Le mouvement politique des Objecteurs de Croissance vient officiellement de voir le jour en Belgique : « Les réalistes, c’est nous ! »

mondequibouge.be, Céline Teret, le 16 novembre 2009

Interview réalisée dans le cadre du dossier « Moins de biens, plus de liens », de Symbioses (n°84 – automne 2009), magazine d’éducation à l’environnement du Réseau IDée

« Les réalistes, c’est nous ! »

Le mouvement politique des Objecteurs de Croissance vient officiellement de voir le jour en Belgique. Bernard Legros, l’un de ses membres, revient sur le parcours du mouvement, ses réflexions, ses actions à venir… et fustige ceux qui accusent les objecteurs de croissance d’être des rêveurs.

Le mouvement politique des Objecteurs de Croissance vient d’être lancé. Quel est son parcours ?

Au départ il y a une initiative du Grappe, Groupe d’action pour une politique écologique, en 2006, qui désirait rassembler les associations ayant pour objectif commun de trouver des alternatives au système économique actuel. Donc, des associations qui se reconnaissaient dans une démarche d’écologie politique, et même d’objection de croissance. De ces 20 associations, des points communs ont été dégagés. La phase d’incubation avançant, on s’est retrouvé à une dizaine d’associations. Il y a eu des perspectives sans lendemain, puis l’idée est venue de fonder un mouvement politique d’objecteurs de croissance en Belgique. Nous avons décidé de commencer par une journée de réflexion et d’information sur ce qu’est la décroissance « soutenable » et l’objection de croissance. Cette journée s’est tenue le 21 février 2009, avec deux prestigieux conférenciers, Serge Latouche et Marie-Dominique Perrot, avec un panel d’associations liées à l’objection de croissance, et avec la présence d’intellectuels qui ont donné leur avis sur la décroissance (voir les actes de cette journée sur www.objecteursdecroissance.be).

Une journée qui a rencontré un vif succès… Comment expliquez-vous cet engouement ?

En effet, nous nous attendions à avoir 200 ou 300 personnes, nous en avons eu 800. Ca a été un succès inattendu. Ca s’explique peut-être parce que l’idée de la décroissance a fait son chemin dans les têtes, dans les consciences. Suffisamment de monde a entendu parler de décroissance pour se décider à venir à une séance d’information afin d’en savoir plus. Le fait, évidemment, qu’on ait eu un nom aussi connu que Serge Latouche, a également beaucoup joué. Nous avons été grisé par notre succès, nous n’en revenions pas !

Cette journée marquait le premier pas vers la création du mouvement politique…

L’un des objectifs de cette journée était de « prendre la température », de voir comment était perçue l’objection de croissance et quel est le public que ce courant rassemble. La journée a été un succès, et elle s’est donc clôturée par un appel à nous rejoindre pour fonder un mouvement politique nouveau basé sur l’objection de croissance. Parmi les 800 personnes qui étaient présentes à la journée, une bonne centaine étaient intéressées par l’idée. Nous avons fait une première plénière en mai, où nous avons commencé à mettre en place les étapes qui mènent à la fondation d’un mouvement. Pendant ce temps-là, il y a toujours un groupe de pilotage, appelé AdOC pour Association d’Objecteurs de Croissance, qui continue à fixer le cadre et la marche à suivre pour y aller par étapes. Nous avons rédigé un manifeste et les statuts du mouvement. Le 18 octobre a été lancé officiellement le mouvement politique des Objecteurs de Croissance.

Pourquoi un « mouvement politique » ?

Il n’a jamais été question de faire un parti politique et de foncer aux élections. Et en même temps, on voulait aussi éviter la dépolitisation, c’est-à-dire penser qu’on peut changer la société uniquement par l’activité associative ou par la transformation personnelle, via la simplicité volontaire. Nous ne pensons pas que ce soit suffisant. Il faut Lire la suite

Copenhague : Vers un Munich climatique

planete.blogs.nouvelsobs.com, Guillaume Malaurie, le 16 novembre 2009

Copenhague : Vers un Munich climatique

Ce qui est sûr à quelques jours du Sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique, c’est que l’esprit de Kyoto est mort. Comme est mort l’esprit  d’un nouvel ordre mondial et d’une SDN arbitre des conflits dans les années vingt. Il n’y aura pas, sauf miracle,  à  Copenhague d’engagement mondial  contraignant sur la baisse des émissions de Gaz à effet de serre. Mais au mieux un compromis sur des vœux.  La contrainte, elle,  est remise à plus tard. Quand ? Dans six mois ou un peu plus ou dans un an ?  Comment ? On verra… Et comme dans l’entre deux Guerres, les États Unis, dont on attendait tant  et trop  en matière d’environnement avec l’arrivée de la nouvelle administration Obama, se sont mis  en stand by. En attente des votes, il est vrai fort incertains, du Congrès.

Accord sur le diagnostic pas sur la thérapie

Le paradoxe, c’est que tous les exécutifs de toutes les grandes nations, sauf le Canada, sont aujourd’hui convaincus que le réchauffement n’est pas une lubie de climatologue. Et que le rôle des activités humaines est déterminant.

La Chine est convaincue  qui sait que la fonte des glaciers de l’Himalaya déstabilisera violemment son écosystème et que son régime des moussons est déjà largement perturbé qui lui fait courir le risque de sécheresses redoutables, les Etats-Unis le sont qui cherchent une solution à leur dépendance au « poison » charbon,  le Japon l’est de manière récente, les pays du Sud le sont qui seront sans doute les premiers à subir les conséquences …

Le  diagnostic est donc partagé, mais sur la thérapie, chacun y va de sa réserve. De sa priorité. De sa croissance. De son territoire ( voir entretien avec Dominique Bourg) .  De ses exigences vis à vis du voisin ou du concurrent.  Toutes sont plus ou moins légitimes. Mais pendant ce temps, les émissions de Gaz à effet continuent leur montée en puissance.

Et d’ores et déjà, les mécanismes incontrôlables, dits rétroactifs, sont à l’œuvre sans qu’une baisse des émissions de CO2 dans les années à venir y fasse quoi que ce soit.

Pendant ce temps, les glaciers fondent plus vite. Beaucoup plus vite…

C’est l’effet cliquet redouté. Un seuil est atteint  et les lois de la nature s’autonomisent.   De ce point de vue, la   fonte des glaciers  arctiques et antarctiques qui s’accélère est emblématique. Les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat)  avaient sous estimé  la tendance. Une tendance dont les conséquences sur le niveau de la mer  à la fin de ce siècle deviennent de plus en plus inquiétants   : + 30 centimètres ?  +  50 centimètres ?  + 80  centimètres ? + 1 mètre ? On n’en est pas là dans la supposition. Mais sur le constat du toujours plus et de l’irréversible. La seule chose que l’on puisse faire c’est sortir son double décimètre.  Ce ne sont plus les îles du Pacifique qui jouent leur survie mais Londres qui risque  l’engorgement.

Il faut lire à ce sujet le livre du canadien Gwynne Dyer «  Alerte , Changement climatique : La menace de guerre. » . Laffont. Dyer ne parle  pas seulement de guerre des hommes avec leur climat  mais de guerres tout court suite au réchauffement climatique. Ses sources ? Des rapports du Pentagone ou des militaires britanniques. Ça fait froid dans le dos. C’est alarmiste. C’est aussi tout bétement alarmant. Comme le livre préfacé par le climatologue Jean Jouzel :  » Réfugiés climatiques». Soit le passage en revue des 150 millions d’hommes et de femmes qui selon l’Onu vont quitter leur sols pour chercher asile ailleurs.

Bourreau encore une minute…

Le mol esprit munichois  «  Bourreau, encore une minute, ça va sûrement  s’arranger  pour le moins pire » a pourtant ses adeptes. Ses pacifistes comme dans les années trente. Ses incrédules.  Claude Allègre, invité  d’un  débat sur Public Sénat en fin de semaine dernière,   fait partie de cette mouvance relativiste et rassurante. La montée des eaux ? «  Pas du tout, c’est le Bangladesh qui s’affaisse » assure Claude Allègre.  » Les experts du GIEC ? »  « Des extrémistes ! Des spéculateurs idéologues et  anxiogènes ! »  « Hulot ? »  » Un va-t-en guerre idiot et irresponsable. » La solution ? Allègre, qui ne nie pas le réchauffement, ni l’excès de CO2, ni l’acidification des océans qui captent moins le carbone, l’a trouvée comme Maginot avait trouvé sa « ligne » : la captation et l’enfouissement  du CO2.  Tout le monde est d’accord que Lire la suite

Quand le vélo prend le pouvoir ! Diffusion du film documentaire « Live Bicycle »et débat lundi 16 Novembre 18H00 Université Bordeaux 2 place de la Victoire

MNE Bx Aquitaine et PUMA, le 16 novembre 2009

« Le vélo prend le pouvoir! »

Lundi 16 Novembre, à 18H00, à l’Université Bordeaux 2, place de la Victoire, amphithéâtre Pitres.
Dans le cadre de l’Université populaire de l’environnement mise en place par la MNE Bordeaux-Aquitaine, le Pôle urbain des mobilités alternatives (PUMA) qui rassemblent Vélo-Cité, AutoCool, Droit du piéton 33 et AIR organise une soirée débat après la diffusion du film documentaire « Live Bicycle ».

Quand le vélo prend le pouvoir !

Les négociations internationales de Copenhague qui vise à renouveler le protocole de Kyoto n’avance pas. Nous sommes encore très loin d’un engagement à la baisse de 30 à 40 % de la consommation énergétique des pays riches d’ici à 2030 et d’une aide suffisante à l’adaptation des pays les moins développés. L’échec semble inévitable.

Le discours de nos élus locaux s’écologise à grande vitesse, mais ils semblent avoir un problème d’imaginaire et être incapables de proposer autre chose que de préhistoriques projets d’aménagements énergivores à la construction et à l’utilisation, consommateur d’espaces et destructeurs de ressources non renouvelables : A 65, grand contournement autoroutier de Bordeaux, port méthanier du Verdon, pont levant autoroutier de Bordeaux, doublement de LGV, grand stade de Bordeaux… Le grand écart entre les discours et les actes va grandissant.

Fort heureusement, depuis 2 ans la prise de conscience de la réalité des crises énergétique, climatique, écologique… et du changement radical de mode de vie et de consommation, subi ou choisi qu’elle implique, grandi dans l’opinion publique. Près d’un quart des Français (27%) se déclare « prêt à changer en profondeur son mode de vie et à restreindre sa consommation de manière significative » (Sondage IFOP Sud-Ouest Dimanche du 10 octobre 2009).

Quel doit être le rôle des citoyens face à l’incapacité grandissante de nos représentants à prendre les décisions, où se joue l’avenir de l’espèce humaine ?

Quelle est dans la population, la masse critique pour que s’opère le changement de paradigme, la métamorphose nécessaire ?

Live Bicycle est un documentaire consacré au vélo, au mouvement de la Critical Mass (Vélorution en VF) et au thème de la mobilité durable/soustenable. La Critical Mass est un mouvement planétaire de cyclistes qui exige que le vélo reprenne sa place dans l’espace public de la rue. Le vélo, seul moyen de transport individuel absolument non polluant, qui, au lieu d’être encouragé, est poursuivi par la plupart des réglementations et des gouvernements de par le monde.

Le film a été tourné pendant les trois jours de la Critical Mass mondiale qui a eu lieu à Rome les 26, 27 et 28 mai 2006.

Deux mille cyclistes, arrivés du monde entier pour occuper pacifiquement les rues de Rome, interrompent le flux des milliers d’automobiles qui, chaque jour, s’entassent en files interminables et créent un maximum de pollution, de tension et d’accident.

Ce film parle aussi des automobilistes et explore, au-delà du rideau de fumée doré du monde publicitaire, les intérêts liés au pétrole, met en évidence Lire la suite

Découvrez le site et les actions de l’association taca Agir pour réduire tes émissions de CO2 et demander une TAxe CArbone avec redistribution

 taca, le site,  novembre 2009

taca Agir pour réduire tes émissions de CO2 et demander une TAxe CArbone avec redistribution

Accueil

Les evenements

Contact

taca agir pour Copenhague

Lire pour comprendre Copenhague

taca en 4 pages et 1 video

Bilan Carbone Personnel

Greve de la Faim pour Copenhague

Signer pour Copenhague

Picnic sans carbone et journée 350.org

Films et photos du picnic sans carbone du 4 octobre 2009

Images du 24 octobre journée mondiale avec 350

Le film du picnic du 17 mai 2009

Le picnic de nov 2008

Des témoignages brûlants

Les citoyens du monde hyperconcernés !

Superbe Video de Lester Brown

2 videos à voir pour agir Lire la suite

La CUB lance le prix Coup de cœur de l’initiative sociale et solidaire »* afin de récompenser les porteurs de projets les plus créatifs et les plus innovants sur la CUB

CUB, Communiqué de presse, novembre 2009

La CUB lance *le prix « Coup de cœur de l’initiative sociale et solidaire »* afin de récompenser les porteurs de projets les plus créatifs et les plus innovants sur la CUB

Ce concours est ouvert *du 9 au 23 novembre* et sera *doté de 3 prix de 2 000 €*.

Pour candidater, il vous suffit de prendre connaissance du règlement et de remplir le dossier en annexe (4 pages) avant le 23 novembre et de le renvoyer à entreprendreautrement@cu-bordeaux.fr

La remise des prix sera effectué le 26 novembre 2009 lors du lancement du site « entreprendre autrement »  sur lequel vous pouvez laisser vos  commentaires d’entrepreneurs, de porteurs de projet pour témoigner de votre parcours de création, des accompagnements dont vous avez bénéficié.

Le site Lire la suite

Lettre de l’Université populaire de l’environnement, programme de novembre et décembre 2009

MNE Bordeaux-Aquitaine, Université populaire de l’environnement, communiqué, le 3 novembre 2009

UNIVERSITE POPULAIRE DE L’ENVIRONNEMENT – L’Université nomade d’Aquitaine

Cinquième lettre de l’UPE [Saison 2] avec :

– Plus de 150 personnes à la manifestation lionbleu.350 du samedi 24 octobre du Collectif Gironde Copenhague 09 https://mneaquitaine.wordpress.com/2009/10/26/plus-de-150-participants-a-la-journee-lionbleu-org-a-bordeaux/ 

– ce soir, mardi 3 novembre à 19h30 à l’Athénée Municipale déclinaison régionale du débat national sur les nanotechnologies qui se tient du 15 octobre 2009 au 24 février 2010. A Bordeaux les thèmes retenus sont « Process industriels / Nanotechnologies et protection des travailleurs ». Chacun peut s’informer et participer au débat à partir du site “http://www.debatpublic-nano.org/

le mercredi 4 novembre à 18h00, conclusion du cycle de conférences de l’UPE « Climat, énergie et transports » à l’Université Bordeaux 2 Victoire « Vers une révolution des transports ? » [plus d’infos ci-dessous]

– jeudi 5 novembre – Vélorution spéciale Copenhague, ces rendez-vous ne sont pas déclarés, il s’agit d’une coïncidence heureuse provoquée… Rendez-vous à 17h00 place Pey-Berland à Bordeaux http://www.velorution.org/articles/rubrique59.html [plus d’infos ci-dessous]

– mardi 10 novembre à 18h30 à la MNE Bordeaux-Aquitaine, 3 rue de Tauzia, dans le cadre de l’UPE poursuite de la formation, ouverte à tous, sur la communication des associations, thème du jour « Le communiqué de presse », séance suivante « Les nouveaux outils de communication Internet », si vous êtes intéressé, merci de vous signaler à mnebxaquitaine@aol.com

vendredi 13 novembre – Soirée à l’Utopia « Climat, la lutte des glaces » avec la diffusion du film « Le syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot et Jean-Albert Lievre. Il sera suivi d’un débat animé par le Collectif Copenhague en présence de Bruno Malaizé, climatologue, et de Simon Charbonneau, juriste. Il faut réserver sa place à l’Utopia. Découvrez la bande-annonce du film. http://www.fondation-nicolas-hulot.org/blog/exclu-bande-annonce-le-syndrome-du-titanic

– lundi 16 novembre – Organisée par le PUMA (Pôle alternatif des Mobilités urbaines) : Vélo Cité, AutoCool, Droits du piéton 33, AIR… en partenariat avec l’UPE, soirée « Quand le vélo prend le pouvoir ! » diffusion du film « Live Bicycle » suivi d’un débat sur la mobilité urbaine, à l’Université Bordeaux 2 Victoire amphithéâtre Pitres [plus d’infos ci-dessous]

– samedi 21 novembre une nouvelle « Action médiatique » du Collectif Gironde Copenhague 09 [plus d’infos dans la prochaine lettre]

samedi 5 décembre – Journée nationale d’action Greenpeace, Lire la suite