Université Bordeaux 2 Victoire : 3 conférences-débat « Climat, énergie et transports » les 7, 15 octobre et 4 novembre

MNE Bordeaux-Aquitaine, communiqué, le 7 octobre 2009

3 conférences-débat « Climat, énergie et transports »

Université populaire de l’environnement – L’Université nomade d’Aquitaine en partenariat avec le Collectif Gironde Copenhague 09

Université Bordeaux 2 Victoire – Place de la Victoire – Amphithéâtre Pitres – Bordeaux
Le mercredi 7 octobre à 18h00 : « Crise climatique, énergétique, écologique…, état des lieux » avec Gilbert Haumont – Universitaire

Le jeudi 15 octobre à 18h00 : « Les énergies : une division par 4 d’ici 2050 » avec Gilles Drogou – Les Amis de la terre

Le mercredi 4 novembre à 18h00 : « Vers une révolution des transports ? » avec Simon Charbonneau – Universitaire

Ouvert à tous – Entrée libre et gratuite

Contact : Maison de la nature et de l’environnement Bordeaux-Aquitaine et Université populaire de l’environnement : mnebxquitaine@aol.com

D’après le Commissaire européen à l’environnement Stavros Dimas, le sommet de Copenhague qui aura lieu en décembre prochain sera la dernière chance du monde pour éviter un changement climatique fatal et engager une lutte sérieuse contre les émissions de gaz à effet de serre. Le monde fera face à sa dernière chance de se mettre d’accord sur une réponse mondiale appropriée au changement climatique.  

Les dirigeants d’environ 190 pays se rencontreront pour essayer de se mettre d’accord sur une convention mondiale pour remplacer le Protocole de Kyoto et lutter contre le changement climatique. Le Protocole de Kyoto, qui engage 37 nations industrialisées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5% en moyenne entre 2008 et 2012, expirera en 2012.  « Cela fait maintenant douze ans que Kyoto a été créé. Cela signifie que Copenhague est la dernière opportunité pour le monde de faire cesser le changement climatique avant qu’il ne dépasse un point de non retour » a déclaré le Commissaire européen à l’environnement, Stavros Dimas. « Conclure un accord à Copenhague est non seulement possible, mais c’est impératif et nous allons le conclure ».

Les émissions de gaz à effet de serre mondiales augmentant plus rapidement que prévu, Stavros Dimas a déclaré qu’il était essentiel que les principaux pollueurs tels que les Etats-Unis et les pays émergents du Moyen-Orient et de l’Amérique du sud signent également le nouveau traité. Stavros Dimas a déclaré qu’un accord à Copenhague devrait viser à limiter le changement climatique en maintenant l’augmentation des températures au dessous du seuil critique des 2°C par rapport à la période préindustrielle, soit moins de 1,2°C au-dessus des températures actuelles.

Pour cela il faudra au moins diviser par deux les émissions mondiales d’ici 2050, par rapport aux niveaux de 1990. Le principe d’équité impose un quota par habitant d’émission de gaz à effet de serre égal pour tous les pays, ce qui va se traduire par des réductions de 80 à 95 % pour les pays développés qui aujourd’hui émettent beaucoup plus par individu que le reste du monde. Stavros Dimas a déclaré que les nations riches avaient l’obligation morale de mener la lutte contre le changement climatique et que l’Union Européenne était prête à s’engager à réaliser des réductions d’émissions plus importantes, à condition que les pays développés fassent un engagement similaire.

Pour atteindre ces objectifs nous allons devoir « décarbonner » notre économie et notre mode de vie. Quelques mois après le dernier rapport du GIEC, quelles sont les dernières informations sur l’évolution du changement climatique ? Quelle est l’évolution de notre consommation d’énergie ? Comment la réduire et la rendre plus efficace ? Faut-il envisager une révolution des transports?

Afin de tenter de répondre à ces questions et à toutes celles que vous vous posez, rendez-vous à Bordeaux 2 Victoire, amphithéâtre Pitres, les 7 et 15 octobre et le 4 novembre :

1. « Crise climatique, énergétique, écologique…, état des lieux »

Gilbert Haumont, universitaire

L’effet de serre est un phénomène naturel qui a permis le développement de la vie sur la Terre. L’activité humaine provoque un effet de serre additionnel qui explique le réchauffement climatique constaté au XXe siècle. Les grandes causes en sont le déstockage du carbone fossile, la déforestation et la dissémination de certaines molécules de synthèse. L’augmentation prévue de la température moyenne de la planète va déstabiliser les systèmes naturels et socio-économiques, induisant des conséquences dommageables dont l’ampleur dépendra de notre détermination immédiate à agir résolument.

 2. « Les énergies : une division par 4 d’ici 2050 »

Gilles Drogou, Amis de la terre

La situation énergétique actuelle. Les différentes formes d’énergie. La consommation mondiale d’énergie. Le cas du pétrole. Les études de monsieur Hubert. Le prix du baril en dollar constant. Les économies d’énergie en Europe. L’énergie en France. Les importations d’énergie. L’inefficacité énergétique. L’énergie grise. Le futur énergétique.

Les actions d’efficacité énergétique. Les économies d’énergie. Dans le bâtiment. Dans la maison. Dans le transport. L’efficacité à la production. Les 5 familles d’énergies renouvelables. Le solaire. La biomasse. La géothermie. L’hydraulique. L’éolien. La complémentarité des énergies renouvelables.

 3. « Vers une révolution des transports ? « 

Simon Charbonneau, universitaire

La prolifération actuelle des moyens de transports  provoque la mobilité des marchandises et des hommes, qui créent aujourd’hui des besoins artificiels surdéterminée par les moyens techniques disponibles. Cette prolifération des moyens de transports motorisés en tout genre engendré par l’industrie explique non seulement la congestion automobile de l’espace urbain, mais aussi celle des infrastructures destinées à les accueillir (autoroutes, parkings, lignes ferroviaires à grande vitesse, aéroports) qui sont extraordinairement consommatrices d’espaces naturels et productrice de nuisances multiples.

Il s’agirait donc de réduire la mobilité excessive des hommes et des marchandises. Un tel objectif suppose, bien entendu, la remise en question complète du mode de fonctionnement de notre économie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :