Yves Cochet – Copenhague : trois certitudes et une crainte

actu-environnement.com, Yves Cochet, Mathématicien, ancien Ministre de l’Environnement, Député de la 11e circonscription de Paris, le 28 octobre 2009

Copenhague : trois certitudes et une crainte

Si l’objectif de la conférence de Copenhague est clair – aboutir à un accord pour lutter contre le réchauffement climatique – une inquiétude demeure cependant car toute manoeuvre échappatoire à l’affrontement direct de la réalité climatique et énergétique mènera au chaos.

Nous avons trois certitudes. La modification de la composition de l’atmosphère en gaz à effet de serre (GES) est rapide et importante depuis cinquante ans. Le réchauffement global est sans équivoque lorsqu’on observe l’évolution des températures moyennes, mais aussi l’élévation du niveau des mers par dilatation, l’accroissement de la vapeur d’eau, la fonte des glaciers et d’autres facteurs. Enfin, l’essentiel de ce changement est dû aux activités humaines, même si certaines activités naturelles telles que les cycles du soleil et le volcanisme peuvent parfois amplifier ou contrecarrer ce changement. Parce qu’il n’y a pas, dans le passé, l’analogue de ce qui se passe actuellement, il est nécessaire de réduire drastiquement et rapidement nos émissions de GES et de mettre en œuvre des politiques d’adaptation, notamment pour la protection des populations de certains pays du Sud.

Il y a une autre raison d’agir vite et fort à Copenhague. Nous n’avons plus que quelques années pour profiter de notre capacité de faire, de notre puissance disponible, de notre relative prospérité avant que l’énergie ne devienne rare et beaucoup plus chère qu’aujourd’hui, tandis que la récession concomitante nous empêchera d’agir efficacement. Si un bon accord juridique n’est pas conclu à Copenhague, nous n’aurons plus le temps de nous en tirer, faute de moyens physiques économiquement disponibles. Nous ne sommes plus dans le rêve essentialiste d’une bienheureuse société post-carbone en 2050, nous sommes dans le compte à rebours pour éviter le pire, pour réduire les souffrances de nos enfants et petits-enfants, pour sauver le plus grand nombre de nos frères et sœurs du Sud. Pratiquement, le point le plus important de Copenhague est un accord contraignant sur la décroissance réelle et forte des émissions de GES à partir de 2015.

Moins connu que les autres arguments en faveur de la réduction des GES, cette raison d’agir basée sur la raréfaction et le renchérissement imminents de l’énergie doit être expliquée plus avant. Essentiellement : le modèle économique dominant – que l’on peut qualifier de « libéral-productiviste » – nécessite une croissance sans fin et une création d’emplois continuelle, ce qui est physiquement impossible. Plus explicitement : l’économie actuelle s’appuie sur les marchés et les emplois pour distribuer les biens et les services ; la croissance du PIB et des emplois exige la croissance de l’énergie nette disponible ; cette dernière est liée au pic de production de pétrole qui arrive aujourd’hui et sera donc suivi – dès la décennie 2010-2020 – d’une décroissance longue et définitive du PIB, la récession actuelle se transformant en dépression puis en chaos si nos dirigeants ne décillent pas les yeux. Bref, lorsque l’énergie nette disponible décroît, tout décroît. Cette décroissance n’est même plus un choix politique issue d’un débat politique sur les meilleures orientations pour une planète soutenable, cette décroissance est notre destin.

De ce point de vue, les débats préparatoires à Copenhague sont souvent affligeants. Les sujets qui occupent le devant de la scène ne Lire la suite

Les Français peuvent désormais comparer facilement les offres d’énergie

lemonde.fr, Rafaële Rivais, le 6 novembre 2009

Les Français peuvent désormais comparer facilement les offres d’énergie

Terminé, l’impossible addition, avec sa calculette, des prix du kilowatt en heures pleines et heures creuses, des coûts d’abonnement et des frais de résiliation des contrats ! Le médiateur national de l’énergie a mis en ligne, jeudi 5 novembre, un comparateur de prix des différents fournisseurs d’électricité et de gaz (energie-mediateur.fr). Il va enfin permettre de confronter les offres, deux ans après l’ouverture du marché de l’énergie.

Son utilisation est simple : pour l’électricité, par exemple, le consommateur inscrit son code postal (75013), la puissance souscrite (6 kVA, par exemple), son option tarifaire (base), et le montant de sa facture (63 euros hors taxe), ce qui lui donne la consommation annuelle correspondante (6 100 kWh). Il choisit alors le critère de comparaison qui l’intéresse : prix, pourcentage d’énergie verte ou évolution des tarifs (réglementés ou indexés).

En l’occurrence, le comparateur propose 15 résultats provenant de sept fournisseurs. L’offre la moins chère est faite par Direct Energie : 679 euros TTC, avec 20 % d’électricité verte. La plus chère provient d’EDF : 838 euros avec seulement 9 % d’énergie verte : mais il s’agit d’une offre de marché. EDF propose la même offre, au tarif réglementé, pour 743 euros seulement ! Le comparateur vient donc rappeler que l’opérateur historique, qui, seul, a le droit de proposer des tarifs réglementés, c’est-à-dire dont le montant est fixé par l’Etat, peut aussi vendre de l’énergie à un prix qu’il fixe librement.

Le comparateur de prix montre aussi que l’énergie verte n’est pas aussi chère qu’on peut le croire : Direct Energie, Planète Oui et Poweo ont ainsi trois offres assez similaires, affichant 100 % d’énergie verte, pour respectivement Lire la suite

Du slow food au slow money : si nous utilisions l’argent comme du fumier et non comme de l’engrais de synthèse ?

courrierinternational.com, le 1er octobre 2009

Du slow food au slow money

La finance a été pervertie, comme l’agro-industrie, par l’obsession du rendement. Mais si nous utilisions l’argent comme du fumier et non comme de l’engrais de synthèse ?

A la faveur de la crise économique et écologique, des penseurs nous proposent de nouveaux modèles. Et, partout dans le monde, de nombreuses personnes changent déjà de vie, inventent et mettent en œuvre des solutions concrètes, comme en témoigne l’article que nous publions ci-contre. Il est extrait du hors-série que consacre Courrier international à la vie après la crise. Chez votre marchand de journaux à partir du 7 octobre 2009.

Inquiries into the Nature of Slow Money: Investing as if Food, Farms and Fertility Mattered [Enquête sur la nature de l’argent lent : investir comme si la nourriture, les exploitations agricoles et la fertilité avaient de l’importance, Chelsea Green, 2008, non traduit en français], un livre de Woody Tasch.

Vous voulez connaître le petit secret honteux de la crise économique actuelle ? Ramassez donc une poignée de terre puis, l’élément vital de la planète dans le creux de la main, essayez de faire le rapprochement avec les marchés financiers. Vous ne voyez pas le rapport ? A en croire Woody Tasch, le gourou de l’investissement socialement responsable, les problèmes liés à la récession sont analogues à ceux posés par la fertilité des sols. Pour le président d’honneur d’Investor’s Circle, un réseau d’investisseurs providentiels [qui aident de jeunes entreprises innovantes sans chercher de rendement immédiat], de spécialistes du capital-risque et de fondations œuvrant pour une économie durable, notre système alimentaire stratifié est une métaphore de l’économie tout entière.

L’agriculture industrielle considère le sol comme un support pour des plantes que l’on gave de substances chimiques synthétiques de manière à en optimiser le rendement. Pour la finance industrielle, les entreprises sont un support permettant le gavage des capitaux et la maximisation du rendement”, résume-t-il. Mais ce qui est encore plus dangereux que la philosophie selon laquelle “la cupidité a du bon” [“greed is good”, devise de Gordon Gekko, le héros de Wall Street, le film d’Oliver Stone sorti en 1987], c’est la vitesse à laquelle l’argent circule autour de la planète. Pour étayer son propos, Tasch cite de nombreuses statistiques, comme l’explosion du volume des transactions enregistrées à la Bourse de New York, passé d’un record quotidien de 100 millions de titres échangés en 1982 à 5 milliards en 2007.

Quand l’argent n’est plus rien d’autre qu’un instrument pour en gagner encore plus, aussi rapidement que possible, quand des hordes d’experts financiers ne font rien d’autre qu’optimiser les taux de rendement pour diverses catégories d’actifs, cela produit des monceaux de richesses financières qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’activité dans la vie réelle”, ajoute-t-il. L’“argent rapide” est devenu tellement complexe que l’on se retrouve devant ce que Woody Tasch appelle l’“abstraction ultime”, c’est-à-dire les produits dérivés. Malgré leur valeur totale estimée à 50 000 milliards de dollars, aucun président de banque d’affaires, soutient-il, ne peut vraiment les comprendre, et encore moins les gérer.

Il en est de même pour ces hamburgers fabriqués avec Lire la suite

Energie grise, la face cachée de l’éco-construction

novethic.fr, Philippe Chibani-Jacquot, le 28 octobre 2009

Energie grise, la face cachée de l’éco-construction

Le secteur du bâtiment vit à l’heure de la réduction des consommations d’énergie, via les incitations fiscales et la réglementation thermique. Mais un facteur important de réduction des émissions de gaz à effet de serre reste en marge des politiques publiques : l’énergie grise.

« Dans le cas de la construction d’un immeuble de bureau de 1500 m2, le bilan carbone passe d’une dette de 500 kg de CO2 /m2 à un crédit de 300 kg de CO2 /m2 selon le scénario de construction. De la construction conventionnelle à la plus écologique », explique Luc Floissac, conseiller environnemental et chercheur à l’Ecole nationale d’architecture de Toulouse. Ce spécialiste de l’éco-construction a élaboré le logiciel « Cocon » qui permet, notamment, d’évaluer l’énergie grise d’un bâtiment, c’est-à-dire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) avant même qu’il n’ai dégagé un gramme de CO2 du fait de son usage. Le calcul prend en compte les émissions de GES dues à la production des matériaux1, la construction elle-même, l’entretien, la durabilité des matériaux et leur valorisation en fin de vie…

35 ans de pollution évitée

Pour exposer un cas concret, la rénovation d’un immeuble ancien de 285 m2, destiné à accueillir trois logements sociaux dans la banlieue de Toulouse, a été l’occasion pour l’équipe de Luc Floissac, d’évaluer les différentes stratégies de construction en recoupant l’énergie grise, la performance énergétique mais aussi le coût financier de l’opération (incluant la taxe carbone). Résultat : une réhabilitation conventionnelle aurait produit l’équivalent de 204 kg de CO2 /m2 contre 35,5 pour la solution d’éco-construction mise en œuvre qui allie le feutre de bois et le liège. A raison d’une pollution de 5 kg de CO2/m2 et par an du à l’usage des logements, il faudra 35 ans pour que la rénovation écologique produise autant de GES que la seule rénovation du même immeuble selon des techniques conventionnelles. La solution mise en oeuvre aurait pu être encore réduite, notamment en préférant des fenêtres en bois, plutôt qu’en PVC. Mais ce type d’arbitrage a permis de réduire au minimum le surcoût du aux éco-matériaux.

Début de reconnaissance

Jusqu’à maintenant, les politiques publiques ne se sont attachées qu’à la réduction de la consommation énergétique du fait de l’usage du bâtiment pour atteindre l’objectif de division par quatre des émissions de GES du secteur à l’horizon 20501. L’effort, porté par des incitations fiscales à la rénovation et la création de normes dites basse consommation pour le neuf est justifié2, mais risque de voir ses résultats minimisés du fait de l’usage exclusif de matériaux industriels énergétivores (monomurs de béton, fenêtres en PVC…).

Selon un rapport sur les éco-matériaux des Amis de la Terre publié en 2009, la part de marché des isolants écologiques (chanvre, paille, ouate de cellulose…) stagne Lire la suite

Cahier d’expériences du Conseil Départemental des Agendas 21 locaux de Gironde

Voici venu, le premier « Cahier d’expériences du Conseil Départemental des Agendas 21 locaux de Gironde » qui vous présente un panorama des Agenda 21 au sein des 51 collectivités girondines engagées.

Pour mémoire, le Conseil Départemental des Agenda 21 locaux (CDA21) en Gironde, créé en mars 2005, a pour objectif d’échanger les bonnes pratiques et de monter ensemble en connaissance et en expérience, de rechercher une cohérence des initiatives aux différents échelons de l’action publique.

Le CDA21 fonctionne à ce jour sans statut ni budget propre et réunit 51 collectivités en Agenda 21 en Gironde. Près de la moitié des collectivités engagées auront publié un premier programme d’actions à la fin 2009 et trois d’entre elles auront finalisé l’évaluation de leur 1er programme d’actions. Six bénéficient d’ores et déjà de la reconnaissance « Agenda 21 local France » (Pays Cœur Entre Deux Mers, Pays des Landes de Gascogne, Communauté de communes de l’Estuaire, Commune de Mérignac, Commune de Pessac, Conseil Général de la Gironde).

Ce premier  « Panorama des Agendas 21 locaux en Gironde » est le fruit de toutes ces expériences et présente en synthèse : « Qui ils sont, Ce qu’ils ont fait, Ce qu’ils font et Ce qu’ils feront » en matière d’Agenda 21.

Téléchargeable ici Lire la suite

Nanotechnologies : s’informer, s’exprimer… et après ?

lemonde.fr, Jean-Marc Manach, le 6 novembre 2009

Cet article a été publié originellement sur Internetactu.net.

Nanotechnologies : s’informer, s’exprimer… et après ?

A peine lancé, le débat public sur les nanotechnologies, intitulé Je m’informe, je m’exprime, censé éclairer l’Etat sur « l’organisation du contrôle et du suivi des nanomatériaux, la caractérisation de l’exposition et l’évaluation de la toxicité sur l’homme et les écosystèmes, l’information et la protection du travailleur et du consommateur, les modalités de soutien à la recherche et aux innovations dans ce domaine », fait déjà polémique.

Le collectif Pièces et Mains d’Oeuvre, connu pour ses enquêtes, analyses, ses actions d’éclat et son refus critiques des nanotechnologies, refuse ainsi de participer à ce qu’il qualifie de campagne nationale d’acceptabilité des nanotechnologies destinée à “vaincre la méfiance de citoyens- consommateurs échaudés par trop de scandales techno-industriels : amiante, vache folle, OGM” (voir aussi Aujourd’hui le nanomonde, site qu’ils consacrent à cette opération).

Rappelant avec ironie que pour Paul Valéry “La politique est un mécanisme qui sert à empêcher les gens de prendre part à ce qui les concerne directement“, Dorothée Benoit-Browayes, déléguée générale de l’association Vivagora et auteure de Le Meilleur des nanomondes, estime pour sa part qu’il s’agit là d’un « vaste chantier dans un paysage pourtant déjà bien construit », et d’ores et déjà financé, à concurrence de plusieurs centaines de millions d’euros, par le gouvernement français :

« Alors que les dés sont largement lancés en France comme dans le monde, un tel processus de discussions sera-t-il en mesure de faire changer d’opinion les sceptiques qui sont légions ?

De quoi sera-t-il question tout au long de ces débats ? De technique ou de politique ? On peut craindre que l’explication cache la forêt, la plupart des Français n’ayant jamais entendu parler de ces nanoobjets. Difficile de débattre sur un tsunami resté invisible. Les nanotechnologies – qui désignent les interventions sur la matière pour réarranger ses briques élémentaires ou atomes – déferlent en effet depuis dix ans sur le marché sans crier gare. »

UN DÉBAT MORT-NÉ ?

Dimitri Granger, professionnel des relations publiques et blogueur sur Pr2Peer, blog consacré à “la communication corporate à l’âge de la mise en réseau des hommes et des idées” se demande quant à lui si, à peine lancé, le débat public ne serait pas mort-né :

« Si l’initiative semble louable et pleine de bonnes intentions, les objectifs paraissent Lire la suite