Y aura-t-il 600 000 emplois verts en France ?

planete-terra.fr, Karine Le Loët, 15 octobre 2009

Y aura-t-il 600 000 emplois verts en France ?

La croissance verte. C’est le nouveau credo du gouvernement depuis le lancement du Grenelle. Mais parviendra-t-il à atteindre l’objectif promis de 600 000 emplois verts créés ? Tout dépend de ce qu’on entend par création d’emplois.

Nicolas Sarkozy l’avait annoncé en grande pompe lors du Congrès de Versailles le 22 juin dernier. « Je veux dire à ceux qui trouvaient que le Grenelle de l’environnement coûtait trop cher que c’est la dépense la plus rentable que l’on puisse imaginer. Elle va créer 600 000 emplois.  » Ce chiffre, le chef de l’État ne l’avait pas sorti de son chapeau. Mais d’un rapport commandé et remis le 16 juin par le bureau parisien du Boston Consulting Group, un cabinet de conseil en stratégie. En page 4, il y est écrit : « Les programmes du Grenelle permettront la création de plus de 600 000 emplois en moyenne sur la période 2009-2020, principalement dans les secteurs du bâtiment, des infrastructures et des énergies renouvelables « 

Mais le gouvernement se montre désormais plus prudent sur la question. Interrogée à ce sujet lors du lancement du « Comité de pilotage pour le développement des métiers liés à la croissance verte » le 13 octobre, Valérie Létard, secrétaire d’État auprès de Jean-Louis Borloo, est restée un peu vague. “Plutôt que de nous écharper sur les chiffres, il faut voir qu’ils donnent une indication de l’urgence ”, explique Mme Létard avant de citer d’autres études menées par Syndex Alpha, le DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle), ou encore Pole Emploi qui table – plus prudemment – sur 220 000 emplois d’ici à 2012. Autant de “données qui nourrissent une réflexion partagée”, souligne Valérie Létard. Le gouvernement serait-il en train de noyer le poisson ?

Sortons la calculette

Mais d’abord comment le Boston Group a-t-il obtenu ce chiffre ? “L’équipe a créé des modèles microéconomiques dédiés à chacun des secteurs concernés par les investissements du Grenelle, qui prenaient en compte le type d’entreprises mobilisées, les équipements achetés, etc. De manière à bien temporaliser les différents projets et à y intégrer les ratios dépenses/emplois”, expliquait Emmanuel Nazarenko, directeur associé du BCG Paris au Monde en juillet dernier. En clair, le BCG a pris l’enveloppe financière prévue par le Grenelle dans chaque secteur – soit par exemple les 205 milliards d’euros qui seront investis dans le bâtiment. Puis, il a pris le nombre d’emplois créé habituellement dans le secteur pour chaque milliard d’euros investis. Et après multiplication, obtenu… un autre chiffre.

Mais voilà. 600 000 emplois verts créés, c’est d’autres emplois qui disparaissent, soutient Rémy Prud’homme, économiste et professeur émérite de l’université Paris XII. “C’est de l’argent qui ne sera pas dépensé ailleurs. On crée des emplois chez Saint-Gobain qui fabrique plus de matériels isolants ou chez Alstom qui construit plus de locomotives. Mais ce n’est que la moitié de l’histoire. L’État, les collectivités territoriales ne mettront pas d’argent ailleurs ou les particuliers dépenseront moins en télévision ou en tourisme. On crée 500 ou 600 000 emplois mais on en détruit un nombre au moins aussi important.”

Emplois transformés

Des emplois en hausse ici, en baisse là. Des reconversions plus que des créations aussi. Devançant la critique, Valérie Létard annonçait déjà la couleur le 13 octobre. “Pour ceux qui travaillent par exemple dans les usines automobiles du Valenciennois – un secteur où ça va aller mal – il faut accompagner l’évolution. Pour ceux-là, il ne s’agira pas de créations d’emplois bruts mais de transformations. S’ils ne sont pas accompagnés, ça conduirait à une perte d’emploi.” Une pirouette pour arriver au chiffre annoncé. Nous voilà donc non plus avec 600 000 emplois créés mais créés ou maintenus. La nuance est… d’importance.

“Il faut être naïf pour penser que les dépenses publiques peuvent créer des emplois. Si c’était vrai, ça ferait longtemps qu’il n’y aurait plus de chômeurs en France. Puisque c’est l’un des pays où les dépenses publiques sont les plus fortes”, ose même Rémy Prud’homme.

A lire aussi dans Terra eco :

Les emplois verts du rêve à la réalité

Des emplois verts sur la toile

La Croissance verte et le Grenelle

LES SOURCES DE CET ARTICLE :

Le rapport du Boston Consulting Group

Le rapport de l’Ademe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :