Bordeaux : La maison verte sur les quais

sudouest.com, Jean-Paul Vigneaud, le 26 Octobre 2009

RICHELIEU. L’ex-bureau de recrutement des dockers transformé en maison éco-citoyenne

La maison verte sur les quais

Les joggeurs ou promeneurs ont été les premiers à s’en apercevoir, les premiers aussi à devoir contourner les barrières. Quai Richelieu, l’ancien Bureau central de recrutement de main-d’œuvre (BCMO) commence à vibrer au rythme des marteaux-piqueurs. C’est le début du chantier de construction de la maison éco-citoyenne.

Le bâtiment concerné est l’un des derniers « vestiges » de la partie sud du port de Bordeaux. Ce bâtiment sans étage a été construit au début des années 50. Un lieu qui ne désemplissait pas. Il y avait 3 000 dockers à l’époque à Bordeaux et tous devaient passer par ce bureau de recrutement central. Selon les règles en vigueur, ils ne pouvaient pas décrocher plus de huit heures de boulot d’un coup (deux fois quatre heures) mais rien ne leur empêchait de revenir le lendemain, pour refaire la queue et s’il y avait des bateaux à quai, décrocher un nouveau contrat. C’est dire les bousculades qu’il y a eues en ces lieux, les coups de gueule aussi.

Du faux XVIIIe

Contrairement à ce que l’on pense en le voyant de loin, ce bâtiment ne date pas du XVIIIe. C’est du faux ! L’architecte d’alors a respecté le site mais il a tout réalisé en béton et recouvert l’ensemble avec de fausses pierres pour ne pas gâcher le paysage.

Aussi, Olivier Lehmans, l’architecte bordelais retenu pour construire la maison éco-citoyenne, ne se retrouve-t-il pas les mains liées devant un monument historique indéformable. Il a pu faire courir son imagination à la condition bien évidemment qu’il respecte à son tour l’environnement architectural immédiat.

La construction de cette maison éco-citoyenne entre dans le cadre de la démarche de développement durable et de la mise en route de l’Agenda 21 de la Ville de Bordeaux. Cette maison verte est sur rails depuis longtemps. « Pour créer une dynamique, nous avons déjà créé la maison éco-citoyenne mobile », explique Anne Walryck, adjointe au maire chargée de mettre en œuvre la politique de développement durable à la mairie.

Cette « maison » est allée de quartier en quartier et même participé à des événements « grand public » majeurs comme la foire internationale. Parallèlement, des débats ont été organisés avec des experts reconnus. Sur les thèmes forts du moment et mettant en avant la nécessité de se mobiliser pour défendre l’environnement et faire les bons choix pour sauver la planète.

Un lieu de vie

La future maison éco-citoyenne sera le top de ce que l’on peut faire en la matière. Sous un grand chapeau « développement durable », ce sera un centre de recherches et de documentations, un lieu de débats et de réflexions, une galerie d’exposition pour valoriser tout ce qui va dans le bon sens, un lieu de création et de productions…

« Ce sera aussi un lieu de vie », précise Anne Walrick. « Rien ne sera figé de façon à ce que le site demeure attractif et tout sera fait pour que les gens s’y sentent bien. Que ce soit les membres des associations avec lesquelles nous travaillons déjà (celles rattachées à la Maison de la nature et de l’environnement), les habitants ou les visiteurs de passage. Voilà pourquoi il y aura un petit restaurant, un lieu convivial où tout le monde pourra se retrouver autour de bons produits bio. »

Des ruches et des nichoirs

La future maison répondra évidemment aussi aux normes HQE en vigueur (voir image ci dessous). À elle seule, la toiture sera un modèle du genre. Elle ondulera comme les vagues du mascaret, sera en partie végétalisée et recouverte de 300 mètres carrés de panneaux photovoltaïques. Et, tenez-vous bien, cette toiture sera également dotée de nichoirs pour les oiseaux et de ruches pour les abeilles.

Au bout du compte, ainsi, ne devraient rester que les quatre murs du vieux BCMO. À l’intérieur, le sol va être creusé pour la création d’une sorte d’agora, un lieu de rencontres et de conférences autour duquel seront aménagés les autres pôles d’expositions et d’animations.

Coût de l’opération : 1,6 million d’euros, une dépense que la Ville compte couvrir avec l’aide de l’Europe et si possible d’autres collectivités. Si tout va bien, cette maison sera terminée en mai prochain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :