Samedi 26 septembre de 11 h à 17 h : Une éco-journée et Belcier passe au vert

sudouest.com, Jordane Capelot, le 24 Septembre 2009

BORDEAUX, QUARTIER. La journée de samedi sera placée sous le signe de l’environnement

Une éco-journée et Belcier passe au vert

Samedi 26 septembre de 11 h à 17 h

Samedi a lieu la première écojournée du quartier Belcier. Elle est organisée par l’association L’atelier des bains de douches. L’écologie sera la vedette de la manifestation. Stands d’informations, jeux, spectacles, accompagnements artistiques sont au programme. Anne Sallenave, coordinatrice de l’association explique : « Le quartier souffre d’une réputation sulfureuse. Cette journée sera l’occasion idéale de montrer une autre face de Belcier, celle qui se mobilise pour oeuvrer à l’avenir du quartier. C’est également un moyen de soutenir le projet de transformation en éco-quartier ».

De Greenpeace au Creaq (Centre régional d’éco-énergétique d’Aquitaine), de nombreuses associations qui oeuvrent pour la protection de l’environnement, s’associent à la manifestation. Certaines tiendront des stands d’informations et des ateliers sur la place Ferdinand Buisson. « Comment réaliser des économies d’énergies » ou « comment trouver des moyens de locomotion alternatifs » seront quelques-uns des sujets traités. Dans les « stands ateliers », le public pourra s’exercer entre autre, à la fabrication de cadran solaire à partir de matériaux recyclés, à la peinture, où encore de tester et comparer les ampoules basses consommations.

Consommation d’eau

Dans la salle Son Tay, ateliers et conférences seront assurés. Le matin sera dévoué à l’eau ou « comment maîtriser ses consommations en eau domestique ? ». L’après-midi laissera la place à des conférences sur les expériences d’anciens éco-quartiers dans le monde. La fin de la journée offrira l’opportunité de débattre avec les conférenciers et les associations.

Pour respecter le thème de l’événement, les organisateurs ont choisi d’adopter une démarche « écolo ». Pour ce faire, « très peu de tracts d’informations ont été distribués. Les verres seront consignés. Le savon sera écologique, la restauration à base de nourriture bio ». Attention, la circulation sera fermée sur Lire la suite

La Sepanso Dordogne se réorganise

sudouest.com, Hervé Chassain, le 24 Septembre 2009

ÉCOLOGIE. L’association la plus connue et la plus active veut mettre de l’ordre dans ses actions pour être plus efficace

La Sepanso se réorganise

Il y a eu du mouvement à la Sepanso Dordogne, la fameuse association écologiste (1), et ce n’est certainement pas fini. Depuis le mois de juin, Michel André (du Bugue) qui était un des piliers du bureau, a démissionné de son siège de vice-président et a été remplacé par Georges Barberolle (de Bergerac) et Mathilde Guignard (de Limeuil). Nicole Barberolle est aussi devenue secrétaire générale. Gérard Charollois (de Veyrines-de-Vergt), l’emblématique président, a conservé son siège.

Aujourd’hui, c’est Georges Barberolle qui monte en première ligne pour réorganiser l’association. « Il fallait mettre de l’ordre et de la lisibilité dans nos actions », explique cet ingénieur gazier à la retraite, revenu à Bergerac depuis une dizaine d’années. Il y a fondé l’association du quartier Est, qui s’est fait entendre sur de nombreux dossiers, notamment sur la déviation ou pour défendre les arbres de la place de la Myrpe.

Des dossiers partout

« La Sepanso ne doit plus être utilisée pour des intérêts particuliers et ne doit pas faire preuve d’intégrisme », explique-t-il. Il dit ainsi sa méfiance face l’effet « Nimby » (2). Ce qu’il avait d’ailleurs prouvé en défendant la reprise des travaux de la déviation de Bergerac, alors que la présence du pigamon jaune, une fleur censée être protégée, les avait fait stopper. Il souhaite que l’on fasse la part des choses.

De même, il assure « qu’on ne peut pas refuser tous les projets de développement touristique. Mais il faut qu’ils soient bien intégrés à la région ».

La Sepanso a des dossiers ouverts dans tout le département. Elle a été en première ligne pour s’opposer au projet du circuit de voitures anciennes de Bagatelle en Périgord vert (aujourd’hui abandonné) et est toujours opposée au projet de gazéificateur de Saint-Paul-La-Roche. Sur la création d’un village de tourisme au plan d’eau du Rosier à Coursac, elle attend d’en savoir plus. À Atur, elle a soutenu une association locale qui s’opposait à l’extension d’un camping.

200 adhérents

« Nous intervenons la plupart du temps en soutien d’associations locales », explique en effet Georges Barberolle. La Sepanso arrive avec sa notoriété, le savoir-faire de ses 200 adhérents, parmi lesquels des juristes, des naturalistes et toutes sortes de spécialistes, ainsi qu’un certain sens de la communication.

On la retrouve aussi à Boulazac pour Lire la suite