Articles eitb et Sud-Ouest sur manifestation anti LGV de 9 600 à 12 000 personnes à Bayonne

eitb.com, Ramuntxo Garbisu, le 17 octobre 2009

Bayonne : des milliers à dire  »Non » à la LGV en Pays Basque nord

La manifestation de ce samedi à Bayonne contre le projet de voies LGV en Pays Basque nord aura été très impressionnante, avec près de 12.000 personnes descendues dans la rue montrer leur opposition.

Point d’orgue d’une contestation populaire emmenée depuis 1996 par le collectif des associations opposées à de nouvelles voies LGV et, plus récemment, par de nombreux élus du Pays Basque nord, la manifestation de ce samedi à Bayonne aura été une démonstration particulièrement impressionnante contre ce projet porté par l’Etat, les « grands élus », et l’opérateur gouvernemental Réseau Ferré de France (RFF).

« Non à la LGV, ni chez nous ni ailleurs ! » aura été le monde d’ordre de la mobilisation de 12.000 personnes (« 9.600 selon les Renseignements Généraux, précisa le porte-parole du CADE, Victor Pachon).

Echarpe tricolore le long du corps, une centaine d’élus – représentant majoritairement les trois Communautés de Commune du Sud Pays Basque à l’origine de la contre-étude indépendante suisse de la CITEC – ont ouvert le cortège à 17h, précédant 28 banderoles au total, représentant les diverses communes potentiellement traversées par ces futures lignes, ainsi que de nombreuses associations constituées en opposition à ce projet jugé « inutile, destructeur d’environnement, et de ressources publiques ».

Y figuraient également le syndicat basque LAB, le collectif d’urgence climatique Bizi (à bord d’une parodie de TGV en carton fonçant « droit dans le mur »), puis les Verts du Pays Basque, le NPA, ainsi qu’une délégation du collectif du Pays Basque sud, « AHT-Gelditu« .

Après plus de deux heures de marche de la salle Lauga à la Sous-Préfecture de Bayonne, les initiateurs de cette manifestation ont exprimé leurs sentiments que, depuis ce 17 octobre, « ignorer la volonté populaire serait une grave erreur« .

Porte-parole de l’unité associative, Victor Pachon a rappelé le chemin parcouru depuis 1996, la succession d’enquêtes et de contre-démonstrations qui, traduit ce jour dans une manifestation d’une rare ampleur, « prouve que le Pays Basque rejette totalement la plaie béante contre son territoire« .

Avant de lancer un « Pas une seule voix aux Régionales pour les candidats pro-LGV ! ».

Représentant les élus, Michel Hiriart, maire de Biriatou et président de la Communauté Sud Pays Basque, a également souligné le caractère « particulièrement rare d’une telle manifestation populaire ».

Dans sa prise de parole devant la sous-préfecture (et 6 CRS qui auront passé une après-midi tranquille sous le soleil), cet élu aura également porté le souhait que la LGV ne traverse pas le Pays Basque nord, même si sa déclaration de non-hostilé vis à vis du tronçon LGV de Bordeaux à Bayonne aura été diversement apprécié parmi les manifestants.

Une nouvelle étape du rapport de force entre les représentants élus du Pays Basque nord et la logique de RFF aura lieu prochainement : le 6 novembre prochain, les élus ont obtenu une réunion de confrontation entre les techniciens français de RFF et ceux de l’étude suisse Citec ayant conclu à une non-saturation des voies actuelles pour le prochain demi-siècle.

S’il ne venait à personne l’idée de crier victoire à 19h30 au moment de la dispersion des manifestants, il semble pour le moins acquis que ce 17 octobre restera comme un avertissement massif et résolu contre tout passage en force sur ce dossier.

 

sudouest.com, NC, le 17 Octobre 2009

PAYS BASQUE.

Manifestation massive à Bayonne contre le projet de nouvelle LGV

Près de 10.000 personnes ont défilé dans les rues de Bayonne cet après-midi pour dire « LGV : non à une Ligne nouvelle au Pays Basque ». 

Les élus des Communautés de Communes Nive-Adour, Errobi et Sud Pays Basque ont défilé en tête du cortège.

La manifestation s’est déroulée dans le calme et s’est conclue, devant la sous-préfecture, par des prises de parole  de Victor Pachon, président du Collectif des Associations de Défense de l’Environnement, et de Michel Hiriart, maire de Biriatou et président de la Communauté Sud Pays Basque.

Dans la matinée, cette manifestation contre le projet de nouvelle ligne à grande vitesse a reçu le soutien de la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie . Interrogée par Sud Ouest, samedi matin, alors qu’elle inaugurait la nouvelle caserne de pompiers à Anglet, elle a réaffirmé: « Je suis à l’origine de la remise en cause de ce que veut imposer la technocratie dans ce dossier. » 

Comme tous ceux qui s’apprêtent à manifester, le ministre d’Etat plaide pour l’aménagement de la ligne existante. Il avait semé le trouble dans la majorité gouvernementale en l’affirmant en début d’année.

Michèle Alliot-Marie estime encore qu’il « peut y avoir une deuxième ligne pour le fret, mais là où elle rencontrera moins de problèmes environnementaux, plus vers le Béarn. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :