Enchaînement des crises et moyens d’en sortir

politique.eu, article paru dans POLITIQUE hors-série n°12, septembre 2009, Crises et sortie de crises, par François Houtart

Enchaînement des crises et moyens d’en sortir

L’effet de loupe médiatique sur les crises financière et climatique occulte d’autre crises en cours (alimentaire, sociale, énergétique), qui s’enchevêtrent. Cet empilement concoure à une crise générale de sens, de civilisation.

Quand 850 millions d’êtres humains vivent sous la barre de la pauvreté et que leur nombre augmente, quand chaque vingt quatre heures, des dizaines de milliers de gens meurent de faim, quand disparaissent jour après jour des ethnies, des modes de vie, des cultures, mettant en péril le patrimoine de l’humanité, quand le climat se détériore et que l’on se demande s’il vaut encore la peine de vivre à la Nouvelle Orléans, au Sahel, dans les Iles du Pacifique, en Asie centrale ou en bordure des océans, on ne peut se contenter seulement de parler de crise financière. Déjà les conséquences sociales de cette dernière sont ressenties bien au delà des frontières de sa propre origine : chômage, chèreté de la vie, exclusion des plus pauvres, vulnérabilité des classes moyennes et allongement dans le temps de la liste des victimes. Soyons clairs, il ne s’agit pas seulement d’un accident de parcours ou d’abus commis par quelques acteurs économiques qu’il faudra sanctionner, nous sommes confrontés à une logique qui parcourt toute l’histoire économique des deux derniers siècles De crises en régulations, de dérégulations en crises, le déroulement des faits répond toujours à la pression des taux de profit : en hausse on dérégule, en baisse on régule, mais toujours en faveur de l’accumulation du capital, elle-même définie comme le moteur de la croissance. Ce que l’on vit aujourd’hui n’est donc pas nouveau. Ce n’est pas la première crise du système financier et certains disent que ce ne sera pas la dernière.

Cependant, la bulle financière créée au cours des dernières décennies, grâce, entre autres, au développement des nouvelles technologies de l’information et des communications, a surdimensionné toutes les données du problème. L’économie est devenue de plus en plus virtuelle et les différences de revenus ont explosé. Pour accélérer les taux de profits, une architecture complexe de produits dérivés fut mise en place et la spéculation s’est installée comme un mode opératoire du système économique. Cependant, ce qui est nouveau, c’est la convergence de logique entre les dérèglements que connaît aujourd’hui la situation mondiale.

La crise alimentaire en est un exemple. L’augmentation des prix ne fut pas d’abord le fruit d’une moindre production, mais bien le résultat combiné de la diminution des stocks, de manœuvres spéculatives et de l’extension de la production d’agrocarburants. La vie des personnes humaines a donc été soumise à la prise de bénéfices. Les chiffres de la bourse de Chicago en sont l’illustration.

Gaspillage énergétique

La crise énergétique, quant à elle, va bien au-delà de l’explosion conjoncturelle des prix du pétrole. Elle marque la fin du cycle de l’énergie fossile à bon marché (pétrole et gaz) dont le maintien à un prix inférieur provoqua une utilisation inconsidérée de l’énergie, favorable à un mode de croissance accéléré, qui permit une rapide accumulation du capital à court et moyen terme. La surexploitation des ressources naturelles et la libéralisation des échanges, surtout depuis les années 1970, multiplia le transport des marchandises et encouragea les moyens de déplacement individuels, sans considération des conséquences climatiques et sociales. L’utilisation de dérivés du pétrole comme fertilisants et pesticides se généralisa dans une agriculture productiviste. Le mode de vie des classes sociales supérieures et moyennes se construisit sur le gaspillage énergétique. Dans ce domaine aussi, la valeur d’échange prit le pas sur la valeur d’usage.

Aujourd’hui, cette crise risquant de nuire gravement à l’accumulation du capital, on découvre l’urgence de trouver des solutions. Elles doivent cependant, dans une telle perspective, respecter la logique de base : maintenir le niveau des taux de profit, sans prendre en compte les externalités, c’est-à-dire ce qui n’entre pas dans le calcul comptable du capital et dont le coût doit être supporté par les collectivités ou les individus. C’est le cas des agrocarburants et de leurs conséquences écologiques (destruction par la monoculture, de la biodiversité, des sols et des eaux souterraines) et sociales (expulsion de millions de petits paysans qui vont peupler les bidonvilles et aggraver la pression migratoire).

Crise de civilisation

La crise climatique, dont l’opinion publique mondiale n’a pas encore pris conscience de toute la gravité, est, selon les experts du Giec |1|, le résultat de l’activité humaine. Nicolas Stern, ancien collaborateur de la Banque mondiale, n’hésite pas à dire que « les changements climatiques sont le plus grand échec de l’histoire de l’économie de marché ». En effet, ici comme précédemment, la logique du capital ne connaît pas les « externalités », sauf quand elles commencent à réduire les taux de profit.

L’ère néolibérale qui fit croître ces derniers, coïncide également avec Lire la suite

Le jardin d’Icare à Gradignan : Leçon de botanique médiévale

sudouest.com, José Farina, le 23 Septembre 2009

JARDIN. L’Institut national des jeunes sourds (INJS) abrite un jardin d’inspiration médiévale

Leçon de botanique médiévale

Le vaste parc de l’Institut national des jeunes sourds (INJS), planté de chênes, de charmes, de hêtres abrite aussi deux carrés de plantes médicinales, condimentaires, tinctoriales. Ce jardin respecte un agencement médiéval.

Myriam Reffay, ethnobotaniste, intervient dans les écoles primaires sur le développement durable. Animatrice de l’association Icare, elle avait défriché le terrain comme en témoigne l’organisation du lieu, et la présence d’une multitude de variétés : « Ce jardin est né, en 2004, dans le but de rendre compatible l’héritage du Moyen Âge et l’expression de la modernité. »

Des plantes sauvages

Sélectionné par la Fondation de France et soutenu par la Fondation de la Caisse d’épargne, l’association Icare, présidée par Dominique Reffay, a mis en œuvre un travail portant sur les plantes sauvages du jardin d’inspiration médiévale, le jardin de Pierral, et le bois situé derrière le château. Un projet en partenariat avec l’école Martinon de Gradignan, a été mis en place cette année pour apprendre aux élèves de CE2, CM1, CM2, à aimer ce patrimoine végétal, à le préserver.

Pour les enfants c’est une évasion, un enchantement. Une exposition symbiose de l’art et de l’écologie se tenait déjà dans une salle du château, dans le cadre des Journées du patrimoine. Hélaine Charbonnier a présenté des toiles à l’acrylique, des sujets inspirés du Moyen Âge. Une très belle série de photos instantanées d’enfants se donnant à coeur joie autour d’ateliers de l’odorat et des parfums, du goût et des saveurs.

Contact : Lire la suite

Eco-Hameau dans le Sud Gironde recherche co-équipiers

Collectif pour un Eco-hameau en Sud Gironde, communiqué, le 23 septembre 2009

Eco-Hameau dans le Sud Gironde, recherche co-équipiers

Le projet d’éco-hameau en Sud gironde se poursuit. Il sera situé à Marahans, commune de Captieux, et concernera 5 à 10 foyers. Nous sommes en phase de constitution du groupe d’habitants depuis fin juin. Nous avons à la date d’aujourd’hui une trentaine de contacts parmi lesquels 5 ou 6 foyers très intéressés. Bienvenue à toute personne souhaitant participer au projet (nous nous fixons la fin de l’année 2009 comme date butoir).

Très exigeant quant aux qualités environnementales des constructions, quant à la gestion des énergies, et à l’écologie appliquée au quotidien, ce projet veut créer des habitats abordables financièrement. Il encouragera solidarité et mutualisation. Il s’inscrit dans un cadre de laïcité et de mixité sociale, est ouvert et citoyen. Il permettra de communiquer sur son expérience pour la partager, et de travailler avec la commune qui l’accueillera.

Le groupe a écrit une présentation et une charte, a mené un travail de fond sur le volet écologique en 2008 et poursuit cette année avec les volets sociaux et éducatifs.

Si ces critères écologiques, sociaux et éducatifs vous concernent (téléchargez les documents joints pour plus de détails), nous sommes à votre disposition pour concrétiser le projet.

Vous trouverez toutes les infos Lire la suite

Bassin d’Arcachon : Avec la nouvelle Amap, des produits bio de proximité

sudouest.com, Chantal Roman, le 23 Septembre 2009

ÉCONOMIE. Prônant un autre mode de consommation, une Association pour le maintien d’une agriculture paysanne va voir le jour sur le territoire de la Cobas

Avec la nouvelle Amap, des produits bio de proximité

 «Voilà plus d’une année que le projet est à l’étude, et nous approchons du but, du moins nous l’espérons. » Vital Baude, président de l’Association pour le maintien d’une agriculture paysanne Sud-Bassin (Amap) aux côtés d’Anne-Marie Humbert, Jocelyne Barthélémy et Jean-Paul Dugoujon, fait le point sur ce projet qui, sans être tout à fait finalisé, prend bonne forme.

Car créer une Amap sur le Sud-Bassin, Le Teich, Gujan-Mestras, La Teste-de-Buch et Arcachon, n’est pas une mince affaire : « Nous nous heurtons en effet au foncier, et à son coût sur ce secteur de la Gironde. Car une telle entreprise ne peut se concevoir que si les maraîchers peuvent bénéficier de terres agricoles. »

Circuits courts

Ainsi que l’explique Vital Baude, « il existe deux types d’Amap. Les premières offrent des produits aux consommateurs qu’elles achètent ailleurs et revendent. Les secondes produisent sur place, avec des maraîchers installés dans un secteur bien précis où se trouvent les consommateurs. C’est la deuxième solution que nous avons choisie. Avec des circuits courts entre le producteur et le client, ce qui a pour avantage de limiter les transports en voiture et donc de respecter l’environnement. Et nous nous engageons vers un label bio. »

Et d’expliquer également la dimension « commerce équitable » entre les adhérents d’une Amap et les consommateurs (lire ci-contre) : « C’est aussi un commerce solidaire, les adhérents achetant, sur plusieurs mois, des paniers à coûts fixes, malgré les aléas climatiques qui font qu’une semaine on aura un panier plus ou moins rempli. »

La demande sur le Sud-Bassin : « Elle est forte. Nous avons une trentaine d’adhérents, déjà. Nous sommes d’ailleurs obligés de limiter, pour l’instant, ces demandes. »

Appel aux propriétaires

Cela dit et si les partenaires sont trouvés – trois à quatre maraîchers sont en attente – la recherche de terres agricoles à prix raisonnables, en location notamment, est difficile sur le Sud-Bassin : « Les propriétaires préfèrent donner leurs terres en pâturage, ou carrément les geler. C’est dommage car nous sommes prêts à payer un loyer correct pour ces terrains. Il n’est évidemment pas question d’empiéter sur les sylviculteurs, sachons-le. »

Côté privé, l’Amap lance donc un appel Lire la suite

Santé environnementale: «La politique nationale est encore frileuse»

journaldelenvironnement.org, Sabine Casalonga, le 22 septembre 2009 

Santé environnementale: «La politique nationale est encore frileuse»

Joël Spiroux, médecin généraliste, membre du Criigen (1) explique sa vision du lien entre santé et environnement, à l’occasion du congrès européen sur les pathologies environnementales que l’Union régionale des médecins libéraux de Haute-Normandie (URMLHN) organise les 9 et 10 octobre à Rouen.

A quand remonte votre intérêt pour la santé environnementale ?

Technicien agricole avant de devenir médecin, je m’étais déjà beaucoup intéressé aux impacts des pesticides sur les milieux naturels. J’ai suivi une formation en écologie fondamentale puis j’ai passé, dans le cadre de mes études de médecine, un diplôme d’écologie humaine. En tant que praticien généraliste, j’observe depuis plus de 20 ans une augmentation des cancers, des troubles de la fécondité, des malformations néonatales et des pathologies respiratoires et allergiques.

Les médecins sont-ils suffisamment formés sur ce thème?

Non, d’ailleurs, les études de médecine n’intègrent pas cette discipline qui mérite pourtant d’être placée au carrefour de toutes les autres. Par ailleurs, dans les hôpitaux, en cas de pathologie lourde, cancer du sein par exemple, on ne prescrit aucun test pour détecter la présence de produits toxiques dans le sang. Cela permettrait pourtant de mieux cerner le lien entre polluants et certaines maladies. Il faut dire que la réalisation de ces tests en laboratoire a un coût très élevé.

Que pensez-vous des politiques actuelles en santé environnementale ?

La politique française est encore frileuse. La mise en place des Plans nationaux santé-environnement (PNSE I et II) est une très bonne chose, mais je regrette qu’ils ne prennent pas en compte la notion d’environnement dans sa globalité. Il faut en effet proposer une nouvelle définition de l’environnement. Einstein a dit que l’environnement, c’est «tout ce qui n’est pas moi». C’est une vision en accord avec celle de l’écologie fondamentale –la discipline scientifique à distinguer du courant politique. L’environnement peut se décliner en plusieurs catégories: biologique (tout le vivant, dont l’espèce humaine), physique (rayonnements), chimique (substances), sensoriel (bruit, odeurs), cognitif (culture, médias, éducation) socio-anthropologique (milieu social et culturel) et l’aspect comportemental qui en découle. L’homme s’est positionné comme s’il était extérieur à son environnement. Pourtant, le milieu de vie influence l’état de santé et peut entraîner des pathologies, comme il entraîne des dégâts sur l’écosystème.

Au-delà, il faudrait augmenter le nombre de toxicologues et développer les études de toxicité chronique et croisée (effet cocktail des substances). A l’échelle européenne, il existe quelques mesures intéressantes telles que le règlement Reach sur les produits chimiques, mais elles sont encore peu nombreuses. Les pays du Nord, l’Allemagne en particulier, sont toutefois plus avancés en termes de politique de santé environnementale.

Quelle est la part des pathologies environnementales ?

Jusqu’à très récemment, le cancer, première cause de mortalité en France, était imputé dans 30% des cas à des facteurs reconnus (tabac, alcool, etc.) et 1 à 2% à l’environnement, la majorité des cas n’étant pas expliqués. Or il est évident que l’environnement –tel que défini précédemment- contribue à ces 70% de cas de cancers pour lesquels on ne retrouve pas de cause exacte. Mais, Lire la suite

Le 4 octobre au Rouchet à Grignols (33) : En avant pour la 5ème Insurrection des Semences

asso-instantde vie.over-blog.com, Communiqué, le 15 septembre 2009

Le 4 octobre au Rouchet à Grignols (33) : En avant pour la 5ème Insurrection des Semences

Attention, le rendez-vous de l’automne à ne pas manquer !

Dimanche 4 octobre, nous organisons une nouvelle Insurrection des Semences, une invitation pour venir échanger graines, plants, boutures, idées, réflexions …

Défendre la biodiversité végétale au-delà des enjeux économiques

Dans un monde où tout s’achète, où tout se vend, où le vivant devient la propriété de quelques-uns, échanger des graines, c’est entrer fertilement dans la résistance de ce système et assurer la pérennité du vivant, bien de tous. Plus que jamais, il paraît primordial de continuer à se mobiliser.

Le début de l’aventure est fixé à 14h30 (précises) avec une surprise que nous vous réservons.

Entrée  libre

Pour un échange convivial, n’oubliez pas vos graines et si vous n’en avez pas, sentez-vous aussi concernés et venez nous rejoindre !

Il sera possible de grignoter sur place (ventes de parts de gâteaux et/ou de cakes bio – boissons chaudes offertes)

Pour une meilleure organisation, Lire la suite

Nouveau rapport des Amis de la Terre : Surconsommation des ressources naturelles, le défi

cdurable.info, David Naulin, le 15 septembre 2009

Nouveau rapport des Amis de la Terre : Surconsommation des ressources naturelles, le défi

Alors que s’ouvre à Davos en Suisse le premier Forum Mondial sur les Ressources (FMR), les Amis de la Terre Europe, l’institut de recherche SERI et les Amis de la Terre Autriche publient le nouveau rapport « Overconsumption ? Our use of the world’s natural resources ». Chiffres à l’appui, le rapport met en évidence que nos sociétés ont développé ces dernières décennies une frénésie de consommation, générant une surexploitation de ressources naturelles principalement issues d’autres pays. Elles n’ont d’autre choix que d’opérer un virage radical pour préserver les générations futures et l’équité entre les peuples.

En 1995, Les Amis de la Terre publiaient déjà le rapport « Vers une Europe soutenable » [1] qui sonnait l’alarme sur la surconsommation des ressources naturelles et sur les inégalités de consommation entre pays. Il proposait un concept innovant d’ « espace environnemental », fondé sur un principe d’équité, correspondant à la quantité d’énergie, d’eau, de territoire, de matières premières non renouvelables et de bois pouvant être utilisée de manière soutenable. Cet espace environnemental disponible par personne est plafonné, mais il propose également un plancher correspondant au niveau minimum de ressources dont chacun doit pouvoir disposer pour ses besoins fondamentaux.

Le nouveau rapport reprend ces concepts et publie des chiffres plus récents qui n’en sont que plus alarmants :

Les hommes consomment aujourd’hui 50 % de ressources naturelles de plus qu’il y a seulement 30 ans, avec environ 60 milliards de tonnes de matières premières par an [2] ;

Les populations des pays riches consomment jusqu’à 10 fois plus de ressources naturelles par habitant que celles des pays pauvres. Un Européen consomme 43 kg de ressources par jour, contre 10 kg pour un Africain ;

– L’Europe est plus dépendante des importations que les autres continents ;

– L’économie mondiale actuelle utilise environ 30 % de ressources de moins pour produire un euro de PIB qu’il y a 30 ans. Mais la consommation globale de ressources continue à augmenter.

Pour Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre France, « La surconsommation de ressources par les pays riches ne peut plus continuer : changements climatiques, conflits, pollutions, déforestation, atteinte à la biodiversité et explosion des inégalités sociales. Autant de symptômes de sociétés malades qui nous rappellent que le bien-être de tous se construira sur d’autres concepts que la croissance du PIB.

L’Europe doit se fixer des objectifs ambitieux de baisse de sa consommation globale de ressources naturelles pour réduire sa dépendance et faire cesser les dégâts sociaux et environnementaux liés à leur surexploitation. C’est également le seul moyen de Lire la suite