CAPTIEUX – Le hameau recherche ses hôtes écolos

sudouest.com, Cécile Frechinos, le 21 Juillet 2009

CAPTIEUX – Le hameau recherche ses hôtes écolos

CAPTIEUX. La commune s’engage à abriter le premier éco-hameau du département. Pour les initiateurs de cet habitat alternatif, reste à trouver de futurs habitants

 «Captieux, ville d’accueil. » Hubert Bernard et Marc-Alexis Morelle ne vont certainement pas contredire les mots inscrits sur le panneau posté à l’entrée de la commune capsylvaine. À la recherche depuis deux ans d’une municipalité ouverte à leur projet d’éco-hameau, ils ont enfin obtenu une réponse favorable à Captieux.

Mais cela n’aura pas été sans mal. « Nous avons fait des demandes auprès de plus de 50 communes et n’avons reçu que quatre réponses positives », regrettent-ils. Mais aujourd’hui, ils ont oublié ces embûches, bien trop occupés à trouver de futurs habitants à leur hameau.

Éco-hameau, quèsaco ?

On connaissait les habitations HQE (pour haute qualité environnementale) mais le concept d’éco-hameau est, lui, encore chose rare. Et pour preuve, celui de Captieux sera une grande première dans le département.

Imaginez : un petit chemin qui sent la nature, au bout duquel, un parking pour y déposer les véhicules. Plus loin, un véritable musée de l’habitat écologique. Des maisons en bois, en paille ou en terre, coiffées de toitures végétales ou photovoltaïques. De part et d’autre des habitations, des bâtiments et terrains collectifs : vergers, laverie, atelier, salle de jeux. Mutualiser les équipements permet ainsi de réduire le coût environnemental. Mais ce n’est pas là tout l’intérêt de l’éco-hameau. « Notre démarche n’est pas seulement écologique, elle est également sociale et éducative », insiste Hubert Bernard.

Consensus et dialogue

Sociale ? Parce que l’éco-hameau doit être le fruit d’un consensus entre tous ses occupants. Pour Hubert et Marc-Alexis, pas question de livrer les maisons clé en main, à l’instar des promoteurs immobiliers. « Nous devons dialoguer, mettre en commun nos envies et nos connaissances pour construire l’éco-hameau qui nous ressemble », explique Marc-Alexis Morelle.

Pour l’heure, il n’existe donc aucun plan, ni même aucune esquisse de cette future bourgade alternative. Seule certitude : elle devra satisfaire des normes écologiques rigoureuses, fixées par une charte.

Utilisation de matériaux sains, récupération, autonomie énergétique… Aucune technique « propre » ne sera négligée.

Un véritable laboratoire

Au contraire. « Nous souhaitons faire de notre éco-hameau un véritable laboratoire, on y testera toutes les propositions écolos », précise Hubert Bernard. En clair, il s’agit de créer une véritable vitrine du logement écologique pour attirer et convaincre un nouveau public. « Nous ouvrirons régulièrement nos portes aux visiteurs pour les sensibiliser et leur donner envie », explique Hubert Bernard.

L’envie. Ce n’est justement pas ce qui manque aux Français, à en croire les résultats des élections européennes. Problème : le porte-monnaie fait grise mine à la vue des tarifs pratiqués dans l’habitat « propre » (en moyenne 15 à 30 % plus cher).

Pour pallier cette difficulté financière, Hubert Bernard et Marc-Alexis Morelle ont une solution : le bail emphytéotique (1). « Sans oublier la récupération de matériaux et l’auto-construction alimentée par l’entraide entre habitants du hameau », précisent-ils. Ainsi, pour seulement 10 000 euros, Hubert Bernard estime pouvoir s’offrir la maison de ses rêves. Seul bémol : à ce modeste prix, son logement ne dépassera pas les 40 m².

Être écolo, c’est donc aussi dire stop à la démesure et au gaspillage en tout genre. Aussi, la charte du hameau prévoit de limiter la surface des maisons à 60 m² pour un célibataire, 80 m² pour un couple et 120 m² pour une famille de quatre enfants.

Mais l’ensemble des bâtiments collectifs et les 5 hectares de nature vierge dont dispose l’éco-hameau peuvent permettre de relativiser ce souci d’exiguïté, ou pas !

Avis donc aux éco-amateurs, seulement huit emplacements sont à pourvoir.

(1) Bail de longue durée conclu à des conditions très avantageuses pour le preneur, qui s’engage en contrepartie à effectuer les travaux d’amélioration du bien loué.

Renseignement : malexism@adiu.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :