Projet d’aéroport à Notre-dame-des-Landes : A vous de jouer, par Hervé Kempf

lemonde.fr, Hervé Kempf, le 18 juillet 2009

A vous de jouer

Il paraît que le développement durable est la nouvelle boussole des politiques. Il paraît que le Grenelle de l’environnement a marqué une rupture dans la façon de décider. Il paraît qu’il y a un ministre de l’écologie. Il paraît que Parti socialiste et UMP sont opposés. Il paraît…

Voici un jeu d’été. Au terme de cet article, choisissez une réponse parmi les suivantes : 1 – Les décideurs sont menteurs et hypocrites ; 2 – Il y a enfin une vraie politique écologique dans ce pays ; 3 – Toutes vos histoires d’environnement, on s’en bat l’oeil ; 4 – Les responsables sont irresponsables ; 5 – Le capitalisme continue de saccager l’environnement au nom de la « croissance verte » ; 6 – Je cherchais où passer mes vacances, j’ai trouvé.

Or, donc, en la belle ville de Nantes, administrée par Jean-Marc Ayrault, maire et député PS, il y a un aéroport. Son trafic est réduit, mais la disposition de la piste fait que les avions passent au-dessus de l’agglomération, générant des nuisances sonores. Le remède à cet inconvénient est connu de longue date : une piste perpendiculaire à l’existante et-ou divers dispositifs techniques, comme de nouvelles procédures d’atterrissage

Mais cela n’est pas assez beau, pas assez grand, pas assez puissant pour les édiles PS et UMP confondus dans le même enthousiasme bétonneur. Leur rêve ? Un nouvel aéroport dévorant 2 000 hectares de terres agricoles. La rationalité de ce projet s’éclaire quand on sait que, par exemple, l’aéroport de Genève, avec une seule piste et 340 hectares, accueille chaque année 10 millions de passagers. L’aéroport de Nantes actuel a un trafic de 2,8 millions de passagers.

L’aérodrome projeté sur le site de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) expulserait cinquante exploitations agricoles, bétonnerait des centaines d’hectares et stimulerait l’étalement urbain. Son coût global, présenté à 560 millions d’euros, est manifestement sous-évalué.

Ce projet contredit incontestablement une politique de prévention du changement climatique, de préservation de l’agriculture, de recherche d’autres modes de vie et de transport. Qu’il soit porté par un hiérarque du Parti socialiste confirme l’état de déliquescence de ce parti. Mais l’UMP est tout aussi enthousiaste. Les observateurs s’interrogent : M. Borloo va-t-il sortir de son prudent mutisme ? « Allô, le Grenelle de l’environnement ? »

C’est la mobilisation des citoyens qui fera pencher la balance. Depuis des années, les associations locales se battent, de plus en plus nombreuses et avec un écho grandissant. Elles sont rejointes par un collectif de plus de 200 élus de terrain. Elles organisent du 2 au 9 août la Semaine de la résistance, à Notre-Dame-des-Landes, ainsi qu’un camp « Action climat », pour la première fois en France. On pourra planter sa tente. Pour l’instant, Lire la suite

L’actualité de la crise : Les oligarques montent en puissance

pauljorion.com, François Leclerc, le 18 juillet 2009

L’actualité de la crise : Les oligarques montent en puissance

Billet invité. Je reproduis en général les billets de François Leclerc sans la moindre introduction mais je voudrais cette fois-ci faire une remarque sur son titre qui contient le mot « oligarque ». Comme j’en ai fait la remarque dans « Le temps qu’il fait, le 17 juillet 2009 », c’est un mot que je n’utilise personnellement que dans un seul contexte : quand je cite Simon Johnson l’utilisant. Je m’expliquerai sur la raison pour laquelle je n’utilise ni « oligarchie », ni « oligarque » dans un article qui paraîtra dans Le Débat en septembre mais je consacrerai probablement un billet à cette question d’ici-là. En gros, et pour aller vite, ces notions me semblent impliquer une interprétation de la crise dans un cadre de « déjà vu, déjà connu » qui me paraît inadéquat.

LES OLIGARQUES MONTENT EN PUISSANCE

Leur cause paraît entendue. Au sortir de cette crise, si toutefois aucune rechute n’intervient, un petit nombre de méga-banques va disposer d’une force de frappe financière colossale et d’une influence politique allant de pair. La concentration bancaire qui est en cours est une donnée majeure du paysage financier de demain. Ce monde plus resserré essaye de progressivement sortir ses pieds de la glaise, sachant que cela va prendre du temps, mais qu’il a le champ libre pour y parvenir et en sortir encore plus fort qu’avant la crise. C’est tout du moins ainsi qu’il voit les choses et s’y emploie.

De nouveaux venus Chinois sont certes venus entretemps se glisser aux premières places de cette photo de famille de plus en plus restreinte, devant les plus grandes banques américaines. A mi-juillet, voici dans l’ordre les trois premières capitalisations boursières mondiales dans le domaine bancaire : Industrial & Commercial Bank of China, China Construction Bank et Bank of China. HSBC, JP Morgan Chase et Wells Fargo n’arrivent qu’ensuite dans le classement. Mais les banques chinoises sont loin de jouer un rôle financier international à la hauteur de leur capitalisation, qui exprime par contre leurs ambitions. L’ordre reste donc pour l’instant américain, dans le domaine bancaire comme au sein du système monétaire international et des grandes institutions qui gèrent la face connue de la planète financière, le FMI et Banque Mondiale.

Bien que sommé de réduire sa voilure, ses risques et ses prétentions, ce monde financier-là va au contraire s’efforcer de reprendre tous ses aises, plus puissant car plus concentré, disposant d’une assise financière renforcée, mais d’autant plus fragile qu’il sera autonome. Dans l’immédiat, il développe déjà un lobbying intense sur tous les fronts de la régulation financière en discussion, afin de freiner celle-ci, de la façonner selon ses intérêts, interdisant tout pronostic sur l’étendue et la portée des mesures qui seront finalement adoptées. La « philosophie » anglo-saxonne à propos de la régulation, qui fera sans nul doute loi dans le monde entier, mettant l’accent sur la prévention du « risque systémique », laisse donc dès le départ subsister de larges zones d’ombres, qui ont toutes les chances d’être encore élargies. Les garde-fous qui seront finalement dressés pourront seulement être plus ou moins facilement contournés, voilà qui fera toute la différence à l’arrivée.

Pour s’y opposer, suffira-t-il de marteler, comme vient de le faire à Nuremberg la chancelière Allemande Angela Merkel, que « les gens espèrent qu’une crise comme celle que nous connaissons n’interviendra plus jamais », pour en tirer comme conséquence que « nous devons donc nous rendre au G20 pour dire que nous ne permettrons pas à Wall Street et à la City de Londres de décider comment ils vont s’y prendre pour faire à nouveau de l’argent, avec comme seul résultat que ce sont les autres qui ramassent l’addition à la fin » ? Cela semble malheureusement bien dérisoire.

Retranchés sur les hauteurs de leur île de prospérité retrouvée, voulant oublier le plus vite possible que celle-ci a pour origine l’aide financière de l’Etat, quel paysage nos oligarques vont-ils contempler lorsqu’ils sortiront par moment de leur univers virtuel ? Ils verront un monde occidental connaissant Lire la suite

Jean Zin : Critique de l’écologisme (la maladie infantile de l’écologie)

jeanzin.fr, Jean Zin, le 9 avril 2007

Critique de l’écologisme (la maladie infantile de l’écologie)

L’écologie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux écolos qui n’ont jamais été qu’une bande de rigolos inoffensifs, même s’ils ont constitué une nécessaire avant-garde, vivante et colorée. Il faut sortir de l’écologisme et de toutes ses naïvetés, qui sont la maladie infantile de l’écologie, pour une écologie enfin adulte capable de prendre en main notre communauté de destin planétaire et qui se tourne vers l’avenir plutôt que vers le passé. Il y a urgence ! Il ne s’agit pas de se fier au réformisme mou d’une écologie d’experts en costard cravate et sans imagination, ce qu’il faut c’est trouver des solutions pour assumer nos responsabilités collectives mais les écologistes actuels font plutôt partie du problème même s’ils ne sont qu’un symptôme de l’infantilisation de toute la société.

L’écologie-politique à l’ère de l’information n’a rien à voir avec un quelconque retour en arrière, ni avec un moralisme puritain, c’est l’accès à un nouveau stade cognitif et politique d’unification du monde et de prise en compte du négatif de notre industrie, d’une pensée globale et d’un agir local, d’une relocalisation équilibrant la globalisation des réseaux numériques et des marchés. Il ne s’agit pas de prétendre que la chose est facile, ni qu’elle est sans dangers, au contraire, c’est bien pourquoi il faut se méfier de l’idéologie pour s’occuper de ce qui ne marche pas, prendre à bras le corps les problèmes qui se posent concrètement, en multipliant les expérimentations avec une direction par objectifs prudente et attentive à l’expression du négatif afin de pouvoir corriger au plus vite notre action en fonction du résultat. A l’opposée d’une idéologie bêtifiante ou totalitaire, l’écologie devrait s’occuper sérieusement de ce qui ne marche pas, intégrer complexité et dialectique, faire converger conscience collective et développement de l’autonomie. Nous essaierons de dire ce que l’écologie-politique n’est pas et ce qu’elle devrait être, même si c’est risqué et bien loin des simplifications médiatiques comme de l’idéologie dominante.

L’écologisme politique

Cela fait longtemps que je fais remarquer à ceux qui prétendent que l’écologie n’est ni de droite, ni de gauche, qu’il y a bien une écologie de droite et une écologie de gauche, il y en a même plusieurs. Toutes les tentatives pour définir le contenu d’une écologie-politique sont donc toujours orientées politiquement et ne concernent jamais tous ceux qui se réclament de l’écologie à un titre ou un autre. Des écolos peuvent aussi bien croire naïvement que « ‘tout le monde est beau, tout le monde il est gentil » qu’ils peuvent vouloir rayer l’humanité de la surface de la Terre ! Ils peuvent se diviser aussi en libertaires partisans de la démocratie directe et en tendances plus ou moins totalitaires voulant renforcer tous les contrôles. Dans les deux cas, ce ne sont souvent que des sectes incapables de s’ouvrir à la société et sortir de l’entre-soi.

Démocratiser vraiment les prises de décision et l’expression des citoyens en tablant sur leur autonomie et leur sens des responsabilité se révèle bien plus compliqué que le discours idéologique assis sur ses certitudes (illusion du pouvoir normatif comme du laisser faire le plus total). Ce qu’on constate plutôt dans les groupes écolos, c’est un idéal démocratique dévoyé au service de Lire la suite