Pesticides : les écologistes ont gagné la bataille de l’opinion

lemonde.fr, Gaëlle Dupont, le 28 juillet 2009

Pesticides : les écologistes ont gagné la bataille de l’opinion

On pourrait les croire ennemis jurés, mais ils ne sont pas loin de s’apprécier. L’un, François Veillerette, préside le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF), fer de lance de la dénonciation des dangers des pesticides pour la santé et l’environnement. L’autre, Jean-Charles Bocquet, dirige l’Union des industries pour la protection des plantes (UIPP). Il défend l’utilité de ces produits et les intérêts des entreprises « phytopharmaceutiques ».

« M. Bocquet est un lobbyiste redoutable, parce qu’il est très sympathique, s’amuse M. Veillerette. Il nous arrive de discuter après nous être écharpés dans des débats. Nous avons des attaches dans le même département. » M. Bocquet, de son côté, ne cache pas son « respect » pour la personne de M. Veillerette, et admet que les écologistes « ont fait progresser » les industriels.

Cette courtoisie n’empêche pas les deux adversaires de ferrailler sans pitié. Depuis quelques années, ils se concurrencent auprès des administrations, des élus, des médias et de l’opinion, pour faire valoir leur point de vue. Le MDRGF a été créé en 1996. « Rien de sérieux ne se faisait sur l’impact des pesticides en France, alors que les publications scientifiques se multipliaient aux Etats-Unis« , se souvient M. Veillerette.

Un petit frère de cette association, le Réseau environnement santé (RES), est né en mars 2009. Tous les produits chimiques sont dans sa ligne de mire. RES prône un « nouvel âge de la prévention », où l’on agirait avant que les dégâts sur la santé ne se soient produits, contrairement à ce qui a été fait pour l’amiante. « Cent mille substances ont été mises sur le marché sans évaluation« , rappelle le chercheur en évaluation des risques sanitaires André Cicolella, porte-parole du RES avec M. Veillerette.

Pour faire progresser leurs idées, les militants organisent des colloques, envoient des courriers, sollicitent des rendez-vous après de l’administration, des cabinets ministériels et des élus. « Les parlementaires de tous bords politiques sont sollicités, pas seulement les Verts« , souligne M. Veillerette.

LE POIDS DE L’AMIANTE

En face, les industriels font le même travail. M. Bocquet ne refuse jamais un débat, prêt s’il le faut à affronter des huées. L’UIPP a en outre recours à un cabinet de lobbying qui lui fournit une « cartographie des acteurs » à contacter. « Nous devons avoir connaissance le plus tôt possible des projets de loi et de réglementation« , explique M. Bocquet.

Les entreprises adhérentes de l’Union des industries chimiques (UIC, dont fait partie l’UIPP) emploient 180 000 personnes en France. Ces chiffres sont mis en avant. Mais aussi « les bénéfices des produits chimiques, qui sont toujours considérés comme acquis », selon Jean Pelin, le directeur de l’UIC. « Nos produits fournissent une alimentation en quantité et en qualité satisfaisante, à bas prix. Même s’ils ne veulent pas de nos produits, les consommateurs en bénéficient », renchérit M. Bocquet.

Qui domine le combat ? Lire la suite

Changement climatique : quel impact sur l’emploi ?

novethic.fr, Anne Farthouat, le 17 juillet 2009

Changement climatique : quel impact sur l’emploi ?

Qu’il soit atténué ou aggravé, le réchauffement climatique impactera le marché de l’emploi européen. Quels sont donc les secteurs menacés ? Qui pourra en tirer profit ?

Les 22 et 23 juin derniers, la Commission européenne organisait le Forum « Restructurations : Impact du changement climatique sur l’emploi », rassemblant plus de 300 décideurs politiques, représentants syndicaux et experts. L’occasion pour eux d’évaluer les conséquences du réchauffement climatique sur l’emploi européen, et de déterminer les secteurs les plus menacés, ceux qui profiteront de cette nouvelle donne internationale, et ceux, nombreux, qui auront inévitablement à s’adapter.

En ouverture du forum, Vladimir Špilda, commissaire chargé de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Égalité des chances, annonce clairement la couleur : « Ne nous voilons pas la face, la transition vers une économie sobre en carbone, même si elle est positive, s’accompagnera d’ajustements, notamment sur le front de l’emploi, qui pourraient être douloureux, au moins à court et moyen termes. » Un constat dressé depuis déjà quelques années, notamment par la Commission européenne et la Confédération Européenne des Syndicats, suite à une étude menée conjointement avec le cabinet Syndex. Parus en mai 2007, leurs travaux présageaient déjà « d’importants effets de redistribution entre secteurs et entre pays, même dans les cas des scénarios optimistes basés sur un réchauffement mondial de 2°C. » L’impact serait ainsi plus négatif en Europe méridionale qu’au nord du continent, et toucherait davantage les secteurs primaires, tels que l’agriculture, la foresterie, ou encore la pêche. Le tourisme subirait également une forte secousse, notamment via la baisse d’activité des stations de sports d’hiver à basse et moyenne altitudes, entraînant des conséquences néfastes sur l’emploi local. De son côté, l’industrie des assurances risque de souffrir du coût croissant des dommages, et de le reporter sur les autres secteurs économiques. Sans compter les révisions inéluctables de l’aménagement du territoire européen, qui impacteront forcément le marché de l’emploi.

Automobile et énergies fossiles touchées

Outre les conséquences directes, celle des politiques de lutte contre le réchauffement seront tout aussi fatales pour certains secteurs. Premier en ligne de mire : l’industrie de la sidérurgie, qui pourrait subir d’ici 2030 des pertes de l’ordre de 50 000 emplois sur les 350 000 pour l’ensemble de l’Union Européenne. Le déclin dans la filière automobile pourrait quant à lui atteindre les 60% de réduction d’effectifs, sans même tenir compte des effets de la crise économique. Et du côté de la filière charbon, la moitié des emplois semblent voués à disparaître. Le WWF envisage pour sa part une perte de 107 000 emplois dans l’automobile et 138 000 dans le secteur de l’énergie européen d’ici 2020. 

L’emploi comme argument des politiques environnementales

Pour autant, les emplois créés dans les secteurs émergents pourraient équilibrer la balance. Selon une étude de la Commission européenne publiée le 2 juin dernier, « si l’objectif de Lire la suite

Enquête sur les associations environnementales d’Aquitaine

La mobilisation des associations environnementales d’Aquitaine contre la crise écologique, MNE, Avril 2008

  • 500 associations environnementales en Aquitaine
  • 60 000 adhérents / 2 % des Aquitains
  • 5 000 administrateurs, cadres bénévoles
  • 850 salariés / 1 % de l’emploi associatif de la région
  • Des milliers d’actions directes ou indirectes de préservation de l’environnement
  • Quatre « grands » réseaux associatifs : la SEPANSO Aquitaine, le GRAINE Aquitaine, les Maisons de la Nature et de l’Environnement Bordeaux-Aquitaine et de Pau

Les activités principales : Lire la suite

Bordeaux et CUB : L’ère du vélo en commun

sudouest.com, Hervé Mathurin, le 25 Juillet 2009

L’ère du vélo en commun

BORDEAUX. En attendant le Vélo en libre service (VLS) sur la CUB, prévu en février 2010, il est toujours possible de se faire prêter une bicyclette à condition de réserver à l’avance

Malgré les vols, les morceaux de verre sur les pistes cyclables et les tracasseries policières, le vélo à Bordeaux, ça roule. Ca roule même si bien que tout Bordelais n’ayant pas réservé la veille par téléphone à la Maison du vélo cours Pasteur a intérêt à s’y pointer dès l’ouverture à 9 heures pour trouver monture à sa taille. Malgré les 5 500 bicyclettes estampillées « Mairie de Bordeaux » achetées depuis 2001 et les 3 500 toujours en circulation, la demande reste parfois supérieure à l’offre : « Pourtant, on en achète 600 par an et on en attend encore 500 en septembre » confie Lætitia Jarty, conseillère municipale chargée du dossier. Il est vrai que la casse ou le vol restent encore conséquents.

Huit mois maxi

Néanmoins, le système est censé parer au manque de soin éventuel des usagers.

Ceux-ci doivent fournir, outre une photocopie de pièce d’identité, un justificatif de domicile et une caution de 180 euros (150 euros pour les étudiants). Mais rien n’entravera la marche en avant d’une formule qui se développe dans les grandes villes et profite à Bordeaux d’une géographie propice. On peut d’ailleurs se procurer un vélo ailleurs qu’à la maison du même nom : aux mairies annexes de Caudéran, du Grand Parc et de la Bastide mais aussi, à partir de fin septembre, à celles de Bacalan et de Saint-Augustin. Précisons qu’il n’est pas nécessaire d’habiter les quartiers correspondant à sa réservation. Et rappelons que le prêt de ces vélos dure quatre mois renouvelable deux fois, soit huit mois d’usage maximum.

139 stations sur la CUB

Actuellement, la mairie planche sur une variante qui devrait être opérationnelle à la rentrée : « Il s’agit de favoriser l’usage de la bicyclette par des personnes à faibles revenus, par l’intermédiaire d’associations » explique Lætitia Jarty. Ces personnes dites « précaires » pourraient s’abriter derrière un garant, qui assurerait le chèque de caution.

Mais la principale innovation à venir, c’est à l’échelle de la Communauté urbaine qu’elle va se manifester. Son nom : le VLS, ou vélo libre service, calqué sur le Vélib parisien ou le Velove lyonnais. Cette formule est comprise dans le nouveau contrat de transport en commun avec Keolis, successeur de Veolia. On reconnaîtra ces bicyclettes à leur couleur : la même que le tram, auquel elles seront reliées directement. Mais surtout, elles seront disponibles dans 139 stations de 17 communes. « Leur installation doit être décidée au mètre près par Keolis, la mairie concernée et les Bâtiments de France, explique le Béglais Clément Rossignol, chargé du dossier à la CUB ; pour l’heure, une cinquantaine est dans les tuyaux mais au final, il y en aura une centaine sur Bordeaux ». Rentrée de février

Il faudra toutefois patienter jusqu’au Lire la suite

Saint-Cézert. Le chanvre séduit les agriculteurs

ladepeche.fr, Catherine Morzelle, le 25 juillet 2009

Saint-Cézert. Le chanvre séduit les agriculteurs

Le chanvre semble attirer les agriculteurs dans le Nord Toulousain. La coopérative d’Ondes se réjouit : «Nous avons commencé il y a quatre ans avec 50 hectares plantés. Aujourd’hui, il y a 2 000 hectares en Haute-Garonne. La demande de chanvre a été étendue avec 3000 hectares plantés en Midi Pyrénées et dans le Béarn.»

Plante sobre, cultivée sans irrigation et intrans, le chanvre apporte de l’azote au sol et favorise les cultures suivantes.

Une demande soutenue

«Les techniques de récoltes et les matériels sont au point. La filière deviendra rentable rapidement. L’objectif est d’atteindre les 6 000 hectares par an, soit 10% de la surface utile régionale. La demande de chanvre est soutenue et la laine de verre sera interdite en 2012. La graine et le chenevis valent entre 300 et 400 euros le quintal», indique le responsable Euralys.

A Saint-Cézert, Michel Souriat explique : « Treize générations d’agriculteurs ont vécu dans cette ferme. Nous sommes à contre-courant de la société en visant le long terme du capital et non le profit immédiat. Je ne fais pas de chanvre. Je réflécis. Mon métier consiste à mener la culture dont je rêve. Je donne les soins aux plantes en conséquence.»

Cette année, le maïs est attaqué par la pyrale. Le colza a eu un champignon et des colonnies de pucerons cendrés. Le tournesol a attrapé un ver, le taupin . «J’accompagne la nature. Lire la suite

Félix Guatarri : L’enjeu éthique de l’écologie

libération.fr, Félix Guatarri, philosophe (décédé le 29 août 1992), le 24 juillet 2009

L’enjeu éthique de l’écologie

Après le succès inattendu d’une vague verte aux élections européennes, voici un texte inédit, de Félix Guattari sur l’écologie – écrit il y a vingt ans – qui démontre, une fois de plus, les talents de visionnaire de ce psychanalyste, également philosophe.

L’écologie a ceci d’exceptionnel d’avoir été d’abord une science et de s’être ensuite transformée pour devenir un des principaux enjeux politiques et éthiques de notre époque. Certes, l’écologie scientifique continue de connaître un très grand développement, produisant chaque jour de nouvelles données sur les menaces qui pèsent sur la biosphère, mais il apparaît, corrélativement, que seule une prise de conscience globale de l’humanité, des problèmes qu’elle pose permettrait d’y apporter des solutions à une échelle convenable. A l’évidence, l’écologie environnementale, qui est entièrement tributaire de la capacité d’intervention de multiples sphères de décision, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, révèle une paralysie progressive, une incapacité à prendre des mesures d’envergure, allant à l’encontre des lobbies ou même de larges mouvements d’opinion. Il semble que la mondialisation de l’économie laisse de moins en moins d’initiative aux décideurs politiques et cela indépendamment du fait qu’ils soient de droite ou de gauche.

Ainsi la crise écologique renvoie à une crise plus générale du social et du politique. En fait, ce qui se trouve mis en cause c’est une sorte de révolution des mentalités qui cautionnent aujourd’hui un certain type de développement, un productivisme ayant perdu toute finalité, hors celle du profit et du pouvoir, un idéal de consommation qui confine à l’infantilisme. L’humanité sera-t-elle capable, dans ce contexte de prendre en main son destin ? Vue des pays du tiers-monde, la situation semble désespérée. Sous une pression démographique insoutenable, des centaines de millions d’individus sont condamnés à la famine, à la déchéance et à des dévastations écologiques effroyables, y compris sociales et mentales. Mais il serait tout à fait abusif d’incriminer de façon prioritaire le tiers-monde de tous nos maux écologiques ! Alain Lipietz a bien montré, à cet égard, les méfaits du mythe du «poumon amazonien». Ce sont les pays les plus développés qui sont les plus polluants et c’est à eux que revient la responsabilité des déséquilibres catastrophiques que connaît le tiers-monde d’un point de vue économique.

En principe, je veux dire, vu de Sirius, les solutions sont à portée de la main. Les révolutions technico-scientifiques fabuleuses qui caractérisent notre époque, dûment réorientées pourraient résoudre aussi bien les problèmes d’alimentation, de pollution, que d’expansion culturelle. Mais au lieu de cela, c’est l’immobilisme, l’expansion des régressions intégristes, le chacun pour soi au détriment de tous.

Modifier les mentalités

Alors, lancinante, la question revient : comment modifier les mentalités, comment réinventer des pratiques sociales qui redonneraient à l’humanité le sens de sa responsabilité, non seulement à l’égard de sa propre survie, mais également de l’avenir de toute la vie sur cette planète, celle des espèces animales et végétales comme celle des espèces incorporelles, si je puis dire, telles la musique, les arts, le rapport au temps, le sentiment de fusion au sein du cosmos.

Jusqu’à présent, les rapports politiques nationaux et les relations internationales sont restés polarisés par Lire la suite

L’écosophie selon Guattari

liberation.fr, Stéphane Nadeau, pédopsychiatre et philosophe, le 24 juillet 2009

L’écosophie selon Guattari

Nous posons la question comme Deleuze et Guattari se demandaient : Qu’est-ce que la philosophie ? L’écologie pour Félix Guattari ? Elle est avant tout pratiques – au pluriel. Entendons-nous bien : l’écologie n’est pas la mise en pratique d’un idéal qui lui préexisterait ; elle est plutôt expérimentation ; l’écologie est l’autre nom des pratiques humaines qui se soucient de l’homme justement. Lorsque Guattari s’intéresse dans les années 80 à l’écologie, c’est parce qu’il se soucie des pratiques humaines et qu’il cherche à les comprendre, à leur donner le plus de force politique possible.

On a coutume de croire que les pratiques écologiques ne sont qu’environnementales. Certes, mais pas seulement. En fait l’écologie, dit Guattari dans son livre les Trois Ecologies (1989, Galilée), doit être pensée selon trois types de pratiques.

Le premier est connu et évident pour tous : il s’agit, donc, des pratiques environnementales qui sont pratiques de l’homme dans son milieu entendu au sens le plus large, comme le monde dans lequel il évolue. Mais ces pratiques environnementales ne prennent du sens que si elles sont liées à deux autres types de pratiques. Elles sont sociales tout d’abord, en ce qu’elles sont pratiques des liens entre les hommes au sein de chaque société qu’ils créent et dont ils participent : de la famille à la planète en passant par la ville ou la communauté. Elles sont mentales ensuite, car il ne saurait y avoir de pensée de l’écologie sans les pratiques qu’est la construction de chaque subjectivité de chaque homme sur la planète appelée Terre : en me construisant comme sujet au milieu d’autres sujets, déjà je m’engage écologiquement. Cette écologie que construit Guattari échappe à la simplification d’une «bonne» écologie qui viserait à rappeler à l’homme des «bonnes» pratique pour retrouver une «bonne» nature – ce qui ferait de lui un «bon» homme.

Son ambition est infiniment plus grande : l’écologie telle qu’il la conçoit rappelle à l’homme que non seulement il n’est pas le centre du monde, mais plus encore qu’il n’existe pas de nature vierge de l’homme : l’homme, par son désir d’exister, participe de la nature, et ils sont aussi inséparables que, disons, le corps et l’âme. Que de culpabilité à attendre la fin du monde qui serait du seul fait de l’homme : quelle prétention ! Ne vient-il jamais à la tête des prédicateurs «apocalyptisant» que la nature qu’ils défendent comme une vierge effarouchée pourrait peut-être, elle aussi, vouloir sa fin et qu’elle est aussi active dans son devenir (quel qu’il soit), que l’est l’homme ? Comme si, déjà, l’écologie mentale (que Guattari emprunte à Bateson) ne démontrait pas que l’homme n’est même pas maître dans sa propre maison – son corps, son esprit -, qu’il est obligé de faire avec sa propre écologie. Alors, certes, l’homme agit sur son environnement, et il se doit d’être responsable de celui-ci, mais si son action écologique doit en tenir compte (en valorisant les «révolutions technico-scientifiques fabuleuses qui caractérisent notre époque» tout en ne se laissant pas soumettre à elles mais en les adaptant à ce qu’il croit nécessaire – question épineuse des OGM, des sources d’énergie plus ou moins polluantes, des influences de la technique humaine sur le climat -, elle ne se résume pas à cela. L’écologie n’est donc pas qu’environnementale : elle est et environnementale et sociale et mentale.

Pour mieux la cerner, Guattari lui préfère le terme d’«écosophie», autre mot pour articuler les trois types de pratiques qui permettent à l’homme d’être au monde, qui représentent Lire la suite