Ecologie : tous ensemble

libération.fr, Stéphane Madaule, essayiste, maître de conférences à Sciences-Po Paris, 30 juillet 2009

Ecologie : tous ensemble

L’avènement de l’écologie ne signerait-elle pas le retour d’une prise en compte du collectif, de l’intérêt général, face à un individualisme forcené qui nous était présenté comme la pente naturelle de notre évolution ?

Par-dessus les clivages partisans, par-dessus les notions de droite ou de gauche, par-dessus les mérites respectifs de la régulation face au marché, de la social-démocratie face au libéralisme, la prise en compte de l’environnement s’établit comme un horizon qui s’impose à tous, que l’on soit riche, pauvre, habitant des villes ou des campagnes, d’un pays développé ou en développement, faisant de notre planète le champ clos d’un avenir qui se dessine à nouveau en commun. Le retour du collectif est bien là. La défense de l’environnement n’a de sens qu’au niveau collectif, bien qu’elles doivent prendre sa source dans le mode de vie de chaque habitant de la planète.

Quelle est en effet aujourd’hui la valeur partagée qui peut unifier les comportements de chacun dans l’espoir d’un destin meilleur ? Et ce destin, nous devons le construire politiquement et non pas en s’adaptant toujours plus à une mondialisation livrée à elle-même et sans gouvernail, une économie libre de toutes contraintes où les intérêts particuliers de chacun ne coïncident plus avec la poursuite de l’intérêt général.

Dans un passé très récent, on nous expliquait que l’individu était tout puissant. Il pouvait décider seul de son avenir. C’était d’ailleurs l’objectif inavoué d’une société libérale : donner à chacun la possibilité de choisir pour lui-même et pour le bien de tous.

Bien entendu, quelques clignotants s’allumaient ça et là qui faisaient réfléchir sur la pérennité d’un tel modèle. La soif de consommer de quelques-uns, les pays développés, n’avait d’égal que le creusement des inégalités au Sud. Les dégâts sur l’environnement du «consommer toujours plus» du Nord commençaient à faire tache d’huile dans les pays émergents, plaçant notre planète au bord de l’asphyxie : pollution, dégradations des ressources naturelles, réchauffement climatique, faisant craindre pour l’avenir de l’humanité. Enfin, la théorie économique en application, qui prédisait que sans intervention l’équilibre du marché s’effectuerait naturellement et pour le bien de tous, s’est récemment fracassée contre le mur de la crise économique. D’ailleurs, les libéraux comme les adeptes de l’interventionnisme n’ont plus depuis que le mot régulation à la bouche. L’économie politique reprend l’avantage sur la science économique, celle de l’équilibre naturel et walrasien (1) d’un marché livré à lui-même hors de toute contrainte étatique.

Face à ce nouveau défi, les conservateurs militent toujours pour l’enrichissement du plus grand nombre mais, grâce à la croissance verte, tout en prévoyant charitablement un filet de sécurité pour les plus fragiles. A gauche, étant peu ou prou sur la même ligne, la défense de l’extension des libertés individuelles devient l’unique credo permettant encore de se distinguer : mariage entre homosexuels, homoparentalité, ingérence humanitaire, sans-papiers à régulariser. La droite charitable s’oppose à la gauche libertaire.

Or avec l’écologie, avec la prise en compte de l’environnement, il n’est plus possible de militer pour le chacun pour soi. De la consommation des uns dépend le bien-être des autres. Nos modes de vie sont interconnectés. Le collectif prend à nouveau le pas sur l’individuel et redonne à la politique un espace de liberté que l’on croyait perdu. La recherche de l’intérêt général ne passe plus par la somme des intérêts particuliers. Le marché, incapable d’intégrer les externalités négatives de nos consommations, incapable de réduire les inégalités entre les hommes, incapable de gérer nos ressources sur le long terme, n’est plus la solution unique. L’intervention de l’Etat, l’implication des citoyens, le retour de la politique sont à nouveau nécessaires pour reprendre le fil de notre avenir commun. Le succès d’Europe écologie, aux dernières élections européennes, témoigne de cette évolution.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :