Bilan quantitatif des 2 actions de l’Université populaire de l’environnement : Université nomade d’Aquitaine et blog MNE

MNE Bordeaux-Aquitaine, Communiqué, le 30 juin 2009

Bilan quantitatif des 2 actions de l’Université populaire de l’environnement : Université nomade d’Aquitaine et blog MNE

I. L’Université nomade d’Aquitaine

A. BILAN 2008/2009

Elle a mobilisé une quarantaine d’intervenants dont beaucoup d’universitaires et assuré une quarantaine d’actions qui ont rassemblé environ 1 130 participants et 3 000 auditeurs.

1.) Trois cours à Sciences-Po Pessac, en partenariat avec l’association étudiante Echo’logik [200 participants cumulés] :

« La nature mise à prix », par Julien Milanési, Docteur en économie

« La place nouvelle de la nature dans la ville », par Dominique Prost, Enseignant-chercheur en géographie

« La naissance de la question environnementale », par Simon Charbonneau, Enseignant-chercheur en droit

2.) Une conférence-débat à l’IJBA (Institut de journalisme de Bordeaux) [150 participants] avec Marie Monique Robin, journaliste, cinéaste et écrivain sur le thème de « Ecologie et journalisme d’investigation » en partenariat avec Greenpeace Bordeaux

3.) Une diffusion du documentaire au cinéma l’Utopia de Bordeaux [180 participants] « Le Monde selon Monsanto » suivi d’un débat avec Marie Monique Robin,

4.) Deux ateliers pratiques écolo au Jardin botanique de Bordeaux [55 participants] sur le thème « Ecologie et numérique » avec Michel Lesbats, enseignant chercheur en biologie, et Anne-Sophie Novel, doctorante en économie politique

5.) Une conférence-débat au cinéma le Festival à Bègles [80 participants] en partenariat avec la municipalité sur le thème « L’homme a-t-il perdu le lien avec la nature ? » avec 4 universitaires : Dominique Prost, Enseignante-chercheuse en géographie, Martine Alcorta, enseignante-chercheuse en psychologie, Charlie Grandjeat, enseignant-chercheur en littérature nord-américaine et Catherine Thomas, enseignante-chercheuse en océanographie

5.) Trois conférences-débats à Cap-Sciences Bordeaux « Changements climatiques et énergie » [80 participants] :

« Le changement climatique : pas plus de 2° C », par Lire la suite

De la nécessité d’encadrer le développement des centrales solaires au sol

actu-environnement.com, S.Fabregat, le 09 juillet 2009

De la nécessité d’encadrer le développement des centrales solaires au sol

De nombreux acteurs s’inquiètent de l’engouement des investisseurs pour les centrales photovoltaïques au sol. Il est vrai qu’à l’heure de la lutte contre l’artificialisation des sols, cette nouvelle concurrence d’usage est encore peu encadrée.

Il pousse… des champs de cellules photovoltaïques. Encore limité, le déploiement de centrales solaires au sol devrait s’accélérer, à en croire l’engouement des investisseurs qui ont lancé une véritable course à l’acquisition de terres idéales.

Le plan Borloo sur les énergies renouvelables ne devrait que renforcer cette tendance. Il prévoit en effet l’installation d’au moins une centrale par région d’ici 2011. Deux installations de 10 MW dans les plus ensoleillées, une seule dans les moins bien pourvues. L’appel d’offre devrait aboutir en décembre 2009 mais déjà des projets se concrétisent. Ce plan s’accompagne d’un tarif de rachat de l’électricité incitatif (0,20 € le kWh)

Selon les calculs, l’objectif gouvernemental occuperait entre 10.000 et 15.000 hectares de terrain… Or, 10.000 hectares, c’est déjà trop quand on sait que chaque année 72.000 hectares disparaissent à cause de l’urbanisation, commente André Barbaraux, directeur de la Fédération Nationale des Safer (sociétés spécialisées dans la vente de biens fonciers ruraux).
Au moment de la lutte contre l’artificialisation des sols, il est vrai que le manque d’encadrement actuel de ce déploiement pose question. Nous ne sommes pas opposés au photovoltaïque. Nous disons juste que concernant les centrales au sol, il faut faire attention. Leur développement ne doit pas entrer en conflit avec la nécessaire préservation des terres agricoles, forestières et des espaces naturels. D’autant que les centrales photovoltaïques peuvent se déployer sur les toitures de bâtiments agricoles, industriels et commerciaux en prenant en compte les obligations relatives aux paysages et aux sites protégés. Dans ce cas, cela peut même entraîner un complément de revenu non négligeable pour les propriétaires concernées dont les agriculteurs.

L’impact environnement des centrales solaires au sol

Outre l’impact sur le paysage, les centrales photovoltaïques au sol peuvent avoir des conséquences directes sur l’environnement local. Modification des biotopes, érosion des sols, déplacement de la faune sauvage font partie des impacts que peut avoir ce type d’installation.
Mais la question qui préoccupe avant tout les associations environnementales et les agriculteurs concerne la concurrence des sols. En effet, au moment où la sécurité alimentaire devient une priorité et où le gouvernement s’engage à lutter contre l’artificialisation des sols, une nouvelle concurrence avec l’agriculture voit le jour au travers des centrales au sol.

On assiste à un engouement très fort des investisseurs dans certains départements comme les Alpes de Haute Provence, les Landes ou Lire la suite

Ekopedia nouvelle encyclopédie pratique traitant des techniques alternatives de vie.

Ekopedia, Cette page a pour objectif de mieux vous faire comprendre ce projet, juillet 2009

Un article de Ekopedia, l’encyclopédie pratique.

Ekopedia est un projet d’encyclopédie pratique traitant des techniques alternatives de vie.

[modifier] Encyclopédie

Une encyclopédie est un ouvrage où l’on tente de traiter de façon exhaustive l’ensemble du savoir humain. Par extension, le terme encyclopédie désigne également un ouvrage qui traite systématiquement d’un domaine de connaissance particulier (ex. : encyclopédie médicale). Source sous licence GFDL

[modifier] Technique

Une technique est une méthode, dans les métiers manuels, souvent associée à un tour de main professionnel. La technique couvre l’ensemble des procédés de fabrication, de maintenance, de gestion, de recyclage et, même d’élimination des déchets, utilisant des méthodes issues de connaissances scientifiques ou simplement dictées par la pratique de certains métiers.
La technique est souvent sous-estimée, mais c’est l’une des grandes composantes du savoir-faire artisanal et industriel. Elle est le produit de l’ensemble de l’histoire de l’humanité, chaque peuple et chaque époque ayant apporté ses compétences. Source sous licence GFDL

[modifier] Alternative

Par alternative nous indiquons que nous souhaitons changer. Changer de mode de vie, de mode de consommation. L’objectif étant d’atteindre un mode de vie respectueux de la vie, de la nature, de l’environnement.

[modifier] Autonomie

Ensemble des habiletés permettant à une personne de se gouverner par ses propres moyens, de s’administrer et de subvenir à ses besoins personnels. Source : Conseil de la santé et des services sociaux de la région de Trois-Rivières. Lexique des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle. Trois-Rivières : CRSSS, 1988. 37 p., p. 9.

[modifier] Pratique

Par ce mot, nous entendons accessible à tous – en tout cas à un maximum – aussi bien financièrement qu’intellectuellement.

Un minimum de moyens financiers seront nécessaire pour réaliser les diverses techniques.

Privilégier l’utilisation de ressources naturelles (renouvelables) ou de matériaux de récupération.

Possibilité de réaliser avec peu d’outils.

Quand nous écrivons accessible intellectuellement, nous entendons par là que les connaissances devront être vulgarisées.

[modifier] Copyleft

Nous utilisons la Licence Art Libre qui autorise tout tiers (personne physique ou morale), ayant accepté ses conditions, à procéder à la copie, la diffusion et la transformation d’une œuvre, comme à son exploitation gratuite ou onéreuse, à condition qu’il soit toujours possible d’accéder à sa source pour la copier, la diffuser ou la transformer.

[modifier] Donc Ekopedia est une encyclopédie spécialisée

Quand nous écrivons encyclopédie pratique traitant des techniques alternatives de vie, nous souhaitons donc exprimer le fait que Lire la suite