand le vélo prend le pouvoir ! » diffusion du film « Live Bicycle » suivi d’un débat sur la mobilité urbaine, à l’Université Bordeaux 2 Victoire amphithéâtre Pitres [plus d’infos ci-dessous]

– samedi 21 novembre une nouvelle « Action médiatique » du Collectif Gironde Copenhague 09 [plus d’infos dans la prochaine lettre]

samedi 5 décembre – Journée nationale d’action Greenpeace, déclinaison girondine à définir

samedi 12 décembre – Manifestation « Ni nucléaire, ni effet de serre » à 11h00 au miroir d’eau face à la Bourse à Bordeaux avec TchernoBlaye

– jeudi 10 décembre à 19h00 à l’Athénée municipal de Bordeaux, la Confédération Paysanne de Gironde organise une Conférence-Débat sur le thème : Agriculture et changement climatique. Comment assurer une production agricole répondant aux besoins des populations, dans un climat bouleversé,  tout en minorant radicalement les dégagements de gaz à effet de serre ?

Paysans, citoyens, mobilisons nous !!

Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à signer et à faire signer la pétition de l’Ultimatum climatique  Objectif un million de signataires, à 45 jours de l’ouverture des négociations nous en sommes à plus de 283 000 (objectif un million).

Contact et blog :

Maison de la nature et de l’environnement Bordeaux-Aquitaine / Université populaire de l’environnement : mnebxquitaine@aol.com et https://mneaquitaine.wordpress.com/

 « 3 CONFERENCES-DEBAT »

Climat, énergie et transports

Mercredi 4 novembre à 18h00

« Vers une révolution des transports ? » avec Simon Charbonneau – Universitaire

Université Bordeaux 2 Victoire

Place de la Victoire – Amphithéâtre Pitres – Bordeaux

Ouvert à tous – Entrée libre et gratuite

D’après le Commissaire européen à l’environnement Stavros Dimas, le sommet de Copenhague qui aura lieu en décembre prochain sera la dernière chance du monde pour éviter un changement climatique fatal et engager une lutte sérieuse contre les émissions de gaz à effet de serre. Le monde fera face à sa dernière chance de se mettre d’accord sur une réponse mondiale appropriée au changement climatique.  

Les dirigeants d’environ 190 pays se rencontreront pour essayer de se mettre d’accord sur une convention mondiale pour remplacer le Protocole de Kyoto et lutter contre le changement climatique. Le Protocole de Kyoto, qui engage 37 nations industrialisées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5% en moyenne entre 2008 et 2012, expirera en 2012.  « Cela fait maintenant douze ans que Kyoto a été créé. Cela signifie que Copenhague est la dernière opportunité pour le monde de faire cesser le changement climatique avant qu’il ne dépasse un point de non retour » a déclaré le Commissaire européen à l’environnement, Stavros Dimas. « Conclure un accord à Copenhague est non seulement possible, mais c’est impératif et nous allons le conclure ».

Les émissions de gaz à effet de serre mondiales augmentant plus rapidement que prévu, Stavros Dimas a déclaré qu’il était essentiel que les principaux pollueurs tels que les Etats-Unis et les pays émergents du Moyen-Orient et de l’Amérique du sud signent également le nouveau traité. Stavros Dimas a déclaré qu’un accord à Copenhague devrait viser à limiter le changement climatique en maintenant l’augmentation des températures au dessous du seuil critique des 2°C par rapport à la période préindustrielle, soit moins de 1,2°C au-dessus des températures actuelles.

Pour cela il faudra au moins diviser par deux les émissions mondiales d’ici 2050, par rapport aux niveaux de 1990. Le principe d’équité impose un quota par habitant d’émission de gaz à effet de serre égal pour tous les pays, ce qui va se traduire par des réductions de 80 à 95 % pour les pays développés qui aujourd’hui émettent beaucoup plus par individu que le reste du monde. Stavros Dimas a déclaré que les nations riches avaient l’obligation morale de mener la lutte contre le changement climatique et que l’Union Européenne était prête à s’engager à réaliser des réductions d’émissions plus importantes, à condition que les pays développés fassent un engagement similaire.

Pour atteindre ces objectifs nous allons devoir « décarbonner » notre économie et notre mode de vie. Quelques mois après le dernier rapport du GIEC, quelles sont les dernières informations sur l’évolution du changement climatique ? Quelle est l’évolution de notre consommation d’énergie ? Comment la réduire et la rendre plus efficace ? Faut-il envisager une révolution des transports?

Afin de tenter de répondre à ces questions et à toutes celles que vous vous posez, rendez-vous à Bordeaux 2 Victoire, amphithéâtre Pitres, les 7 et 15 octobre et le 4 novembre :

3. « Vers une révolution des transports ?  »

Simon Charbonneau, universitaire

La prolifération actuelle des moyens de transports  provoque la mobilité des marchandises et des hommes, qui créent aujourd’hui des besoins artificiels surdéterminée par les moyens techniques disponibles. Cette prolifération des moyens de transports motorisés en tout genre engendré par l’industrie explique non seulement la congestion automobile de l’espace urbain, mais aussi celle des infrastructures destinées à les accueillir (autoroutes, parkings, lignes ferroviaires à grande vitesse, aéroports) qui sont extraordinairement consommatrices d’espaces naturels et productrice de nuisances multiples.

Il s’agirait donc de réduire la mobilité excessive des hommes et des marchandises. Un tel objectif suppose, bien entendu, la remise en question complète du mode de fonctionnement de notre économie.

Prochaine Coïncidence Heureuse et Provoquée : Jeudi 5 novembre  à Pey Berland à 17h pour une déambulation festive et revendicative

A 19h : retour à Pey-Berland pour un vin chaud, des prises de parole…

Merci de faire circuler cette info dans vos réseaux ! A jeudi prochain !

Cette semaine, une séance de négociations sur la suite du protocole de Kyoto a lieu à Barcelone en prévision du sommet de Copenhague : profitons-en pour faire entendre nos voix !

L’utilisation de la voiture en ville fait partie des aberrations écologiques : après diverses actions dans le cadre du collectif 33 Copenhague 09, cette fois-ci, on fait une vélorution !!!
RDV à vélo, trottinettes, rollers, fauteuils, skate…. et autres engins de locomotions non polluants avec vos slogans, vos idées, vos coups de gueule sur ce monde absurde…

Pour mettre dans la rue les questions climatiques, de société, d’aménagement, de monde vivable…

Les voitures s’auto-bloquent souvent à cette heure-ci… Mais cela n’empêchera pas les idées vélorutionnaires de passer !

Et n’oublions pas : Les rues, c’est pas fait pour les voitures !!

http://www.velorution.org/articles/rubrique59.html

Vendredi 13 novembre – Utopia – Soirée-débat : « Climat : La lutte des glaces ! »

Organisée par le Collectif Gironde Copenhague 09

19h15 : Apéro dans la salle de la Cheminée (apportez de quoi grignoter, on offre à boire)

20h30 : Projection du film LE SYNDROME DU TITANIC suivie d’un débat avec Bruno Malaizé, enseignant chercheur à l’Université Bordeaux I, Département des Sciences de la terre et de la mer, spécialiste en paléoclimatologie et Simon Charbonneau, Maître de conférence honoraire à l’Université de Bordeaux I. auteur de Résister pour sortir du développement – Le droit entre nature et liberté (éd Sang de la Terre).

Pour cette soirée, achetez vos places à l’avance, à partir du Mardi 3 Novembre (à part ça, le film est programmé du 4 Novembre au 1er Décembre)

LE SYNDROME DU TITANIC

Film documentaire écrit et réalisé par Jean-Albert LIÈVRE et Nicolas HULOT

France 2009 1h33

Bouygues, EDF… Ces multinationales dévouées à l’éternel productivisme, avides de participer au grand cirque médiatique, soutiennent financièrement, et depuis longtemps, les projets télévisuels de Nicolas Hulot et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces accointances ne facilitent guère la lisibilité de son engagement écolo. Mais comme il le dit lui-même, « on ne naît pas écolo, on le devient ». Ce film serait-il donc une étape supplémentaire vers un engagement plus clair ? Après vision, on peut l’espérer…

Pourquoi Syndrome ? Pourquoi Titanic ? On devine le message, mais on veut se laisser surprendre. Le début, petit voyage spatio-temporel new-age, a de quoi inquiéter. Mais non. Et on comprendra plus tard qu’il a son utilité : nous mettre en état d’alerte pour la suite…

Très vite on se retrouve dans les palais de la consommation, sur les trottoirs de ces gigantesques mégapoles qui concentrent la moitié de l’humanité : Sao Paulo, Shanghai, Los Angeles, Minneapolis, Tokyo, le Caire, Paris… Là où se côtoient, dans l’indifférence quasi générale, richesse, surconsommation, gabegie, pauvreté, misère et faim. Les riches exploitent et vivent sur le dos des pauvres, ce n’est pas nouveau. « Mais aujourd’hui, ces paradoxes ont atteint une intensité inégalée », nous dit la voix off de Nicolas Hulot. « Ériger des murs pour colmater la misère des uns et la peur des autres est la réponse la plus futile qui soit… L’humanité doit apprendre à partager, elle n’a plus le choix. »

Les images parlent d’elles-mêmes, intenses et sans concession, Hulot et Lièvre enfoncent le clou toujours plus profond. Oui, le Nord exploite le Sud et ses richesses. Que va-t-il advenir de ces réfugiés climatiques ? Ils pourraient atteindre 150 millions en 2050, dixit l’ONU. Aux vieillards chinois contraints de vivre dans des cabanes de tôle à 200 mètres seulement d’un hôtel de luxe, les réalisateurs opposent des chiens japonais venus se refaire une santé dans des boîtes à oxygène. Aux mouches sur les yeux d’un enfant namibien, les touristes blancs venus visiter son village tel un zoo. À l’opulence occidentale, les cimetières d’ordinateurs en Afrique… À la queue pour la soupe populaire (je ne sais plus où, Paris ?) celle, délirante, à Tokyo pour acheter le nouvel iPhone.

Et ça ne s’arrête pas. Le film montre implacablement les ravages de cette fièvre, celle qui atteint les êtres humains pour obtenir toujours plus de puissance, d’argent, de pouvoir.

De bout en bout, Le Syndrome du Titanic n’est qu’un cri d’alarme, un appel à la raison, à l’apaisement de cet appétit sans limites.

Le Pôle urbain des mobilités alternatives (PUMA) qui rassemblent Vélo-Cité, AutoCool, Droit du piéton 33 et AIR organise une soirée débat après la diffusion du film documentaire « Live Bicycle » : « Quand le vélo prend le pouvoir ! » le lundi 16 novembre à 18h00 à l’Université Bordeaux 2, place de la Victoire, amphithéâtre Pitres.

Live Bicycle est un documentaire consacré au vélo, au mouvement de la Critical Mass (Vélorution en VF) et au thème de la mobilité durable/soustenable. La Critical Mass est un mouvement planétaire de cyclistes qui exige que le vélo reprenne sa place dans l’espace public de la rue. Le vélo, seul moyen de transport individuel absolument non polluant, qui, au lieu d’être encouragé, est poursuivi par la plupart des réglementations et des gouvernements de par le monde.

Le film a été tourné pendant les trois jours de la Critical Mass mondiale qui a eu lieu à Rome les 26, 27 et 28 mai 2006.

Deux mille cyclistes, arrivés du monde entier pour occuper pacifiquement les rues de Rome, interrompent le flux des milliers d’automobiles qui, chaque jour, s’entassent en files interminables et créent un maximum de pollution, de tension et d’accident.
Ce film parle aussi des automobilistes et explore, au-delà du rideau de fumé doré du monde publicitaire, les intérêts liés au pétrole, met en évidence les dommages sur la santé inutilement provoqués par la voiture et dénonce des formes de communication commerciale qui exalte l’image de la voiture en démultipliant ses identités, ses pouvoirs d’attraction et ses charmes.
Le film évoque aussi la poétique du vélo, présente en chacun de nous depuis l’enfance et mis en image par de nombreux films.

Live Bicycle est aussi un kaléidoscope d’images et de citations (film, publicité, vidéo, dessins animés) où l’on retrouve Totò, Gassmann, Freddy Mercury, Tomas Milian et tant d’autres.

Le récit est en prise directe avec les émotions des réalisateurs qui ont suivi la Critical Mass pendant ces trois jours, en pédalant au côté de cyclistes venus de France, Chili, Espagne…
Live Bicycle nous parle du vélo comme d’une possible utopie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :