Xavier Bertrand : « le défi écologique n’est le monopole d’aucun parti »

latribune.fr, Hélène Fontanaud , le 11 septembre 2009

Xavier Bertrand : « le défi écologique n’est le monopole d’aucun parti »

Le secrétaire général de l’UMP explique à La Tribune pourquoi l’écologie est une préoccupation capitale pour le parti majoritaire. Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans La Tribune de ce samedi.

La Tribune : le rapport Rocard suggérait d’étaler les compensations selon les revenus des ménages assujettis à la taxe carbone. Pourquoi cette piste n’a-t-elle pas été retenue ?

Xavier Bertrand : la taxe carbone, j’assume ce terme de taxe carbone, est une transformation de la fiscalité et pas une augmentation de la fiscalité. Ce qui correspond à nos engagements. Dans ce cadre, la compensation doit être simple et claire. Le véritable, le principal critère qui doit être pris en compte, c’est de savoir si chaque citoyen dispose de transports collectifs pour éviter d’avoir à prendre sa voiture. Le critère urbain-rural est le plus pertinent, le plus lisible. Nous avons donc pris en compte la situation de famille et le domicile.

On a vu des réserves exprimées par certains ténors de l’UMP, Jean-François Copé avertissant que les députés ne voteraient pas en fermant les yeux. Avez-vous encore des inquiétudes sur le parcours législatif de la taxe ?

Il y a eu des débats, c’est logique. On est sur une vraie révolution fiscale et écologique. Mais après le temps des débats il y a le temps des arbitrages. Sur l’argument qui consiste à refuser la restitution pour financer des investissements verts avec la taxe, je rappelle que ces investissements sont déjà financés par le Grenelle de l’environnement et même le plan de relance. Si on veut changer les comportements, il faut que les gens aient conscience que ce n’est pas pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat.

Peut-on dire sur le plan politique que cette taxe carbone est le premier acte idéologique d’une deuxième phase du quinquennat qui commencera avec les régionales et s’achèvera avec la présidentielle de 2012 ?

On est en train de traverser la crise économique, même si les symptômes ne sont pas tous derrière nous. Je pense notamment à l’emploi. Mais la crise écologique est toujours devant nous et ce défi n’est le monopole d’aucun parti politique. Quant à l’ouverture, elle n’est pas seulement politique, c’est aussi une ouverture à l’ensemble des sujets et l’ouverture à tous. Voilà la logique.

Quelle est votre réaction sur les propos de Brice Hortefeux au campus de l’UMP ?

Il n’y a jamais eu de propos déplacés. La gauche a voulu exploiter cela, en faisant une manipulation politique mais ce n’est pas parce qu’ils n’ont rien à dire, et ont voulu faire diversion, qu’ils doivent lancer un débat politique, qui mérite mieux que ce buzz médiatique.

Publicités

Une Réponse

  1. besoin de verifier:)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :