Ecologie : l’engagement de l’Eglise catholique se renforce de façon éclatante

plunkett.hautefort.com, NC, le 8 août 2009

Ecologie : l’engagement de l’Eglise catholique se renforce de façon éclatante

Nouvelle orientation forte de Benoît XVI – À Radio Vatican, le P. André Beauchamp condamne l’indifférence ou l’hostilité d’une partie des catholiques envers l’écologie chrétienne, Verbatim, de Rome :

CITE DU VATICAN, 29 JUL 2009 (VIS). « Protéger la création pour favoriser la paix », tel est le thème de la XLIII Journée mondiale de la paix (1er janvier 2010). Il a été choisi par le Saint-Père pour sensibiliser les fidèles au lien existant dans le monde globalisé entre la protection de la nature et la paix, « malheureusement de plus en plus menacé par la dégradation de l’environnement humain, la surexploitation des ressources naturelles, les changements climatiques, la surpopulation. Si l’humanité ne réagit pas correctement à ces menaces, dans la justice sociale et la solidarité internationale, le risque est grand de semer de nouvelles violences entre peuples et générations« . Se référant aux paragraphes 48 à 51 de l’encyclique Caritas in Veritate, le message souligne le caractère prioritaire pour l’humanité de sauvegarder l’environnement. « C’est un devoir collectif universel que de respecter le bien de tous et d’empêcher le libre usage des êtres« . Le communiqué conclut en rappelant que « la question écologique ne peut se réduire aux graves perspectives de la dégradation de l’environnement. Elle doit se traduire avant tout par un élan décisif en faveur de la paix« .

Commentant cet importante orientation ce matin sur Radio Vatican, le P. André Beauchamp, spécialiste des problèmes d’environnement [*], a précisé qu’il fallait développer d’urgence l’écologie chrétienne « car, dans l’inconscient catholique,  l’environnement est hors religion ».

Cette phrase est décisive. Il s’agit en effet d’une question d’inconscient collectif. Qu’il prenne la forme d’une phobie (dans certains clans) ou du lourd mépris (dans la bourgeoisie d’affaires qui vote UMP), le rejet de l’écologie par des catholiques français repose sur un socle d’ignorance religieuse.

C’est là le problème : y compris dans des cercles qui se targuent de « miltantisme catho ».

Le P. Beauchamp en parle avec sévérité : « La crise de l’environnement n’a rien d’accessoire et de passager. Il en va de l’avenir même de la planète. La crise n’est pas simplement à nos portes, elle se trouve déjà au milieu de nous. La crise écologique constitue la plus importante crise éthique de notre époque, et la cause environnementale se manifeste aussi comme le lieu d’émergence où se posent aujourd’hui les questions de Dieu, de l’expérience spirituelle et de l’engagement éthique. Dans un tel contexte, peut-on comprendre l’attitude attentiste de catholiques ? Qu’est-ce qui les empêche de s’engager à fond dans ce débat vital ? Pareille attitude ne contribue-t-elle pas à creuser encore davantage le fossé qui sépare l’Eglise des jeunes générations ? »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :